La chapelle Saint-Pierre-de-Bagnols, coincé dans un vallon des monts de Vaucluse

Publié le Catégories ----- * Monts de Vaucluse 84, 84 Vaucluse, Balade, Test produits randonneursMots-clés , Laisser un commentaire sur La chapelle Saint-Pierre-de-Bagnols, coincé dans un vallon des monts de Vaucluse
 

Petite balade facile et rapide pouvant être un complément à celle de la bergerie de Cabrone, ou à faire le jour où vous êtes aux environs d’Apt. Lieu idéal à Villars pour un pique-nique à l’ombre l’été.

IMG_6845.JPGIMG_6849.JPGNous partons du hameau de Fumeirasse, près du lavoir. Un vieux panneau indique le sentier de la chapelle : ce sera le seul que nous verrons. Ti’Mars… se pose la question de savoir si nous sommes sur le bon chemin. Nous empruntons celui qui monte sur la gauche, longeons quelques champs. Ce n’est qu’une fois à 50m que nous apercevrons la chapelle totalement cachée dans le fond du vallon, au pied d’une falaise impressionnante que surplombe un rocher menaçant. La chapelle Saint-Pierre de Bagnols serait construite à l’emplacement d’un temple dédié à Sylvain et à Jupiter ; sa nef voûtée a été restaurée et agrandie en 1763. Un fragment d’inscription de sa consécration en 1160 a été encastré dans le mur nord de la chapelle.

IMG_6851.JPGIMG_6850.JPGPlus tard encore, en 1160, on trouve confirmée à l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon la propriété de la petite église Saint-Pierre-de-Bagnols au Villars. Cette église est bâtie […] sur l’emplacement d’un petit sanctuaire des eaux gallo-romain – et l’on y venait jusqu’au XVIII° siècle implorer la pluie quand sévissait la sécheresse, ce qui témoigne d’une telle pérennité qu’il est bien difficile d’envisager une rupture dans sa fréquentation… Extrait de Une féodalité contrariée, Histoire du Lubéron, Jean Méhu

IMG_6862.JPGDurant des siècles le sanctuaire fut à l’abandon et en ruines. Le culte à Saint-Pierre s’y perpétua près de deux croix de bois. En 1703 des bergers retrouvèrent les traces des anciennes fondations et des sépultures. On reconstruisit la chapelle sur le même plan. Le 22 avril 1893, les paroissiens de Saint-Saturnin, des Grands-Cléments et de Villars touchés par une sécheresse exceptionnelle ont prié ensemble pour obtenir la pluie. Le 9 mai suivant […] les habitants des Grands-Cléments avaient réuni assez de dons pour acheter une cloche et la déposer dans la chapelle. Extrait de Inventaire des sanctuaires

APT_270.jpgUne aire de pique-nique aménagée sera notre lieu de repas. Nous continuons à tester des testrepas lyophilisés de la boutique Fallières nutrition, destinés aux voyageurs et randonneurs. Nous goûtons aujourd’hui le testtaboulé et le testyaourt aux fruits lyophilisés. Ti’Mars… verse de l’eau froide dans le taboulé (4,10€) posé bien à plat sur la table de bois. Au bout du temps annoncé, les grains de taboulé sont toujours aussi durs et la quantité d’eau, difficile à mesurer, semble excessive. En attendant, nous mangeons un sandwich. Au bout de 20mn, le taboulé est à peine prêt. Nous le goûtons quand même ; le verdict est sans appel : insipide. APT_277.jpgSans doute de l’eau chaude aurait-elle accéléré le processus de réhydratation. A choisir, pour un prix inférieur, je vous conseille plutôt d’acheter le taboulé congelé pour 2-3 personnes de chez Picard Surgelés (3.40€), dégelé de la veille. Evidemment, il vous faudra préparer une portion dans un plat adapté : moins pratique et plus lourd que le lyophilisé mais si vous partez pour une seule journée, c’est envisageable. Le dessert de yaourt aux fruits rouges (4.20€) s’avère donc nécessaire : si la consistance n’est pas tout à fait celle du yaourt (c’est plutôt du lait épaissi), la préparation nous satisfait beaucoup plus, bien que les fruits rouges soient rares. Mais vous aurez accumulé des calories pour repartir.

