La bergerie des pierres écrites, Abriès



Fête départementale de la randonnée dans les Hautes-Alpes, 2ème jour. Toutes les photos du 21 juin 2009
IMG_1716r_1.JPGVenant de Ristolas, apparait le chemin de croix d’Abriès menant à une chapelle consacrée à Notre Dame des Sept Douleurs.

Il a été érigé dans les années 1830 ; la niche de chacune des quatorze stations est ornée d’une plaque de métal gravée et peinte, représentant une des étapes du chemin de croix.

Abriès, selon wikipedia

Nous partons du Roux d’Abriès pour la bergerie des pierres écrites. Je devine qu’elles doivent être nombreuses pour avoir donné leur nom à cette bergerie. Il est probable que ce sont des bergers partis en transhumance dans les alpages qui ont gravé ces pierres. « cette traditon [La maitrise de l’écriture] a ancré au sein de cette société un climat culturel assez inhabituel et bien éloigné des clichés qui décrivent les communautés montagnardes comme retardées et peu cultivées »

img_1718.jpgimg_1723.jpgLes animateurs nous présentent le Bric1 Bouchet (2997m) d’où descend le torrent qui fait si souvent des ravages. Nos animateurs ont improvisé un circuit de secours car une partie du GR est impraticable. Les passages à gué nécessitent quelque attention sur des pierres parfois instables.

img_1724.jpgimg_1751-150x150.jpgimg_1756.jpgimg_1758-299x300.jpg

Pulsatille blanche, centaurée de montagne, trolle d’Europe, sainfoin montagnard

« Le trolle d’Europe (3ème photo à partir de la gauche) ressemble à un gros bouton d’or aux fleurs fermées, ce qui empêche les abeilles et gros insectes d’assurer la pollinisation. Celle-ci est donc réalisée par une petite espèce de mouche, c’est le principe de mutualisme » (extrait du site Florealpes)

 

img_1738.jpg

img_1736.jpg

La température décroit de 0°55 pour 100m ; quand nous arrivons à la bergerie, après avoir marché dans des prairies humides et des ornières profondes, beaucoup de randonneurs se couvrent. Le chalet de bois (altitude : 2130m), construit avec des troncs d’arbre empilés, est surélevé. De la neige fondue coule du toit ; par endroit il y a encore des plaques de neige au sol. Un enclos près des pierres écrites permet d’isoler les bêtes malades.

Qui sont ces personnes qui ont gravé leurs initiales sur les pierres ? sans doute des bergers qui pratiquaient la transhumance inverse entre le Queyras et le Piémont italien. D’autres personnes ont signé leur passage plus récemment. La technique est déjà celle du burin et du marteau, même si probablement le burin n’était qu’un clou et le marteau qu’une pierre.

« …[…] très forte mobilité de la population d’Abriès, de ses éleveurs qui ont longtemps pratiqué la transhumance inverse et entretenu pendant des siècles des relations avec les habitants des vallées piémontaises et qui étaient rompus aux finesses des transactions commerciales. Il suffisait d’une mauvaise récolte et d’une évolution brutale des marchés pour qu’une partie de la population s’en aille pendant quelque temps du village et cherche ailleurs des revenus honorables. » Bulletin de la Société d’études des Hautes-Alpes, Abbé Paul Guillaume, Gap, 27e année, troisième série, n° 26

 

img_1727.jpgW.P.M. 1784 : cette gravure date d’un peu avant la révolution française. L’écusson du Dauphiné est symbolisé par 2 dauphins et la  royauté par une fleur de lys. Le W signifie ‘vive’ (on le retrouve sur beaucoup de pierres dans le village même d’Abriès) d’où vive P.M. Une gravure au texte similaire mais datant de 1808, existe dans « la rue des écritures » du village d’Abriès. Je n’ai pas trouvé qui pouvait être ce P.M.

