Les gorges de la petite Sainte-Baume

Publié le Catégories ----- * Marseille et environs 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés 2 commentaires sur Les gorges de la petite Sainte-Baume
 

Les gorges de la petite Sainte-Baume : un nom évocateur du grand massif provençal qui m’a fait rêver… Pour un jour de grand vent, le parcours, qui se fait essentiellement en sous-bois, est idéal. Je rejoins donc Roquefort la Bédoule dont j’ai découvert récemment le vieux village et la chapelle romane Saint-André.

Petit Rouvière : départ du sentierPeu de places pour se garer sur la route D41d en impasse, au petit Rouvière1 : le petit parking est occupé par des containers ; je trouve une place à côté du portail de la propriété privée en face mais pour ceux qui arriveront l’après-midi, ce sera plutôt galère. Pas de balisage pour cette randonnée (carte IGN 3245 ET Aubagne La Ciotat massif de la Sainte-Baume) : mieux vaut donc avoir un bon sens de l’orientation, surtout au niveau des ‘gorges’. La description page 123, du guide de Jean Reynaud, 52 balades en famille autour d’Aix-en-Provence, Editions Didier Richard, 2001, m’aidera sans m’assurer totalement l’absence d’erreurs.

Sous-bois (début de la balade)

Bois fraîchement coupé
Bois fraîchement coupé

Long parcours en sous-bois de pins d’Alep, chênes blancs et chênes verts, en surplomb des vignes ; je suis bien à l’abri du vent ; une odeur de bois fraîchement coupé me prend aux narines : cet arbre en travers de la piste, a été coupé et laissé sur place, tout simplement, pour laisser le passage ; sur la gauche, les villas de Petit Rouvière ; les VTT et les chiens sont déjà de sortie.

Réservoir naturel en haut de la piste forestière
Réservoir naturel en haut de la piste forestière
Iris
iris

Au bout de cette longueur, une grande piste croise mon sentier ; avant de tourner à gauche, en prolongeant de quelques pas à droite, vous trouverez ce bassin d’eau naturel. Je débouche finalement sur un grand plateau dégagé avec quelques iris en fleurs.

Les vignes du Grand Rouvière
Vignes Grand Rouvière

La piste continue, bordée des deux côtés par des propriétés privées ; gare au garde assermenté de celle de droite ! A la borne jaune repérant une canalisation de gaz, j’hésite à tourner à gauche : un panneau, presque menaçant, indique clairement que c’est une propriété privée. Je l’emprunte cependant, arrête un coureur qui prend le temps de me repérer sur la pseudo carte du guide, puis me confirme que je peux continuer surtout sans atteindre ou traverser les vignes, les propriétaires n’aiment pas ça.

Sentier dégradé qui remonte vers les gorges

Repérage du sentier menant aux gorges
Sentier vers les gorges

Lorsque, en contrebas, j’aperçois les toits rouges du Grand Rouvière, je sais que je dois guetter l’entrée du sentier sur la gauche (non balisé) ; face à moi, un grand rocher en ligne de mire ; le sentier surplombe la grande propriété sur plusieurs centaines de mètres, descend presque au niveau des vignes, puis remonte raide vers les ‘gorges’ par un chemin fortement raviné et dégradé.

 

Un rocher imposant
Un rocher imposant
Chaos rocheux
Chaos rocheux

Le sous-bois s’assombrit. Quelques rochers sont tombés mais le plus imposant me nargue de toute sa hauteur. Le cheminement est un peu inconfortable mais clair. A un croisement de mini-sentiers, vous aurez le choix entre l’option courte (à droite) ou mon option (à gauche) qui grimpe encore. Rapidement, je sors de ces ‘gorges’ qui, géologiquement n’en sont pas, et débouche sur une RDF.

Continuer la lecture de Les gorges de la petite Sainte-Baume

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 08 Mar 2018

Retour en haut de page

La chapelle Saint-André et le vieux village de Roquefort

Publié le Catégories ----- * Marseille et environs 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , Laisser un commentaire sur La chapelle Saint-André et le vieux village de Roquefort
 

Le parking du grand Caunet est plein, à cause d’une manifestation de VTT ; je me gare sur le parking de l’autre côté de la D3, départ pour le télégraphe.
Le double nom de la commune Roquefort – la Bédoule s’explique par le fait qu’elle est constituée par la réunion de plusieurs communautés ou fiefs parmi lesquels le territoire de Julhans (1789) et La Bédoule (1837) ; l’appellation Roquefort-La Bédoule est définitive en 1918. Carnoux-en-Provence est détachée de Roquefort-la-Bedoule en 1966.

