Flânerie moyenâgeuse et moderne échappée sur le GR2013

Publié le Catégories ----- * Etang de Berre 13, ----- * GR 2013, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Inédit, Rando familialeMots-clés , , , , , 2 commentaires sur Flânerie moyenâgeuse et moderne échappée sur le GR2013
 

Un parcours inédit que j’ai voulu contrasté : le GR2013 (balisage rouge-jaune) sur une voie verte – le fameux GR interurbain inventé en 2013 et qui parcourt les Bouches-du-Rhône – , une balade moyenâgeuse à Miramas-le-Vieux (balisage bleu), à nouveau un bout du GR2013 (balisage jaune-rouge) ; seule la liaison (non balisée) entre les deux derniers circuits n’est pas idéale mais il faut l’accepter pour ressentir les contrastes entre l’ancien et la modernité.

L’ensemble des photos

Après un rapide passage au marché de Miramas, je me gare près du centre technique municipal. Cela commence par une voie verte autrefois voie ferrée qui amenait les matières premières de la gare à la Poudrerie nationale. Lire dans ce blog la poudrerie de Saint-Chamas.

Ce site militaire a été ouvert en 1690, voué à la fabrication de la poudre à canon, abandonné en 1974 puis cédé au conservatoire du Littoral en 1974 ; après transformation, les munitions étaient livrées dans les dépôts. Comme le train n’allait pas vite, les ouvriers en profitaient pour s’accrocher au wagon et gagnaient ainsi leur lieu de travail.

habitation trodotydique le long de la voie verteLe balisage du GR2013 m’accompagne. Sur le côté droit, des habitats troglodytiques portent des traces de découpes.
La cité Garouvin construite lors de la première guerre mondiale, est composée de petites maisons bâties sCité Garouvinur le même modèle ; elle accueillait autrefois les ouvriers de la Poudrerie. Même principe que les cités des mines dans le nord de la France.

Route pavéeProlongement du chemin de GarouvinJe passe devant un des portails de la Poudrerie,  fermé à cet endroit, grimpe par un sentier caladé puis sur un chemin bordé d’un mur de pierre sèche qui s’ouvre finalement sur un énorme tapis de cactus ; le village de Miramas le Vieux regorge de tout ce qui fait le charme des villages provençaux : des pierres, des ruelles étroites, des petites places à l’ombre, des points de vue et le glacier Quillé1 dont la renommée dépasse largement le village ; une de ses spécialités : Tendre Passion avec 13 sorbets différents.

Vous prendrez bien une petite glace, cache premium de Myri@m

Chapelle Saint-Julien près du cimetièreAprès la chapelle Saint-Julien, bijou de l’art provençal du XIIè, je déambule au hasard de mon inspiration : au bout de la rude montée vers la porte Notre-Dame, un énorme pin d’Alep multi-centenaire, classé arbre remarquable, ombrage les lieux. La niche de la porte Notre-Dame a perdu la statue de la Vierge : détruite en 1590 remise en état en 1631, réjouissons-nous de pouvoir passer dessous ; à l’intérieur des ruines du château, je découvre une statue de Guy Salomon. Ce château qui défendait le village consiste aujourd’hui en une voûte sur croisée d’ogives, des remparts, un donjon sans toit, et quelques vieilles demeures qui ont vu passer autrefois Charles IX et Catherine de Médicis.
Le plan de Miramas le Vieux pour ne rien oublier.

Continuer la lecture de Flânerie moyenâgeuse et moderne échappée sur le GR2013

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 02 Août 2016

Retour en haut de page

* Pertuis, dans les vignes et le long du canal

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Inédit, Rando familialeMots-clés , , , , Un commentaire sur * Pertuis, dans les vignes et le long du canal
 

Un circuit familial présenté sur le site ecobalade que je vous propose avec deux versions inédites :

  • logo ffspla version originale balisée de jaune, repérée de temps à autre par des logos FFSP, part du centre où vous devrez trouver une place pour vous garer ; elle vous permettra de découvrir quelques vestiges de l’histoire de Pertuis et longe partiellement le canal de Cadenet à partir de Salle de Guien
  • la version initiale améliorée réduit les passages sur route, longe le canal de Cadenet chaque fois que possible ; les modifications sont signalées sur l’image de l’itinéraire en bas de page
  • la version écourtée évite le centre du village en démarrant à la piscine (parking facile) ; le passage par les terrains de tennis nécessite que le portail soit ouvert, ce qui devrait être le cas dans la journée.