IMG_6866 Ti'Mars... au zoom dans la grotteIMG_6859.JPGLes deux grandes baumes, creusées très haut dans la falaise en face de la chapelle, sont une réelle invitation à la visite pour Ti’mars… qui grimpe jusque là par un raidillon glissant. Après sa redescente, nous continuons quelque temps dans la combe de Saint-Pierre, qui passe entre les ‘portes’ des gorges, telles que surnommées par les anciens.

Image de l’itinéraire 2km A/R dénivelée 65m 1h30

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 29 Fév 2016

Retour en haut de page

Circuit Notre Dame d’Astor à Peyrolles

Publié le Catégories ----- * Aix et Durance, 13 Bouches-du-Rhône, Rando familialeMots-clés , Un commentaire sur Circuit Notre Dame d’Astor à Peyrolles
 

Exemple de balisage bleuAprès plusieurs semaines d’inactivité, c’est ma première sortie : elle a pour but de tester mes ‘nouveaux yeux’ suite à une opération. Il fait froid, le mistral souffle. Le circuit est balisé bleu mais il faut être attentif pour ne pas se perdre. Départ de la chapelle Saint-Sépulcre où le stationnement n’est pas en zone bleue.

IMG_6912.JPGConstruite aux Xe et XIIe s. c’est le monument le plus ancien de Peyrolles. Située sur un promontoire rocheux auquel on accède par des marches de pierre, la chapelle occupe l’emplacement du premier castrum. D’après Mr Duby, historien du moyen âge, il s’agirait d’une chapelle votive, commémorant un retour de croisade. ll existe trois autres exemples en Provence d’architecture semblable, en forme de trèfle à quatre feuilles mais la chapelle du Saint Sépulcre est la plus petite.

Photo estoublonSes absidioles, toutes identiques, ont une couverture de 2,90 m et une profondeur de 1,80 m. On y venait lors de la première communion afin d’aller en procession à l’église paroissiale. La messe y était célébrée le jour de la St Marc. C’est au 17è siècle que le clocheton, sous arcade a été rajouté sur un carré central. Le clocher actuel a été restauré en juillet 1976 suite à la foudre.

La chapelle Saint-Sépulcre

Article de journal paru sur le retable de la mise au tombeau (3 août 2006)

IMG_6917.JPGIMG_6916.jpgNous longeons le canal de Provence puis pénétrons en forêt ; nous marchons de temps en temps sur des blocs calcaires : nous nous perdrons une fois : il y a tant de petits sentiers de droite et de gauche ! Nous traversons le canal au pont Saint-Joseph : quel est ce champignon à lamelles d’au moins 10cm de diamètre, sur le bas côté ? Nous marchons désormais sur la route jusqu’à la chapelle Notre Dame d’Astor, berceau du village du temps des gallo-romains.

IMG_6926.JPGPhoto estoublonUne aire aménagée ajoute de la convivialité à ce lieu un peu triste : l’intérieur est vide, il ne reste plus rien. Le plafond fortement dégradé, devait être recouvert de peintures à l’origine. la chapelle est imposante avec ses contreforts manifestement ajoutés plus tard. Quelques pierres d’origine réemployées dans l’ancien presbytère n’ont pas été recouvertes d’enduit. « La pierre blanche en réemploi est un fragment d’une statue de Pomone, dont la tête, trouvée par Bernard Poyet à cet emplacement, se trouve dans le bureau du maire de Peyrolles ». Le projet territorial du Grand Site Sainte Victoire (2004-2006) y a programmé des travaux prioritaires de consolidation d’urgence.