Le Dauphiné est une ancienne province française, qui correspond aux départements de l’Isère, de la Drôme et des Hautes-Alpes. Le blason du Dauphiné ne comportait à la base que le dauphin de Méditerranée. La fleur de lys n’a été ajoutée qu’après annexion par la France. […]

De 1343 à 1789, le Queyras sera l’un des cinq escartons de la fameuse république des Escartons. « Les communes autonomes se réunissaient en fonction des circonstances. C’est l’assemblée des chefs de famille du hameau dont chacun est nommé tour à tour procureur pour un an, qui définit et assure les services et travaux utiles à tous : déneigement, entretien des chemins et canaux d’irrigation, garde du bétail, gestion de la forêt, aide aux nécessiteux, assurance mutuelle, etc. et qui en répartit les frais et le travail entre tous les feux du hameau ». La démocratie avant l’heure ! Extrait du guide bleu PACA, Hachette, 1989

Continuer la lecture de La bergerie des pierres écrites, Abriès

©copyright randomania.fr

Le lac Egorgéou depuis l’Echalp, hameau de Ristolas



La précédente fête régionale de la randonnée à Volonne m’avait beaucoup plu. J’étais curieuse de savoir si l’ambiance 2009 de la fête départementale de la randonnée du 05, serait la même que celle de 2008. Toutes les photos de la randonnée Echalp – lac Egorgéou (20 juin 2009)

Tourisme et randonnées en Queyras, moteur de recherche géographique, photos hiver/été, descriptifs randonnées, hébergement, forum, etc.

jingle_queyr_de_l_ours.jpgMalgré une organisation de dernière minute, le comité a bien assuré. J’ai trouvé ma chambre au Queyr’ de l’Ours à Ristolas1, seul village du massif bâti à l’ubac2 et siège de la Maison du Parc Naturel Régional. La patronne est un vrai régal de naturel et de jovialité ; je passerai une partie de la soirée à discuter du Queyras, de la vie au village, des informations erronées qui ont circulé cet hiver sur l’impraticabilité des routes, etc. Mon téléphone portable ne captait pas mais le wifi fonctionnait bien : rare dans un gite ! Le couple de propriétaires élèvent des lamas pour accompagner les randonnées de plusieurs jours. Voir sur leur site la galerie photo du Tour du Viso. Une idée que je garde en mémoire maintenant que je sais que la mauvaise réputation des lamas est injustifiée…

Les Alpes en…  lama, l’Express, 20 juillet 2006

La météo aujourd’hui à cet endroit :
avec la température ressentie

ristolas_sous_la_neige_photo_O_Cousin_CRS_secours_en_montagneNous sommes 10 à partir pour le lac Egorgéou. Nous empruntons la passerelle de bois sur le Guil3. Ses rives, endommagées par les avalanches de l’hiver, témoignent du désastre : glissières enfoncées, ornières de boue, arbres déracinés, sentiers inaccessibles, caravanes détruites,… Dès le départ, n’ayant pas deux bâtons de randonnée comme les autres, je m’entends dire que j’aurai du mal à traverser les névés. Ristolas, 18 décembre 2008 : L’avalanche de la Fourche. Ci-contre une photo prise fin décembre 2008 par un CRS, empruntée au site briancon-escalade

IMG_1715r.JPGIMG_1670r.JPGJe passe le premier névé4 dans les pas de ceux qui me précèdent. La neige est légèrement craquante  mais je sens que dessous, ça glisse.  Nous nous arrêtons au pré de la Médille, à l’endroit exact où a été prise la photo de la couverture de la nouvelle éditon du topoguide Tour du Queyras, parc naturel régional du Queryas, FFrandonnée, 11ème édition, mai 2009. Le fameux mont Viso, 3841m, le plus haut sommet des Alpes occidentales en région italienne du Piémont, se reconnait facilement sur le fond de ciel bleu. Au pied de cette montagne, le Pô, le plus long fleuve d’Italie, y prend sa source.

La montée est rude ; sans acclimatation à l’altitude, je monte à 130 battements par minute et je ne récupère pas assez vite. Deux randonneuses (un mèdecin et une infirmière, que vouloir de mieux ?) m’aident à gérer les difficultés de respiration. J’arriverai finalement avec une demie heure de retard mais le spectacle du lac me récompensera de tous mes efforts.

