La Petite Camargue à Saint-Chamas



Cette petite Camargue limitée en surface sur les rives de l’étang de Berre, m’a laissé une impression mitigée (voir Balades nature en Provence Côte d’Azur, CEEP, Dakota Editions 2011). Depuis le parking près de la centrale jusqu’à l’entrée du chemin, le sentier longe le littoral : à gauche, des oiseaux, des cygnes tuberculés surtout ; à droite, des détritus de toutes sortes (bouteilles vides, papier, blocs de béton,…).  Des marches de béton sont encore visibles.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Vidéo la petite Camargue par provencetv

A partir de la barrière, tout le long du chemin, depuis les postes d’observation (huttes de chasse sur le domaine public), parfois en béton, parfois en tôles camouflés sous des branches coupées, on peut s’approcher des plans d’eau. Belles fleurs bleues. Une odeur désagréable d’égoût m’accompagne. A intervalles réguliers des poteaux blancs triangulaires portent au dos, un numéro de téléphone, celui qu’il faut appeler en cas d’urgence : il s’agit d’une conduite d’azote.

Une canalisation d’azote, exploitée par AIR LIQUIDE qui passe au Sud de la commune de Saint-Chamas, le long de la RD 10, et traverse l’Etang de Berre pour rejoindre Fos. Les risques de TMD [transport matières dangereuses] résultent de la nature des produits et de leurs possibles interactions (réactions chimiques), en cas d’incident (fuite, accident, dégradation des contenants). Ils peuvent se traduire par une explosion, un feu, une pollution des milieux (eau, sol). Diagnostic territorial 2010

Continuer la lecture de La Petite Camargue à Saint-Chamas

©copyright randomania.fr

*** Beauduc en hiver, une véritable aventure !



Beauduc, un espace en marge (cache de baba13) : à tenter absolument !

La météo aujourd’hui à cet endroit
Avec la température ressentie

acces_phare_beauduc_par_la_plage_it.jpgFin de l’tinéraire vers le phare par la plage et la digue des Sablons (en voiture puis à pied)

La «Communitas» de Beauduc

La «Communitas» de Beauduc : une forme singulière de culture maritime, Laurence Nicolas, Laboratoire Dynamiques Ecologiques et Sociales en Milieux Deltaïques – ESA 5023 CNRS, Université de la Méditerranée

©copyright randomania.fr

Le phare de la Gacholle, en Camargue



img_5160r.JPGimg_5139r.JPGUne randonnée en Camargue un 26 août, en saison touristique, est-ce raisonnable ?  : accès au parking difficile et juste toléré aux voitures, chaleur et sécheresse, pas d’eau sur le parcours, la platitude camarguaise sur 12km jusqu’aux Saintes-Maries de la Mer. Je m’arrête à la Capelière -centre de la réserve nationale – pour retirer le dépliant d’informations sur ce parcours « De la digue à la mer », digue construite durant la seconde moitié du XIXème siècle.

La description du parcours sur le site Week-ends et tourisme en Provence

img_5087.JPGimg_5154r.JPGEt pourtant ! la piste qui permet d’accéder au parking de la comtesse est déjà en soi une aventure : des cuvettes profondes, des dos d’âne à faire grincer les amortisseurs, il faut sans cesse sinuer de gauche à droite. Elle serpente entre l’étang de Fangassier – site majeur de reproduction des flamants roses – et celui de Galabert où les oiseaux donnent déjà du gosier. Des oiseaux autant qu’on en veut. Je m’arrête plusieurs fois pour les observer avec des jumelles.

img_5109rr.JPGimg_5130r.JPGPetite halte au phare de la Gacholle où il n’y a pas d’eau potable. Après lecture de quelques panneaux d’information, je prends mon déjeuner sur l’aire d’accueil ; je me protège contre les moustiques puis quitte le phare.

img_5103r.JPGConstruit en 1882 pour empêcher les naufrages dans le golfe de Beauduc, restauré après la guerre en 1947, il permet aujourd’hui aux plaisanciers et pêcheurs de rejoindre le port des Saintes-Maries. Les bancs de sable ne pouvant supporter le phare, il est situé à l’intérieur des terres, comme les deux autres phares camarguais, mais près de la digue pour faciliter son accès. 17m de haut. Portée : 20km. Feu à éclats rouge, vert, blanc toutes les 4 secondes (dont 3s d’extinction), télé-contrôlé à distance depuis 1967 par le Service des Phares et Balises. L’énergie des lampes est fournie par des panneaux solaires.

Plus un seul arbre désormais sur le parcours. 2km plus tard, j’oblique sur la gauche par le chemin des douanes. La mer est loin, la marche dans le sable parfois fatigante. Au bout, une plage à l’infini avec quelques baigneurs épars qui ont eu le courage de marcher durant quelques kilomètres pour mériter le plaisir de la Méditerranée pour eux tout seul. La baignade et la pause silencieuse ont une saveur particulière.
img_5142r.JPGimg_5151r.JPGJe décide de revenir par la mer ; le sable est vierge de toute trace, sauf celles de quelques oiseaux qui ont laissé également quelques plumes. Dans la nature ici totalement préservée, je n’entends au loin que le bruit de moteur d’un jetski. Dommage ! Impossible de traverser la réserve : il faut donc rejoindre le phare par les seuls accès autorisés et ça peut paraître long… à moins de traverser l’étang du Tampan à sec en suivant quelque sente tracée par les vélos, mais c’est en principe interdit.