Photo estoublonIMG_6923.JPGDes fragments de sculpture dont certains en ré-emploi, trois gros blocs de calcaire coquillier présentant des trous de louve permettent d’attester une occupation antique à proximité immédiate de la chapelle. […] La chapelle est datée des XIe s. ou XIIe siècle. grâce au « cintre de la porte d’entrée et par des arcades à baies géminées ».
En 1582, l’église Notre Dame d’Astor dépend de la chapellenie Saint Ambroise, laquelle église est ruinée. [..] La voûte aurait été reconstruite au XVIIe s., et une datation similaire est attribuée au premier état des enduits décorant l’intérieur |…].
IMG_6928.JPGQuatre sondages […] ont livré des sépultures, attestant ainsi l’étendue et la variété des architectures des tombes. Des sépultures construites, anthropomorphes, sont bâties au moyen de moellons et dalles, majoritairement de tuf, disposées verticalement, soigneusement agencées, et fermées à la tête et aux pieds par un moellon disposé transversalement. … daté du XIIe s. ou du XIIIe s.
Sur l’ensemble de l’édifice, la façade occidentale (entrée) est celle qui conserve le plus d’éléments architecturaux rattachables au Moyen Âge. […] Les reconstructions du XVIe-XVIIe s. concernent pour l’essentiel les parties hautes de la chapelle, […] .

Extrait sélectionné du Site de Peyrolles en Provence, patrimoine

IMG_6931.JPGIMG_6933.JPGIMG_6932.JPGNous repartons par le Plan après avoir traversé le petit canal de Peyrolles. La route du Plan est jalonné d’oratoires dont l’oratoire rural du Plan (ou Roy René) couronné d’une corniche et d’une croix. C’est le plus ancien de Provence. Son pilier porte la date de 1481 qui correspond au rattachement de la Provence au royaume de France. Le pilier en pierre de taille est d’origine. Restauré, l’oratoire a été classé en 1935.

Circuit des oratoires

Je n’ai pas été convaincue de l’intérêt de ce circuit, trouvé  sur internet. Pourquoi nous avoir emmenés en forêt pour arriver en bordure de route ? La chapelle d’Astor est vide et aucun panneau sur place ne nous donne d’informations sur son historique. Un simple aller-retour à la chapelle d’Astor par la route du Plan peut constituer une agréable balade dominicale.

Image de l’itinéraire 11.200km 125m dénivelée 2h45 dépl.

blsqr05.gif

J’adresse mes remerciements à Alain Balalas pour la relecture et la correction de cette note.
Il est auteur de plusieurs livres De Peyrolles en Provence à Jouques, coll. Mémoire en images, A.Sutton, 2000
Peyrolles ; Glossaire et lexique local à L’usage des anciens et des nouveaux Peyrollais, Le Livre d’Histoire, 2006 et d’articles dans la presse locale.

©copyright randomania.fr

Briançon : du parc de la Schappe au pont d’Asfeld par les gorges de la Durance

Publié le Catégories ----- * Briançonnais, 05 Hautes-Alpes, BaladeMots-clés , Un commentaire sur Briançon : du parc de la Schappe au pont d’Asfeld par les gorges de la Durance
 

Le plan du parc de la schappeUne balade courte mais fort intéressante dans le parc de la Schappe, au départ de l’ancienne usine  du travail de la soie, dans le quartier Sainte-Catherine ; on nomme ‘schappe’ le produit que l’on obtient après travail des déchets de la soie, des cocons troués ou tachés. Au début du XIXè ce sont les détenus de la maison d’arrêt d’Embrun qui font le travail de peignage de la soie. La maison Mathieu est fondée d’abord à Saint-Véran puis à Briançon en 1842 pour se rapprocher des voies de communication. En 1847, les frères Chancel s’associent à l’entreprise. C’est une usine de peignage et non de filature ; elle déménage en 1863 dans le grand bâtiment à l’entrée du parc : 5 étages, 125m de long, jusqu’à 1400 ouvriers en 1870. Vers 1930, les pays fournisseurs traitent eux-même leurs déchets ; l’usine ferme en 1933. En souterrain, on trouve un canal de fuite et une conduite qui amène l’eau jusqu’à l’usine.

