GR69 la Routo : Vauvenargues de la jonction GR9/GR69 à la limite du Var (2)


La Routo entre Aix-en-Provence et la limite avec le Var, est plus variée sur cette partie. La piste du Petit Sambuc1 est large et tranquille. Deux Sambuc : le Petit Sambuc et Saint-Lambert du Sambuc tous deux figurant sur la carte de Cassini mais existant de longue date.

Dans un contrat de 1407 deux hommes reprennent à rente le Sambuc, jusque là tenu par quatre aixois qui ont 360 ovins et 360 chèvres.

Peu avant d’arriver sur la D11, et de passer la barrière DFCI, nous repérons un menhir que l’on attribuerait bien à Raymond Galle, l’artiste découvert dans la première partie…

Le GR se poursuit de l’autre côté de la route. Le GR9, sentier Jura Côte d’Azur et le GR69, cheminent ensemble jusqu’au hameau de Lambruisse ; piste large bordée d’arbres interdite aux véhicules motorisés ; de manière inattendue, le GR69 quitte la piste – qui n’existait pas à l’époque de la transhumance – pour une plus petite, petits cailloux entre les herbes, dans le vallon des Massacans ; nous venons de passer sur la commune de Jouques ; le domaine de Lambruisse est à cheval sur Jouques, Rians dans le Var et Vauvenargues. D’anciennes restanques témoignent du travail des hommes. Le trajet parcouru entre Aix et Lambruisse dans de bonnes conditions, nous a paru bien agréable mais…

…pour les évadés de la maison d’arrêt d’Aix-en-Provence en instance de départ en déportation, ce fut bien différent. Résistants emprisonnés, ils sont passés par le tunnel qui relie la prison au Palais de Justice ; un car était prévu mais à la dernière minute, le chauffeur a fait faux bond. Le 24-04-1944, ils ont rejoint Lambruisse à pied par le chemin de Beauregard, rocailleux, pénible et mal entretenu. Plus de douze heures de marche dans l’inquiétude permanente.

Le GR69 continue vers l’est tandis que le GR9 repart vers le nord. Le domaine de Lambruisse appartient désormais au Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône ; de l’extérieur, nous jugeons l’importance du corps de ferme à 3 étages : rez-de-jardin, rez-de-chaussée et un étage. Les fenêtres sont condamnées, on entre dans l’annexe par une porte différente.

La ferme est occupée par 200 rhinolophes ; l’ancienne étable et la réserve d’eau sont également utilisées par les chauve-souris protégées par un accord entre le département et la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères.

Le propriétaire en 1823 est Joseph Feissat, auteur d’un mémoire sur la Conservation des bois existant et reboisement des terrains vagues et stériles, résultat d’expérimentations faites sur son domaine. Son histoire est liée à celle de la presse marseillaise, Le Sémaphore de Marseille.

1828, l’imprimeur Antoine Ricard et son neveu Alexandre Demonchy sortent le premier numéro du journal le Sémaphore de Marseille, rue Canebière. Ricard, qui n’est plus très jeune, veut passer la main. Son neveu trouve un commanditaire associé : Joseph Feissat Aîné qui a géré le domaine de Lambruisse au début du XIXe ; il a créé une revue mensuelle agricole dans laquelle il dispense son expérience de gestionnaire agricole ; il s’intéresse à l’imprimerie. En échange du matériel, des brevets et de la clientèle, Feissat cède son domaine de Lambruisse à Ricard. Le neveu devient propriétaire du journal.
Feissat meurt en 1835 ; le mari de sa fille Adolphe Barlatier, dirige alors le journal jusqu’en 1883.
Des journaux et des hommes : du XVIIIe au XXIe siècle, à Marseille et en Provence, Constant Vautravers, Alex Mattalia,

Nous continuons la visite : devant le corps de ferme sur le GR69, il y avait l’aire à battre ; le lieu est accueillant avec quelques tables de pique-nique. Derrière la ferme, le puits sur le GR9 et à l’opposé une cour entourée de murets avec un abreuvoir ; je n’ai pas vu le pigeonnier qui aurait dû se trouver à côté ; la petite chapelle, avec son modeste autel de pierre a été restaurée ; une écurie derrière la bastide, puis dans le fond quelques bâtiments en ruine : un de ceux-là est-il la bergerie de Michel Bache Paulin, berger de Lambruisse ? Il fut assassiné en 1884 pour 45F et quelques brebis (Le Petit Provençal, 23/10/1884).
Fin XIXe, époque faste pour Lambruisse qui compte deux couples de fermiers, plusieurs agriculteurs et deux bergers.

