Le Mont du Marseillais à partir de Lascours


Cette rando PR13 issue du topoguide Les Bouches-du-Rhône à pied de la Fédération Française de Randonnée n’appartient pas à celles que je préfère mais conviendra sans doute aux amateurs d’environnement sauvage méditerranéen avec vues sur plusieurs chaînes de montagne : Sainte-Victoire en entier, les Alpes du Nord enneigées, Sainte-Baume. Je l’ai parcourue dans le sens inverse (balisage jaune).

Partie du petit parking du plateau sportif Christophe Pignol de Lascours (commune de Roquevaire), j’ai rapidement atteint l’église Saint-Jean. L’église Saint-Jean de Lascours, de style roman, fut construite en 1875 et bénie le 18 janvier 1876, remplaçant la chapelle Notre-Dame-de-Pitié fondée par Jean Négrel en novembre 1670. Je remarque la Croix de mission collée contre la façade, monument érigé pendant la tourmente révolutionnaire, en souvenir d’une mission de restauration de la pratique religieuse.

Une mission avait eu lieu à Lascours en 1785 et une croix avait été érigée en ce souvenir. Cette croix fut restaurée en 1895, lors des fêtes du cinquantenaire de l’érection de la paroisse en succursale. On y appliqua un superbe Christ en fonte.

http://Lascours.arthilde.com/?page_id=289

Mais l’histoire la plus énigmatique c’est bien celle de Marie-Dominique, une des trois cloches du clocher ; l’une a été fondue à Marseille, l’autre à Douai (Nord) et la troisième par les frères Farnier, d’abord fondeurs ambulants, de la fonderie de Robécourt et Vrécourt (Vosges). Ce ne serait pas curieux si l’inscription gravée ne laissait à penser qu’elle n’était pas destinée à Lascours mais à Poligny (Jura)… Lire la gravure ci-dessous. Cloches de Provence

Ego vox clamantis dirigite viam domini Je m’appelle Marie-Monique
Mr Bonnefoy chanoine honoraire curé de la paroisse de Poligny
J’ai eu pour parrain Mr Paul Sauvageot notaire à Poligny
Et pour marraine l’Association des mères chrétiennes de cette ville

Musée Robécourt
Continuer la lecture de Le Mont du Marseillais à partir de Lascours

Sainte-Baume : de la grotte de Marie-Madeleine à la grotte aux Œufs


Voilà un lieu où l’on revient souvent au cours de sa vie : j’ai découvert d’abord la grotte de Marie-Madeleine quand j’étais enfant puis retrouvé en mai 2004 lors d’un séminaire professionnel ; en 2006 lorsque j’ai repris la marche (La Croix des Béguines) ; puis sillonné le massif de la Sainte-Baume avec Le Plan des Vaches et Roque-Forcade, Le vallon des cèdres sous la neige, Les sources pétrifiantes de l’Huveaune, Le circuit de la glace dans le Var,…

Aujourd’hui j’y reviens avec André, compagnon de randonnée plus sûr de lui que je ne le suis. C’est souvent rassurant, mais pas toujours…
Nous montons par le classique chemin du Canapé1 aménagé avec de larges marches en montée douce. Il débute à l’obélisque de pierre gravée par les Compagnons du Devoir (dont la patronne est Marie-Madeleine) en 2012. C’est vrai que cette forêt de hêtres pluri-centenaires est impressionnante avec ses hauts arbres et son sous-bois sombre d’ifs et de houx, protégée de toute coupe d’abord par un pape, puis les rois et le Parlement d’Aix. Vous constaterez que l’ONF qui gère la biodiversité, laisse souvent sur place les arbres tombés ou abattus.

Sur l’esplanade, en attendant la fin de la messe, nous regardons la Piéta, passons brièvement à la maison du pèlerin et lisons les informations mises à notre disposition. Un dépliant m’interroge plus que les autres : c’est le chemin de la Consolation (chemindeconsolation@meredemisericorde.org, 06.10.59.16.06), créé en 2015 pour accompagner la douleur des parents face à un enfant non-né, quelle qu’en soit la raison (Interruption Volontaire de Grossesse, Interruption médicale de grossesse, fausse couche, grossesse extra-utérine…)

Visite de la grotte de Marie-Madeleine ; l’eau limpide s’accumule dans deux bassins ; un mur d’ex-voto, le reliquaire est au sous-sol de la basilique ; l’affreuse description réaliste du site geo.fr, pas convaincu : Enchâssée dans un casque d’or, protégée par un globe de verre, la boîte crânienne est intacte. […] A vrai dire, on ne l’aurait même pas reconnue si le reliquaire n’était escorté d’un tube de cristal renfermant un hypothétique lambeau de chair dont la tradition affirme qu’il fut cette petite parcelle du front de la sainte touchée du bout des doigts par Jésus au matin de sa résurrection. 

André propose d’aller jusqu’à la grotte aux œufs ; à peine avons-nous passé la croix qui matérialise le début du sentier, qu’un groupe de randonneurs revient, découragé par les obstacles, considérant que le sentier n’est plus praticable ; si je me pose la question de poursuivre, André est persuadé que c’est faisable.

Quelques mètres plus loin, un balisage brun nous entraine au pied de la falaise, direction Pas de Cabre ; nous redescendons, tournicotons dans les broussailles et les blocs rocheux pour finalement rester sur le sentier du dessous ; totalement en sous-bois silencieux et dense, le sentier est parfois peu visible ; bientôt je repère une palotte marque verte sur la gauche, confirmant que nous sommes sur la bonne voie.