IMG_0598.jpg

Briançon ville d’art et d’histoire, document pdf 2010 par l’office du tourisme

L’industrie française des déchets de soie sur Persée

IMG_5771.JPGIMG_0596.jpgLe sentier de découverte passe un  peu en hauteur dans un sous-bois puis redescend le long de la Durance par plusieurs variantes. L’eau restituée par l’usine hydroélectrique de la Roche Percée (1920) était partiellement canalisée par un ouvrage à ciel ouvert, puis par une conduite et une galerie jusqu’à une chambre de mise en charge alimentant la petite centrale du Peignage. Une passe à poissons, rénovée en 1988, permet le transit de la faune aquatique.
La micro centrale de la Schappe

IMG_0611.jpgIMG_0616.jpgIMG_5783.JPGNous passons sous les installations du parc Grimp’in Forest très fréquenté. Quelques téméraires arrivent sur notre rive par une tyrolienne ; au delà du parc, progressivement, nous entrons dans les gorges de la Durance de plus en plus étroites et resserrées. Sur l’autre rive, des piquets métalliques régulièrement espacés dans la paroi rocheuse supportaient autrefois une passerelle qui traversait la Durance au niveau du pont. Une ancienne borne militaire matérialise encore la zone d’entrée dans le fort des Têtes.

IMG_0612.jpgNous sommes bientôt en vue du vieux pont d’Asfeld que nous avons vu d’en haut la veille, en parcourant le vieux Briançon. Il permet la liaison entre la ville et le Fort des Têtes. Nous essayons en vain de trouver un sentier qui nous ramènerait sur le pont mais cela nous semble impossible.

IMG_0564.jpgIMG_0559.jpg

En 1700 Vauban avait déjà pensé à un pont permettant de franchir les gorges de la Durance, dans son esprit cet ouvrage de communication devait être composé de deux arches.
Lorsque le projet fut entrepris trente ans plus tard (1730-1731), les ingénieurs en charge de sa construction décidèrent d’une arche unique de 55 mètres sous clef pour relier les 40 mètres séparant les deux rives.
Le rude hiver qui sévissait à cette époque obligea à une certaine diligence dans sa réalisation, toute la maçonnerie fut ainsi terminée en moins de quatre mois (Avril-Août 1730), malgré cette rapidité d’exécution aucun accident ne fut à déplorer durant toute la construction de cette oeuvre audacieuse.

Les enfants trouveront dans ce parc de quoi jouer dans l’aire de jeux ou dans les arbres ; des deux côtés de la rive de la Durance, vous pourrez découvrir les jardins botaniques ; les curieux glaneront quelques renseignements sur le patrimoine industriel préservé.

Voir le plan du parc au début de cette note : 2h A/R minimum

©copyright randomania.fr

La chapelle Saint-André aux Orris de la Roquebrussanne

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , 2 commentaires sur La chapelle Saint-André aux Orris de la Roquebrussanne
 

Ce circuit vers la chapelle Saint-André peut compléter le circuit des Orris à la Roquebrussanne. Nous partons du chemin des baumes et rejoignons sans difficulté le premier carrefour de chemin (PT1 de la fiche d’Elia’s). Pour rejoindre la source, c’est à droite, pour la chapelle c’est la montée devant vous.

IMG_6604.JPGUn peu plus loin sur la gauche, à peine visible, quelques marches de pierre partiellement écroulées précèdent un sentier étroit qui s’enfonce vers un ancien hameau en ruines. Si vous ne le savez pas, vous ne les verrez pas. Nous passons à côté de quelques arbousiers. En novembre, les fruits de l’arbousier sont bien rouges et mûrs ; après en avoir dégusté quelques uns à la peau dure, je tombe sur un fruit doux et tendre sous la peau granuleuse. C’est un des rares fruits à mûrir en hiver, alors, profitez-en !

IMG_6625.JPGLe sentier sinue et se perd sous les broussailles. Quelques marches d’escalier aménagées en pleine forêt, sont bizarrement matérialisées par des branches de bois ou des pitons métalliques. C’est donc un itinéraire qui fut largement emprunté par de nombreux pélerins pour se rendre sur ce lieu de culte déserté.

IMG_6608.JPGIMG_6616.JPG IMG_6610.JPGL’arrivée face à la chapelle Saint-André nous met en face d’un trou béant  : plus de porte, juste une haute et large arche de pierres délabrées, des murs intérieurs couverts de mousse et percés, des bancs de bois posés sur des pierres. Par contraste, de nombreux objets religieux et sans valeur selon le panneau à l’entrée, trônent dans la chapelle : un autel, un crucifix, des représentations religieuses, quelques bougies et chandeliers, une statuette, etc. Nul doute que certains villageois continuent à y venir et honorer saint-André.

IMG_0562.jpgphoto aérienne motte castrale des BaumesNous montons maintenant par un sentier raide et glissant au-dessus des rochers proches de la chapelle, là où se trouve la cache les orris médiévaux. Ti’Mars… grimpe près des ruines d’une ancienne tour de gué appartenant sans doute à la motte castrale1 des Baumes. Selon La Roque-Brussanne (Var) Notice historiqueJ.E. BrémondRobert Reboul, Latil, Draguignan, 1874, écrit en 1787, cette tour était alors de facture récente : elle doit donc dater du début ou de la moitié du XVIIIè siècle.

IMG_6659.JPGAu retour, nous passons devant le jardin d’Elie Alexis, ‘jardin sans eau’ dont nous avons entendu parler grâce au geocaching. Il est fermé mais une personne de l’association du jardin d’Elie qui s’en occupe depuis la mort de son propriétaire, est en train de soigner des oliviers malades parce que mal taillés les années précédentes. Je lui explique que nous venons de loin ; elle accepte de nous laisser visiter le jardin après nous avoir donné quelques explications sur Elie, son créateur, qui n’avait ni eau courante (mais il savait récupérer l’eau de pluie dans des réservoirs) ni électricité.

IMG_0583.jpgIMG_0609.jpgIMG_6635.JPGIMG_0632.jpgIMG_6632.JPG

IMG_0637.jpgIMG_0620.jpgPlusieurs espaces ont été aménagés : les cistes qui nous accueillent dès l’entrée, la rocaille, la rocaille exotique, les oliviers et figuiers, le verger dans les restanques qui suffisait à nourrir Elie toute l’année, la serre et ses nombreux cactus, les noisetiers, les plantes tinctoriales. Dans le jardin aromatique, nous pourrons même voir de près le crocus sativus. La fleur comporte 6 pétales violets, trois étamines jaune d’or et un pistil rouge. C’est ce fameux pistil composé de trois stigmates (filaments) qui, une fois séché, donne l’épice safran. Il faut 150 000 fleurs de crocus sativus pour  un kilo de stigmates frais.
Une bien agréable promenade dépaysante dans un jardin remarquable. A revoir en d’autres saisons.
Attention aux horaires d’ouverture en hiver : du 01 Novembre au 28 Février de 14 h à 17 h, fermeture hebdomadaire le Lundi
Téléphone 04.94.86.90.28contact@lejardindelie.fr
le site de l’association Le jardin d’Elie, avec toutes les informations utiles

Image de l’itinéraire chapelle Saint-André depuis le chemin des Baumes 2km200, 1h30 avec visite et recherche de la cache, 131m dénivelée

bullet1.gif

1La motte castrale est un ouvrage de défense médiéval ancien, composé d’un rehaussement important de terre rapportée de forme circulaire, la motte. Un fortin de bois y était aménagé avec une tour de guet analogue à un donjon.

