Le long du Réal


Organisée par les Amis de Jouques (contact), cette sortie gratuite (version 1) fut une véritable découverte insolite du Réal ; sans l’association, je n’aurais jamais découvert ce coin (propriétés privées) : nombreux vestiges de moulins, un vieux pont (et peut-être même un autre romain), une ripisylve garantissant une balade à la fraiche malgré les 30° dehors (peupliers blancs, de saules, de frênes et d’aulnes), une température de l’eau ne dépassant pas 20 degrés l’été et convenant donc parfaitement aux salmonidés  ;  encadrée par des spécialistes des sujets abordés (Gilles Cheylan, Gaëtan Congès, Jouques Action Biodiversité, la société de pêche privée le Réal), elle ne pouvait que satisfaire le groupe et la curieuse que je suis.
J’y suis même retournée le 29 juillet par une boucle : ce sera la version 2.

Rien qu’en observant les différentes cartes de Jouques nous apprenons beaucoup de choses :

  • carte de Cassini vers 1760 : sur le Réal on dénombre 5 symboles de moulins ; Pey1 Gaillard s’écrivait Puigaillard ; la chapelle Saint-Jean-de-Ville Vielle, pourtant signalée en état de délabrement en 1739, est représentée sur la carte ;
  • sur le cadastre napoléonien (1810) :
    • section G (Pey Gaillard), Le Réal c’est le ruisseau de Jouques ou de Saint-Bacchi ; Malle Vieille2 s’écrit en deux mots, un aménagement de couleur bleue (barrage) sur la rivière au niveau du pont à Mallevieille ; passant sur ce pont, la carraire de transhumance des Blaquières rejoint le chemin de Jouques à Saint-Paul ; selon moi, cette carraire est une des grandes voies de transhumance, celle de Barcelonnette.

      Citée par Sandrine Krikorian, Les chemins de transhumance dans la Provence du XVIIIe siècle, 2022, la deuxième route de transhumance connue par le Mémoire de la route de l’abeillier qui va dépaître pendant l’été à la montaigne de Larche et celle de Josiers et celle du Chatelas, toutes ces montagnes dans la vallée de Barcelonnette, indiquent que les troupeaux passent par … Peyrolles, Jouques, Saint-Paul, Cadarache, Vinon,… où on arrive le 28 juin, en l’année 1752, parti le 14 juin de la même année, composée de 10402 bêtes.

    • sur la section F Sainte-Trinité, un moulin se trouve sur l’ancien canal de Peyrolles (propriétaire BLANC Jean Honoré dit Bienheureux) et Paradou3 de Séouve4 (propriétaire SANTON J.-Baptiste décédé avant 1810, marié en 1796 à Ricard M.-Elizabeth) et son long canal d’amenée parallèle au ruisseau ;
    • sur la section H2 (Saint-Sébastien), le moulin du Bienheureux (BLANC Jean Honoré dit Bienheureux) à Malle Vieille ;
  • Sur la carte d’état-major (1860), le moulin de Peyrolles s’appelle moulin de Vergne, du nom de son propriétaire ; deux moulins sont repérés Min, mais n’ont plus de nom : cette information est probablement sans intérêt pour l’état-major ;
  • Sur la carte IGN de 1950, restent le moulin du Réal (Peyrolles) sur le canal de Peyrolles et deux symboles de moulin entre Mallevieille et le village ; les moulins en aval n’existent plus.

De nombreux moulins se sont développés depuis la période médiévale.
1335 : 10 moulins ; 1508 : 21 moulins ; 1823 : 11 ; 1923 : 4 dont 2 papeteries. Source : Jouques, Site Patrimonial Remarquable, Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (A.V.A.P.)

Nous suivons le sentier jusqu’à l’endroit où, lors du percement de l’autoroute, la présence d’engins de terrassement a permis le creusement d’un nouveau lit pour le Réal. Ses eaux passent désormais sous l’autoroute et sous le chemin. Extrait de Souvenirs de pêche, société de pêche du Réal.

Sous les frondaisons d’arbres bien hauts, nous nous rapprochons de la rive droite du Réal. Très vite, une première ruine bien cachée, d’où l’on descend en escalier, avec un muret de soutènement, ne figure pas sur le schéma explicatif préparé par P. Doucière en 2015. Moulin ou simple maison ?

L’étroit sentier sinue en sous-bois ; en juillet nous avons parfois été obligés de couper quelques branches au sécateur. Beaucoup d’arbres sont tombés en travers de la rivière.

Continuer la lecture de Le long du Réal

** Les trompes du Faï, l’abbaye de Clausonne, le lac du Peyssier


Lever 5h30 ; départ 6h30 : j’ai rendez-vous à 7h30 sur le parking de co-voiturage à la sortie de l’autoroute à Manosque. C’est Yves ensuite qui conduit son petit groupe jusqu’au Saix1, petite commune des Hautes-Alpes. Il nous a proposé une partie de geocaching, les gorges du Gouravour2, la découverte sonore des trompes du Faï3 (se prononce Faille, quelquefois Fa-i) l’abbaye de Clausonne, et un lac après un peu plus de 400m de dénivelé. Je ne pouvais pas refuser. Ce circuit fait partie du nouveau topoguide de la communauté de communes du Buëch-Devoluy.

