Rians : la colline Saint-Pierre et sa chapelle

Format En passantPublié le Catégories 83 VarMots-clés Laisser un commentaire sur Rians : la colline Saint-Pierre et sa chapelle
 

Aujourd’hui le mistral souffle dans toute la région. Je choisis un lieu où, selon météo France, les rafales sont moins violentes mais ça s’avérera faux : les premières heures seront donc désagréables.
Après m’être inspirée d’un vieux guide sur les randonnées pédestres dans Sainte-Victoire, et de la randonnée de Yves en Provence déposée sur le site randogps.net, j’ai concocté mon propre parcours : dans le premier guide, la balade était trop courte ; celle sur internet avait trop de partie commune à l’aller et au retour. Je vous propose donc une boucle qui commence par la Louvière, descend la colline de Saint-Pierre à l’est du vallon des Vacons puis rejoint Rians par une large piste forestière très aimée des chasseurs.

La météo à Rians
à 3 jours avec la vitesse du vent

Parking du Faraillon bien situé dans le centre ville. La balade commence sur une route revêtue qui s’engage vers le domaine agricole de la Louvière ; je passe devant le lavoir décoré de peintures champêtres : un berger et son troupeau avec plein de petits détails tels que la fenêtre en trompe l’oeil ou le garçonnet qui se cache derrière la paysanne ; un vieil oratoire caché derrière un arbre ponctue sans doute ce qui fut un chemin religieux.

La piste étroite, empruntée par les chevaux, sinue entre des champs à droite et un bois à gauche. Près des maisons du hameau, je m’interroge : tous les accès sont annoncés ‘privés’ mais en longeant les constructions après un passage dissuasif envahi de végétation, je trouve un sentier dont la chaîne a été coupée ; buis, yeuses et touffes de thym m’accompagnent jusqu’au chemin plus officiel dessiné sur la carte IGN.

Un simple cairn sur la grande piste m’alerte : il faut tourner à gauche pour atteindre la chapelle. Sentier bientôt raide, humide (nous sommes à quelques jours des inondations dans le Var) ; c’est maintenant qu’on s’amuse : dénivelée 105m sur une distance de 320m environ soit une pente à plus de 30% sous un bois plus dense avec quelques marches un peu hautes ! mieux valait que je ne prenne pas le même chemin au retour.

Ce n’est que quelques mètres avant d’arriver au sommet (554m) que je découvre les ruines imposantes de la chapelle Saint-Pierre. Il ne reste pas grand chose debout ; les murs ont beaucoup travaillé et la ligne de pierres ondule. On reconnait encore une corniche et la voûte. Quelques traces d’anciennes habitations subsistent sur la crête : comment pouvait-on construire dans cet endroit si éloigné de Rians et si difficile d’accès ? De tous côtés, la vue porte loin : j’ai toujours une préférence pour les Alpes enneigées plutôt que les collines.

On sait que la colline était occupée dès l’âge du fer mais sur cette chapelle je n’ai pratiquement trouvé aucune information ; selon certains, elle recèlerait une cache contenant des archives des Templiers ; la balade passe par le quartier Saint-Maurin à Rians  : il y a peut-être confusion avec le Saint-Maurin de Régusse, importante commanderie sur la route de Quinson. En tous cas, la chapelle est assez importante en taille pour avoir joué un rôle religieux notable dans la commune. La revue Gallia du C.N.R.S. parle d’une chapelle connue depuis le XIè près de laquelle on aurait retrouvé des céramiques gallo-romaines. La déléguée à la communication de la mairie de Rians, que je remercie, a bien voulu me fournir quelques informations : Chapelle Saint-Pierre dite « Templière » d’art roman du XIIè siècle. Orientée Est-Ouest, sa superficie est de 13 m de long sur 4,60m de large, sa hauteur est de 12 m environ sous voûte. La totalité de cette construction est en pierres appareillées.


Traces jaunes sur la crête rocheusePour rejoindre le sentier en pointillé par la crête, il faut être attentif et suivre d’abord la crête rocheuse que l’on repère des yeux au loin ; on marche sur quelques lapiaz creusés par l’eau ; de vagues traces de peinture jaune peuvent vous y aider. C’est le seul passage qui demande un peu de vigilance et sens de l’orientation.

Continuer la lecture de Rians : la colline Saint-Pierre et sa chapelle

©copyright randomania.fr

Les Maurras par la chapelle Notre-Dame des Œufs

Publié le Catégories ----- * Parc Verdon 04, 04 Alpes-de-Hte-Provence, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , Un commentaire sur Les Maurras par la chapelle Notre-Dame des Œufs
 

Une trace trouvée sur randogps.net mais parcourue en sens inverse pour éviter deux descentes raides : celle que j’aurais trouvée après le pylône, et  celle après la chapelle. De plus, j’ai légèrement modifié la boucle balisée jaune pour un détour vers le hameau abandonné des Garduères. Je me suis garée sur un des deux grands parkings des thermes de Gréoux, totalement déserts en cette saison.

La météo à cet endroit
Prévisions à 3 jours avec vitesse du vent

Il suffit de suivre le GR4 pour rejoindre rapidement la rivière et le pont sur le Verdon. Quelques canards, croyant sans doute que j’allais les nourrir, s’approchent rapidement de la berge. Après la traversée du pont, je marche sur la route peu fréquentée ; j’oblique ensuite vers la gauche sur la colline par une montée qui promet d’être raide. Et elle l’est. Les bois ne sont pas très denses, j’entends hurler les chiens des chasseurs ; au cri aigu et répété de l’un d’eux, je devine qu’il vient d’être blessé. Le détour par la chapelle n’est pas clairement indiqué sur le rocher face à moi ; en quelques enjambées, j’y parviens par la gauche et découvre une large esplanade rocheuse, deux cairns et une petite chapelle précédée d’un bâtiment en ruine, l’ancien ermitage probablement, déjà noté ainsi sur la carte de Cassini en 1778. Le dernier ermite l’a occupé jusqu’en 1883. La chapelle Notre-Dame des Œufs est bâti sur un éperon barré, ce qui offre un superbe panorama sur la vallée. A l’intérieur, au sol, un œuf fraîchement cassé encore est encore dans sa coquille. Sur le mur d’entrée, des éclaboussures noires pourraient être celles d’œufs cassés que l’on aurait projetés.

Quel nom bizarre que la chapelle aux œufs ! Après une longue recherche, je trouve enfin quelques bribes d’explication et des éléments historiques sur lesquels les auteurs sont à peu près tous d’accord. Sur la colline dominant le hameau d’Aurafrède, petit fief à part entière dont la durée de vie n’a pas dépassé la fin du XVe siècle, se dresse une chapelle dédiée à Notre Dame (mentions en 1274, prior ecclesie Beate Marie de Aurafrigida – en 1351, ecclesia de Aura Frigida). Depuis quand le nom de Notre dame des Œufs a-t-il remplacé celui d’Aurafrède ? Tout ce que je sais c’est que fin XIXe, elle portait son nouveau nom. Les rites de cette chapelle de fécondité ont été abandonnés vers 1930 puis ont repris depuis quelques années ; la chapelle a été restaurée.

Le lundi de Pâques autrefois était jour de pèlerinage : les femmes imploraient Notre Dame pour obtenir la fécondité ; après être montée au sanctuaire, la pèlerine en quête de mari, ou la femme désirant un enfant, montait à la chapelle portant des œufs. Elle déposait quelques œufs dans les niches du chœur en ex-voto, et mangeait les autres. Daniel Thiery, Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence : Gréoux-les-Bains.
Les rares auteurs (Bertrand et Bailly) pensent que la chapelle a succédé à un culte païen, occupant le site d’un habitat gallo-romain, ou même a remplacé un sanctuaire de la fécondité de l’époque protohistorique. Extrait de archeoprovence, Daniel Thiery

Sébillot rapporte dans diverses régions de France des coutumes assez similaires consistant à offrir différentes denrées aux fontaines : des œufs, des morceaux de pain, des gâteaux, des fruits. Les femmes stériles y enterraient un œuf lors du pèlerinage du Lundi de Pâques. Il devait se conserver tout l’été, ce qui était un gage de réussite. On vérifiait son état le 8 septembre suivant, lors du second pèlerinage. Paul Sébillot, Folklore de France. Les eaux douces, Imago, 1983