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 06 Fév 2011

Retour en haut de page

** Circuit des Orris à la Roquebrussanne

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Inédit, Rando sportive, Test produits randonneursMots-clés , , , 2 commentaires sur ** Circuit des Orris à la Roquebrussanne
 

C‘est à l’occasion de l’assemblée générale 2010 de l’ASER que nous avons pu nous rendre au lieu-dit les Orris à la Roquebrussanne, commnune autrefois composée de deux seigneuries, celle de la Roque, – partagée entre Bertrand Icard, Guillaume de Gardion – et celle de Brussan. Ce dernier, seigneur du château, donna son nom à la totalité du fief. En 1793, pendant la période révolutionnaire, Roque-Brussanne deviendra Roque-Libre.

IMG_0451.jpg

IMG_0441.jpgAvec les caches placées par papounet83 et Elia’s, nous décidons d’improviser un circuit, en utilisant la possibilité offerte par le GPS de recalculer un itinéraire sur route à partir d’un point de départ (le petit parking sur le chemin des Baumes) et d’un point d’arrivée (la cache la plus proche). Ce sera donc Inspiration GC1YJMM d’Elia’s, chapelle édifiée au XIIIè siècle au sommet d’une colline, accessible par un sentier grossièrement caladé et balisé de sept oratoires. De hauts murs de IMG_6540.JPGsoutènement en pierre sèche annonce notre arrivée sur l’esplanade. IMG_0447.jpgLe cadre de la chapelle Notre-Dame est véritablement enchanteur. Nous sommes face à Sainte-Marie, autrefois paroisse du lieu. Sur la façade à gauche, un grand Saint Etienne, oeuvre du sculpteur Portanier, à droite, un tout aussi grand Saint Bruno, œuvre du chartreux Don Alphonse. L’incursion du duc de Savoie et du prince Eugène en 1707 frappa les habitants et les habitations : le village fut saccagé et incendié. Un amphithéâtre en pierres sèches aménagé par un ermite au XVIIIè siècle, a été construit avec les pierres récupérées du château.

L’abandon du village perché peut être ici précisément daté. En 1340, l’archevêque d’Aix en tournée pastorale autorise les habitants à déplacer la paroisse dans la vallée, à l’emplacement du village actuel. Notre dame d’Inspiration, site de la commune de la Roquebrussanne

IMG_6553.JPGIMG_0511.jpgLa seconde cache sera GC1Q6WH le vallon d’Orris de papounet83 ; le GPS nous conduit près de la cache par la carraire du Pas de la Nible, mais ce n’est pas le bon chemin. Nous rebroussons chemin et prenons celui juste au dessus. La zone est composée de roches dolomitiques que l’érosion a sculpté en étranges silhouettes. L’étude complémentaire sur l’environnement réalisée pour déterminer le tracé de la ligne LGV reconnait qu’il sera difficile d’éviter le passage dans ce micro-paysage…

IMG_6557.JPGL’improvisation n’a pas que du bon : la fameuse cheminée tant citée par l’ensemble des geocacheurs, se trouve dans le sens déconseillé, celui de la descente. Nous décidons de l’observer d’en haut avant de décider si nous prendrons la variante (en revenant sur nos pas jusqu’au Pas de la Nible puis direction ouest sur l’ET4). Nous passons sous une arche (balisage brunâtre ou vert) avant de découvrir la cheminée, étroit passage entre deux barres rocheuses.