IMG_1696r.JPG

IMG_1681r.JPGIMG_1688r.JPGLe lac Egorgéou est limpide comme un miroir, c’est un miroir. Malgré le froid du torrent, un groupe de randonneurs traverse le lac pour rejoindre l’autre rive. Tous de sexe masculin, nous – presque toutes de sexe féminin -, je les soupçonne d’avoir voulu frimer ! près d’eux, le torrent de Bouchouse se faufile sous la neige glacée et chute avec bruit dans le ravin.

IMG_1698r.JPGAprès le pique-nique, c’est la sieste au son de mélodies irlandaises. Le son clair de l’harmonica au milieu de la nature, au creux des montagnes, est une incitation à une sereine rêverie, un moment d’émotion privilégié que je n’oublierai pas. On en redemande et Jean-Pierre parcourt son répertoire musical, entrecoupé de courtes leçons sur l’apprentissage de cet instrument.

IMG_1682r.JPGIMG_1683r.JPGIMG_1687r.JPG

fleur_mélèzeNotre guide, Jean-Paul, l’oeil aiguisé par des années d’observation dans les Alpes, nous indiquera la présence d’animaux sauvages (bouquetins, marmottes). A moi qui suis la seule à ne pas connaitre le coin, il me montre les mélèzes en fleurs. Etonnée d’apprendre qu’on peut en faire une liqueur, je reçois aussitôt 40 fleurs fraichement cueillies (photo empruntée au site natuxo), et note la fameuse recette. Maintenir les fleurs bien fraîches jusqu’à mon retour, fut pratiquement impossible mais j’ai tenté quand même l’expérience. Le résultat prochainement…

  • 40 fleurs de mélèze
  • 1/2 litre  d’alcool à 90°
  • une bouteille vide contenant l’alcool et les 40 fleurs que l’on bouche

Au bout de 2 jours, dit Jean-Paul (40 jours, disent la plupart des internautes), on filtre le mélange. On verse 1/2 litre  d’eau dans une casserole, on ajoute 40 sucres en morceaux, et on fait chauffer l’ensemble pour que le sucre se dissolve bien dans l’eau. Enfin, on ajoute le mélange (eau + sucre) au mélange (alcool + fleurs de mélèze), tous deux à la même température. On obtient une liqueur à 45° d’alcool.

IMG_1766.JPGQuant au pin cembro, seul conifère à perdre ses aiguilles, il m’apprend qu’il a cinq aiguilles et que c’est le pin dont on mange les pignes en salade ou sur un gâteau. « Le pin cembro (Pinus cembra), appelé aussi pin des Alpes, se développe entre 1700 et 2400 mètres d’altitude, là où les hivers sont très longs et les températures rigoureuses. […]. Les cônes […] tombent sans s’ouvrir la première année. […] Adulte il mesure jusqu’à 25 mètres et son espérance de vie est de 600 ans. Son bois, facile à travailler, est utilisé pour la contruction de meubles, qui protègent dès lors leur contenu des insectes. Chacun de ses cônes peut contenir une centaine de pignes qui constituent un véritable festin pour l’oiseau appelé casse-noix moucheté. Celui-ci extrait les graines des cônes du pin qu’il casse avec son bec et enfouit sous terre dans plusieurs centaines de caches disséminées sur son territoire de reproduction pour constituer des réserves. »

IMG_1705r.JPGArrêt aux pierres écrites le long du sentier. Qui donc a gravé ces messages éternels sur les pierres à l’aide d’un burin et d’un marteau ? des bergers  installés là pour plusieurs mois en période de transhumance ? Abriès est réputé pour le nombre de celles-ci. « Sur les frontons des façades jusqu’aux rochers de montagne, les colporteurs et bergers avaient l’habitude de signer leur passage en inscrivant joies et frayeurs ».