Continuer la lecture de GR69 la Routo : Vauvenargues de la jonction GR9/GR69 à la limite du Var (2)

GR69 la Routo : d’Aix-en-Provence à Vauvenargues jonction GR9/GR69 (1)


Je vous propose une itinérance de 24.500 km sur le tout nouveau GR® 69 (sorti juin 2022) entre Aix-en-Provence et Vauvenargues, à la limite avec le département du Var ; je vous le présente en deux parties. Majo, Anne et moi l’avons parcouru en plusieurs fois pour avoir le temps de repérer toutes les marques de balisage et les centres d’intérêt.

Prévoir une voiture à chaque extrémité si vous ne parcourez que ce bout là. Parkings à Aix rue Saint-Thomas de Villeneuve, en terre battue le long de la rivière ou face au lycée Cezanne, ou devant la mairie du Pont de Béraud / Intermarché rue Fontenaille. Pour l’itinérance, le mieux est quand même d’arriver au départ par le bus. Descriptif pas à pas pp.61-64 du topoguide.

Le GR®69 vous propose de prendre La Routo® (« La Route » en occitan), sur les pas des bergers originaires des vallées occitanes du Piémont, val Stura, val Maira et val Grana, qui émigrèrent vers la basse Provence et les plaines de Crau et de Camargue.

Topoguide De la Provence aux Alpes par les drailles, FFR/Maison de la Transhumance, 2022

Drailles, carraires, voies de transhumance désignent des voies utilisées par les bergers se rendant dans les Alpes, avec une servitude de passage au profit des propriétaires et conducteurs de troupeaux transhumants. La draille appartient au propriétaire du terrain qui doit laisser le passage aux troupeaux lorsque la transhumance est pratiquée.

Cette invitation à marcher au même rythme que les troupeaux nous convient. Parties de la traverse Baret, nous empruntons le chemin de Beauregard, devenu route bétonnée, qui monte régulièrement ; deux endroits où il ressemble encore un peu à un chemin : au carrefour avec le chemin du Vallon des Lauriers (escalier entre les maisons, petite erreur sur la carte IGN) et à partir du pavillon de chasse de Beauregard (photo ci-contre).

Les gros galets, qui autrefois délimitaient le sentier en protégeant l’accès aux cultures, ont roulé au milieu du sentier, le rendant risqué pour les chevilles fragiles.

Dans ce quartier autrefois rural (cultures vigne, olivier), au début du XIXe siècle, les bourgeois du centre ville s’installent, les bâtiments ruraux devenant progressivement résidences secondaires. Par exemple : Claude Gondran, le photographe, David Emeric, avocat puis maire d’Aix, Bruno de Fabry, conseiller à Cour royale, y avaient une propriété.

Après la montée caillouteuse, nous croisons le chemin de l’Echelle qui fait perdre la boule à tous les GPS routiers car la carte n’en mentionne qu’un mais depuis l’avènement de la voiture, il y en a deux ; sur la route des Pinchinats, le panneau de rue précise bien chemin de l’Echelle Bas ! Ce chemin permet de rejoindre le plateau de la Keyrié où passe la grande voie de transhumance des troupeaux d’Arles. Bien que très raide, il a pu être emprunté par les troupeaux ; en effet échelle ou escalette évoquent une montée raide pourvue de marches ou d’échelons (Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France, Roger Brunet, CNRS Editions, 2016) : en pas d’âne (grande profondeur de marche et faible hauteur de marche) il facilite le passage du bétail ou des animaux de trait.

En réalité, il y a deux chemins de l’Echelle : le bas et le haut. Jusqu’au 265, il faut arriver par le bas à partir de la route des Pinchinats ; à partir du numéro 749, il faut arriver par le haut après un large détour. Entre les deux, le chemin est piéton.

Nous continuons notre montée entre les villas puis sur le chemin de la tour de César qui finit en vrai chemin pierreux jusqu’à la vieille tour de guet, plusieurs fois rafistolée, qui porte plusieurs noms mais ne devrait surtout pas s’appeler ‘de César‘ (XIVe siècle). La tour de César. Plusieurs dizaines d’années après cette carte postale, l’environnement boisé n’a plus rien de comparable.

Nous passons sur le territoire de la commune de Saint-Marc Jaumegarde, chemin rural n°19 dit ‘de France‘ – il mène à la ferme de France à Vauvenargues. Marche tranquille, en sous-bois au départ, puis à découvert ; on délaisse tous les chemins venant de droite, petites drailles rejoignant la grande : ainsi les bergers pouvaient rejoindre la grande voie, quel que soit l’endroit d’où ils partaient.