LavoirDécrite ici, la version améliorée. Départ du parking de la poste en passant par les maisons anciennes ; le lavoir Saint-Jacques oeuvre d’un maçon pertuisien en 1851, a remplacé une fontaine plus vieille de 1509 ; il est surmonté d’un fronton triangulaire ; l’eau arrive de chaque côté et se déverse dans un bassin en forme de trèfle. Un lavoir avec deux bassins vient s’adosser au mur de la fontaine. Tour Saint-JacquesLa tour Saint-Jacques, l’une des sept tours de l’enceinte médiévale, est le témoin le mieux préservé des fortifications. Elle est surmontée d’une plate-forme protégée par un crénelage à mâchicoulis ; l’étage s’ouvre sur le chemin de ronde.

en longeant l'avenue pierre augerun arbreNous quittons le centre du village par l’avenue Pierre Augier en montée douce et continue ; un sigle rouge de la FFSP nous guide ; quand on quitte la zone urbaine, sur la barrière DFCI à gauche, une croix jaune incite à rester sur la route mais de nombreux joggers empruntent le sentier en surplomb ; plutôt que de marcher sur une route dangereuse, nous décidons d’en faire autant. Nous longeons les champs en contre-bas du camping, nous nous enfonçons finalement à l’intérieur des terres. La première fois sur ce parcours, je m’étais assurée auprès de deux chasseurs postés là que je pouvais utiliser ce sentier d’exploitation. Lorsque nous rejoignons la route nous n’avons plus que 150 m à peine pour atteindre la voie communale de la Devention : c’était donc une bonne idée.

VignesCette voie macadamisée est plus calme, côtoie les vignes du Petit Callamand ou les champs, et offre une vue élargie sur la Sainte-Victoire difficile à identifier sous cet angle. Après les vignes, le Domaine Les Brulotssentier se rétrécit au niveau du vallat de Lebrète ; descente dans le vallat de Lebrètedeux chasseurs attendent en vain le gibier à plumes. Nous plongeons dans le vallat par un étroit sentier puis passons devant le superbe domaine des Brûlots.

Au lieu-dit Tournemire, deux silos à grain élancés brillent au soleil ; ce sont ceux de l’élevage d’oies (entre autres volailles) de la ferme Cancargaut qui pourra vous fournir en foie gras durant les fêtes. Avant de tourner à droite vers les Vagues, nous levons la tête en direction des rapaces aux cris stridents qui tournoient haut dans le ciel : des faucons crécerelles probablement qui, après une brève montée en altitude, pratiquent un vol stationnaire dit Saint-Esprit face au vent en battant des ailes à grande vitesse et en baissant la tête pour observer le sol pendant quelques secondes (extrait de wikipedia) ; le chemin des Vagues ne veut pas dire que nous sommes au bord de la mer : Vagues est le nom d’une ancienne famille de Pertuis qui avait acquis une bastide dans ce quartier :

Jean Vague achète, le 6 février 1775, une bastide et son affart à Marguerite de Bessière, héritière des hoirs de Jean Joseph Brunet (maire de Pertuis en 1704 mort de la peste en 1720). Depuis la fin du XVIIIè siècle et jusqu’au début du XXè siècle cette bastide a appartenu à la famille Vague. D’après patrimoine de la ville de Pertuis

iris en bordure de cheminLa bastide de Tournemire a changé plusieurs fois de propriétaires : elle appartient d’abord à la famille Monier dont le père est médecin du roi, puis à la famille Vagues, puis au marquis Joseph Léonard de Castellane (1761-1845 Marquis d’Esparron, fondateur et 1er Président de la Société Archéologique du Midi de la France), enfin à la famille Michel.