Ci-contre, vous pouvez lire « 1901 BARIDON JEAN » au sein d’une croix boutonnée, ce qui me fait penser que cet homme devait être protestant. Quel talent pour graver dans de la pierre de si petites boucles ! Le nom est répertorié comme vaudois sur le site Info-Bible. En cherchant sur internet, j’ai peut-être trouvé sa généalogie : il pourait être né à Bobbio Pellice en Italie, village proche du Queyras. L’hypothèse qu’il soit venu travailler dans le Queyras est donc possible. « De part et d’autre des cols, le traffic était incessant ; en l’absence de main d’oeuvre familiale installée durablement , on fasait appel aux piémontais pour les travaux de récolte et les activités pastorales. Certains immigrés s’installeront à la place des familles parties définitivement ». (extrait de Parc naturel régional du Queyras, coll., Gallimard Loisirs, 2006). C’est peut-être le cas de cette famille BARIDON dont le nom se retrouvait à Freyssinières au XIXème siècle et aujourd’hui à Dormillouse. J’ai averti le propriétaire de cette généalogie. J’attends sa réponse…

La réponse est venue de Chirstel qui parle ainsi de son arrière grand-père :

Le Baridon dont vous évoquez les écrits est mon arrière pépé ! Jean, qui est effectivement né à Bobbio Pellice (val italien peuplé pour l’essentiel de protestants francophones) a « passé » la frontière (si tant est qu’on puisse parler de frontière à l’époque) au début du siècle dernier avec son épouse Anne et tous ses enfants sont nés dans le Queyras. Il a choisi de venir vivre en France avant la première guerre mondiale parce qu’il voulait que sa descendance soit française. Pour quels motifs ? On ne le sait pas bien en fait. Quant à son métier, là c’est plus trouble pour moi mais je sais qu’il a été garçon de café, berger… mais concrétement je ne sais pas quel a été son métier principal.
La maison de famille situé à l’Echalp a été emportée par une avalanche mais les ruines persistent au village.
Et oui tout le monde connaît la croix de l’arrière pépé 😉

La croix huguenote aurait emprunté à la croix du Languedoc […] les boules ou perles qui en garnissent les pointes. Les huit pointes munies de « boutons », par allusion à ce que l’on met sur un fleuret d’escrime pour le rendre inoffensif, rappellent les béatitudes.

IMG_1706r.JPGL’autre pierre est datée d’un « IX ? Pierre Rua » ou Ruz. La photo a été contrastée pour une meilleure lisibilité. Mais je ne suis pas certaine du nom de famille. Que lisez-vous ?

IMG_1714r.JPGIMG_1713r.JPGLes névés n’ont plus la même consistance au retour. La surface molle cache une couche inférieure plus glissante ; marcher dans les pas de celui qui précède s’avère plus risqué qu’à l’aller. L’unique bâton ne parviendra pas à m’empêcher de glisser sur la moitié de la traversée. Une glissade sur les fesses, bâton levé, qui se terminera sur le côté opposé, heureusement pour moi, pas dans le sens de la pente… Ce qui me rassure, c’est que je ne serai pas la seule à finir au sol (oeil_image.jpgclin d’oeil à Claire).

Le petit Queyrassin

Lac_Egorgéou 11km_A/R 4h30_720m_dénivelée

De ce week-end je tirerai trois leçons pour les randonneurs non montagnards :

  1. se réserver une journée d’adaptation à l’altitude avant de faire une quelconque ascension ;
  2. utiliser deux bâtons de randonnée ;
  3. emporter des barres de céréales et une poche à eau permettant de s’hydrater de façon constante.

Quant à la réponse à la première question sur l’ambiance dans les clubs FFR : je vous le  confirme, c’était très sympathique, je ne me suis pas sentie délaissée un seul moment bien que non membre de l’Association des randonneurs et baliseurs du briançonnais. Merci à tous ceux qui étaient présents !

bullet1.gif

1Ristolas : du latin Rivus Tollens signifiant ruisseau destructeur
2ubac : versant d’une montagne qui est exposé à l’ombre
3guil : toponymie locale, eau courante tumultueuse
4névé : amas de neige durcie qui aboutit à un glacier. Selon le dictionnaire Reverso : état particulier de la neige qui n’est pas encore arrivée, par la compression et par d’autres causes, à être la glace du glacier. Le névé est situé immédiatement au-dessus de la ligne où commence le glacier

©copyright randomania.fr

Du col Vieux au col Agnel en Queyras



La D205T part de Molines et rejoint la frontière italienne au col Agnel à 2744m d’altitude, en passant devant les ruines du refuge Napoléon. Après le refuge Agnel1, je me gare sur le parking en bordure de route. Il y a déjà beaucoup de monde. Par petits groupes, les marcheurs se dirigent vers le col vieux.

