--- Saisie d'un commentaire en bas de page ---

La plaine du cimetière à Ventabren


Une balade courte aux multiples points de vue sur toutes les montagnes de notre Provence, un plateau aride où fleurissent des fleurs de toutes les couleurs au printemps et pour que ce soit un peu sportif, un vallon délaissé à descendre puis remonter. Près du terrain de foot et de l’aire de jeux, un pin d’Alep de plus de 100 ans.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

D’abord, j’ai suivi le sentier en impasse qui mène à l’éperon rocheux à 190 m d’altitude ; quelques sapins à gauche, une cabane de chasse sous les feuillages coupés à droite, annoncent le rétrécissement progressif du sentier ; plus on avance, et  plus les falaises se rapprochent de moi : celle de gauche masquée par la végétation, celle de droite peut donner le vertige ; il est prudent de ne pas laisser les enfants quitter le chemin en arrivant au bout. D’en haut, un point de vue sur l’aqueduc de Roquefavour en travaux, sur la rivière de l’Arc, la ligne de train, le domaine de Meynes, Velaux.

De l’autre côté, dans le fouillis végétal, j’essaie de repérer où pourrait se trouver le vallon de l’ermitage Saint-Honorat de Roquefavour, monument historique totalement abandonné, non visible, et qui se trouve 60 m plus bas. Je le sais niché dans une anfractuosité rocheuse arrondie (1ere photo à gauche vue d’en bas, 2e photo à gauche vue d’en haut ?), précédé par une chênaie pubescente ; son jardin humide est composé d’arbres maigrichons (peupliers  ?) venus chercher la lumière au niveau de la garrigue ; quel contraste avec la végétation  sèche d’en haut, pourtant, 100 m à vol d’oiseau me séparent de ce lieu ! Je l’ai positionné sur ma cartographie et, par un sentier en pointillé figurant encore sur ma vieille carte IGN, j’essaie de m’en approcher mais je comprends vite que je n’y arriverai pas : il faudrait se frayer un chemin à partir du sentier (190 m d’altitude) en taillant la végétation et il est probable qu’il faut désescalader plusieurs strates rocheuses sur une trentaine de mètres de hauteur (hauteur de la falaise de l’ermitage évaluée à 156 m d’altitude) : j’y renonce. Peut-être même n’est-ce pas techniquement possible…

La première fois que j’ai découvert cet ermitage, si peu connu des Ventabrennais, ce fut une véritable émotion : j’étais face à un monument vieux de plus de 1200 ans…  A l’époque, on pouvait encore identifier la chapelle, la source, la crypte ; aujourd’hui les éléments sont cachés dans la végétation, le monument historique est dangereux et interdit d’accès sans autorisation.
Quel dommage !

Mon article sur Un ermitage abandonné à Roquefavour en 2006.
Chroniques souterraines, dossier de Paul Courbon
Lien vers mes photos de l’ermitage (2006)

La seule vidéo trouvée sur l’ermitage et positionnée au début du reportage

Demi-tour jusqu’à un sentier sur la droite, intime, et où l’herbe au sol témoigne de sa faible fréquentation ; il descend dans un vallon ombragé que l’on coupe – le temps d’écouter les oiseaux – pour remonter sur le plateau. J’arrive à la Maison de la chasse et de la nature,  maison moderne en bois inaugurée en 2018 : je remarque que les chasseurs ont ajouté « … et de la nature » ; actuellement sous le feu des critiques, ils tentent de se montrer qu’Ils participent bénévolement à la sauvegarde de la biodiversité de nos campagnes ; c’est la Société de Chasse de Ventabren qui en aura l’usage et son coût de 250 000 € est en partie subventionné par le Département 13.

Longue piste caillouteuse au soleil avec vue sur Sainte-Victoire, de couleur gris foncé les jours de mistral ; toutes les montagnes de notre région sont face à vous, sans ligne à haute tension perturbante : Luberon, montagne des Ubacs, Sainte-Victoire, Mont Aurélien, Mont Olympe, Sainte-Baume,…

A l’approche d’un jardin méditerranéen (cactus, cocotier), je suis le chemin qui, par une large boucle, amène à la table d’orientation. Direction plein est, le long viaduc du TGV sur Eguilles. La table d’orientation confirme que toutes nos montagnes sont là.

Une randonnée courte, peu fréquentée, facile, surtout pour les amateurs de points de vue.

Image de l’itinéraire 6km513, 1h45 déplacement (2h30 au total) 103 m dénivelée (+219, -219)

 

©copyright randomania.fr

Partager sur FacebookPartager par mail

Une réflexion sur « La plaine du cimetière à Ventabren »

  1. Il existe bien un sentier, ou plutôt une sente très raide qui part du vallon d’accès au site de Saint-Honorat, environ 100 m à gauche avant le grillage interdisant l’accès au site (cairn et marque bleu) et arrive au bout de l’éperon rocheux que vous citez.
    Le passage est assez « rock et roll » mais possible, surtout en montée.
    Au vue de vos photos de 2006, je confirme que le site s’est bien dégradé et que la source est tarie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.