Au Moyen Age, le pèlerinage à la Grotte aux Œufs de la Sainte-Baume – que j’ai prévue d’aller visiter bientôt – est censé assurer la fécondité aux femmes. Une croyance à rapprocher du culte d’Artemis, […] qui portait en fait un collier d’œufs, symbole de fécondité. Robert Bailly, Chapelles de Provence. Origines, architecture, croyances, Editions Horvath, Le Coteau 1988
L’Histoire des contes, Catherine Velay-Vallantin, Fayard, 1992

Je continue mon périple en empruntant un escalier plus ou moins creusé dans le sol et muni d’une rambarde métallique : c’est pas là qu’il faut venir si l’on arrive en voiture depuis les Maurras. La piste forestière composée de galets me donne toujours l’impression d’insolite puisqu’on est loin de la plage ; elle est longue et un peu ennuyeuse. Je converse avec un chasseur qui court derrière son chien, équipé d’un gilet fluorescent et d’une antenne GPS et qui s’est enfui. « Est-ce vrai que les sangliers sont atteints d’une parasitose transmissible à l’homme ? » (je pense à la Trichinellose, dont quelques cas ont été observés dans le sud de la France). Il me sourit d’un air entendu : « je sais mais après 48h de congélation, pas de problème ! ». Sauf que selon le ministère de la santé La congélation de la viande n’est pas suffisante pour éliminer tout risque de transmission de la trichinellose. Donc préférez la cuisson à cœur si vous mangez du sanglier.

Continuer la lecture de Les Maurras par la chapelle Notre-Dame des Œufs

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 29 Fév 2016

Retour en haut de page

Boucle autour de Mange Garri

Publié le Catégories ----- * Aix et Durance, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , Laisser un commentaire sur Boucle autour de Mange Garri
 

Départ sur le parking à côté du Pavillon des Quatre Tours improprement appelé pavillon de chasse du roi René. Le pavillon des quatre Tours aurait été construit entre 1573 et 1583 pour un membre de la famille Milhaud, conseiller au parlement. Nous partons pour la Provence, J.P, P. Coste, P.U.F., 1977.

La balade commence agréablement en longeant la Luynes, affluent de l’Arc ; les abords ont été nettoyés et c’est vraiment agréable d’en suivre la berge. Je passe sous le pont de chemin de fer taggué d’un grand œil blanc cerné de noir.

Le sentier est par endroit fort boueux. La Sainte-Victoire joue à cache-cache entre les bosquets d’arbre. De nombreux tas de bois coupé jalonnent la piste forestière. En pleine forêt, un panneau puis deux puis trois annoncent une installation classée pour l’environnement : stockage de minéraux d’exploitation provenant de l’usine de Gardanne ainsi qu’une station de produits de minéraux pulvérulents non ensachés au lieu-dit de Mangegarri1 à Bouc Bel Air. […] Arrêté préfectoral du 8 juin 2007 […]. Suivent les numéros de téléphones utiles : gendarmerie, centre de secours et d’incendie, poste de garde Alcan. Ecrit comme ça, il est difficile d’imaginer ce que ce site exploite : on ne sait pas de quelle usine il s’agit ; que sont ces produits de minéraux non ensachés ? en cherchant un peu, je trouve facilement que le site industriel d’Alteo, fabricant d’aluminium anciennement Péchiney, recycle les résidus de bauxite en bauxaline® afin d’interrompre leur rejet dans la Méditerranée ; en regardant autour de moi, seule une barrière fermée et de longs tuyaux signalent un site industriel. Posés sur support, ces canalisations se dirigent sans doute vers l’usine de Gardanne. Ici au sud du site, l’environnement est bien vert ; au nord, le sol est plus rouge, de la couleur des boues rouges qui y sont stockées : en 2012, 125000 tonnes dont 78000 tonnes revalorisées. Pays gardannais EELV

Dans les années 2000, il [Alteo] conçoit un procédé industriel de déshydratation des résidus de bauxite : le filtre presse. En 2005, un premier filtre presse est mis en service sur le site de production de Gardanne. C’est alors une première mondiale. Fin 2012, la construction d’un second filtre presse démarre sur le site de stockage de Mange Garri1 pour une mise en service fin 2013.
Construction de 3 nouvelles tuyauteries reliant l’usine de Gardanne et Mange Garri1 :
– Pour le transport des résidus liquides de l’usine jusqu’au filtre-presse.
– Pour le retour des filtrats vers l’usine (lesquels seront réinjectés dans le procédé).
– Pour l’alimentation du filtre-presse en eau brute.
Le filtre-presse permet de transformer des résidus liquides, inexploitables, en matériau solide commercialisable : la Bauxaline®. Aujourd’hui, le filtre-presse produit 350 tonnes de Bauxaline® par jour.