IMG_0482.jpgIMG_0493.jpgVue d’en haut, elle nous impressionne (balisage verdâtre). Ti’Mars… l’observe longuement, tente une première approche par la droite avant de décider que c’est par la gauche qu’elle est le plus facile. Le passage est haut, étroit et raide : il faut poser les coudes à plat de chaque côté puis jouer des pointes de pieds pour descendre ce premier obstacle, sans les sacs à dos. Passé ! mais bientôt un second passage pose problème : mon pied gauche se coince, mon sac à dos me gêne. Je le passe. Le troisième passage nécessite de descendre en se retournant. Le reste du parcours moins technique requiert cependant quelque attention. L’arrivée sur la source des Orris GC1Q6VM de papounet83 sera notre récompense.

Ce terme d’Orris1 n’existait pas du temps de la première carte de Cassini en 1779. Il apparaît par contre sur le cadastre napoléonien vers 1831. Les orris désignaient au XVIIIè un nom commun et non un nom propre. C’est l’usage oral qui a sans doute transformé ce nom en nom propre. La preuve par M. Béraud, notaire, qui écrit en 1722 au moment où la peste atteint la Roque-Brussanne :

pour moi j’avais gagné les orris avec le cousin Nicolas Bosc, mareschal2 à qui cette terre appartient, et nous fûmes assez heureux d’être exents de cette maladie [la peste]. Il y avait des barrières aux extrémités du terroir […] où on allait prendre en payant tout ce qui est nécessaire pour la vie.

IMG_0501.jpgIMG_0496.jpgPar analogie avec ce terme employé également dans le massif du Canigou, au XVIIIè siècle, cela désigne le terrain de dépaissance3 du bétail. Selon le témoignage d’anciens du pays, « ce sont des bâtiments érigés en des lieux voués à la culture des céréales il y a encore 150 ans ; ils servaient […] de magasins provisoires pour les grains et, après la venue des troupeaux sur les pacages estivaux, d’abris pour les bergers et les agneaux, d’entrepôt pour le lait et de cave à fromages ». Terminologie Roussillon

Le site des Orris, base communale

Le site des Orris, mairie de la Roquebrussanne

Continuer la lecture de ** Circuit des Orris à la Roquebrussanne

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 29 Fév 2016

Retour en haut de page

La bergerie troglodytique de Cabrone et les aiguiers du Jas des Pins

Publié le Catégories ----- * Monts de Vaucluse 84, 84 Vaucluse, BaladeMots-clés , , , , Laisser un commentaire sur La bergerie troglodytique de Cabrone et les aiguiers du Jas des Pins
 

Nous aurions pu ajouter cette variante à notre randonnée de la veille au départ des Grands Cléments mais cela nous a semblé trop long pour une randonnée en hiver. La plupart des circuits proposés sur internet incluent cette visite dans une boucle longue et parfois difficile. J’ai donc repéré un sentier en pointillé sur la carte IGN qui mène très rapidement à la bergerie de la Combe de Coste Brune et au Jas des Pins. Attention ! zone réglementée dans les monts de Vaucluse, voir l’article sur randonnée et interdiction de circuler 2010

la météo aujourd’hui et à 3 jours à cet endroit :
avec la direction du vent et la température ressentie

IMG_6843.JPGParvenus sur place, nous constatons qu’il n’y a pas de parking, pas de balisage mais le sentier en sous-bois est visible. Progressivement, il se rétrécit, envahi par la végétation ; au bout de 15mn, il a disparu. Heureusement, ayant préparé la randonnée sur mon GPS, je parviens à repérer la direction à prendre. Nous retrouvons bientôt un semblant de sentier. Inquiets cependant, nous continuons dans une végétation dense. Finalement, presque surpris, nous parvenons sur une piste forestière plus large d’où nous apercevons un bâtiment de pierre.

IMG_6791.JPGBien qu’ayant déjà lu le chapitre correspondant du livre 25 balades sur les chemins de la pierre sèche, Florence Dominiquele bec en l’air, 2009, nous ne cachons pas notre étonnement.