img_2146.jpgimg_2147.jpgJe commence à m’habituer aux pierres feuilletées, aux montées continues en altitude. img_2149.jpgLe GR98 balisé blanc-rouge, est bien repérable. Il longe le ruisseau de l’Eychassier bordé de tapis de fleurs blanches. Après 45mn j’atteins le col vieux. J’hésite entre descendre jusqu’au lac Foréant, d’un bleu profond presque artificiel, ou monter sur le Pain de sucre malgré la difficulté car j’ai entendu dire que le spectacle panoramique sur le Queyras, le Pic d’Asti et le Monte Viso italien était exceptionnel. J’observe ceux qui y grimpent par le sentier le plus raide et le plus dangereux ; je décide finalement d’y monter en le contournant par la droite. img_2148.jpgSoudain, un cri clair venant d’en haut : « attention ! » Je vois une pierre dégringoler et passer à quelques mètres devant moi. Des voix résonnent de l’inquiétude des randonneurs coincés par le vide impressionnant de chaque côté du sommet. Je continue mon ascension. Second cri. En voulant se défaire d’un « mauvais pas » (au sens propre comme au sens figuré), les randonneurs ont fait chuter à nouveau des pierres qui rebondissent, comme folles, jusqu’en bas de la pente. Je ne sais plus si je dois avancer ou reculer. Le nez en l’air, je guette ce qui se passe ; cris de panique. Pour la troisième fois, plusieurs pierres tombent et éclatent de façon désordonnée chaque fois qu’elles touchent le sol. Au milieu de cette pluie de roches, essayant d’anticiper l’endroit de leur chute, je décide de rebrousser chemin le plus vite possible. Je ne suis qu’à 2958m d’altitude.

 

Les cols placés à des altitudes élevées n’ont jamais empêché les habitants de L’Echalp ou de La Monta de commercer et de communiquer avec ceux de Molines, Fontgillarde, Saint-Véran. Témoins, les sentiers muletiers où se faisait une intense circulation de biens, de bêtes, de personnes. Le cartographe Cassini, nomme « grande route du Piémont », le sentier muletier qui va de Guillestre à La Monta qui a conservé aujourd’hui le même tracé que jadis, réservé aux seuls randonneurs ou aux skieurs de fond.

img_2155.jpgimg_2162.jpgLe Pain de Sucre contraste nettement avec les pentes molles couvertes de moraines. C’est un énorme monolithe du jurassique (entre 180 et 135 millions d’années). Le retour par la frontière Italie-France, est fort fréquentée en ce jour de course cycliste ; à ce sujet, Thierry PERRET écrit : « formidable muraille à 10% de pente moyenne […] Le morceau de bravoure se situe au kilomètre 17,5 … une rampe à plus de img_2166.jpg14% sur 300 m… A noter que cette muraille de neuf kilomètres se situe à une altitude comprise entre 1840 m et 2744 m, ce qui accroît encore l’effort à fournir pour progresser… ». J’ai beaucoup d’admiration pour ces cyclistes.
Un marchand de bonbons s’est installée à la frontière, à 2744m d’altitude. Pendant que les touristes se photographient devant le panneau entre les deux pays, je grimpe jusqu’à la table d’orientation pour voir le fameux mont Viso que je n’ai pu voir depuis le sommet du Pain de Sucre. Certains guides y organisent des visites au coucher du soleil qui, parait-il, laissent un souvenir inoubliable de beauté…
Itinéraire col vieux – col Agnel (6.2km pour le pain de sucre – 3h)
Fiche randonnée du site Queyras.aparcourir.com

img_2182.JPGimg_2211.jpgJe terminerai la journée par la visite de Fort-Queyras. De nombreux panneaux d’informaton numérotés permettent une visite non accompagnée mais qui demeure intéressante. Château-Queyras entre dans l’histoire comme château rattaché au Dauphinois au XIIIème siècle. Au moyen âge, il connaît des heures fastes en recevant dans ses murs les dauphins… Au XVIème siècle, Château-Queyras est la proie des guerres de religion. Au XVIIème siècle, il résiste aux assauts des Protestants mais le village est partiellement détruit. À la suite de cette dernière invasion, Vauban vient inspecter la frontière des Alpes et dresse des projets pour rendre le château inviolable. Il prévoit une large extension de l’enceinte sur le front ouest et dote le fort au nord-est d’une enceinte entièrement nouvelle, avec escarpe, fossé, contrescarpe et demi-lune.
Visite de chateau Queyras à Ville Vieille

bullet1.gif

1agnel, d’agnielle ou agnière, quartier fréquenté par les moutons, pâturage à moutons

