Sur les traces de l’ancien canal du Verdon depuis Puyricard


L’avantage du canal c’est qu’il n’y a pas beaucoup de dénivelée ; le site est proche de mon domicile, donc dans le cercle de 20 km du deuxième confinement. La plupart du temps, je suis partie du cimetière paysager du grand Saint-Jean qui a beaucoup de places de parking. A l’intérieur du cimetière, les chiens doivent être tenus en laisse ; il est interdit de photographier et de filmer.

En face, l’immense propriété du Seuil achetée vers 1670 à Charles d’Estienne, sieur de Saint-Jean de la Salle ; l’abbé P.-J.-M. Roustan, Notice historique sur Puyricard, Aix, 1857, dit qu’elle a été agrandie en 1671 par Antoine de Michaelis, consul d’Aix, qui fit construire le château.
Comme nous sommes en zone péri-urbaine, il y a forcément de la marche sur route ; au départ du cimetière, j’ai pris une sente parallèle à la route sur quelques dizaines de mètres jusqu’aux services d’entretien des jardins ; au niveau du Petit Seuil1 où poussent des oliviers sur la gauche, j’ai marché le long du champ. Pour rejoindre le canal, il reste une route peu fréquentée.

La réalisation d’un cimetière fut donc envisagée dès 1975. Le domaine du Grand Saint Jean, légué par la famille d’Estienne de Saint Jean à la Ville, fut retenu comme site d’accueil et 45 ha sur les 200 que comptait le domaine du Grand Saint Jean furent réservés à cet usage. […] Des voiturettes électriques permettent d’assurer le transport des personnes âgées ainsi que des personnes à mobilité réduite. Le cimetière est régulièrement utilisé comme décor de tournage pour des séries télévisées. Selon le site de la mairie

Quand j’arrive au niveau de l’ancien canal du Verdon (bon à savoir : possibilité pour une voiture de se garer sur le bas-côté droit), je suis étonnée de le voir en eau. Construit de 1866 à 1875 pour amener l’eau du Verdon à Aix-en-Provence, il est désaffecté depuis 1969. Les techniciens qui y travaillent sont surpris de mes interrogations :  c’est le canal de la Trévaresse, s’il n’y avait pas d’eau, les riverains ne seraient pas contents !  me disent-ils en souriant. La prise d’eau de cette branche se trouve à la Campane à Venelles d’où un autre canal de dérivation sert à remplir le barrage de Bimont. Le Canal de La Trévaresse, ouvrage plus ancien que le Canal de Provence, a donc été modernisé et intégré à l’infrastructure, et garde donc un rôle essentiel pour l’alimentation des réseaux au nord et à l’ouest. Cette branche comporte un canal de 10 km de long, neuf réserves, cinq stations de pompage et un surpresseur.

Une série de seuils en bec de canard est destiné à diminuer le temps de transit entre le bassin de régulation et la réserve de la Barounette. De plus, afin de ne ne pas vider le canal (temps de remise en eau très important) il est nécessaire de maintenir un débit minimum de 30 l/s. Yann Viala, Intégration d’une commande multivariable pour la régulation des canaux d’irrigation. Application à la branche d’Aix Nord du Canal de Provence. Automatique / Robotique. ENGREF (AgroParisTech), 2004

Pauline Rio, Pauline Rio, Analyse diagnostic de l’agriculture dans la région de la Trévaresse (mémoire), AgroParisTech, SCP, 2014

Me voilà le long du canal ; au début, à droite des vignes, à gauche des bois ; le canal à section rectangulaire est protégé par des dalles de pierre horizontales posées sur des pierres verticales ; à Venelles, la section du canal du Verdon avait la forme d’un trapèze plus ou moins évasé, cela avait une incidence sur le débit. De temps à autre, des grilles placées tête-bêche, l’une reposant sur une berge, l’autre sur la berge opposée, sont installées dans l’eau du canal. Pour retenir les branches qui tomberaient dans le canal, pour ralentir le débit ou… ? Merci à Bernard Sabatier du Service de valorisation du patrimoine historique de la SCP pour la réponse :  Les grilles sur la photo 564 sont là pour permettre aux animaux qui seraient tombés dans le canal de pouvoir ressortir seuls. 

