Circuit de la Grande Mountade



C‘est à la lecture de ce résumé : Circuit classique, varié et très agréable. C’est sur la croupe de la colline de la grande Mountade1 […] que l’on revient par une piste qui longe le mur de la Peste d’où la vue est saisissante jusqu’au carrefour des Lauzas que j’ai décidé de faire cette randonnée classée niveau 3 ‘pour bons randonneurs’. Guide du pays des Sorgues, Corinne et Alexis Lucchesi, Equinoxe, 2003.

La météo à cet endroit
avec le vent et à 3 jours

Rocher creusé par l'eau au début du vallon de la Font de l'OuleChemin caillouteux et blocs rocheux caractéristiquesJe suis partie tard de Lagnes ; plus de place au parking de la Combe, en bas du vallon de la Font de l’Oule2 ; je dois donc me rabattre sur un espace plus au sud sur la D100a, qualifiée de route touristique, au niveau du lieu-dit la Valette. Il va falloir passer de 148m à 618m d’altitude de façon continue, par le vallon de la Font de l’Oule qui est un double GR (le 6 et le 97). Cette montée dans les cailloux n’est pas toujours distrayante ; Mur de soutènement au pas du Sautetbordée de gros rochers à la taille spectaculaire et de nombreuses grottes façonnées par l’eau,  elle longe ensuite un imposant mur de soutènement au pas du Sautet.

Enfin c’est le site ombragé de la Font de l’Oule et son chêne séculaire qui étend ses branches comme pour accueillir les randonneurs. Aucune trace d’écoulement n’est visible aujourd’hui : la font de l'OuleL'abri de la Font de l'Ouleles flancs et le fond du vallon sont désormais couverts d’éboulis. Et pourtant il y avait de la vie autrefois puisque des tessons de la fin de l’âge du bronze y ont été retrouvés. L’abri sous roche est aménagé pour recevoir les eaux d’infiltration. Derrière la falaise rocheuse à gauche du chemin, l’invisible et célèbre exsurgence bouillonne avec impétuosité. La partie karstique à l’est de celle-ci constitue un vaste impluvium en profondeur qui l’alimente par une faille menant directement à Fontaine-de-Vaucluse.
Pierrier après la vallon des pierresObservatoire rustique avec échelleJe monte et monte encore, passe devant plusieurs pierriers juste après la combe des pierres (je comprends pourquoi ce nom !). Sur la droite un poste d’observation sommairement constitué d’une échelle de bois et d’une plate-forme de planches. On ne va pas jusqu’à l’antenne du mourre de la belle Etoile mais on redescend dès que l’on croise la piste de la Pourraque3.

Vue depuis lauzas SudPanoramique face au LuberonA partir de là, c’est une piste large et facile qui descend progressivement jusqu’à la Peithe. Elle coupe rapidement le mur de la peste sur le plateau des Lauzas puis le côtoie à plus ou moins longue distance ; un GR de pays (jaune-rouge), lui, longe le mur au plus près. Du plateau, s’étalent largement les monts de Vaucluse puis la plaine de Cabrières et le Luberon.

guéritele mur de la peste assez bas à cet endroitCette ligne sanitaire de 25km entre la France et le Comtat a été décidée en février 1721 pour tenter d’empêcher la grande peste de 1720 de se diffuser dans toute la Provence. Le comtat accepte de construire une muraille de pierre sèche de Monieux à la combe de Cabrières. Il est prévu d’une hauteur de 6 pieds (1.94m) et d’une largeur de 2 pieds (0.64m). Le dispositif est complété par des barrières permettant le contrôle des voies principales. GR de pays longeant le mur écrouléCorps de garde partiellement écrouléChaque communauté doit fournir un certain nombre de travailleurs de moins de 60 ans, volontaires ou tirés au sort, et qui amènent leurs outils. Devant la lenteur des travaux, l’organisation de la construction change : chaque communauté doit construire un bout du mur. Les soldats comtadins la gardent.