La route le long du canalNous arrivons maintenant sur la route de la Loubière qui n’a pas de trottoir ; au départ vous pourrez marcher sur la droite le long des champs de chênes mais ensuite ce sera sur la route ; au domaine rural de l’Abbaye – pas d’abbaye pourtant –, la berge du canal passe par les portails du domaine. Immédiatement après, vous pourrez continuer sur la route ou en bordure du champ (privé), puis au carrefour suivant, sur la berge du canal de Cadenet (1850/1870) ainsi dénommé car il servait à amener l’eau… à Cadenet.

le pont vers la DuranceAu même endroit (voir photo ci-contre), une option de 3km aller/retour, s’offre à vous : les berges de la Durance ; la route traverse le vallat de Garance puis les deux passages à niveau, entre dans la zone humide des bords de Durance ; au niveau du pont de chemin de fer (ligne Marseille-Gap), de vieilles marches d’escalier mènent à un ancien bâtiment SNCF donnant sur le pont de la ligne SNCF reliant Meyrargues à Pertuis  ; La Durance et la Sainte-Victoire en fondLe pont de chemin de fer entre Meyrargues et Pertuisescalier menant à la voie ferréemême si l’allure du train n’est pas celle d’un TGV, attention danger ! Ensuite, vous arriverez au bord de la Durance où vous pourrez faire un agréable arrêt près de la rivière, si l’heure vous convient. Retour au carrefour par le même itinéraire ; prenez la rive gauche du canal jusqu’au pont suivant où vous changerez de rive.

GardeselleDe l’autre côté de la route, l’Etang des cerises propose de pêcher la truite ; au loin sur une hauteur la bastide de Gardeselle (autrefois Gargacelle2) avec son imposante façade, suscite notre admiration. Composée aujourd’hui de 10 appartements totalement neufs avec deux jardins collectifs aménagés.

Construite en 1552, reconstruite en 1613 pour Jean Aymar, viguier1 et garde-sceau de Pertuis, elle abritait sous le même toit le logis du maître, le logis du fermier et les parties agricoles.

le fond du canal à secLe canal est en période de chômage durant 3 semaines réparties sur janvier et février, voire plus longtemps si des travaux importants sont à réaliser. Syndicat mixte du canal Sud Luberon ; le fond à sec laisse voir les galets recouverts d’algues ou mousse noire.
la chapelle du domaine CallamandNous sortons du canal pour emprunter le pont et prendre notre pique-nique au soleil ; quand nous reprenons notre chemin, c’est sur la rive gauche du canal ; Majo a repéré la chapelle de l’Arche du domaine du Grand Callamand perchée sur sa colline. Ce petit bâtiment isolé que jouxte la friche d’un ancien jardin en carrés a fait l’objet d’une restauration légère en septembre 2014. Nathalie et Albert Souzan, les propriétaires, ont confié à Renaud Arrighi la réalisation de 50 m2 de fresques intérieures et de 4 vitraux. Nous passons près du pont du viguier1 (le viguier possédait une maison dans ce quartier) ; les promeneurs sont plus nombreux ; dans la plaine, des champs à perte de vue.

Continuer la lecture de * Pertuis, dans les vignes et le long du canal

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 26 Août 2017

Retour en haut de page

* Tour du lac

Publié le Catégories 04 Alpes-de-Hte-Provence, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , Laisser un commentaire sur * Tour du lac
 

Je m’octroie un peu de repos en ce 11 novembre ; en effet, je prépare un déménagement coûteux en énergie car tous les jours, je trie, descends 4 étages sans ascenseur avec des sacs remplis de linge à donner ou d’objets à jeter. Ce tour du lac s’avérera calme et reposant mais la promesse de rencontrer beaucoup d’oiseaux ne sera pas tenue. Il est jalonné de caches de Chris & Christine que vous trouverez facilement, vous laissant tout loisir de découvrir la faune et la flore grâce à ce nouveau service touristique : EcoBalade, disponible également sur smartphone sans géolocalisation sur le terrain.
Parking à la retenue de l’Escale mise en eau en 1960.

Tour du lac #1, Chris & Christine

Vergers le long de la D4Vue depuis le barrageAprès la traversée du barrage de l’Escale, le sentier traverse le canal EDF ; il borde la route D4 mais protégé le plus souvent par des barrières de bois avec à gauche de grands vergers ; L'allée de l'observatoirelorsqu’est annoncé l’observatoire sur la gauche, je longe la palissade trouée à intervalles réguliers de fenêtres à différentes hauteurs : mais je ne verrai aucun oiseau dans la roselière.

