Le pic des mouches par le sentier de Malivert



L intérêt de la randonnée de ce matin était autant due aux personnes que j’ai observées qu’au plaisir de redécouvrir le point culminant de la Sainte-Victoire.

* Je vous propose l’itinéraire sur carte IGN, 11,900km, 3h45 environ, réalisé à partir de CartoExplorer

* Itinéraire le plus rapide au pic des mouches

La météo aujourd’hui à cet endroit :
La direction du vent et la température ressentie

La première difficulté : trouver l’entrée du chemin de Malivert bien mal indiquée. Le mieux est de repérer le panneau qui annonce qu’on quitte les Bouches-du-Rhône pour entrer dans le Vaucluse : le parking se situe 200m avant, sur la droite quand on vient d’Aix. Le chemin traverse le bois de la Pallière, offrant une progression régulière jusqu’à la crête ; la route est longue (2h05) mais pas vraiment difficile. Sans doute au printemps offrirait-elle une végétation plus colorée.

Le premier groupe que je croise vient du Puits d’Auzon ; c’est une famille avec deux adolescents et un chien. Le garçon et la fille, probablement contraints et forcés par leurs parents, maugréent ouvertement et se plaignent de la difficile montée. Le père essaie de les motiver, leur promettant un bon pique-nique (d’ailleurs les baguettes de pain qui dépassent du sac à dos, menacent de tomber) et une vue superbe depuis la crête. Mère et fille décident de faire une pause tandis que le chien fait des allers et retours entre tous les membres de la famille. Je ne peux que comprendre le désespoir du père qui veut initier ses enfants à la randonnée car les adolescents d’aujourd’hui préfèrent sûrement les jeux vidéos ou la télévision. J’ai moi-même essayé avec ma fille, sans succès.

medium_img_0072.jpgA l’oratoire de Mal Ivert, nous retrouvons ceux partis de Puyloubier ou Rians. Tout le monde s’arrête. Les réactions sont diverses : entre les plus âgés qui prient à voix basse, les enfants qui jouent au ballon autour de l’oratoire, celui qui lit à voix haute la prière laissée par un randonneur, celui qui téléphone, je me sens « à part », silencieuse avec mon appareil photo.

Une vierge à l’enfant de simple stuc blanc, dans une niche ouverte au sud est, au sommet d’une sorte de borie. (Yves Paccalet, Terre sauvage, mars 1997)
C’est maintenant que l’ascension commence véritablement. Je rejoins bientôt un couple de retraités qui a perdu le balisage rouge. Je les rassure et les étonne : « Mon GPS va nous dire où est le chemin ! ». Ebahi mais ravi, ce couple qui n’a ni télévision, ni téléphone portable se demande comment ça marche. Je leur explique qu’il faut un ordinateur, un logiciel de cartographie et une carte IGN. « Pas question d’avoir un ordinateur ! » répliquent-t-ils. Je souris gentiment quand ils m’avouent s’être un jour perdus à la Sainte-Victoire et avoir effectué la descente à la lueur des étoiles, sans pleine lune, arrivant finalement vers 1h du matin chez eux…
medium_img_0076.jpgLe chemin étroit et caillouteux, cachant parfois son balisage aux regards attentifs, est plus difficilemedium_img_0082.jpg que tout à l’heure. Parvenue sur la crête repérée par un cairn très visible, la neige a laissé quelques plaques et le vent souffle plus fort. Plusieurs groupes installés sur les flancs de la montagne pique-niquent, savourant autant leur repas que le plaisir d’être tous là, tout là haut. Au croisement avec le chemin qui monte depuis le col des Portes, plusieurs parapentistes bien chargés, se dirigent vers l’aire de décollage.

Arrivée au pic des Mouches (pas de mouches en cette période mais beaucoup de medium_img_0085.jpgmoucherons en été), c’est une victoire. Deux étrangers me demandent d’immortaliser leur passage au sommet. Ensuite, je m’assois et me remplis les yeux de la vue sur la crête, vers la croix de Provence que l’on devine à peine dans la brume de ce temps hivernal. La descente se fait par le col des Portes : descente un peu risquée car les pierres sont humides et la terre glissante. Le plus désagréable reste à faire : 3,5km de route pour rejoindre le parking. Je ne serai dépassée par aucune voiture et donc aucune occasion de faire du stop. Sur cette CD10, plusieurs stèles en hommage aux résistants et un élevage caprin couperont la monotonie du trajet.

bullet1.gifmedium_dsc02759_redimensionner.jpg

Jeff s’était promis d’y aller aussi. Voici une des photos qu’il a prise ce jour là au pic des Mouches dont la hauteur a été récemment réévaluée à 1010m.

©copyright randomania.fr

L’aqueduc de Roquefavour



Quel aixois n’a admiré la silhouette ajourée de l’aqueduc de Roquefavour au soleil couchant ?

* Itinéraire et randonnée virtuelle du site Week ends et tourisme en Provence
* Je vous propose un itinéraire de 2h30 environ sur carte IGN 1:25000 réalisé à partir de CartoExplorer™

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Deux fois plus haut que le pont du Gard, il a été construit entre 1842 et 1847 par Mayor de Montricher. 