Guérite face au murAujourd’hui le mur n’atteint jamais la hauteur prévue, quelquefois réduit à un tas de cailloux. Des guérites, petite cabane de section demi-circulaire servaient d’abri aux sentinelles en faction. Elles étaient couvertes probablement  de poutres et branchages. Les corps de garde servaient d’abri à de petites unités de 5 ou 6 hommes avec matériel et provisions. Les enclos accolés au mur servaient d’entrepôt de vivre et de fourrage pour les chevaux et les mules. Sur les 6km que je vais suivre presque entièrement entre Lauzas et Bourbourin, guérites (tous les 250 à 300m) et corps de garde (tous les 150 à 200m) se succèdent en ordre serré mais ne sont pas toujours en bon état.

Le GR de pays entre buissons épineux et pierres tombéesLe mur de la peste le long du GR de paysLes pierres de forme massive et irrégulière n’ont pas permis une édification fine et bien assise. Mais ce mur a quand même tenu 270 ans ! La garrigue épineuse, les troncs des arbres coupés, les pierres éparses sur le chemin sont autant de pièges un peu fatigants après la longue montée de l’aller ; la Ligne dans le paysage part à l'assaut des collinesune fois que l’on a repéré les différentes constructions, il n’y a pas forcément beaucoup d’intérêt à suivre le mur sur toute sa longueur ; je l’observerai donc pendant un certain temps puis rejoindrai la piste toute proche. A certains endroits, le mur a été parfaitement restauré par des jeunes bénévoles et mérite alors que vous en suiviez la trace. Sa longue ligne sinueuse se détache dans le paysage. Quel travail cela a représenté pour un si maigre résultat puisque la peste a finalement touché presque toute la Provence ! A l’époque on ne connaissait pas le vecteur de la maladie : la piqûre de la puce d’un rat ou d’un rongeur infecté.

Continuer la lecture de Circuit de la Grande Mountade

Balade en boucle dans la chaîne de Lançon-Provence



Une balade familiale, un jour de temps incertain, proche d’Aix-en-Provence, pour gens fatigués, pressés ou qui veulent reprendre progressivement le sport après une période d’inactivité forcée. Vous l’aurez compris, je n’ai pas été emballée ; le tracé n’inclut pas la borne romaine de Bidoussane, mais la signale tout de même.

La météo à cet endroit
avec le vent et à 3 jours
  • Balisage d’un vert clair fade correctement posé sauf à l’endroit où il faut contourner par la gauche la propriété privée de Saint-Savournin
  • Le circuit suit le GR 2013 dans sa première partie : le début du parcours mis en ligne sur le site de la FFR est donc erroné Topo Rando Chaine de Lancon.
  • Pratiquement pas d’ombre en chemin (à faire en automne ou au printemps)
  • Proche de l’autoroute : donc le bruit de la circulation est toujours présent.

le parkingLes vignesLe petit parking prévu se trouve à l’entrée du chemin de départ balisé de plusieurs couleurs dont celle du célèbre GR 2013. La presque totalité du parcours s’effectue le long des vignes ou des oliviers.

Dalles de la voie romaineEn tournant sur la voie aurélienne, cette grande voie romaine qui va de l’Italie à la Gaule, avec un peu d’attention, vous reconnaîtrez quelques pierres plates taillées et le milieu de la chaussée qui est un peu bombée. Contrairement à une idée répandue, la surface de la voie romaine est plus souvent constituée de graviers que de dalles, sauf dans les parties à forte circulation, près des agglomérations.

Abri avion ?La borne milliaire de BidoussanneSur la gauche, des murs haut et épais attirent mon attention : serait-ce un des abris pour avion qui subsistent, car les murs n’ont pas de propriété à protéger ici. Selon Michel, la photo de gauche montre l’entrée  arrière (entrée pour les personnels) d’un U constitué de 3 murs pare-éclats et destinés au stationnement des bombardiers allemands du terrain de Salon de Provence pendant la guerre. Je pense que le U photographié est le dernier de l’aire de dispersion  orientale du terrain. En poursuivant d’une bonne centaine de mètres au carrefour où il faut normalement tourner à droite, vous découvrirez, bien cachée sous un chêne vert aux feuilles piquantes, à gauche, la borne milliaire de Bidoussanne. Ne vous laissez pas impressionner par les deux chiens en face qui n’arrêtent pas d’aboyer !

