Le long du Réal


Organisée par les Amis de Jouques (contact), cette sortie gratuite (version 1) fut une véritable découverte insolite du Réal ; sans l’association, je n’aurais jamais découvert ce coin (propriétés privées) : nombreux vestiges de moulins, un vieux pont (et peut-être même un autre romain), une ripisylve garantissant une balade à la fraiche malgré les 30° dehors (peupliers blancs, de saules, de frênes et d’aulnes), une température de l’eau ne dépassant pas 20 degrés l’été et convenant donc parfaitement aux salmonidés  ;  encadrée par des spécialistes des sujets abordés (Gilles Cheylan, Gaëtan Congès, Jouques Action Biodiversité, la société de pêche privée le Réal), elle ne pouvait que satisfaire le groupe et la curieuse que je suis.
J’y suis même retournée le 29 juillet par une boucle : ce sera la version 2.

Rien qu’en observant les différentes cartes de Jouques nous apprenons beaucoup de choses :

  • carte de Cassini vers 1760 : sur le Réal on dénombre 5 symboles de moulins ; Pey1 Gaillard s’écrivait Puigaillard ; la chapelle Saint-Jean-de-Ville Vielle, pourtant signalée en état de délabrement en 1739, est représentée sur la carte ;
  • sur le cadastre napoléonien (1810) :
    • section G (Pey Gaillard), Le Réal c’est le ruisseau de Jouques ou de Saint-Bacchi ; Malle Vieille2 s’écrit en deux mots, un aménagement de couleur bleue (barrage) sur la rivière au niveau du pont à Mallevieille ; passant sur ce pont, la carraire de transhumance des Blaquières rejoint le chemin de Jouques à Saint-Paul ; selon moi, cette carraire est une des grandes voies de transhumance, celle de Barcelonnette.

      Citée par Sandrine Krikorian, Les chemins de transhumance dans la Provence du XVIIIe siècle, 2022, la deuxième route de transhumance connue par le Mémoire de la route de l’abeillier qui va dépaître pendant l’été à la montaigne de Larche et celle de Josiers et celle du Chatelas, toutes ces montagnes dans la vallée de Barcelonnette, indiquent que les troupeaux passent par … Peyrolles, Jouques, Saint-Paul, Cadarache, Vinon,… où on arrive le 28 juin, en l’année 1752, parti le 14 juin de la même année, composée de 10402 bêtes.

    • sur la section F Sainte-Trinité, un moulin se trouve sur l’ancien canal de Peyrolles (propriétaire BLANC Jean Honoré dit Bienheureux) et Paradou3 de Séouve4 (propriétaire SANTON J.-Baptiste décédé avant 1810, marié en 1796 à Ricard M.-Elizabeth) et son long canal d’amenée parallèle au ruisseau ;
    • sur la section H2 (Saint-Sébastien), le moulin du Bienheureux (BLANC Jean Honoré dit Bienheureux) à Malle Vieille ;
  • Sur la carte d’état-major (1860), le moulin de Peyrolles s’appelle moulin de Vergne, du nom de son propriétaire ; deux moulins sont repérés Min, mais n’ont plus de nom : cette information est probablement sans intérêt pour l’état-major ;
  • Sur la carte IGN de 1950, restent le moulin du Réal (Peyrolles) sur le canal de Peyrolles et deux symboles de moulin entre Mallevieille et le village ; les moulins en aval n’existent plus.

De nombreux moulins se sont développés depuis la période médiévale.
1335 : 10 moulins ; 1508 : 21 moulins ; 1823 : 11 ; 1923 : 4 dont 2 papeteries. Source : Jouques, Site Patrimonial Remarquable, Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (A.V.A.P.)

Nous suivons le sentier jusqu’à l’endroit où, lors du percement de l’autoroute, la présence d’engins de terrassement a permis le creusement d’un nouveau lit pour le Réal. Ses eaux passent désormais sous l’autoroute et sous le chemin. Extrait de Souvenirs de pêche, société de pêche du Réal.