Le canal rejoint la route de Rognes qu’il me faut traverser. Mais de l’autre côté une grille en barre le passage ; je sais que certains ont trouvé le moyen de passer mais j’ai choisi de continuer sur le chemin du Seuil (privé mais non interdit – voir ci-contre) qui passe sous le canal ; sur la gauche le domaine de Collavery, petit producteur viticole à Saint-Cannat, dont les vins se vendent au Cellier d’Eguilles ; je rejoindrai la berge 250 m plus loin. Le canal du Verdon zigzague parfois en virages serrés car il fonctionnait par gravité et devait suivre une pente régulière ; de nos jours, le canal de la Trévaresse fonctionne par aspersion. Vous verrez même une ancienne martellière que l’on faisait fonctionner à la main pour irriguer les terres au moment de son tour d’eau.
Variante 1 : ne pas remonter sur le canal mais continuer le chemin jusqu’au portail du petit domaine du Cros à Saint-Cannat :  construite en 1739, cette bastide servait au XIXes. de relais de chevaux à la famille Double, des armateurs marseillais  selon le Guide Hachette des vins ; par un bon sentier montant à droite, rejoindre la petite passerelle métallique sur le canal.

Au niveau de ce ponceau, je grimpe dans la colline qui passe à côté des ruines de la Maison Blanche. Cette ferme était une des six fermes incluses dans le vaste domaine de la Trévaresse de 850 ha au début du XXe siècle, domaine qui fut vendu aux enchères forcées en 1934.
En haut, j’arrive au niveau de l’antenne et de la route qui mène à l’Etape, Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) installée dans le domaine de la Trévaresse et qui n’accueille que des hommes en difficulté. En 1946, ce centre, issu d’une rencontre entre le Père Aune et Jean Didier, accueillait des détenus. L’Etape fait partie d’un dispositif national d’insertion assuré par une dotation de l’Etat. L’Etape, Rognes

J’ai reçu des numéros, j’en ai fait des hommes. Ceux-ci sont divisés en cinq équipes. Toutes portent le nom d’un héros de la Résistance tombé dans la lutte contre l’allemand. […] Beaucoup resteront ici jusqu’à leur mort. […] Le père Aune, extrait de Ce soir, 28 mars 1946

Au  carrefour avec la route de Rognes, il y a un oratoire dont la construction ressemble fort à celle de Sainte-Philomène à Charleval (à voir dans les collines de Charleval) : pierres de taille, à base carrée, une niche séparée de la base par une corniche, rehaussé de trois marches. Qui me dira de quel saint il s’agit ? (il semble porter une torche dans la main droite).

Je traverse prudemment la route et vais suivre un sentier bossu qui longe la route ; ainsi, je peux retrouver le canal de la Trévaresse au carrefour de la D543 et du chemin de Collavery. C’est là qu’un cycliste manifestement ennuyé, regarde son téléphone pour essayer de trouver un chemin, et non une route, pour Rognes. Nous consultons la carte IGN Iphigénie pour n’en trouver qu’un qui s’arrête à l’oratoire ; ensuite c’est la route ; il fera demi tour…

Continuer la lecture de Sur les traces de l’ancien canal du Verdon depuis Puyricard

Dormillouse, accessible seulement à pied


Dernière randonnée avant notre retour sur Aix-en-Provence : Dormillouse1, dans la vallée de Freissinières. La route est si étroite dans le chef-lieu que nous nous demandons si la route passe bien par là. Après les Viollins, c’est le parking du pont du Laus, départ pour le circuit d’hiver par faible enneigement ou pour le sentier des cascades si on veut marcher plus longtemps ; après la passerelle de bois, 1.800 km plus loin, nous nous arrêtons au parking des cascades (1440 m) déjà bien rempli, le long du torrent des Oules : fin de la route, pour les habitants comme pour nous. Temps de marche pour les plus entraînés : 45 minutes, les autres 1h.

Seul village habité à l’année dans le cœur du Parc national des Écrins, Dormillouse est accessible seulement à pied. […] C’est le hameau le plus élevé de la vallée.
Dormillouse […] se trouve en fond de vallée, perché sur un verrou d’origine glaciaire à une altitude d’environ 1800m. Sa position sur l’adret (au sud) permet un ensoleillement de minimum 4h en hiver et 11h en été. Le village est construit sous des crêtes et plus particulièrement sous le rebord d’un plateau appelé les Clots (500m au dessus) ce qui le protège des avalanches. Pays des Ecrins

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Quelques moutons en liberté broutent l’herbe près du parking ; certains sont montés sur le toit des garages. Pour Dormillouse, impossible de se tromper : il suffit de suivre les panneaux… ou ceux qui vous précèdent.