Cabrone, pour qui la découvre, est une sorte de miracle, comme une oasis dans le désert. […] De nombreuses traces de reprises de maçonnerie et modifications de percements montrent que cette remarquable construction est le fruit d’un aménagement progressif et d’adaptation fonctionnelles (A.Y. Dautier)

Plusieurs baumes abritent un véritable ensemble troglodytique construit en pierres contre le rocher : c’est la bergerie de Cabrone. IMG_6826.JPGDes signes évidents de vie montrent que le lieu est habité. Nous n’osons pas pénétrer dans les deux premières pièces (qui seraient des étables) devant laquelle un sac est posé. Nous ouvrons la bergerie séparée naturellement du logis par le rocher  : on y voit un mur de pierre intérieur, une ouverture donnant sur l’écurie attenante, des sacs de graines et quelques outils.

IMG_6811.JPGIMG_6821.JPGUn chat s’approche de nous et se laisse carresser :  il se rend ensuite à l’abreuvoir monolithe. En y regardant de plus près, un système sophistiqué d’impluvium1 récupère l’eau de pluie depuis la falaise calcaire en surplomb au dessus des baumes. Des rigoles ont été creusées, remplissent un large aiguier de forme rectangulaire d’où l’eau s’écoule encore jusque dans une cavité naturelle fermée par un mur maçonné bien protégé. L’eau ne s’écoulait donc pas dans les bâtiments et son stockage permettait aux habitants de vivre en autarcie un certain temps : nous sommes presque à 800m d’altitude.
Face à l’habitation à laquelle on accède par un escalier de pierre sèche, a été construit un cabanon couvert de tuiles, transformé en poste à feu comme en témoigne une embrasure de tir ménagée sur la façade nord. De gros éboulis dans le jardin achèvent l’harmonie entre le naturel et le construit.
A.Y. Dautier, Trous de mémoire – troglodytes du Lubéron et du plateau de Vaucluse, les Alpes de Lumière, 1999

IMG_6801.JPGIMG_6803.JPGIMG_6810.JPGAPT_192.jpgAPT_213.jpg

IMG_6831.JPGNous poursuivons vers le Jas des Pins. Le chat nous suit pendant quelque temps, passe devant nous, se cache dans les buissons, vient quémander de nouvelles caresses. Nous découvrons l’aiguier à ciel ouvert dans la dalle rocheuse où l’eau est récupérée par des rigoles pour qu’elle ne soit pas  perdue dans les réseaux karstiques du sous-sol. Comme à Auribeau, une petite auge est creusée dans la pierre à côté de l’aiguier pour le bétail. A l’intérieur d’une des extrémités, un bloc rocheux a été partiellement détaché :  les habitants du jas auraient-ils prévu d’agrandir l’aiguier par extraction de ce bloc ?  IMG_6839.JPGAPT_235.jpgL’éparpillement de l’habitat a été la cause de la multiplication des aiguiers dans cette région. Nous cherchons le jas en ruine qui devait être assez important avec un étage et plusieurs pièces. Il ne reste que des ruines et un semblant de jardin entouré d’un muret de pierres.

IMG_6829.JPGLa boucle du retour n’a qu’un seul intérêt : le point de vue sur le Luberon que vous aurez de toutes façons depuis l’aiguier. De plus, le risque de se perdre n’est pas nul car le sentier ne suit pas celui de la carte. Je vous suggère donc un simple aller-retour pour une petite balade qui intéressera petits et grands. Vous pourrez la compléter par celle de la chapelle bien cachée située au fond de la combe de Saint-Pierre.

La bergerie de Cabrone et l’aiguier du Jas des Pins 1h15 dépl., 3km640, 95m dénivelée (départ dans le virage en épingle à cheveux sur D34 : N43.95941 E005.45175, direction Lagarde d’Apt)

blsqr05.gif

1Impluvium : système de récupération des eaux de ruissellement tel que plan de roche dénudé et creusé de rigoles de collecte, ou toiture collectrice concave avec lauses inclinées convergeant en direction du trou de collecte

©copyright randomania.fr