Le château de Cadenet en quelques photos


En attendant l’article complet, quelques photos géolocalisées pour découvrir un site qui enchantera petits et grands : souterrains, habitat troglodyte, fossiles, ruines du château,…

Quand la carte est ouverte, un clic sur une icône rouge affiche la miniature, un clic sur la miniature montre la photo en grand. Le tracé violet représente mon parcours.

Rognes, le Foussa


Petite pluie pour une petite exploration qu’il faut néanmoins faire avec de bonnes chaussures. Le Foussa, avec son ex-voto sculpté dans la pierre que l’on voit de loin, c’est l’emblème de Rognes. Difficile à croire mais j’ai réussi à me perdre, la première fois du moins, je n’ai pas réussi à partir de l’ouest (escalier saint-Martin) et à revenir par l’est (rue du Cégarès). Le toponyme de Foussa (= fossé) n’apparaît qu’au XVIIe siècle, à l’issue du démantèlement de la citadelle ordonné par Henri IV, quand de violentes batailles opposaient protestants, ligueurs et royalistes. Il ne restait plus, à l’époque classique, que le fossé comblé.

L’insécurité du Haut Moyen-Age fait remonter les populations sur les hauteurs, sur  l’actuel Foussa, berceau du village historique. Un autel de marbre du Ve siècle déposé dans l’église paroissiale, prouve que le lieu était occupé depuis longtemps.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Le Foussa par Saint-Martin (ouest)

Depuis le grand parking à l’entrée en venant d’Aix, avant la chapelle Saint-Denis

On grimpe par un escalier de pierre (Saint-Martin) qui tourne à angle droit vers la gauche puis, vers la droite, passant devant la première maison troglodytique et sa cave, et plus loin sous la Vierge gravée dans la pierre. Le premier rempart était construit sur le rocher au-dessus des maisons. Les trous de boulins sur le mur de la forteresse permettent le scellement des poutres de soutènement de planchers.

La Vierge du Foussa, ex-voto géant, le plus grand du monde (6 m de diamètre) selon l’association Les Amis  de Rognes a été réalisé par Raymond Servian (1903 – 1953), sculpteur monumental. Un comité local présidé par le Père Cottin récolte des fonds pour la réalisation de cette œuvre en 1946 ; les habitants remercient la Vierge de les avoir presque tous épargnés lors de la seconde guerre mondiale. La photo ci-contre a été retouchée : l’accès à la Vierge est protégé par un cordon métallique.
Le sculpteur ne gagnera pas le concours du plus grand monument aux morts à Marseille : celui de la corniche en hommage à l’armée d’Orient et des terres lointaines.

Lors du tremblement de terre du 11 juin 1909, presque toutes les maisons du Foussa, construites sans fondations, s’effondrent. Les sinistrés sont hébergés sur place.

Continuer la lecture de Rognes, le Foussa

Les fermes de l’Arbois


Randonnée des Fermes et bergeries de l’Arbois déjà parcourue en 2018 ; aujourd’hui Yves Provence, fidèle guide et compagnon de route, m’emmène pour une initiative environnementale (C.I.T.O. : Cache In Trash Out) visant à enlever les boîtes des caches désactivées du geocacheur rabatau ; le début du circuit est inspiré de la Randonnée sauvage sur le plateau de l’Arbois-2 organisée par le bureau des guides GR2013.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Sur les traces de l’artiste marcheur, nous passons sous la ligne TGV grâce à un tunnel en béton qui permet l’écoulement des eaux. Après une petite échelle verticale pour descendre, puis deux autres en montée, nous quittons les murs chargés de graffitis pour retrouver le lit du ruisseau de Vautubière, humide et glissant, qui se jette dans le Grand Torrent. A éviter un jour de pluie.

A partir du pont portant le canal construit en remblai, les curieux trouveront sûrement le moyen de rejoindre les berges du canal une dizaine de mètres plus haut. En se positionnant à ras du sol, à l’entrée du premier tunnel du canal et en regardant vers le nord-est, on peut découvrir une succession de trois tunnels creusés dans la roche, parfaitement alignés et comme imbriqués l’un dans l’autre : Sautadou (n°3 sur la carte), Siméon (le plus petit, 23m50, n°2 sur la carte) et Valloubier (n°1 sur la carte) ; on aperçoit alors la lumière qui pointe à l’autre extrémité ; les indications ont été laissées par l’ingénieur en 1854, page 104 du livre Promenade sur les bords du canal de Marseille, E. de Saintferréol (agent-voyer du Gard), impr. de Ballivet (Nîmes), 1854.

Un long mur percé d’ouvertures délimite le bassin de délimonage de Valubière : nous marchons dedans, c’est sans doute pour cela que la végétation ne ressemble pas à celle que nous côtoyons habituellement. Au bout de celui-ci, à peu au niveau du pont, le souterrain qui le relie au bassin de la GarenneAndré s’est rendu en suivant le bord du canal à partir du pont TGV, mais ce sera une autre balade.
Valoubier/Garenne sur le site consacré au canal de Marseille

Ces réservoirs [Garenne et Valubière] sont mis en communication au moyen d’un souterrain[…]. Les eaux que le canal envoie dans le premier bassin, celui de Valoubier, remontent d’abord pour pénétrer dans le souterrain […] et, de là, dans le bassin de la Garenne et rentrent dans le canal après avoir parcouru ce dernier bassin dans toute sa longueur […].
On peut vider et nettoyer chacun de ces deux bassins au moyen de robinets vannes de 0 m 60 cm de diamètre, que l’on ouvre à de fréquents intervalles, pour ne pas les laisser encombrer de limon. Promenade sur les bords du canal de Marseille, E. de Saintferréol (agent-voyer du Gard), impr. de Ballivet (Nîmes), 1854

Continuer la lecture de Les fermes de l’Arbois