Via Aurelia #1 : la borne milliaire de Bidoussanne, par liodan13

Batterie de LoyneBatterie de LoyneJe traverse ensuite une zone de vestiges militaires, situés à 4km700 à vol d’oiseau, de l’aérodrome de Salon. Je ne sais pas encore quelle était la fonction de ces bâtiments appartenant sans doute à la batterie de Loyne : ce sont des vues intérieures des encuvements pour canons lourds de Flak  de la batterie du quartier de la Loyne (batterie à 4 canons de 88 mm). Merci Michel (pseudo P38-13) du forum sudwall

La défense des terrains occupés par la Luftwaffe comportait deux ceintures de batteries anti-aériennes : une première composée de batteries de calibres légers et moyens installées aux abords des pistes et des aires de dispersion des appareils […] et une seconde, beaucoup plus éloignée, composée de batteries dites lourdes.
[…]
3/ La batterie de la Loyne, à l’est du terrain[d’aviation], dans un verger d’oliviers ; actuellement il reste 4 encuvements, abris personnels, soutes et un bâtiment qui a pu supporter un projecteur. P38-13 du Forum Sudwall

Continuer la lecture de Balade en boucle dans la chaîne de Lançon-Provence

Eguilles : balade dans les collines



Ciel nuageux, risque de pluie + fatigue = balade courte et proche de chez moi. C’est ainsi que je me suis retrouvée dans les collines d’Eguilles. Je connaissais la partie du parcours jusqu’aux bories d’Eguilles.

La météo à cet endroit
avec le vent et à 3 jours

Vue sur la ligne TGV au loin depuis la mairieChemin des GrapponsPartie du parking Georges Duby – celui de la poste était plein – je rejoins le chemin des Grappons en balcon sur la plaine de l’Arc. Je traverse la RD18, passe devant le stade : pendant un long moment, ce sera une route macadamisée bordée de belles villas ; progressivement on entre dans la pinède. Le chemin aboutit à la très vaste oliveraie du domaine de Saint- Martin, l’une des nombreuses dépendances de l’Abbaye St-Victor de Marseille, au XIe siècle.
Cabane en pierre sèche ou "borie"La couverture du toit vue de l'intérieurLa boucle pour découvrir les deux cabanes de pierre sèche, vaut le détour : elles sont restaurées et l’environnement a été nettoyé. L’une d’elle pouvait se fermer par une porte en bois. L’autre a un linteau monolithique et surtout, plus rare, une voûte en carène inversé se terminant par des pierres plates.

La voie de transhumanceBorne de transhumanceA l’endroit le plus proche de la voie Aurélienne, un sentier étroit et raviné grimpe à angle droit dans les bois : c’est la voie de transhumance des bergers de la Crau. [Les bergers] suivaient l’ancienne voie Aurélienne jusqu’à Eguilles. Une draille contournait Aix-en-Provence par le nord puis passait à travers bois, sur les flancs du Grand Sambuc, au nord de Saint-Marc et de Vauvenargues. Les troupeaux gagnaient ensuite Rians, Quinson, Riez, Puimoisson, Mezel, Digne, La Javie et Seyne. P. Arbos, La vie pastorale dans les Alpes françaises, Armand Colin, 1922.
Eguilles voie transhumance 1823En observant le cadastre napoléonien de 1825, la draille y figure encore avec ses petits rectangles de chaque côté représentant les bornes. On la suit vers l’ouest jusqu’à la frontière avec Lançon en passant au niveau de la bastide du Loup mais elle est interrompue désormais, notamment par la ligne TGV.

Les drailles étaient bornées de pierres plantées par couples, de part et d’autre, tous les quatre ou cinq cent mètres, des tas de pierres délimitant le tracé afin que les troupeaux puissent également les emprunter de nuit.
Ces routes étaient des voies publiques donc inaliénables. Elles étaient entretenues à l’aide des redevances versées aux communes par les capitalistes, les propriétaires des troupeaux arlésiens.Les chemins n’étaient en effet utilisés que deux mois par an, un mois à l’automne et un mois au printemps. Les riverains n’hésitaient pas, entre temps, à les empiéter. Cela donna lieu à de multiples affrontements, que des réglementations ponctuelles ne parvenaient pas à éviter. Les transhumants, lassés d’une lutte sans fin et sans résultat, abandonnèrent dans le courant du XIXe siècle ces routes traditionnelles pour emprunter celles de la vallée.
P. Fabre, Hommes de la Crau, des coussouls aux alpages, Cheminements Ed., 1997.

Continuer la lecture de Eguilles : balade dans les collines