Le sentier d’été, en bon état, monte continuellement. Pour avoir la capacité de gravir les 300m de dénivelée sans trop m’arrêter, je tente la marche afghane basée sur le principe de la coordination de la respiration au rythme des pas. Je m’étais entraînée auparavant, même pour aller jusqu’à la boulangerie. Elle accroît la capacité respiratoire et améliore l’endurance. J’ai eu du mal à trouver mon rythme (2 inspirations par le nez, 3 expirations par la bouche alors que c’est plutôt 2/2 ou 3/3 qui est le rythme de base) mais quand j’y suis parvenue, la montée est devenue étonnamment plus facile.

Après le pont en bois, bientôt le bruit de l’eau couvre nos voix ; la cascade fait un bruit assourdissant : elle descend de très haut et rebondit en gerbe sur un replat rocheux. Magique et beau. Deux torrents mêlent leurs eaux, chacun recevant les eaux de plusieurs sources. Sur 300 m de hauteur, l’eau dégringole. Nous la retrouverons au loin, à plusieurs endroits, par quelques trouées d’arbres.

Un pierrier dans la pente puis un sentier dans les prés : nous apercevons au loin quelques chalets mais ils ne sont pas si proches que cela. La passerelle de bois passe au dessus du Torrent du Lait ; juste avant d’arriver au hameau des Enflous, encore un pont au-dessus d’un torrent fougueux. Autour de nous, que des montagnes à plus de 3000 m.

Le premier chalet aperçu est bien typique, entouré de sa barrière de bois, avec sa toiture de mélèze, son balcon portant la provision de bois pour l’hiver.
Le temple à la façade blanche est ouvert et expose une brève biographie de Félix Neff (1797 Genève,  1829 Genève) ; d’abord chapelle  destinée au culte de la religion catholique, un prêtre y avait été affecté mais personne n’allait à la messe. Elle est donnée au culte protestant. Félix Neff ne s’occupe pas que des âmes mais fait instruire les enfants ; il exhorte les habitants à refaire les canaux qui existaient autrefois, à butter2 les pommes de terre, tailler les arbres.

De toutes les vallées que je visite, celle de Fressinières est la plus reculée : il faut tout y créer : architecture, agriculture, instruction, tout y est dans la première enfance. F. Neff

Bibliographie sur Félix Neff

Sur l’herbe, en bordure du ravin, de gros sacs blancs contenant des matériaux de construction, ont été déposés suite au dernier hélitreuillage.

Continuer la lecture de Dormillouse, accessible seulement à pied

Trésors des Dentelles


En mai 2017, nous fêtions les 10 ans de l’association des Geocacheurs de Provence, chasseurs de trésors avec GPS ; à cette occasion, l’événement Apérocache Provence 2017 à Pernes-les-Fontaines rassemblait les anciens geocacheurs et de nombreux nouveaux. ilagaris a accepté de poser 18 caches dans les Dentelles de Montmirail ; c’est un circuit de randonnée varié qui allie avec talent le sport, les points de vue, et le geocaching pour ceux qui aiment jouer. Les caches sont préfixées [AP10] et numérotées de 1 à 18. Deux groupes de joueurs partent à l’aventure ce dimanche matin. Notre groupe est accompagné d’Eric, le concepteur des caches.

Album photo

Partie un peu en retard pour une paire de chaussettes oubliées…, je rejoins le groupe sur le lieu de la première cache déjà trouvée par l’équipe.

Trésor des dentelles #1, ilagaris

Ciel bleu, genêts en fleur, piste facile : voilà qui commence bien.
Nous sommes entre Beaumes de Venise et Gigondas réputés pour leur AOC et leur côte du Rhône mais aussi pour leur muscat.

Trésor des dentelles #2, ilagaris

Nous longeons donc les vignes plantées sur les coteaux ensoleillés tournés vers Montmirail, à presque 300 m d’altitude.

