--- Saisie d'un commentaire en bas de page ---

Double boucle par la colle de Piébon


Idée originale de Yves qui nous emmène sur le territoire de Villeneuve pour une double boucle : la première sur la colle1 de Piébon2, la seconde le long du canal de Manosque. Entre les deux, le pique-nique que nous aurons laissé dans les voitures. Grand parking improbable sur la petite route de Niozelles : jusqu’à la dernière minute, j’ai douté être sur le bon chemin. Je retrouve avec plaisir quelques membres du groupe de Yves inscrits sur le site de la communauté Toutes-mes-sorties

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Les photos de Yves (dont 4 de Tineochris)

La première boucle nous emmène sur un circuit de geocaching dans la forêt communale de Villeneuve (11 caches + une bonus) dans un classique bois de chênes, bien sec et sur sol caillouteux, tout en petites montées et descentes. Peu après le départ, un point du vue sur le village perché de Lurs sur fond de montagne de Lure et montagne de Jouerre. Au pied, dans la vallée, les futurs champs cultivés de tulipes précoces (lire Tulipes précoces de Haute-Provence) que l’on devine plus qu’on ne voit ; en avril, si vous marchez du côté de Lurs, la Brillanne, n’hésitez pas à y faire un détour .
De temps en temps quelques fleurs agrémentent le parcours : quelques anémones hépatiques cachées sous les feuilles mortes (merci à Uniterre pour l’information). Boucle entièrement dans les bois, calme et peu fréquentée.

Pause pique-nique près du parking ; comme à l’accoutumée, les bonnes choses se partagent et Yves termine par le traditionnel rhum arrangé maison dont il a le secret.

Deuxième boucle par le hameau de la Combe et son gîte, sur route. Un chat blanc figé  est perché sur le toit ; un tapis de jonquilles puis le gite bâti derrière l’ancienne fontaine du hameau. Arrêt devant un arbre couvert de galles du chêne ; bien qu’il me semble mal en point, il semblerait que l’arbre n’en meurt pas.

Les galles du chêne sont des excroissances qui peuvent apparaître à différents endroits de l’arbre : sur les feuilles, les bourgeons, les fruits ou les racines. Ces excroissances, appelées cécidies, sont causées par des piqûres d’insectes. Les insectes à l’origine des galles du chêne sont les cynips (petits hyménoptères de la même famille que les abeilles ou les guêpes) qui piquent différentes parties de l’arbre pour y pondre leurs œufs. […] le cynips a un système de reproduction particulier qui permet aux femelles de donner naissance à des individus mâles ou femelles sans fécondation (parthénogenèse). Extrait de https://jardinage.ooreka.fr/

Chemin de la Tuilière ; plutôt que de suivre le chemin, Yves nous invite à prendre un raccourci qui ressemble étrangement à une descente de VTT suivie d’une montée ; comment l’aborder  à pied ?  y’a ceux qui dévalent la pente, rapidement, jambes écartées en appui sur les bords, …et moi qui, traumatisée par deux chutes en descente, en multiples petits pas à la manière des skieurs, descend en travers de la pente. Tout le monde passe.

Nous longeons le canal de Manosque (en principe piste réservée aux aiguadiers du canal), sur une rive puis l’autre. Il faut rester sur la rive gauche : de l’autre côté, une ferme et ses animaux (moutons, chèvres, poules), des cultures d’oliviers. Pour passer le ravin de Saint-Saturnin, un haut pont-canal (50m de long, un des ouvrages les plus importants de ce canal) offre le vertige de la profondeur à ceux qui le redoutent. Une bonne dizaine de mètres au-dessus du ravin mais un garde-corps rassurant.