Sous les frondaisons d’arbres bien hauts, nous nous rapprochons de la rive droite du Réal. Très vite, une première ruine bien cachée, d’où l’on descend en escalier, avec un muret de soutènement, ne figure pas sur le schéma explicatif préparé par P. Doucière en 2015. Moulin ou simple maison ?

L’étroit sentier sinue en sous-bois ; en juillet nous avons parfois été obligés de couper quelques branches au sécateur. Beaucoup d’arbres sont tombés en travers de la rivière.

Continuer la lecture de Le long du Réal

GR69 la Routo : Vauvenargues de la jonction GR9/GR69 à la limite du Var (2)


La Routo entre Aix-en-Provence et la limite avec le Var, est plus variée sur cette partie. La piste du Petit Sambuc1 est large et tranquille. Deux Sambuc : le Petit Sambuc et Saint-Lambert du Sambuc tous deux figurant sur la carte de Cassini mais existant de longue date.

Dans un contrat de 1407 deux hommes reprennent à rente le Sambuc, jusque là tenu par quatre aixois qui ont 360 ovins et 360 chèvres.

Peu avant d’arriver sur la D11, et de passer la barrière DFCI, nous repérons un menhir que l’on attribuerait bien à Raymond Galle, l’artiste découvert dans la première partie…

Le GR se poursuit de l’autre côté de la route. Le GR9, sentier Jura Côte d’Azur et le GR69, cheminent ensemble jusqu’au hameau de Lambruisse ; piste large bordée d’arbres interdite aux véhicules motorisés ; de manière inattendue, le GR69 quitte la piste – qui n’existait pas à l’époque de la transhumance – pour une plus petite, petits cailloux entre les herbes, dans le vallon des Massacans ; nous venons de passer sur la commune de Jouques ; le domaine de Lambruisse est à cheval sur Jouques, Rians dans le Var et Vauvenargues. D’anciennes restanques témoignent du travail des hommes. Le trajet parcouru entre Aix et Lambruisse dans de bonnes conditions, nous a paru bien agréable mais…

…pour les évadés de la maison d’arrêt d’Aix-en-Provence en instance de départ en déportation, ce fut bien différent. Résistants emprisonnés, ils sont passés par le tunnel qui relie la prison au Palais de Justice ; un car était prévu mais à la dernière minute, le chauffeur a fait faux bond. Le 24-04-1944, ils ont rejoint Lambruisse à pied par le chemin de Beauregard, rocailleux, pénible et mal entretenu. Plus de douze heures de marche dans l’inquiétude permanente.

Le GR69 continue vers l’est tandis que le GR9 repart vers le nord. Le domaine de Lambruisse appartient désormais au Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône ; de l’extérieur, nous jugeons l’importance du corps de ferme à 3 étages : rez-de-jardin, rez-de-chaussée et un étage. Les fenêtres sont condamnées, on entre dans l’annexe par une porte différente.

La ferme est occupée par 200 rhinolophes ; l’ancienne étable et la réserve d’eau sont également utilisées par les chauve-souris protégées par un accord entre le département et la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères.

Le propriétaire en 1823 est Joseph Feissat, auteur d’un mémoire sur la Conservation des bois existant et reboisement des terrains vagues et stériles, résultat d’expérimentations faites sur son domaine. Son histoire est liée à celle de la presse marseillaise, Le Sémaphore de Marseille.