L’aqueduc de Roquefavour valut à Franz Mayor de Montricher une gloire exceptionnelle. Et lorsque Louis Napoléon Bonaparte se rendit à Marseille, il demanda à le voir pour lui remettre, au pied même de l’ouvrage, les insignes de la Légion d’honneur. Extrait du bulletin municipal de Ventabren, collines bleues 17, février 2011

medium_102_0203_r1.jpgPetite balade courte et agréable permettant de contempler l’aqueduc et le pays d’Aix. Je l’ai faite avec mon neveu venu se resourcer chez moi.
Le chemin n’est pas balisé ; la route, large et caillouteuse, mène aux vestiges d’un oppidum celto-ligure le Baou de Mario. Ce qui a été découvert est maintenant dans le musée de Ventabren.

Les recherches ont révélé que la période principale d’occupation daterait du 1er siècle avant J.C. mais aurait été cependant assez brève ; le site aurait été abandonné vers 25 avant J.C. L’habitat était organisé selon un plan orthogonal et bâti de pierre calcaire. […] Il y a quelques années, la famille A. découvrait deux pierres rondes en basalte (matériaux volcaniques) dont le diamètre varie entre 37 et 40 cm pour un poids de 1,75 kg à 2,30 kg. […] Pendant leur marche vers l’oppidum de Pierredon (Eguilles), les Romains auraient perdu ces boulets. Extrait du bulletin municipal Collines bleues n°15, février 2010

Quand nous arrivons en haut du plateau, qu’il vaut mieux ne pas visiter un jour de mistral, nous dominons l’aqueduc et le canal qui émerge d’une galerie. medium_101_0185_r1.jpg
En progressant sur le plateau, nous rencontrons un bouc noir qui ne veut pas quitter le chemin à notre approche. Nous décidons de ne pas troubler son espace et nous faisons un détour.

medium_101_0193_r1.jpgNous longeons le canal jusqu’à hauteur du pont où nous entrons dans la pinède. Après un passage rectiligne, nous longeons deux engrenées, petits champs de blé semés par les chasseurs pour attirer le gibier.
Au bout du plateau du Ban, nous avons une jolie vue sur Eguilles. La boucle se termine en descente et rejoint le parking sur le chemin de Rigouès.

Avez-vous vu le TGV sur la photo ci-dessous ?

medium_101_0190.jpg

©copyright randomania.fr

On monte au prieuré par le pas de l’Escalette ?



Itinéraire un peu technique (Pour randonneur moyen averti), il permet d’accéder au prieuré et à la Croix en passant par le refuge Cézanne grâce à un itinéraire varié.

* Description de l’itinéraire (n°3) et accès
* Autre description de l’itinéraire et accès – Site Montagne photos

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Ce tracé part du Parking du Plan d’Enchois, sur la route du Tholonet à Puyloubier. Il passe au refuge Cézanne où j’ai pu m’asseoir et consulter la carte. On se trouve dans le hameau du Trou déserté depuis le début du XXè siècle.

Pour en savoir plus une recherche sur le hameau du Trou

Plusieurs chemins partent de là , dans toutes les directions. Vous trouverez sur le site Week end et tourisme en Provence, quelques photos qui vous donneront l’envie d’aller voir. La balade est assez courte.

115_1583_r.3.jpgLe tracé rouge, rocailleux, après le pas des dinosaures, permet de découvrir le plateau des Roques Hautes ; La falaise des Costes Chaudes, toute plissée, fait partie des terrains les plus anciens de la Ste Victoire. Le fait que cette couche géologique se trouve au-dessus des autres plus récentes, prouve que les mouvements qui ont eu lieu ont mis la montagne « sens dessus dessous ». J’ai l’impression d’être dans un passage, coincée entre deux mondes, celui prieuréd’en bas avec le refuge qu’on ne voit plus, et celui d’en haut, dominé par la crête qu’il va falloir rejoindre. A ma gauche, le plateau de Bau Roux, légèrement incliné, est la surface d’une brèche1. La marche à flanc de coteau sur des dalles rocheuses inclinées parsemées de cailloux, est nettement plus facile que par le pas du Berger (variante de l’itinéraire) mais il faut quand même oser y poser les pieds sans regarder derrière soi. Je rejoins le tracé bleu du sentier Imoucha. IMOUCHA H. ,Sainte-Victoire. Guide des excursions. Editions DGDL , Marseille, 1980.

La découverte du prieuré, accroché au flanc nord de la Sainte-Victoire, est la récompense suprême. Point besoin de parler. Le stress disparait. Lieu de paix, lieu de rencontres aussi. « Les amis de la Sainte-Victoire » étaient présents ce jour là et j’ai eu droit à une petite explication privée sur l’histoire des moines, l’accès à leur jardin, les travaux en cours et le programme du concert annoncé.

 

IMG_1594.jpg

Je prends mon pique-nique assise face au point de vue sur l’ensemble de la Provence : le fameux pan bagnat arrosé d’un verre de coteau d’Aix, a bien meilleur goût que sur terre. Il réunit tous les ingrédients de la salade niçoise dans un pain de campagne rond dont les deux moitiés sont imbibées d’huile d’olive.

Préparation : pan bagnat

– Séparer le pain en deux dans le sens de la longueur

– Frotter chaque moitié avec une gousse d’ail, mouiller légèrement de vinaigre, largement d’huile d’olives, saler et poivrer

– Disposer les ingrédients suivants tranchés finement : salade verte, tomates, oeufs durs, thon, anchois, concombres, poivrons verts, petits oignons frais, feuilles de basilic et olives noires de Provence

Une autre recette de pan bagnat en cliquant ici

bullet1.gif

1Brèche : du point de vue géologique, écroulement d’une crête de plus en plus surplombante

©copyright randomania.fr