Feuillages d'automneDe l’autre côté de la route, je reconnais le poudingue de Valensole ; sur la petite colline à droite, les ruines de Ville Vieille, village primitif de l’Escale et sa chapelle Notre-Dame de Vière (photos du site dignois.fr).  Les arbres sont parés de leurs belles couleurs d’automne.

Tour du lac #2, Chris & Christine

oratoire Volonne début XXèOratoire saint-JosephJe croise régulièrement des joggers mais peu de randonneurs ; le sentier s’infléchit vers un sous-bois humide qui longe la Durance ; sur le poudingue, deux oratoires : celui de Saint-Sébastien, inaccessible depuis le sentier, et celui de Saint-Roch. Les oratoires de Volonne sur le site dignois.froratoire saint-RochFace aux récurrences de la peste, on prie saint-Roch et surtout saint-Sébastien. Ils ont été placés par les consuls en 1722 en remerciement d’avoir épargné la Haute-Provence de la peste de 1720 ; à cette époque, les quatre avenues de Volonne étaient gardées de façon à ce que personne n’entre ni ne sorte ; d’ailleurs aucun document précis ne constate le fléau à Volonne. D’après Volonne, sa géographie, son histoire, d’après l’oeuvre manuscrite de Pierre Donnadieu, Camille Reymond, C. Testanière, 1961

Tour du lac #3, Chris & Christine

Continuer la lecture de * Tour du lac

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 04 Fév 2016

Retour en haut de page

** De la colline Sainte-Propice au domaine de Meynes et au jas des vaches

Publié le Catégories ----- * Aix et Durance, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Inédit, Rando familialeMots-clés , , 2 commentaires sur ** De la colline Sainte-Propice au domaine de Meynes et au jas des vaches
 

Sur une bonne idée de A. Roubaud, fidèle lecteur de randomania – et chanteur dans la chorale acantari, j’ai tenté ce circuit. Autant le dire tout de suite, je pense avoir traversé bien involontairement deux propriétés privées : l’une en bas de la descente de la colline Sainte-Propice côté est, l’autre au Val des Vignes ; dans le premier cas, j’ai débouché sur un carré de vignes que j’ai longé avant de rejoindre la route par un chemin d’exploitation ; je vous propose un itinéraire de contournement sans être tout à fait certaine qu’il soit entièrement public ; dans le second cas, ne sachant si cette partie du Val des Vignes appartenait au département ou à un propriétaire privé, j’ai trouvé un itinéraire de contournement.

La randonnée n’est pas si facile que cela, pas longue mais avec plusieurs descentes un peu raides et caillouteuses dans lesquelles on a tendance à glisser avec les cailloux. Vous passerez plusieurs fois à côté ou sous les pylônes à haute tension mais pour une fois, l’un d’eux vous réservera une surprise plutôt agréable.

L’ensemble des photos de la randonnée

La météo à cet endroit aujourd’hui

Début du sentierDépart sur le chemin du moulin à Velaux, en bordure de forêt. Première étape : la colline Sainte-Propice dont le nom a été déformé puisqu’il s’agit de Sainte-Eutropie, martyre du IIIè siècle, torturée pour avoir refusé de renier le Christ. La piste monte doucement, passe devant la bastide de Pépé, longe les vignes. L’AREMS – Association pour le Reboisement et l’Entretien du Massif de Ste-Propice – restaure les restanques dans les vignes, partie intégrante, et particulièrement esthétique, de nos paysages calcaires. Mur de soutènement pierre sècheBancaus restaurés par ARCEMSIl vaudrait mieux utiliser le terme bancau, terrasse soutenue par un mur. La restanque est à l’origine  un mur transversal construit dans une zone d’écoulement, comme le lit d’un torrent. Fait de pierres sèches – donc non liées –, il laisse passer l’eau tout en retenant en grande partie la terre, en amont. Paul Colombier, secrétaire du Ròdo de Velaurs Restanque dans le vallon de MionExtrait du Bulletin de liaison de Velaux, juillet 2013. J’en ai vu de beaux exemplaires dans le vallon de Mion.