©copyright randomania.fr

Le sommet du Bucher à Molines en Queyras



img_2110.JPGJe le vois de loin ce sommet, depuis le village de Molines, commune aux sept hameaux (Molines, La Rua, Clot la Chalp, Pierre Grosse, Le Coin, Fontgillarde et Gaudissard), et la curieuse église Saint Romain. Drôle de clocher carré (17ème siècle) surmonté d’un important toit en bois. A l’intérieur, le décor baroque est quelquefois jugé « de mauvais goût », « avec une profusion de couleurs, de volutes, d’angelots aguicheurs, de dorures, de peintures et d’entrelacs de plâtre sur l’arc et la voûte du choeur… Un choeur dans lequel s’inscrit un remarquable retable du XVIIIème siècle, sculpté par des artistes italiens de Saluces. Enfin, on peut voir à l’extérieur du bâtiment un cadran solaire d’angle de 1849 et sur le côté sud du choeur, des peintures en trompe-l’oeil du XVIIème siècle autour des ouvertures. »

La météo aujourd’hui à cet endroit :
avec la température ressentie

img_2119.JPGcrocus.jpgUne grande prairie pleine de crocus plonge de l’église jusqu’à la rivière ; je traverse le pont des Achins au dessus du torrent de l’Aigue Blanche, dans le hameau de la Rua où plusieurs habitations ont encore leur fuste en bois. J’entame une lente montée, pénible, dans les blocs rocheux qui glissent sous les pieds. A l’approche du col des prés de fromage, le sentier est un peu plus facile. De grandes prairies vertes sur lesquelles paissent tranquillement quelques vaches en liberté, s’étalent en mamelons sur le sommet. Sur les conseils d’un guide de randonnée, je ne m’approcherai pas d’elles. Ce paysage me fait penser aux photos de montagne que l’on voit parfois dans les livres de géographie : caractéristique et pourtant irréel. Sur la carte, vous pouvez voir plusieurs rifs : rif de l’Adroit de la Rose, rif des Combes, rif du Brasc. Il s’agit du nom local du torrent, ruisseau portant souvent de jolis noms. Itinéraire pour le Buchetimg_2123.JPG
Là, des sentiers courent dans tous les sens : j’en choisis un qui serpente à moitié dans les prairies et à moitié dans les bois. Quand j’aperçois le sommet du Bucher à 2254m d’altitude, je pousse un soupir de soulagement. Quelques conducteurs sont arrivés là sans fatigue mais ne sont pas aussi fiers que je le suis. De là haut, autrefois, était allumé un bucher servant d’alerte pour les habitants des vallées.

A la table d’orientation, la vue est grandiose, côté France et côté Italie, mais le vent est froid ; je ne m’attarderai pas.

img_2142.JPGSur le chemin du retour, je croise deux randonneurs perdus au niveau du col ; ils rentrent sur Molines mais ne savent pas quel chemin emprunter. Munie de mon GPS sur lequel j’ai enregistré la route avant de partir, je leur indique la bonne direction (ils allaient partir du côté opposé !). Nous ferons un grand bout de chemin ensemble jusqu’à la fameuse descente dans les pierres où je marcherai deux fois plus lentement qu’eux.