Au niveau de l’ancienne pompe, ça glisse : un coureur ralentit le pas. Je continue à monter, croise de nombreux sentiers et me réjouit d’avoir un GPS avec la balade toute prête récupérée sur le site Gpx-View. Lorsque j’amorce la descente, je rate un virage, tant le sentier raviné invite à aller tout droit. Il est un peu moins reposant que les précédentes pistes forestières.

Moyennant un petit détour vous découvrirez le site de stockage des boues rouges, bien caché derrière les arbres, grâce à la cache Dark side of the Provence comme le surnomme le geocacheur cricrilemotard

Continuer la lecture de Boucle autour de Mange Garri

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 08 Jan 2015

Retour en haut de page

Du barrage de Bimont à la crête du marbre

Publié le Catégories ----- * Aix et Durance, ----- * Sainte-Victoire 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , Laisser un commentaire sur Du barrage de Bimont à la crête du marbre
 

Une boucle classique dans la montagne Sainte-Victoire, sur de larges pistes bien balisées. Je vois au loin la crête de la sainte-Victoire et la croix de Provence  mais aujourd’hui je ne monte pas, je descends vers la crête du marbre sans difficulté particulière. Pour un jour de fort mistral, cette courte balade suffira.

Le barrage Bimont construit par la Société du Canal de Provence assure une réserve d’eau pour 3 mois d’été ou 6 mois d’hiver. […] 95% de l’eau de la retenue viennent du Verdon par la galerie de la Campane, les 5% restant sont apportés par l’Infernet et les eaux de pluie. En aval du barrage, le bassin de compensation est destiné à limiter les dégâts en cas de crue ou de vidange brutale, il sert aussi de bassin d’alimentation pour la branche du Canal de Provence conduisant à la réserve du Vallon Dol à Marseille (3 millions de m3). Extrait de la lithothèque Aix-Marseille

A partir du parking déjà plein à 10h, je traverse le barrage pour gagner la large piste très fréquentée par des coureurs, des randonneurs, des VTT et des promeneurs ;  au loin la cheminée de Gardanne se dresse au dessus des frondaisons comme si elle était tout près. De nombreuses bornes délimitent le territoire protégé dans la forêt départementale de Roques-Hautes.

Créée le 1er mars 1994, cette réserve géologique de 139 hectares, située sur la commune de Beaurecueil, est constituée de roches sédimentaires, alternant argilites rouges et niveaux de grès et calcaires et dans lesquels ont été retrouvés des œufs de dinosaures fossilisés. Accès libre dans la zone tampon, interdit hors des chemins balisés en zone centrale. Selon le site académie de la nature

1 BARRAGE DE BIMONT # Sainte Victoire Event 2012, les CPN’s (à 100m environ de la piste)
2 BARRAGE DE BIMONT # Sainte Victoire Event 2012, les CPN’S (à 150m de la piste, à faire à l’aller ou au retour)

Dans la descente, le château autrefois propriété du seigneur de Roque-Hautes, se perd dans l’immensité des champs qui l’entourent.

Pierre Decormis fit d’importants travaux de restauration en 1615 puis en 1617. On peut supposer que le château primitif était carré, flanqué de quatre tours d’angle, dont deux subsistent : l’une d’elle munie de bouches à feu fait penser à une bastide fortifiée, moyen de défense contre le brigandage ; l’autre servait de pièces d’habitation sur trois niveaux ; deux fours se trouvaient à la base des tours. On accédait par le sud aux grandes bergeries semi-enterrées et voûtées en plein cintre. Des bâtiments agricoles, il ne reste plus rien : aujourd’hui le château ne sert que d’habitation.

Au niveau de la grande prairie de Roques-Hautes, terrain de jeu favori des enfants, se trouve la carrière de marbre précédée par de gros blocs taillés posés au sol. Je m’infiltre dans la carrière d’une impressionnante hauteur. Un gros bloc taillé brut à côté d’un bloc légèrement poli permet d’établir la comparaison : les couleurs du second, plus vives, font toute la beauté de ce faux marbre.
Continuer la lecture de Du barrage de Bimont à la crête du marbre

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 07 Jan 2014

Retour en haut de page