C’est le geocacheur aero30 (auteur de cette cache n°4 : le phare de la Gacholle) qui m’a donné envie de découvrir ce phare. Une fois sur place, je troquerai mes projets de chasse au trésor contre une balade naturaliste et une baignade rafraichissante dans une mer sans touristes ; rien que pour cela, il mérite mes remerciements. Quelle bonne idée de faire découvrir la Camargue avec un rallye de 8 caches !

Site de la réserve de Camargue

Image de mon tinéraire du phare de la Gacholle à la mer, 4km aller depuis le parking de la comtesse, 8 à 10km A/R selon le sentier pédestre – pas de dénivelée

Le meilleur moment : le matin tôt ou le soir pour observer les oiseaux

Les meilleurs équipements : une bonne paire de jumelles, un appareil photo, beaucoup d’eau, un chapeau, un produit anti-moustiques

Le meilleur moyen de locomotion : le vélo si l’on veut aller jusqu’au pont de Rousty ou les Saintes-Maries

©copyright randomania.fr

Les marais du Vigueirat



Situé dans la Camargue la plus proche d’Aix-en-Provence, les marais du Vigueirat propose deux balades non guidées fort agréables pour qui accepte les règles de l’observation des animaux en pleine nature (3km environ).

medium_img_0601.jpgmedium_img_0557.jpg

* festival de la Camargue en mai
* Le site officiel des marais du Vigueirat, avec l’actualité nature selon la période

Le temps qu’il fait aujourd’hui, à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

medium_img_0565.jpgCe samedi matin, je suis seule à faire la visite dans les marais. La personne qui m’accueille me suggère de suivre le sentier des cabanes (ludo éducatif), réservé aux enfants, puis le grand tour des marais. Pour que les animaux ne me sentent pas venir, je dois me placer de façon à ce que le vent ne transporte mon odeur jusqu’à eux. Sur le sentier des cabanes, trois drapeaux : le bleu indique qu’il y a du vent, le jaune indique qu’il s’agit d’un vent d’est ; le rouge indique que le vent n’est pas fort . Je me suis habillée de couleurs sombres, je me suis aspergée d’un anti-moustiques pour éviter tout geste brusque en vue de chasser ces insectes ; je marche très lentement sur les passerelles de bois, en m’arrêtant longuement pour guetter les animaux. Malgré toutes ces précautions, le plus souvent, tout ce que j’ai obtenu, c’est de les faire fuir, mais au moins cela s’est passé sous mes yeux !
* L’observation des oiseaux, par le web de l’ornithologie
medium_img_0590.jpgDès le début de la promenade, un concert d’oiseaux m’accueille. La Camargue s’écoute. Si les moustiques sont présents, ils ne sont cependant pas trop agressifs. De frayeur, le ragondin surpris fait le mort sous le pont de bois ; la cistude prend un bain de soleil au milieu du marais ; un couple de canards colvert s’envole bruyamment à mon approche. Un bihoreau (du moins ai-je cru en reconnaître un…) caché dans les roseaux, me surprend par la rapidité de son envol. Quelques hérons blancs, éloignés, lissent leur plumage blanc ; les juments de race camarguaise me surveillent lorsque je m’approche de leur poulain tandis qu’une autre est en train de mettre bas ; les taureaux de la manade rejoignent leur enclos dans un nuage de poussière.

medium_img_0593.jpgmedium_img_0567.jpg

Des champs de nivéoles d’été aux multiples clochettes blanches prospèrent au bord de l’eau (voir photo de gauche) : nom bien mal trouvé pour une fleur de début du printemps. Attention ! c’est une fleur protégée : ne la cueillez pas !

« Pour s’immerger vraiment dans cette terre liquide, humer les taureaux, découvrir les oiseaux, il faut absolument visiter le marais du Vigueirat. Aux confins de la Camargue et de la Crau, il réunit une mosaïque de milieux exceptionnels. Entre sel (la sansouire1) et eau douce (la roselière2), entre terre (taureaux, chevaux) et air (280 espèces d’oiseaux). Mieux vaut participer à une visite guidée par un naturaliste. »

Le Point, n°1710, 23 juin 2005, Frédéric Lewinoet, Domitille Arrivet, 21 sites d’exception à découvrir cet été – Entre ciel et mer – Marais du Vigueirat, en Camargue (Bouches-du-Rhône)

Ce conseil – être accompagné d’un guide nature – que confirment beaucoup d’internautes, me semble le meilleur que l’on puisse donner à ceux qui veulent appréhender la Camargue et avoir toutes les chances d’observer les oiseaux. Le Conservatoire du Littoral organise des visites guidées sur réservation, notamment le soir (tél.: 04-90-98-70-91), avec étude des animaux à partir d’observatoires uniquement accessibles lors des visites payantes.

bullet1.gif

1Sansouire : paysage et formation végétale dominée par des salicornes buissonnantes sur des terrains peu ou pas irrigués où le sel affleure lors des grandes chaleurs
2Roselière : endroit humide et marécageux où poussent des roseaux. Le roseau est un excellent épurateur des eaux. Il sert à la confection de toitures pour des cabanes traditionnelles ; les camarguais l’appellent sagnou

©copyright randomania.fr