Deux canetons tentent de remonter le courant qui les emportent ; pas d’aire de repos pour eux : parfois ils sont entraînés malgré eux dans l’autre sens. Par le biais d’un partiteur, la rigole principale donne naissance à des rigoles secondaires et tertiaires par branchements et sous-branchements successifs de façon à atteindre toutes les têtes de parcelles engagées à l’association syndicale (infos-patrimoinespaca.org). A l’horizon, le village d’Oraison et son château ; au fond, d’un bleuté flou, la montagne de Beynes. Ce canal tout plat ravit toute la tribu… jusqu’au court passage en mode sanglier où il nous faut rejoindre la piste par un sentier d’exploitation qui rejoint le pont du pâtre.

Le pont du pâtre sur le Lauzon – limite des communes de Villeneuve et la Brillanne –  porte ce surnom sans doute depuis le début du XIXe siècle. Un pâtre fait paitre un troupeau ; justement le grand jas3 (et non la Grangeasse comme l’écrit l’IGN !) n’est pas loin : son berger devait sans doute faire paitre ses brebis près du pont.
D’en haut, on reconnaît l’ancien canal d’irrigation aérien figurant sur le cadastre napoléonien ; la nouvelle route a été agrandie en accolant un deuxième pont tandis que le chemin muletier ne laisse voir que les traverses métalliques saillantes ; une ancienne voie antique rejoignait la Via Domitia au niveau de ce pont (Carte Archéologique de la Gaule, 04, 1997).

D’en bas, c’est encore mieux : un délicieux lieu de baignade avec les voûtes des ponts comme abri contre le soleil ou le vent. Une seule osera s’y baigner aujourd’hui.
C’est aussi un endroit stratégique de référence du débit de la rivière. La crue torrentielle du 6/10/1960 avait fait quelques dégâts : les agriculteurs en aval s’en souviennent…

Uniterre ramasse un bouquet de grandes plumes rayées qui ont été arrachées ; le duvet à la base y est attaché. Arnaut, guide nature collectionneur de plumes, a identifié l’autour des palombes.

(photo oiseaux.net)

L’ Autour des palombes est un puissant rapace diurne de taille moyenne […]. Le mâle autour est approximativement plus petit d’un tiers que sa compagne ; le mâle a le dessus gris bleuté, tandis que la femelle est gris ardoise. […] En vol, les deux sexes montrent des rémiges secondaires saillantes. […] Le nid est construit par le couple près du tronc d’un grand arbre à une hauteur de 10 à 30 mètres et généralement en lisière de la forêt ou dans une clairière. Constitué de brindilles, il est souvent réutilisé et peut atteindre dans ce cas, un mètre de diamètre et de hauteur. […] L’Autour s’installe parfois aussi dans un nid de pigeon ou de corvidé abandonné. Selon le site oiseau-libre.net

C’est le retour maintenant ; ce qui a été descendu doit être remonté. Par la piste nous passons devant un ancien pigeonnier transformé en maisonnette et rejoignons le pont sur le canal de Manosque que nous allons suivre jusqu’à l’entrée d’une propriété privée Jeansaud : seuls ceux qui font l’entretien peuvent utiliser ici le bord du canal. Il faut donc revenir sur ses pas par le bord du canal ombragé puis traverser la colle de Piébon par l’une des pistes forestières ; mais il y aura forcément une partie parcourue le matin ce qui fera 300m de dénivelée cumulée pour l’après-midi…

Une randonnée en forêt le matin, une autre le long du canal, une baignade dans le Lauzon, voilà un programme varié.

Image des itinéraires : 1-boucle colle Piébon 4km475, 151m (+250, -250), 1h25 (2h40 au total avec geocaching et pique-nique)
Télécharger la trace 1
2-boucle canal, pont du pâtre : 8km300, 191m dénivelée (+300, -300), 2h20 déplacement (3h15 au total)
Télécharger la trace 2

Total :12km775, 6h environ
1colle : beaucoup de colles en Provence (271 lieux-dits selon Philippe Blanchet). Colline.
2piébon : pié bon, de pié, pey, puy, petite hauteur
3jas : en Provence (provençal jasso), bergerie

©copyright randomania.fr

Partager sur FacebookPartager par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.