La forêt de la Gardiole entre les Bouches-du-Rhône et le Var



Une bien jolie balade dans la forêt du Puits d’Auzon (parc départemental géré par le CG13) où il est possible de circuler dans des vallons rafraîchissants. Moins connue que la Sainte-Victoire de l’autre côté de la route, elle offre cependant quelques sentiers sauvages peu connus.

Stèle d'un résistantAire de pique-niqueDepuis le parking où se trouve la stèle dédiée à Armand Nasciet, résistant mort pour la France en juin 1944 (Pompier, Quartier-maître de 1ère classe, né le 14 décembre 1914 à Ossès, Basses-Pyrénées, 64), direction plein nord ; une aire de pique-nique ombragée agit comme une réelle invitation à faire une pause ; je rejoins le grand vallon de la Gardiole assez ouvert, à travers une chênaie ; Petite piste plus secrèteCiterneMare à gibierje passe à côté d’une mare à gibier ; le creux du vallon sinue de plus en plus, s’incline vers le nord-Est, devient de plus en plus encaissé  au milieu d’un site quasiment sauvage ; au lieu-dit le Gite, matérialisé par la classique citerne dans notre région, il coupe le chemin des Sangliers. Nous sommes en juillet, et je n’ai rencontré personne.

La piste que l'on coupeCèdreJe descends le chemin de Bouterin, m’étonne de trouver quelques cèdres majestueux à cet endroit, coupe la laye de Sommières ; retour par le chemin du périmètre jusqu’au niveau de la route ; me souvenant de la mauvaise surprise du vallon de Ballayre, je grimpe de plus de 100m pour retrouver le sentier du même nom : en fin de parcours, c’est plutôt difficile ! Tous les toponymes figurant dans cette forêt me font penser à un lieu où l’on gardait des troupeaux : la Gardiole1, le chemin du périmètre et la piste de ceinture Pois de senteurFleurs jaunesqui devaient délimiter le domaine, le sentier des gardes, gardiens du domaine. Borne limite Vauvenargues/RiansDes moutons, il y en a encore bien gardés par des patous (de la crête de la citadelle jusqu’à la Sinne retour par le vallon de Ballayre) ; vous reconnaîtrez quelques bornes limitrophes entre le Var et les Bouches-du-Rhône ; Le plateau sur le chemin de Ballayrevous traverserez un plateau fleuri au printemps et bordé d’un tapis de thym ; du point le plus haut, n’apercevrait-on pas la Sainte-Baume et l’Olympe ?

point de vue ste baume

La chênaie passe sous la ligne à haute tension et rejoint la barrière. De là, je redescends vers le parking sur la belle piste forestière empruntée à l’aller.

Un circuit idéal l’été car peu fréquenté où vous circulerez au frais dans un vallon. Autre avantage : comme nous sommes dans un parc départemental classé Zone d’Accueil du Public en Forêt, les promenades sont généralement autorisées et non soumises aux restrictions de circulation l’été. Attention cependant : comme me le fait remarquer un fidèle lecteur, A. Roubaud, on change de département (le Var) dans lequel la réglementation est différente l’été.

Gardiole Vauvenargues RiansImage de l’itinéraire 11km500, 2h45 déplacement (3h15 au total), 114m dénivelée (+265, -265)

1gardiole (de garder) : lieu où l’on gardait autrefois les troupeaux de moutons

©copyright randomania.fr

De l’observatoire de Mérindol au jas du Bourdillon



C‘est un grand écart en forme de huit que je vais réaliser, passant d’un terrain quasiment plat en bordure de la Durance aux hauteurs rocailleuses du Luberon, d’un lieu de rendez-vous dominical très fréquenté aux ruines désertées du jas du Bourdillon.

Le sentier passe sous le pont du trainAccéder au parking de l’observatoire n’est pas si facile car le pont sous la ligne SNCF est trop étroit et les panneaux arrivent bien tardivement pour nous renseigner. Le mieux est d’arriver jusqu’aux Grands Jardins, franchir la voie puis la longer jusqu’à l’observatoire (voir carte en fin d’article). Il est également possible de partir du parking près de la route, direction les Bords de la Durance puis Mas d’Arbaud.

CormoransOiseaux sur un ilotLa courte balade ornithologique est balisée de jaune : n’oubliez pas appareil photos et jumelles ; elle ne dure pas plus d’une heure. L’observatoire de bois en début de piste est plein de visiteurs assez bruyants et l’heure n’est pas favorable à l’observation : il fait trop chaud, je ne m’y arrête pas ; en longeant la Durance sur la piste peu ombragée qui se dirige vers l’est je peux repérer quelques groupes d’oiseaux : des cygnes tuberculés, des cormorans posés sur des arbres morts au milieu de l’eau. La retenue d'eauAménagement hydraulique ?Quelques goélands leucophées survolent le plan d’eau. A mon passage, quelques grenouilles sautent à l’eau dans le petit  canal d’irrigation juste à côté.  Pour le plaisir d’un passage à couvert, vous pouvez suivre la rive jusqu’au niveau des Martines mais il vous faudra faire demi-tour pour revenir au tracé jaune sous la voie ferrée. Une grande falaise tranchée dans la pierre, vous servira d’abri contre le vent.
Description de la balade ornithologique, site eskapad

Cette étendue aquatique est fréquentée par 243 espèces d’oiseaux sédentaires ou de passage, que l’on peut observer essentiellement en Janvier / Février et en Avril / Mai (de préférence le matin) : sarcelles, canards, fuligules milouins, héron cendré, grands Cormorans, morillons, grèbe huppé voire balbuzard ou héron pourpré !
Prévoyez un paire de jumelles, et laissez vous accompagner par les panneaux explicatifs situés à l’intérieur de l’observatoire.