Le chemin de la Fontaine des Tuiles nous rejoint. La piste s’élargit. 800m après, à droite une pierre plantée relevée au bulldozer par l’artiste Raymond Galle : elles évoquent les bornes de transhumance qui autrefois délimitaient la voie. Cette pierre fait partie de l’exposition ‘Dans la Nature 2‘. Enfin la montagne Sainte-Victoire nous offre son flanc nord, sa crête découpée, la croix de Provence.

Raymond Galle est un artiste aux multiples talents puisqu’il est écrivain, plasticien, docteur en sociologie du travail. Il fonde en 1999 la galerie d’art contemporain 200RD10 à Vauvenargues, où il vit : 200m2 de galerie sur 10 hectares de pleine nature. Soutenu par les institutions ce lieu affiche une orientation « art et nature » et confrontation artistique.

La piste, de plus en plus large, est jalonnée de citernes et bornes d’incendie. La région étant soumise à l’aléa ‘feux de forêt’, un arrêté préfectoral interdit l’accès aux massifs forestiers l’été dans certaines conditions de vent et sécheresse.

Il faut donc consulter la carte d’accès aux massifs forestiers des Bouches-du-Rhône avant de partir, entre le 1er juin et le 30 septembre.

Un long, très long grillage sur la gauche : le domaine de chasse privé Provence chasse (700 ha) où l’on peut chasser sangliers, cerfs, daims, à l’approche, en battue ou à l’affut au mirador. Avec un peu de chance vous croiserez un marcassin.

Continuer la lecture de GR69 la Routo : d’Aix-en-Provence à Vauvenargues jonction GR9/GR69 (1)

Les fermes de l’Arbois


Randonnée des Fermes et bergeries de l’Arbois déjà parcourue en 2018 ; aujourd’hui Yves Provence, fidèle guide et compagnon de route, m’emmène pour une initiative environnementale (C.I.T.O. : Cache In Trash Out) visant à enlever les boîtes des caches désactivées du geocacheur rabatau ; le début du circuit est inspiré de la Randonnée sauvage sur le plateau de l’Arbois-2 organisée par le bureau des guides GR2013.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Sur les traces de l’artiste marcheur, nous passons sous la ligne TGV grâce à un tunnel en béton qui permet l’écoulement des eaux. Après une petite échelle verticale pour descendre, puis deux autres en montée, nous quittons les murs chargés de graffitis pour retrouver le lit du ruisseau de Vautubière, humide et glissant, qui se jette dans le Grand Torrent. A éviter un jour de pluie.

A partir du pont portant le canal construit en remblai, les curieux trouveront sûrement le moyen de rejoindre les berges du canal une dizaine de mètres plus haut. En se positionnant à ras du sol, à l’entrée du premier tunnel du canal et en regardant vers le nord-est, on peut découvrir une succession de trois tunnels creusés dans la roche, parfaitement alignés et comme imbriqués l’un dans l’autre : Sautadou (n°3 sur la carte), Siméon (le plus petit, 23m50, n°2 sur la carte) et Valloubier (n°1 sur la carte) ; on aperçoit alors la lumière qui pointe à l’autre extrémité ; les indications ont été laissées par l’ingénieur en 1854, page 104 du livre Promenade sur les bords du canal de Marseille, E. de Saintferréol (agent-voyer du Gard), impr. de Ballivet (Nîmes), 1854.

Un long mur percé d’ouvertures délimite le bassin de délimonage de Valubière : nous marchons dedans, c’est sans doute pour cela que la végétation ne ressemble pas à celle que nous côtoyons habituellement. Au bout de celui-ci, à peu au niveau du pont, le souterrain qui le relie au bassin de la GarenneAndré s’est rendu en suivant le bord du canal à partir du pont TGV, mais ce sera une autre balade.
Valoubier/Garenne sur le site consacré au canal de Marseille

Ces réservoirs [Garenne et Valubière] sont mis en communication au moyen d’un souterrain[…]. Les eaux que le canal envoie dans le premier bassin, celui de Valoubier, remontent d’abord pour pénétrer dans le souterrain […] et, de là, dans le bassin de la Garenne et rentrent dans le canal après avoir parcouru ce dernier bassin dans toute sa longueur […].
On peut vider et nettoyer chacun de ces deux bassins au moyen de robinets vannes de 0 m 60 cm de diamètre, que l’on ouvre à de fréquents intervalles, pour ne pas les laisser encombrer de limon. Promenade sur les bords du canal de Marseille, E. de Saintferréol (agent-voyer du Gard), impr. de Ballivet (Nîmes), 1854

Continuer la lecture de Les fermes de l’Arbois