A l’entrée de l’Espace Naturel Sensible, les gorges de Gouravour ressemblent un peu à celles de Saint-Pierre (Beauvezer, 04) par leur étroitesse et leur hauteur ; le panorama géologique tourmenté est impressionnant avec des strates fortement inclinées. Cette route départementale mène à la ferme du Faï. Un pont sur le torrent a remplacé la passerelle de béton qui gît dans l’eau. Une succession de cuvettes naturelles remplies d’eau s’échelonnent dans la descente du cours d’eau : la baignade sera pour le retour. Montée raide sur du béton pour faciliter la conduite des 4×4  ; les premières difficultés apparaissent : Daniel joue le rôle de coach sportif avec conviction et bienveillance.
Sur cette première partie du « sentier des arts naturels », une première œuvre de land art posée sur le talus à droite passe inaperçue mais dans l’autre sens, c’est un cheval (merci Daniel pour ton œil aiguisé). Ces œuvres d’art en bois ont été créées lors d’une résidence d’artistes il y a plusieurs années mais résistent bien aux intempéries .

Festi Faï de 2014

Après deux virages en épingle s’annonce le centre d’accueil international du Faï qui accueille d’avril à octobre des chantiers internationaux de jeunes qui, entre autres travaux, font revivre la vie d’autrefois comme la distillation de la lavande sauvage, pour appréhender ce qu’a pu être la vie autarcique d’une petite exploitation de montagne aux siècles passés.
Mais le plus curieux, dans cet endroit situé au fond d’un cirque fermé, ce sont les trompes du Faï posées dans l’herbe qui amplifient la musique qu’on y envoie : un impressionnant « orgue naturel » a été réalisé, ensemble musical monumental qui utilise les falaises et, par un effet de cathédrale emplit toute la vallée, « fait chanter la montagne » tous les 17 août. Le son revient en écho 2.3 s après en rencontrant la falaise de la Plane. La plus grande trompe – celle des graves – a 9 m d’envergure ; le plateau, c’est le meilleur point d’écoute du cirque : le moindre son y est décuplé en 4 échos parfaits, dont le dernier s’arrête aussi net qu’un instrument ou qu’un disque : les sons s’annulent comme si on avait appuyé sur un interrupteur ! Pour nous ça restera théorique : pas de son, ni à l’aller ni au retour, il faudra revenir en juillet ou en août.

Face à une falaise parabolique de 2km dotée d’un écho naturel hors-du-commun, trois “trompes” [ndlr : Inaugurées en 1994, rénovées en 2013] ou amplificateurs hors-normes de ces répercussions trônent, perchées à 1000m d’altitude au-dessus du village du Saix au cœur des Hautes-Alpes.
[…] Pierre Jacques, un des pères fondateurs, nous explique que plus le rythme de la musique diffusée va être lent, les notes bien détachées et la partition simple, plus l’effet sera profond et jouera avec nos émotions.[…] les trompes restent des instruments imprévisibles, sans règles, dont la qualité sonore varie également avec le temps et la température qu’il fait. Les trompes du Faï

Quelques essais avec plusieurs morceaux (dont l’Ave Maria)

Nous continuons jusqu’au croisement vers l’abbaye chalaisienne de Clausonne, perdue dans la forêt. Elle avait été annoncée par une Vierge installée dans le creux de la paroi rocheuse. En 1817 la commune de Clausonne comptait encore une dizaine de maisons habitées.
Une aire de repos nous accueille à l’endroit de l’ancien moulin – qui a fait fonctionner une scierie – et de la première carrière de pierres ayant servi à l’élévation du chœur de l’abbatiale. Ne le connaissant, nous n’avons pas emprunté vers la droite, un sentier buissonnier récemment aménagé remontant vers l’abbaye par une passerelle de bois. Ce cheminement ombragé, se termine en calade par une mosaïque illustrant le nombre d’or.

À l’origine, le nombre d’or est un ratio, un rapport qui se décline et se transpose par des formes géométriques […]. Ces formes se retrouvent partout autour de nous dans la nature. Le nombre d’or est une proportion sur laquelle s’appuient différents artistes pour la création de leurs œuvres que ce soit sous forme d’art, de peinture, de photographie, de musique et d’architecture […]. Plusieurs règles de proportion représentant le nombre d’or, ont été établies avec le temps, dont la spirale de Fibonacci, […]. idinterdesign.ca

En 2021, les membres de l’association les Amis de l’abbaye de Clausonne ont particulièrement travaillé à l’installation d’un panneau en verre avec une perspective d’élévation de l’abbaye du XIIe siècle (photo Le Dauphiné, 23 mai 2022). Ainsi on s’aperçoit qu’à la révolution, le bâtiment avait bien « maigri », plusieurs fois détruit au cours de son histoire.

Nous rejoignons l’abbaye sur le pont du torrent de Péguière. Dans le premier bâtiment technique, l’association la « Volière aux Pianos » a installé un piano à queue sous la charpente recouvrant le chœur de l’abbatiale. Bien qu’à disposition de toutes les personnes souhaitant faire vibrer les vestiges de mélodies impromptues, personne n’a osé l’ouvrir.

C’est l’évêque de Malissol venu de Gap en visite épiscopale, qui, trouvant ses vestiges, lance sa reconstruction. Il bouche le transept et partage l’abbaye en deux. Le chœur devient l’église paroissiale de Clausonne et la nef, une ferme, avec son étable, son habitation, son grenier à foin et sa grange. […] Elle possède […] une cloche, fondue en 1708 qui est aujourd’hui exposée en l’église du Saix. Alpes et Midi, 11/08/2016

Abbaye de Clausonne vidéo Vimeo sur inscription (Bruno Faure)
Clausonne en images, association des Amis de Clausonne

Continuer la lecture de ** Les trompes du Faï, l’abbaye de Clausonne, le lac du Peyssier

Le long de la Guisane : du Monêtier au Casset


Une randonnée facile le long de la rivière avec beaucoup de fleurs et… au moins une chapelle rurale bien sûr. Nous partons sur le GR54 (balisage rouge/blanc) en direction du Lautaret.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

La piste est large ; nous traversons le Grand Tabuc sur une passerelle de bois ; trajet d’abord en sous-bois puis à partir de la chapelle Saint-Roch au soleil.
La chapelle, toute simple, est annoncée par une rustique croix de bois datée de 2013 (restauration sans doute). Je suppose qu’elle date de l’épidémie de peste de 1630, comme d’autres dans la vallée car elle figure déjà sur la carte de Cassini vers 1770. A l’époque, on ignore alors tout des causes et des modes de transmission de la contagion (punitions divines, pense-t-on…), on se met sous la protection des saints protecteurs tels Saint Roch, Saint Sébastien et Saint Antoine.

Vers 1425, elle [la peste] sévit dans la haute Romanche et le val du Monestier, […]
La contagion sévit à nouveau dans tout le Dauphiné au cours de l’année 1522 : elle fait, cette année-là, 1 600 victimes dans le Briançonnais.
La province ne connaitra plus que les deux grandes pestes de 1628-1631 et de 1720. Pendant l’été 1629, elle a touché Lyon et Grenoble. Dans le Haut-Dauphiné, sa diffusion semble liée au reflux des blessés, malades, éclopés, traînards et pillards de la fin des « victorieuses guerres d’Italie » [NDLR : La peste arrive en Italie en 1629, quand les armées française et allemande, engagées dans la guerre de trente ans, franchissent les Alpes]. Elle sévit dans le Briançonnais, de juin  – où les habitants affolés fuient leur maison pour se cacher dans les montagnes – jusqu’en octobre 1630. Les grandes pandémies au cours de l’histoire des Hautes-Alpes, Jean-Pierre Pellegrin

Les champs fleuris ont la faculté de nous rendre joyeuses ; dans le fond à droite l’Aiguillette du Lauzet.

Le GR passe entre deux gros blocs erratiques, héritage glaciaire de la Guisane. Nous arrivons dans une zone presque plane. Depuis l’interdiction faite aux troupeaux laitiers en 1965 de pâturer dans le bois du Casset, les broussailles ont envahi les hauteurs. L’église du Casset est maintenant en vue avec son clocher rond à quatre pans, recouvert d’ardoises en écaille et percé de baies géminées. En toile de fond, la Tête Noire et le Grand Aréa.

Nous arrivons au musée (2015) installé dans l’ancien moulin du Casset, ouvert et vidéosurveillé, avec deux meules horizontales à l’entrée. Les moulins de la Guisane servaient à moudre le grain, écraser les noix ou le plâtre.

Dans le blutoir, bien plus grand que celui du moulin des Pennes Mirabeau, la mouture est tamisée selon sa finesse. La chambre du meunier est plutôt rustique… l’homme était souvent agriculteur et meunier, et savait tout faire. Quelques pièces du moulin y sont exposées et des panneaux d’information explicatifs sont apposés. Un film évoque les souvenirs des habitants.

Nous visitons maintenant le hameau qui ne se traverse pas en voiture (parkings à l’entrée nord et sud) ; ce qui nous surprend, c’est le peu de constructions postérieures au XIXe. On circule entre les maisons, se demandant parfois si nous ne marchons pas dans les jardins. Les balcons sont en bois à la manière des chalets savoyards ; le cadran solaire du gite (artisan cadranier ACACIA, Mont-Dauphin, 2002) porte une devise sur la vie, ce sont les devises les plus courantes après celles sur la mort : Venez si m’en croyez, n’attendez pas demain : cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie. Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578

Continuer la lecture de Le long de la Guisane : du Monêtier au Casset