Photo de Syvie

Après 20 minutes de marche, se trouve sur la gauche un petit sentier mal indiqué qui mène, à flanc de falaise aux ruines d’un ermitage du XIVe siècle que m’a gentiment signalé Sylvie dans son commentaire. C’est là que s’est installé, pendant trois ans, le frère dominicain Dalmace Moner (+1341). Pour les coordonnées de l’ermitage lire Du pas de la Cabre au col du Saint-Pilon, selon le martyrologe Bienheureux Dalmace Moner.

Et là les obstacles commencent : branches trop basses pour la tête, passage en dévers sur la pente gauche du sentier, à genoux en-dessous des arbres au sol, parfois au-dessus, escalade sur des rochers avec les mains. Alors quand enfin le but est atteint, j’avoue que je suis rassurée d’être arrivée.

Nous ne sommes pas seuls ; un étranger assis près de son djembe fume, dégageant une discrète odeur de fumée ; nous prenons notre repas avant de mesurer le risque à descendre dans la grotte aux Œufs par les lèvres externes, car, c’est vrai, l’entrée fait penser à un sexe féminin ; avec la forte déclivité, sans corde de 20 m, sans lampe frontale, nous renonçons, mais vous verrez quelques photos sur le site provence-randos.eklablog

Continuer la lecture de Sainte-Baume : de la grotte de Marie-Madeleine à la grotte aux Œufs

La campagne aixoise à deux pas du centre ville


Une bonne idée d’Anne qui emmène Domi, Majo et moi sur une de ses boucles quotidiennes ; elle convient aux marcheurs, coureurs, promeneurs qui veulent maintenir une activité physique, à deux pas de la ville, sans prendre leur voiture ; on peut donc se rendre en bus au départ du rond-point d’Eguilles (AixPress terminus) ; à nous les routes tranquilles ou les petits sentiers. Trouver une boucle en campagne aixoise est un exercice très difficile.

arbre tentaculaire

Au rond-point d’Eguilles, nous prenons le chemin du Pont Rout (pont Rout = rompu, est-ce le pont sur le ruisseau de Bougerelle ?) puis celui de Fontfiguières (de Font = source, et Figuière = lieu couvert de figues) qui longe la voie ferrée en montant. Dans son prolongement, le chemin de la Pierre de Feu nous offre un beau spécimen d’arbre tentaculaire peu avant le chemin aurélien où passait la voie romaine, qui suit grossièrement la route d’Aix à Salon.

La Via Aurelia fut plusieurs fois prolongée. Ainsi, en 109 avant J-C, le consul Æmilius la prolongea jusqu’en Ligurie, la voie passant par Genua (Gênes).
Après sa victoire sur les peuples des Alpes du sud, l’empereur Auguste continua cette route, à partir de 6 avant J.-C. jusqu’à Arelate / Arles : c’est la via Julia Augusta. Grâce à la totalité de la voie, Jules César a pu se rendre de Rome à Arles avec son escorte en 8 jours.

halte ferroviaire Pey Blanc
pylône camouflé

Nous circulons le long des vignes jusqu’à l’ancienne halte de chemin de fer où se trouve un passage à niveau non gardé avec un pylône joliment camouflé. Mais le train Lyon-Marseille par les Alpes peut encore passer.

Traversée de la route et descente par le chemin de Granet brusquement interrompu par un panneau d’accès interdit aux véhicules et piétons ; simple limite de parcelles, il dessert quelques maisons : nous l’empruntons cependant pour rejoindre le chemin des Plaideurs.

Le long chemin des Plaideurs, autrefois, permettait aux justiciables d’Eguilles d’aller à pied jusque chez le juge de paix à Aix ; la Constitution de 1790 veut qu’il y ait un juge de paix dans chaque arrondissement. D’après le cadastre, il est toujours ininterrompu entre les Granettes et Aix-Saint-Mitre ; et pourtant, sur le terrain, il est barré de chaque côté du golf pour qu’on ne se prenne pas une balle dans la tête. Quel dommage de n’avoir su préserver ce charmant sentier de promenade…
Pour les habitants de Puyloubier, le juge de paix siégeait à Vauvenargues et le chemin des plaideurs traversait la montagne Sainte-Victoire : pas étonnant que les plaideurs trouvaient parfois un arrangement avant l’arrivée au col ou qu’ils renonçaient à la justice des hommes…

bastide et colombier
vignes

De nombreuses bastides ont été construites dans ce quartier par des bourgeois d’Aix au XVIII ou XIXe : les bastides Ravanas, Parron, Vitally et son colombier, Cazelle, Bougerelle,… entre champs et vignes (cadastre napoléonien sections K6 à K8). Par un sentier d’exploitation assez fréquenté, nous rejoignons la route de Berre. Par l’allée de Ravanas, que nous coupons par un sentier zigzagant dans un futur chantier de construction, nous finissons entre les résidences pour retrouver notre parking.

Boucle courte, sans doute susceptible de surprises au fur et à mesure des nouvelles constructions ou changement de propriétaires, elle reste un bon choix aussi près de la ville. Je la referai volontiers.

image itinéraire St-Mitre Plaideurs

image de l’itinéraire 6km200, 51m dénivelée (+81,-81), 2h
Télécharger la trace