Trésor des dentelles #3, ilagaris

Quand on quitte la piste, le sentier du Grand Vallat plutôt humide nous oblige à jouer les équilibristes pour ne pas se mouiller les pieds. Nous rejoignons le GR de Pays du Tour des Dentelles de Montmirail.

Trésor des dentelles #4, ilagaris

Au lieu-dit « Mon Rêve », nous le quittons à nouveau pour le Grand Vallat, dénomination classique du plus grand ruisseau du coin, avant de poursuivre sur un sentier en sous-bois particulièrement humide.

Trésor des dentelles #5, ilagaris

Quelle belle fleur mauve ! Avant d’être les plantes ornementales qui décorent nos jardins depuis le XVIIe, les pois de senteur étaient des fleurs sauvages. On en fait même aujourd’hui des bouquets de mariés composés d’une quarantaine de tiges de couleurs différentes dans les tons pastels.

Au carrefour matérialisé par une grosse pierre plate, nous retrouvons le GR de pays. C’est là qu’un choix se pose : qui montera la pente raide, caillouteuse et dégradée qui mène à la tour sarrasine ?
Datant du XIIe siècle, elle est un ancien poste de garde. De là haut, à 410 m d’altitude, la vue au sud s’étend sur les Alpilles au fond, la vallée de l’Ouvèze à l’ouest, et plus prés sur les carrés de vignes de Beaumes de Venise. La cache, qui se mérite, a déjà récolté pas mal de points favoris.

Trésor des dentelles #6, ilagaris

Une courte pause, une belle piste, un regard en arrière pour apercevoir, haut perchée, la tour. Avez-vous remarqué que de nombreuses tours sans âge sont appelées « sarrasines » ? Certes Charlemagne se serait arrêté à Notre Dame d’Aubugne avant d’attaquer les Sarrasins. Le nom serait-il souvenir de leur passage comme en témoignent d’autres toponymes tels que Dentelles sarrasines, chambre du Turc ?

Dans un virage de la piste en pleine forêt, l’équipe de chercheurs s’affaire, sûre de ses talents. Le propriétaire de la cache, l’air narquois, nous regarde sans rien dire. Les geocacheurs observent, fouillent, grattent, s’échangent des coups d’œil et des suggestions, puis commencent à douter de leurs talents ;  non ce n’est pas possible que la cache ait disparu. Amusée, je prends quelques photos des chercheurs. Et quand après plusieurs minutes de recherche infructueuse, l’une d’entre nous brandit l’objet de convoitise, nous nous esclaffons de rire en félicitant le poseur.

Trésor des dentelles #7, ilagaris

La tour est toujours visible au loin ; bientôt nous longeons les vignes qui courent vers l’horizon. Une vieillle brouette à feu rouillée servant au brûlage des sarments a été abandonnée dans les vignes. Posée sur des rails, elle laisse entrevoir l’ouverture destinée à l’allumage.

Les fumées occasionnent cependant une gêne pour le voisinage et s’avèrent très chargées en particules fines. Dans certaines régions, le brûlage est interdit ; des études visent à recycler les sarments sous forme de compost, ou pour alimenter une chaudière individuelle.

Trésor des dentelles #8, ilagaris

A la fin novembre, c’est le moment d’une activité qui consiste à brûler les bois dans des charrettes (brûlots ou brouettes à feu), au fur et à mesure de la taille.

Autrefois, brûler les sarments de vignes avait au moins deux usages :

  • en cuisine :
    Pour bien déguster la poularde, il faut la mettre à la rôtissoire […] devant une claire flamme de sarments ; elle rôtit ainsi lentement pendant quatre heures, […]. Aucune chair n’est plus fine ni plus savoureuse.
  • en médecine :
    On a vu des succès merveilleux d’un remède très simple même dans les différents états des panaris […] Le remède consiste à mettre tremper la partie affligée dans une lessive chaude de cendres de sarment ; cette lessive […] fait couler en-dehors toute l’humeur : il ne reste plus qu’à appliquer les onguents ordinaires […] Dictionnaire de l’industrie ou Collection raisonnée des procédés utiles dans les sciences et les arts,…. Tome cinquième, par une Société de gens de lettres [dirigée par H.-G. Duchesne], Paris, chez Rémont libraire, 1795

Continuer la lecture de Trésors des Dentelles