Viens, de la falaise de Subarroques à Piéroux par l’ancien GR

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , ,
 

Cette troisième randonnée aurait pu porter le même titre que celle de 2017 de la falaise de Subarroques au Travers de Piéroux mais Yves y a ajouté quelques petites modifications : au sud-ouest une petite boucle supplémentaire vers la cabane en gradins, un sentier rustique au pied du village pour joindre la boucle du nord avec celle du sud, le Piéroux par l’ancien tracé du GR et quelques caches qui méritent le déplacement. J’évoquerai aujourd’hui ce qui change et pour le reste, je vous parlerai plus en images qu’en texte.
Photos de Yves, mes photos

Nous stationnons dans l’allée des platanes près de la boulangerie et d’une supérette qui nous seront bien utiles au retour… la pluie ayant été annoncée, presque tout le monde s’est désisté mais les aixois sont là, un petit groupe au sein duquel les relations sont faciles et amicales.

Première boucle vers le sud : direction Blaquière, la Chau (pour la partie commune, voir de la falaise de Subarroques au Travers de Piéroux et Viens le circuit des cabanes) ; la pluie tombe faiblement, rien de désagréable.
Quel est donc cet arbuste ornemental qui a pris racine à l’extérieur de la propriété et emmêle ses grosses tiges rouges ?
Un court passage en mode sanglier, qu’Yves connait par coeur, sans grande difficulté, rejoint un chemin rural en contre-bas.

La cabane en ruche d’abeille au beau profil régulier est probablement l’oeuvre d’un professionnel de la pierre sèche ; elle est suivie d’une autre de forme anguleuse en moins bon état. Dans la fiche de la cache, Yves Provence et nicoulina (c’est nous !) sont remerciés pour leur aide à la formation au geocaching, qui a permis au parc du Luberon de poser 40 caches pour ses 40 ans.

[35/40 luberon] Borie des abeilles, petitmome

La brume s’étend au dessus du muret ; les champs de lavande ont pris leur teinte d’hiver. Derrière les ruches une cabane en gradins, plus rare, elle aussi de belle facture. Nous rejoignons le grand clapier à travers la garrigue ; près de la ligne à haute tension, le GPS s’affole.

Viens – le grand clapier de la Chau, brunobobo

Falaise de Subarroques. Les itinéraires de balade dans Viens sont désormais identifiés clairement par des lettres sur fond vert. Longue montée sur le chemin de Barroques qui surplombe une falaise de plus en haute. L’eau a parfois isolé de gros rochers du reste de la falaise mais ça ne fait pas peur à Yves. La fin du sentier se termine sur des strates.

Au lieu-dit la Baume, Majo se pose la même question que la première fois : pourquoi avoir construit un mur de soutènement dans cet espace étroit coincé entre deux reliefs ? qu’y faisait-on ? je n’ai pas trouvé la réponse.

Dès l’arrivée au village caractérisé par d’impressionnants murs de pierre toujours bien construits, nous découvrons la fontaine basse, merveilleusement limpide et dans un cadre enchanteur ; un chien fugueur s’y désaltère ; ce site fait désormais partie d’un itinéraire de découverte ; il a été nettoyé et a fait l’objet d’un relevé d’architecture en 2016.

[40/40 luberon ] La Fontaine Basse, petitmome

Au pied du village ce que je prends pour le château est sans une ancienne maison forte, au pied des remparts. L’église saint-Hilaire en dehors du périmètre fortifié garde quelques traces médiévales comme le clocher et ses baies géminées.
Nous traversons le cimetière le temps de repérer des tombes bizarres et de voir au loin les gorges d’Oppédette.
Une montée rude, un raccourci à vrai dire, rejoint un sentier quasiment abandonné et envahi de végétation qui nous taquine jusqu’aux yeux ; il passe sous le village et joint les deux boucles nord et sud au niveau de la route. Pas super agréable ! mais le lieu de pique-nique, lui, vaut la peine : avec banc, table et point de vue.

Point de vue à 360° par Yves depuis le lieu de pique-nique

Boucle Nord : Piéroux. Nous avons enlevé définitivement l’imperméable. Nous quittons la route pour l’ancien tracé du GR6 qui passe sous le Travers de Piéroux, à peu de distance de la route. La mine d’eau n’est qu’à quelques pas : seuls les gens du coin la connaissent.

Les mines d’eau sont des galeries souterraines aménagées qui captent les eaux d’infiltration. Patrimoine caché, elles nous rappellent qu’en région Méditerranéenne, la gestion raisonnée de l’eau est un enjeu majeur. Aujourd’hui perçu comme pauvre en eau, Viens possédait de nombreux points de captage disséminés sur la commune, mais à proximité des lieux d’habitation.

[30/40 luberon] La Mine, petitmome

Le sentier qui monte de façon continue se mue bientôt en sentier boueux, glissant ; parfois on redescend, on s’agrippe aux arbres même épineux, on transporte une boue qui colle et alourdit les chaussures. Personne ne prend de bain de boue même si Yves assure que certains paieraient cher pour cela !

Après une autre montée moins galère vers le sommet de Piauroux (autre orthographe du début du XXe), nous passons sur le point géodésique qui porte, scellé au sol, l’altitude de 721.100 m. Nous rejoignons en pente douce le hameau de Saint-Laurent.

Une piste agréable, large, entre champs de lavande, mène à Viens ; une cabane pointue à peine visible à droite, une autre à gauche avec une toiture raplatie et nous voilà presque au village.
Après une petite grimpette sur des dalles rocheuses, c’est l’heure de la pause réconfort devant le vaste point de vue.

L’arrêt aux Rouans, sur le château d’eau, est incontournable avec sa vue de carte postale sur le château et le village.

Viens – les Rouans, brunobobo

Les derniers mètres en descente sur des marches rocheuses inégales et parfois hautes ralentissent le rythme ; nous rejoignons le centre pour une visite du vieux village bien préservé où nous partons en quête des détails architecturaux : fenêtres à meneaux, porte à linteau en accolade, peut-être un ancien puits de lumière1, ruelles pavées, cadran solaire de 1713,…

Le cadran solaire caché partiellement par un des volets de la maison porte le message suivant en latin :

A.FUGIT.SICUT.UMBRA DUS.STARE.VIDETUR
Il [le temps] s’enfuit comme l’ombre tout en paraissant immobile
(selon Paroles de soleil, Tome 1, O. Escuder, Ed. Le manuscrit, 2005)

Le bar du village est ouvert ; nous nous y désaltérons après cette belle randonnée sur le thème de la pierre.

Un circuit assez similaire à celui de 2017 ; c’est surtout la boucle au nord qui est différente mais elle s’est avérée plus problématique vu la pluie qui était tombée. L’avantage de cette rando en 8 : le pique-nique peut rester dans la voiture.

Image de l’itinéraire 13km600, 4h25 déplacement seul (7h au total), 224m dénivelée (+513, -513)
Itinéraires comparés  : tracé vert clair  en 2017, tracé orange en 2018
Télécharger la trace au format .gpx

1puits de lumière :  ouverture en hauteur dans une salle de repli souvent borgne laissant passer la lumière mais évitant la pénétration des flèches des assaillants

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 08 Fév 2018

Retour en haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *