Entre collines et Touloubre


Une promenade inédite sur une idée d’André, dans la commune de Cornillon-Confoux, le long de la Touloubre ; avant d’arriver sur le parking, nous sommes passés devant le moulin de Bonfillon qui récupérait autrefois les eaux de la rivière par un canal : il accueille aujourd’hui les touristes dans un cadre somptueux. Après avoir traversé la rivière, nous nous sommes garés à l’entrée du chemin des Costes, au croisement avec la route des Ponteaux mais bien de place ; un parking plus grand se trouve dans le centre ville à l’entrée du chemin de Lou Pous nau.

A l’ouest et au sud-ouest, les collines de Cornillon-Confoux dominent la Touloubre jusqu’à son embouchure dans l’étang de Berre à Saint-Chamas ;  par endroits, les calcaires et les lits marneux et gréseux sont bien visibles : ils ont favorisé l’installation d’un habitat troglodytique que nous verrons plus loin. Longer la Touloubre sur ce chemin ombragé est un régal. C’est la première partie d’un nouveau parcours « Entre pierres et eau » présenté par le maire dans le bulletin municipal de juin 2021. Nous nous rapprochons de la rivière jusqu’au pont de Galonne : c’est là que le canal des Faïsses se déverse. La rivière est assez houleuse. Un aménagement en béton dans la rivière sert probablement à retenir les déchets entraînés par les eaux notamment en cas de crue.

Parvenus à un vaste abri troglodytique, nous nous éloignons de la rivière. Un premier mur ferme l’abri sur sa longueur, formant un enclos pour des animaux. Je sais qu’il y avait un berger début XIXe dans ce quartier du Pont de Rau : LIONS Joseph. Un peu plus loin, derrière d’autres murs plus hauts et plus épais, sans doute une maison en ruine.

Par un ancien chemin grossièrement pavé à l’ancienne, nous cheminons sur un étroit sentier forestier qui traversait autrefois les exploitations d’oliviers et de vignes. C’est un premier apié que nous découvrons mais il faut penser à se retourner. Il est installé dans le mur d’enceinte d’un bâtiment rural ruiné.

L’apié est un rucher rustique, dans un mur exposé au sud, dans des petites niches dans lesquelles on plaçait les ruches à l’abri du vent. Exposé au sud, la chaleur du jour était restituée la nuit. Dans beaucoup d’autres contrées les cultivateurs ont donné comme logement aux abeilles une enveloppe de forme arrondie, souvent pointue vers le haut, parfois de forme basse, et fabriquée soit avec de la paille de seigle, soit avec des branches flexibles d’osier entrelacées. Lire Les apiés, murs à abeilles ou bruscs

Un peu plus loin, une cabane de pierre sèche adossée à la falaise puis un puits ; il y a donc une habitation pas loin ; en effet, elle est précédée d’un long mur à abeilles de 14 cellules. Suivre le panneau qui vous mène en hauteur sur la vieille ferme Bourbon qui daterait du XIVeet que la commune a acquise. La Gazette de Cornillon, mars 2021

Continuer la lecture de Entre collines et Touloubre

Le château de Cadenet en quelques photos


En attendant l’article complet, quelques photos géolocalisées pour découvrir un site qui enchantera petits et grands : souterrains, habitat troglodyte, fossiles, ruines du château,…

Quand la carte est ouverte, un clic sur une icône rouge affiche la miniature, un clic sur la miniature montre la photo en grand. Le tracé violet représente mon parcours.

La plaine du cimetière à Ventabren


Une balade courte aux multiples points de vue sur toutes les montagnes de notre Provence, un plateau aride où fleurissent des fleurs de toutes les couleurs au printemps et pour que ce soit un peu sportif, un vallon délaissé à descendre puis remonter. Près du terrain de foot et de l’aire de jeux, un pin d’Alep de plus de 100 ans.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

D’abord, j’ai suivi le sentier en impasse qui mène à l’éperon rocheux à 190 m d’altitude ; quelques sapins à gauche, une cabane de chasse sous les feuillages coupés à droite, annoncent le rétrécissement progressif du sentier ; plus on avance, et  plus les falaises se rapprochent de moi : celle de gauche masquée par la végétation, celle de droite peut donner le vertige ; il est prudent de ne pas laisser les enfants quitter le chemin en arrivant au bout. D’en haut, un point de vue sur l’aqueduc de Roquefavour en travaux, sur la rivière de l’Arc, la ligne de train, le domaine de Meynes, Velaux.

De l’autre côté, dans le fouillis végétal, j’essaie de repérer où pourrait se trouver le vallon de l’ermitage Saint-Honorat de Roquefavour, monument historique totalement abandonné, non visible, et qui se trouve 60 m plus bas. Je le sais niché dans une anfractuosité rocheuse arrondie (1ere photo à gauche vue d’en bas, 2e photo à gauche vue d’en haut ?), précédé par une chênaie pubescente ; son jardin humide est composé d’arbres maigrichons (peupliers  ?) venus chercher la lumière au niveau de la garrigue ; quel contraste avec la végétation  sèche d’en haut, pourtant, 100 m à vol d’oiseau me séparent de ce lieu ! Je l’ai positionné sur ma cartographie et, par un sentier en pointillé figurant encore sur ma vieille carte IGN, j’essaie de m’en approcher mais je comprends vite que je n’y arriverai pas : il faudrait se frayer un chemin à partir du sentier (190 m d’altitude) en taillant la végétation et il est probable qu’il faut désescalader plusieurs strates rocheuses sur une trentaine de mètres de hauteur (hauteur de la falaise de l’ermitage évaluée à 156 m d’altitude) : j’y renonce. Peut-être même n’est-ce pas techniquement possible…

Continuer la lecture de La plaine du cimetière à Ventabren