La baie de la Ciotat depuis le GR 51Le pic de Bertagne, les antennes depuis le GR 51Ayant récupéré la partie de trace qui m’intéresse sur le site tracegps.com, entre la chapelle Saint-André et le vieux Roquefort, je pars confiante. La piste est large, monte doucement, offrant côté mer quelques belles échappées sur la baie de la Ciotat, côté terre sur le pic de Bertagne. Le premier carrefour de pistes porte une indication des plus tentantes : « GR51 – les Balcons de la Méditerranée ». buste comte H de Villeneuve Flayosc pèreMonument en l'honneur de Leonce de Villeneuve Flayosc filsJe passe devant le cabanon du Marquis fermé pour l’instant ; quelques  sièges invitent au repos ou au pique-nique. De quel marquis s’agit-il ? sans doute celui de Villeneuve-Trans ; le comte Hippolyte, polytechnicien ou le marquis Léonce, fils du premier ?

Le cabanon du marquis, baragatti

Léonce, qui fit la campagne de Crimée, est créateur en 1889 du syndicat agricole Union des Alpes et de Provence ; c’est Jules Cantini qui a réalisé le monument en bronze inaugurée en mai 1913.

[Benoît-Hippolyte comte] de VILLENEUVE (promotion de 1822 de Polytechnique), est né le 19 août 1803, mort le 11 mai 1874 ; il est l’auteur d’une Carte géologique du Var. […] En 1848, Villeneuve […] introduisit ainsi, dans la pratique des constructions, l’emploi de la chaux livrée en poudre par sacs plombés. […] La pratique nouvelle introduite par de Villeneuve a été réputée être un des progrès les plus considérables de l’industrie des chaux hydrauliques. Extrait du LIVRE DU CENTENAIRE DE L’ECOLE POLYTECHNIQUE, tome III

Le calcaire de la Bédoule qui sert à fabriquer la chaux et le ciment a donné son nom à un étage géologique du crétacé inférieur : le Bédoulien (1888), comme le calcaire d’Orgon avait donné son nom aux calcaires urgoniens. Cette strate [bédoulien] est composée de calcaires en plaquettes à Heteroceras, de calcaires beiges à silex, de calcaires marneux exploités et de marnes. La couche géologique renferme des fossiles marins, principalement des ammonites, qui témoignent en faveur d’un climat chaud avec des précipitations comparables à celles d’aujourd’hui. Extrait du site Roquefort-la-Bédoule, notre patrimoine géologique

La plaine de Roquefort et le piton du vieux RoquefortUne falaise sur le chemin d'accès à la chapelleLa piste est toujours bien large, sans difficulté mais sans indication de la chapelle Saint-André. Face à moi, le piton rocheux sur lequel on aperçoit un bout de mur du château du vieux Roquefort ; entre lui et moi, la plaine viticole de Roquefort. Je longe une barre rocheuse qui annonce l’environnement cahotique de la chapelle.

Arrivée à la chapelle Saint-André (Bertagne dans le fond)Cette chapelle romane Saint-André aux murs hauts, à la porte en pierres taillées, au chaînage d’angle soigné, est admirablement restaurée par l’association « Les Amis de la Chapelle Saint-André » à partir de septembre 1983 puis achevée par le Conseil Général qui en est propriétaire. Trônant sur son piton rocheux, cernée de remparts, elle se dévoile d’un coup au détour du dernier virage ; ses belles pierres blanches scintillent au soleil. Elle est fermée mais l’étroite fenêtre me permettra quand même d’y jeter un œil. Le surnom de Notre Dame de Sècheresse fait référence aux pèlerinages effectués pour lutter contre ce fléau. Non loin du château de Julhans, elle est mentionnée en 1143 sous l’appellation Notre Dame de Julhans (la chapelle Saint-André sur le site des chapelles et églises rurales de Provence). Elle était entourée au Moyen Age de quelques habitations abandonnées au XVIIè siècle. Et je comprends pourquoi : le chemin d’accès à partir des Bastides est étroit, raide et rocailleux, risqué, surtout en descente.

Intérieur de la chapelle (croix de Saint-André posée au sol à gauche)Porte d'entrée en pierre tailléeRempart Chapelle Saint-André et son clocheton

La chapelle Saint-André, baragatti

Je l’emprunte quelque temps pour trouver le sentier qui me mènera au vieux village de Roquefort mais ne le trouve pas. Manifestement il y a une erreur dans le tracé qui suit le relief, impraticable à pied. Je reprends le chemin de l’aller et décide de questionner quelques promeneurs pour trouver un autre chemin d’accès ; Ruine du vieux château avant depuis le sentieraucun panneau indicateur, juste parfois un cairn à un carrefour ; j’en trouve un qui mène au vieux village. De loin, au travers des arbres du sous-bois, j’aperçois le haut mur du château en équilibre sur le bord de la falaise.