Que la randonnée m’a semblé difficile ! pourtant, elle n’est pas classée comme telle par les syndicats d’initiative des environs : si vous n’êtes pas montagnard, modérez  votre allure et prenez le temps !

img_2138.JPGPanoramique au sommet du Buchet

* Photos et itinéraires du site queyras.aparcourir.com

bullet1.gif

 rif : riou (au sud), rua (nord), riu, rio, riev = ruisseau, torrent, canal

©copyright randomania.fr

Le lac de la Blanche à Saint-Véran



Voilà une randonnée dont j’ai entendu parler par beaucoup de monde : le webmaster du site queyras.aparcourir.com, la serveuse de ma petite auberge à Molines en Queyras, le syndicat d’initiative de Saint-Véran et quelques randonneurs croisés en chemin le jour où j’ai découvert la mine de cuivre.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la vitesse du vent et la température ressentie

img_2041.jpgimg_2039.jpgPartie avec la navette d’été, je traverse le petit pont de bois sur la Blanche puis monte jusqu’à la chapelle de Clausis, montée progressive sur un chemin large et bien entretenu, mais qui n’est pas aussi facile que le laisse supposer le syndicat d’initiative qui la conseille aux familles. Elle est fermée et je ne peux la voir que l’extérieur. Je redescends de la colline où elle est plantée pour rejoindre le lac de la Blanche. Là encore, le chemin n’est pas difficile. Un âne, accroché à un piquet, attend sagement les randonneurs qui ont loué ses services pour monter jusqu’au lac. img_2048.jpgimg_2054.jpg
Ce lac est entouré de nombreux champs de linaigrettes, petites fleurs blanches cotonneuses. Son nom scientifique Eriophorum veut dire « porte laine » : après sa floraison (avril-juillet), cette plante se couvre de « coton ». On la trouve jusqu’au Pôle Nord. Les plumets servaient autrefois à garnir les coussins et à confectionner des mèches de lampes.

>img_2057.jpg

Continuer la lecture de Le lac de la Blanche à Saint-Véran

©copyright randomania.fr

La mine de cuivre de Saint-Véran



IMG_1996.jpgPremière randonnée dans le Queyras : une boucle de 14km entre 2000 et 2300m. La période d’accommodation à l’altitude a duré un peu plus d’une journée avec nausées, manque d’appétit, accélération de la respiration et du coeur lors des premières montées en montagne. J’en ai été surprise car je pensais que l’entrainement physique pouvait m’en prévenir. Mais cela n’a rien à voir.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

* Télécharger l’itinéraire

IMG_2033.jpgLe village de Saint-Véran, découvert grâce au jeu de geocaching, m’a charmée et agréablement dépaysée. En partant à la recherche des cadrans solaires de ce village, j’ai traversé des petites ruelles bordées de maisons typiques : rez-de-chaussée construit en murs de pierres très épais (50 à 70 cms), la fuste (partie supérieure) faite de troncs d’arbres empilés et croisés aux angles qui servait autrefois à faire sécher puis à abriter la récolte de fourrage pour nourrir les bêtes durant les longs mois d’hiver. L’autre partie, destinée aux hommes (le caset) et orientée au Nord-Ouest, est accolée perpendiculairement au bâtiment réservé aux animaux. J’ai croisé quelques villageois qui ont continué leurs activités avec un naturel déconcertant. Le tourisme ne semble pas avoir beaucoup changé leurs habitudes de montagnards.

Les plus célèbres des cadrans ont été réalisés par un artiste piémontais, de 1840 à 1845 : Giovanni Francesco Zarbula. Le décalage horaire entre le cadran solaire et la montre est lié, hormis le décalage horaire décidé par l’Etat, à la situation de Saint-Véran par rapport au méridien de Greenwich : les cadrans donnant l’heure locale ont entre 30 minutes (l’hiver) et 1 heure 30 (l’été) de décalage par rapport à l’heure légale.

Dans chacun des cinq quartiers on trouve une fontaine composée de deux parties : une partie ronde qui servait d’abreuvoir pour les bêtes et une partie rectangulaire où les femmes lavaient le linge. Une des croix de mission véhicule un message mystique « nécessaire », témoin de la ferveur religieuse de nos ancêtres ; je la relis deux fois tant je suis étonnée de sa teneur ; nous devons : « …ou souffrir comme un saint, ou comme un pénitent, ou comme un révolté qui n’est jamais content »… Avec l’église réformée, les nombreux artisans qui travaillent sous nos yeux, ce village est bien l’un des plus typiques de France.