Le sentier menant à l'oppidumLe sentier s’enfonce par un étroit sentier dans la végétation faite de genêts odorants et de cistes cotonneux. D’en bas on peut encore voir un large morceau du mur d’enceinte, les autres côtés de l’oppidum étant protégés par des falaises. J’arrive à l’entrée du site archéologique.

De l’oppidum préromain (Ier siècle av. J.-C.) il ne restait que des traces. Du Ve au VIIe siècle, un habitat se met en place. La plupart des objets trouvés sur le site sont profondément brûlés, même déformés.

Chapelle Ste Eutropie

Abside chapelle

A l’époque romaine ou paléochrétienne, la chapelle Sainte-Eutropie a été implantée : autrefois un haut lieu de pèlerinage, aujourd’hui, une ruine oubliée ; c’est elle que vous pouvez voir au sommet ; 12,60m par 7,40m, constituée d’une abside en cul-de-four s’ouvrant sur la nef unique. Histoire de Velaux, période antique. Vue sur VentabrenUn tour de la colline offre deux points de vue : celui au nord vers Ventabren et le plateau avec l’aqueduc de Roquefavour en fond ; au sud, celui sur Velaux, la tour de guet de l’Arbois.

L’oppidum Sainte-Propice, bob_13

Deuxième étape en sortant de l’oppidum par l’est, d’abord sur la crête puis dans une descente caillouteuse que je redoute toujours. Lorsque j’atteins une piste, en quelques lacets et un raccourci que je n’ose vous recommander, j’atteins une propriété sur laquelle des travaux d’irrigation sont en cours ; je longe les vignes, descends du talus pour rejoindre le sentier d’exploitation qui mène sans barrière jusqu’au chemin en contrebas.

Une pente à 15% !De là, par un sentier autrefois barré, je rejoins le point à 151m d’altitude : une montée particulièrement raide qui n’a rien à voir avec un sentier : j’ai préféré rallonger grâce à un petit détour par la gauche pour que la pente (entre 10 et 16% !) soit moins raide et moins dangereuse.

Continuer la lecture de ** De la colline Sainte-Propice au domaine de Meynes et au jas des vaches

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 22 Nov 2015

Retour en haut de page

De l’observatoire de Mérindol au jas du Bourdillon

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Rando familialeMots-clés , Laisser un commentaire sur De l’observatoire de Mérindol au jas du Bourdillon
 

C‘est un grand écart en forme de huit que je vais réaliser, passant d’un terrain quasiment plat en bordure de la Durance aux hauteurs rocailleuses du Luberon, d’un lieu de rendez-vous dominical très fréquenté aux ruines désertées du jas du Bourdillon.

Le sentier passe sous le pont du trainAccéder au parking de l’observatoire n’est pas si facile car le pont sous la ligne SNCF est trop étroit et les panneaux arrivent bien tardivement pour nous renseigner. Le mieux est d’arriver jusqu’aux Grands Jardins, franchir la voie puis la longer jusqu’à l’observatoire (voir carte en fin d’article). Il est également possible de partir du parking près de la route, direction les Bords de la Durance puis Mas d’Arbaud.

CormoransOiseaux sur un ilotLa courte balade ornithologique est balisée de jaune : n’oubliez pas appareil photos et jumelles ; elle ne dure pas plus d’une heure. L’observatoire de bois en début de piste est plein de visiteurs assez bruyants et l’heure n’est pas favorable à l’observation : il fait trop chaud, je ne m’y arrête pas ; en longeant la Durance sur la piste peu ombragée qui se dirige vers l’est je peux repérer quelques groupes d’oiseaux : des cygnes tuberculés, des cormorans posés sur des arbres morts au milieu de l’eau. La retenue d'eauAménagement hydraulique ?Quelques goélands leucophées survolent le plan d’eau. A mon passage, quelques grenouilles sautent à l’eau dans le petit  canal d’irrigation juste à côté.  Pour le plaisir d’un passage à couvert, vous pouvez suivre la rive jusqu’au niveau des Martines mais il vous faudra faire demi-tour pour revenir au tracé jaune sous la voie ferrée. Une grande falaise tranchée dans la pierre, vous servira d’abri contre le vent.
Description de la balade ornithologique, site eskapad

Cette étendue aquatique est fréquentée par 243 espèces d’oiseaux sédentaires ou de passage, que l’on peut observer essentiellement en Janvier / Février et en Avril / Mai (de préférence le matin) : sarcelles, canards, fuligules milouins, héron cendré, grands Cormorans, morillons, grèbe huppé voire balbuzard ou héron pourpré !
Prévoyez un paire de jumelles, et laissez vous accompagner par les panneaux explicatifs situés à l’intérieur de l’observatoire.