1828, l’imprimeur Antoine Ricard et son neveu Alexandre Demonchy sortent le premier numéro du journal le Sémaphore de Marseille, rue Canebière. Ricard, qui n’est plus très jeune, veut passer la main. Son neveu trouve un commanditaire associé : Joseph Feissat Aîné qui a géré le domaine de Lambruisse au début du XIXe ; il a créé une revue mensuelle agricole dans laquelle il dispense son expérience de gestionnaire agricole ; il s’intéresse à l’imprimerie. En échange du matériel, des brevets et de la clientèle, Feissat cède son domaine de Lambruisse à Ricard. Le neveu devient propriétaire du journal.
Feissat meurt en 1835 ; le mari de sa fille Adolphe Barlatier, dirige alors le journal jusqu’en 1883.
Des journaux et des hommes : du XVIIIe au XXIe siècle, à Marseille et en Provence, Constant Vautravers, Alex Mattalia,

Nous continuons la visite : devant le corps de ferme sur le GR69, il y avait l’aire à battre ; le lieu est accueillant avec quelques tables de pique-nique. Derrière la ferme, le puits sur le GR9 et à l’opposé une cour entourée de murets avec un abreuvoir ; je n’ai pas vu le pigeonnier qui aurait dû se trouver à côté ; la petite chapelle, avec son modeste autel de pierre a été restaurée ; une écurie derrière la bastide, puis dans le fond quelques bâtiments en ruine : un de ceux-là est-il la bergerie de Michel Bache Paulin, berger de Lambruisse ? Il fut assassiné en 1884 pour 45F et quelques brebis (Le Petit Provençal, 23/10/1884).
Fin XIXe, époque faste pour Lambruisse qui compte deux couples de fermiers, plusieurs agriculteurs et deux bergers.

Continuer la lecture de GR69 la Routo : Vauvenargues de la jonction GR9/GR69 à la limite du Var (2)

Du Casset au Lauzet le long de la Guisane


Poursuite de notre randonnée le long de la Guisane entre le Casset et le Lauzet : nous partons à 3 (Majo, Domi et moi) du parking à l’entrée du Casset ; pour rappel, il est interdit de traverser ou stationner dans le hameau.

Sentier plus étroit, moins fréquenté, qui zigzague sous une ligne à haute tension. Il passe sous les mélèzes, traverse une casse « disciplinée » au lieu-dit Chirouzas. Après l’épine-vinette qui ne porte pas encore de baies, le lis de Saint-Bruno que Majo reconnait tout de suite : il pousse dans les prairies et les pâtures sub-alpines, aime beaucoup le soleil et n’est pas si courant dans les Hautes-Alpes. En Auvergne, il est protégé. Pourquoi Saint-Bruno ? il aurait été signalé pour la première près de la chapelle Saint-Bruno, dans le massif de la Grande Chartreuse.

Cet arbuste [L’épine-vinette] est couvert de nombreuses épines disposées par trois. Ses feuilles sont ovales et finement dentées. Les fruits sont de petites baies rouges et charnues […]. [Elles] sont très riches en vitamines et peuvent être utilisées dans la confection de sirops et gelées, à condition de s’armer de beaucoup de patience.

Florealpes

Nous traversons un petit bout de forêt de mélèzes qui longe un affluent de la Guisane. Une zone clôturée inattendue alimentée par un panneau solaire, indique une zone de protection de captage d’eau potable ; en effet sur la carte IGN deux sources y sont indiquées.

Le captage des Fontêtes (Eau très peu calcaire, bactériologiquement parfaite, 81000 m3) sert à l’alimentation humaine du Lauzet. Déclarée d’utilité publique, la zone est donc protégée, aucune utilisation de produits phytosanitaires, aucune activité ni construction. Arrêté 2011-59_1

Arrivée aux Boussardes et sa fontaine de bois ; la chapelle Saint-Antoine, clocheton et porte grillagée, est la chapelle du quartier ; la chapelle Saint-Joseph, celle du village, propose un banc public. L’église du Lauzet, Saint-Roch, clocher-tour formant porche et toit couvert d’ardoises. Sur 600m il y a donc trois établissements religieux !

La lauze extraite sur place (gisement du Lauzet) était généralement réservée aux édifices publics ; on la retrouve encore sur certains monuments.

Continuer la lecture de Du Casset au Lauzet le long de la Guisane