Continuer la lecture de La chapelle Saint-André et le vieux village de Roquefort

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 28 Mar 2014

Retour en haut de page

Du vieux Mérindol à la font de l’Orme

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , 2 commentaires sur Du vieux Mérindol à la font de l’Orme
 

Mérindol cadastre napoleonien Vieux MérindolLe sentier qui mène au vieux MérindolMérindol : Bob_13 m’avait parlé de ce village fortement à lié à l’histoire des Vaudois que peu connaissent. J’ai donc décidé de visiter le village abandonné du vieux Mérindol avant de rejoindre la font de l’Orme. Si le chemin de ceinture figurant sur le cadastre napoléonien existe toujours, il devrait être possible d’en faire le tour.

Le vieux Mérindol GC21NQA, bob_13

Le mouvement vaudois est né de la prédication d’un simple laïc, Vaudès. La lecture de certains textes le conduit à changer de vie, à vouloir mener celle des premiers disciples de Jésus de Nazareth. Le choix de vivre pauvrement n’est pas surprenant à son époque, mais sa volonté de rester à l’état laïc et de ne pas vouloir entrer dans un ordre religieux, par contre, est inhabituelle.

De plus, la prédication publique faite par un laïc va à l’encontre des lois de l’Église romaine. La désobéissance aux règles de l’Église et surtout le choix décisif de ne se référer qu’à la Bible en matière de foi, de se sentir directement appelé par Dieu sans l’intermédiaire de l’institution de l’Église, mettent en question l’autorité des évêques.
La prédication de Valdés multiplie très vite les adeptes : le mouvement de laïcs « Les pauvres de Lyon » est né. Le 18 novembre 1540, le Parlement d’Aix prend un arrêt contre 22 habitants de Mérindol, les condamnant à être brûlés vifs. Leurs biens seront confisqués et leurs familles expulsées, toutes les bastides et maisons de Mérindol devront être rasées. Après plusieurs atermoiements, pour raisons politiques, le roi ordonne seulement le 31 janvier 1545 l’exécution de l’arrêt pris contre Mérindol.

Une citation de l’époque du premier président du parlement d’Aix Jean Meynier d’Oppède, qui exécute la sentence, glace le sang ; je vous ai traduit l’extrait en français ensuite :
extrait vieux francais p99

[…] Je sais ce que j’ai à faire de ceux de Mérindol et de leurs semblables : je les veux prendre tous, sans qu’aucun puisse échapper de mes mains et je les enverrai habiter au pays d’enfer, avec tous les diables et eux et leurs femmes et leurs enfants.[…]

Extrait de histoire mémorable de la persécution et saccagement du peuple de Mérindol et Cabrières et autres circonvoisins appelés vaudois, anonyme, 1555. Télécharger le pamphlet complet sur le site entrechaux.info

L’attaque sera plus cruelle à Cabrières qu’à Mérindol  : d’Oppède n’a pas voulu leur laisser la possibilité de fuir ; la légende veut qu’à Mérindol, seul le cuisinier du château ait survécu, en se cachant dans un réduit aménagé dans les caves. Il aurait continué à habiter le castel en ruines durant plusieurs années. Henri II, fils de François 1er, succéde à son père et gracie les Vaudois en 1551. Les responsables passent en jugement. Jean Meynier s’en sort avec les honneurs. Mais le destin veille : Meynier meurt en 1556, empoisonné par un médecin protestant. D’après Patrick Berlier, Vaudois

Histoire des Vaudois

calade au vieux MérindolPorte en pierre de tailleSalle voûtée d'une maison du vieux MérindolDraille du Vieux-Mérindol fléchée de rose fluo pour ne pas risquer d’entrer dans une propriété privée. Une calade de pierre nous mène jusqu’au vieux Mérindol. Je suis surprise de tant de maisons encore debout, même si elles ont souvent perdu leur toiture ; elles ont parfois gardé leur porte en pierre apparente, leur voûte bien construite. Une ruelle en contre-bas permet de rejoindre le village ; une autre grimpe vers le vieux château. Après les fouilles archéologiques conduites en 1992 et 1993, on a pu repérer des murs d’enceinte, une chapelle castrale,  un donjon et des ouvrages d’accès.

Pan de mur de l'ancien châteauVue d'en haut les ruines du vieux villagePlaque commémorative

Mur d'enceinte du vieux MérindolRuines du vieux Mérindol

Du haut des ruines du château, le village de 200 maisons rasées et incendiées au moyen-âge,  se recroqueville autour de son château.