IMG_2002.jpgIMG_2004.jpgPartie du parking payant à l’entrée du village que j’ai traversé dans sa longueur, j’ai suivi le sentier de la navette de Clausis qui monte doucement de 250m sur 3,6km. Là, j’ai pris la direction du pic de Chateaurenard. Presque plus rien ne pousse : pas d’arbre, pas de fleurs. C’est comme dans un désert. Je suis tentée de couper les virages en lacet mais la fatigue m’engage à la prudence. Après la cabane de Labounnais, isolée et déserte, je tourne à droite sur un étroit sentier qui traverse à gué plusieurs canaux. Le sentier, grossièrement parallèle à la route de la mine, évolue en altitude. Il devient de plus en plus caillouteux et difficile. Puis, soudain, les rochers changent de couleur. Ils prennent des teintes irisées, bleutées, parfois en veines obliques que, malheureusement, les photos ne restituent pas. Je traverse la mine de cuivre à ciel ouvert à 2300m d’altitude. Sur le territoire de cette plus haute commune d’Europe, elles n’étaient exploitées que de manière saisonnière, le manteau neigeux pouvant atteindre plusieurs mètres en hiver.IMG_2008.JPGIMG_2007.JPG

La première étape du traitement des minerais sulfurés en vue de l’obtention de concentrés consiste en des opérations successives de tamisage, concassage, broyage et triage, qui les transforment en poudre grossière, sur laquelle on projette de l’eau. Par un traitement de flottation dans l’eau puis de décantation, qui consistent à faire remonter à la surface la partie la plus riche du minerai pour le séparer des boues qui restent au fond du bain, on obtient un concentré contenant ici jusqu’à 40 % de cuivre. C’est un site particulièrement riche.

J’ai descendu le torrent de Pinilière, non loin de la vieille cabane de mineur du même nom, pour visiter les installations modernes en contre-bas, descente un peu difficile mais aucun chemin à cet endroit ne permet de rejoindre l’entrée de la mine. « Les travaux du 20ème siècle comprennent 6 niveaux de galeries : les trois supérieures recoupent les travaux anciens. Les chambres d’abattage s’étagent sur 130m de dénivelé, desservies par des galeries. » L’exploitation s’est arrêtée en 1956. Les premières traces d’une exploitation du cuivre dateraient du chalchotique (âge du bronze ancien).

schéma extraction cuivre.jpg

La loi de 1941 en matière de protection archéologique a été appliquée […] récemment pour le site minier de Saint Véran (Jugement du TGI de Gap du 18 février 1999 – délibéré du 6 mai 1999) : le 18 février 1999, plusieurs minéralogistes sont pris en flagrant délit de fouilles dans les haldes de la mine afin d’y récupérer des minéraux. Les prévenus sont également munis de détecteurs à métaux. Le responsable,…, a été condamné à une amende de 20000 F dont 10000 avec sursis. De plus, le tribunal… ordonne aux frais du condamné la publication par extraits de la présente décision dans quelques journaux.

* L’incontournable site Tourisme et randonnée en Queyras avec superbes photos prises sur la route de la mine

Une exposition permanente gratuite dans le four banal du quartier des Forannes, retrace son histoire.

Je rejoins le village par le classique chemin de la mine empruntée par la navette d’été qui dépose les touristes à une demie-heure de la chapelle. La fatigue commence à se faire sentir et c’est avec plaisir que je retrouve ma petite auberge de Pierre-Grosse à Molines-en-Queyras.

bullet1.gif

Merci à Playwell.be d’avoir placé cette cache, probablement la plus haute de toute la France, difficile d’accès. Elle n’a été visitée que 5 fois, trouvée 2 fois, depuis sa création.

Barge H., Ancel B., Exploitation d’une mine de cuivre préhistorique : Les Clausis à saint-Véran, in : L’énigmatique civilisation campaniforme, Dijon, Faton, p. 46-49 (Archéologia – hors-série, 9)

Andrée Lantier, Vivre dans la plus haute commune d’Europe : Saint Véran 2040m, ed. Serre, 1983

J. Tivollier et P. Isnel, Le Queyras, ed. Lafitte Reprints, 1985 (1ère ed. 1938)

Richard Wacongne, Randonnées sur les sentiers du Queyras, Glénat, 2004

©copyright randomania.fr