Les photos d’oiseaux de Sophie

Les RomanesLieu dit La GarrigueAprès le pont de chemin de fer, le sentier grimpe finalement près d’une ferme (suis-je en terrain privé chez les Romanes ?) qu’il contourne ; il circule dans une zone boisée, passe près de l’aire de pique-nique envahie par de nombreux habitants venus faire la fête. Je passe de l’autre côté de la route D973, traverse une zone pavillonnaire construite au pied du Luberon. Cèdre et ses fruits dressésLa route est un peu longue avant d’entamer la piste qui gravit le vallon Bernard ; ça grimpe fort jusque Peyre Plate qui traverse une forêt de cèdres. Celui-ci, aux cônes bien dressés d’une belle couleur orange, étale majestueusement ses longues branches. Un cèdre du Liban ?

petite borne rouge : ne pas la raterMauvaise pistecadastre napoleonien 1833 section A Jas BourdillonJe rejoins le GR97 puis tourne vers le Jas du Bourdillon construit à côté d’un vaste champ ; il a dû être important : le cadastre napoléonien de 1833 en témoigne. Pour redescendre, dans un premier temps, j’emprunte un ancien tracé évident, encore visible sur la carte IGN et qui bientôt se perd dans les broussailles et les ravins ; après plusieurs tentatives de passage autour d’un gros arbre abattu, Citerne 63 et vue sur le Luberonje fais demi-tour pour emprunter un autre sentier plus au nord et moins visible ; c’est la petite borne rouge qui signale le début du sentier qui descend dans la Grande Combe ; le silence qui l’enveloppe me donne parfois un sentiment d’insécurité. Jas de BourdillonJas de BourdillonIl aurait été sans doute plus rassurant de prendre le GR97 qui rallongeait un peu le trajet. A droite la Tête du Gambelet, à gauche les rochers de Baumaresque. Tout en bas, le lieu-dit les Borrys ; par une route macadamisée en mauvais état, je retrouve la D973 en tournant à la 2è route à gauche et non la première, pourtant bien tentante entre les vignes, mais qui mène à une propriété privée fermée.

Malheureusement, j’ai dû parcourir 1km sur la route avant de retrouver le parking et l’aire de pique-nique. De là je termine la promenade ornithologique balisée. Avec le recul, ce n’était pas un bon plan, aussi je vous suggère une variante : se garer sur le parking en bordure de route, commencez par grimper puis tranquillement finir par le parcours ornithologique. Sinon, mieux : conjuguez la partie observation des oiseaux avec le vieux Mérindol mais sans aller nécessairement jusqu’à la font de l’orme. L’intérêt est plus évident.

obsMallemort_traceRet_pano

itinéraire 14km200, 217 m dénivelée (+540, -540), temps de déplacement 4h05, durée totale 5h05

©copyright randomania.fr

Saint-Mitre les Remparts : du Crépon aux Rocalèdes



Après une première randonnée à Saint-Mitre avec Majo (balcons du Caderaou), voici une seconde dans le même environnement, au départ du parking de la Manare. Crépon et Rocalèdes sont deux quartiers de Saint-Mitre que nous allons traverser.
La fiche descriptive au format pdf

PortailSentier du CréponSentier forestierTraversée de la ville : l’écusson de Saint-Mitre est gravé sur l’ancienne porte Nord ; le chemin du Crépon, le  chemin des Cailleux sous un léger couvert forestier sont parfois dégradés ; après le Crépon, on longe le petit canal bordé de roseaux.

Le canal d’irrigation de Saint Mitre capture son eau dans le canal de Martigues. Ce dernier fut construit après avoir été déclaré d’utilité publique par un décret de Napoléon III en 1869. Il permit alors de dériver de la Durance 531 litres par seconde, à partir de la prise d’eau du canal des Alpines près de Salon de Provence.Extrait de la fiche rando

Ancienne voie romaineChemin de la fontaine du LoupOn rejoint la montée de la Fontaine du Loup, ancienne voie romaine qui a conservé ses pavés caractéristiques. Le chemin à flanc de colline offre quelques points de vue qu’il faut capter au travers des arbres.

Chemin des rocalèdesChemin de RocalèdesAprès une courte marche sur le bitume, on prend le petit sentier à droite, juste avant le numéro 18 et on arrive sur le plateau des Plaines d’Arnète. Y a-t-il eu une carrière aux Rocalèdes ? des pierres taillées gardent encore la traces des coups de pic.

Détour par le centre ancien : à l’intérieur des remparts vieux de plus de dix siècles et remaniés, je circule dans les petites ruelles protégées de murs, me demandant si je vais trouver une issue, tant elles ressemblent à un labyrinthe.

Portail près du châteauLe châteauLe lavoirRuelle dans la vieille villeRuelle dans la vieille ville

Fin de visite avec le château reconstruit et agrandi, le portail sud à machicoulis , l’église, le lavoir. La tradition parfois encore enseignée à l’école veut que  du haut du mâchicoulis, on jetait de l’eau, de l’huile ou de la poix bouillantes sur l’assaillant, alors que c’était plus vraisemblablement de simples projectiles en pierre, des charognes pour propager des épidémies ou des tonneaux remplis d’excréments.

Une balade familiale facile qui allie la marche et la découverte d’un village qui garde quelques beaux vestiges du passé. Pour ma part, j’ai préféré le circuit Balcons du Caderaou plus varié et aux points de vue plus dégagés.

itineraire crepon rocaledesImage de l’itinéraire balisage bleu 7km700, 90m dénivelée, 2h20 déplacement (2h40 au total) incluant la flânerie dans le village

©copyright randomania.fr