Continuer la lecture de Du vieux Mérindol à la font de l’Orme

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 06 Mar 2014

Retour en haut de page

Feissal et les Monges ou l’art en marche : un circuit pour les beaux jours

Publié le Catégories ----- * Pays sisteronais, ----- * Réserve géologique, 04 Alpes-de-Hte-Provence, Rando sportiveMots-clés , , , Laisser un commentaire sur Feissal et les Monges ou l’art en marche : un circuit pour les beaux jours
 

2 mars n’était pas un bon jour pour faire une randonnée pédestre dans les Monges ; ce n’était pas le jour pour découvrir les lettres d’or gravées par l’artiste herman de vries sur les rochers ; ce n’était pas le jour pour découvrir la chapelle Sainte-Marthe sur les hauteurs de Authon. Authon, départ de la randoAuthon, rocher de Pierre-MontMais c’était le jour pour les sportifs en raquettes ou en ski ! L’idée m’est venue du guide L’art en marche à partir de Digne les Bains, Images en Manœuvres Editions / Musée Gassendi, Images en Manœuvres Editions, 2012 : randonnée 17, Feissal et les Monges ; et comme j’aime beaucoup le massif des Monges, je n’ai pas réfléchi très longtemps.

Traversée à guéMontée en sous-bois vers la PérousePartie du parking du gite des Monges, j’apercevais bien quelques traces de neige sur les sommets environnants mais n’en étais pas inquiète ; dès que je me suis engagée sur la piste forestière le long du ravin de la Bastié, la neige recouvrait le sentier ; après le passage à gué, ça s’est compliqué drôlement : les marcheurs matinaux avaient échangé leurs chaussures contre des raquettes ; moi, je m’enfonçais profondément dans la neige et la difficulté allait croissant au fur et à mesure de la montée.

TabaillonJe consultai ma montre : midi, j’étais à peine au tiers de mon parcours. La rencontre inespérée d’un couple de randonneurs bien équipés va m’aider à prendre une décision : nous consultons la carte, l’homme s’exclame « Ah ! mais c’est loin ! en 3 heures, c’est pas possible ! » ; c’est pourtant le temps indiqué sur le guide pour 12 km dont 5km en montée ; je décide de reporter cette randonnée et rebrousse chemin au lieu-dit Tabaillon.

La chapelle Sainte-Marthe, posée sur le plateauPresque revenue à Authon, je décide de suivre le panneau chapelle Sainte-Marthe, chapelle qui aurait remplacé une chapelle médiévale placée sous le même vocable  ; quelques arbres portent l’indication d’un GR pas très commode le long d’une propriété privée. Surprise ! le sentier étroit est barré par une barrière flexible ; l’arbre de l’autre côté portant le balisage rouge-blanc, je passe au dessus de cette frontière symbolique. Au niveau d’un champ qui regorge d’eau, je rejoins la route, retrouve le GR puis plus d’indication. Je ne vois aucune chapelle autour de moi. Je redescends vers le parking : et là, toute petite et semblant me narguer, je l’aperçois.

Après un pique-nique un peu morose, je décide de ne pas rester sur un échec et de repartir à l’envers de la boucle jusqu’au pont de la Cluse où se trouve trois œuvres de herman de vries ; opposé à toute forme de pensée hiérarchique, il a banni la majuscule de son nom et de ses écrits. Sorte de musée hors les murs, la route de l’art contemporain passe dans des lieux souvent éloignés, en pleine nature, provoquant étonnement, questionnement et finalement, devient un but de balade au cours de laquelle le jeu est de trouver des traces laissées par des artistes contemporains. Dans les gorges du Vançon, de vries a laissé trois traces en lettres d’or gravées sur les rochers.

j’aime cette région, la vallée du bès, le bruit de l’eau qui coule au fond des nombreux ravins […] ; j’aime les fleurs qui éclosent au printemps, les forêts et leur dense sous-bois, l’odeur de la végétation, le thym partout, la vue d’une montagne blanche, d’une route de campagne encore non goudronnée, et la fascination qu’exerce sur moi l’éventuelle rencontre d’un loup… digne est rapidement devenue une part de moi-même, elle a pris une place dans mon cœur, car c’est quasiment le seul endroit au monde où je n’ai trouvé que pure poésie.
herman de vries, herman de vries, Fage éditions et musée Gassendi, 2009

Musée gassendi, oeuvres dans la nature de herman de vries

RD 13 vers la clue de FeissalArbre écroulé sur la ligne téléphoniqueIl me faut donc remonter la route D13, en lacune, totalement déconseillée aux véhicules. Il y a encore plus de neige que sur la piste de ce matin ; je croise un skieur qui dévale la pente avec une aisance que je jalouse : moi je m’enfonce profondément dans la neige et me fatigue.

Continuer la lecture de Feissal et les Monges ou l’art en marche : un circuit pour les beaux jours

©copyright randomania.fr