Les photos d’oiseaux de Sophie

Les RomanesLieu dit La GarrigueAprès le pont de chemin de fer, le sentier grimpe finalement près d’une ferme (suis-je en terrain privé chez les Romanes ?) qu’il contourne ; il circule dans une zone boisée, passe près de l’aire de pique-nique envahie par de nombreux habitants venus faire la fête. Je passe de l’autre côté de la route D973, traverse une zone pavillonnaire construite au pied du Luberon. Cèdre et ses fruits dressésLa route est un peu longue avant d’entamer la piste qui gravit le vallon Bernard ; ça grimpe fort jusque Peyre Plate qui traverse une forêt de cèdres. Celui-ci, aux cônes bien dressés d’une belle couleur orange, étale majestueusement ses longues branches. Un cèdre du Liban ?

petite borne rouge : ne pas la raterMauvaise pistecadastre napoleonien 1833 section A Jas BourdillonJe rejoins le GR97 puis tourne vers le Jas du Bourdillon construit à côté d’un vaste champ ; il a dû être important : le cadastre napoléonien de 1833 en témoigne. Pour redescendre, dans un premier temps, j’emprunte un ancien tracé évident, encore visible sur la carte IGN et qui bientôt se perd dans les broussailles et les ravins ; après plusieurs tentatives de passage autour d’un gros arbre abattu, Citerne 63 et vue sur le Luberonje fais demi-tour pour emprunter un autre sentier plus au nord et moins visible ; c’est la petite borne rouge qui signale le début du sentier qui descend dans la Grande Combe ; le silence qui l’enveloppe me donne parfois un sentiment d’insécurité. Jas de BourdillonJas de BourdillonIl aurait été sans doute plus rassurant de prendre le GR97 qui rallongeait un peu le trajet. A droite la Tête du Gambelet, à gauche les rochers de Baumaresque. Tout en bas, le lieu-dit les Borrys ; par une route macadamisée en mauvais état, je retrouve la D973 en tournant à la 2è route à gauche et non la première, pourtant bien tentante entre les vignes, mais qui mène à une propriété privée fermée.

Malheureusement, j’ai dû parcourir 1km sur la route avant de retrouver le parking et l’aire de pique-nique. De là je termine la promenade ornithologique balisée. Avec le recul, ce n’était pas un bon plan, aussi je vous suggère une variante : se garer sur le parking en bordure de route, commencez par grimper puis tranquillement finir par le parcours ornithologique. Sinon, mieux : conjuguez la partie observation des oiseaux avec le vieux Mérindol mais sans aller nécessairement jusqu’à la font de l’orme. L’intérêt est plus évident.

obsMallemort_traceRet_pano

itinéraire 14km200, 217 m dénivelée (+540, -540), temps de déplacement 4h05, durée totale 5h05

©copyright randomania.fr

Le Trou du Rat

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Rando familialeMots-clés , 2 commentaires sur Le Trou du Rat
 

La fontaine non loin du parking de la ThuilièreIl y a bien longtemps que je ne suis pas allée dans le Luberon. Je me gare sur le parking de la Thuilière à Cheval-Blanc ; j’ai préféré les gorges du vallon de la Peine aux trop fréquentées gorges du Régalon ; tandis que les randonneurs partent tous vers le nord, c’est à l’ouest que je me dirige en longeant d’abord quelques résidences.

La tour sarrazineLe vallon de la PeineRocher dans les gorgesEntre les deux collines, la chapelle Sainte-Thérèse de la Roquette et la tour sarrazine et son lumineux oculus percé dans la falaise.
La piste passe dans de petites gorges qui n’ont rien à voir avec les spectaculaires gorges du Régalon. De hauts rochers apportent quand même un petit côté impressionnant.

La bastide PetrossiLe puits de la bastide PetrossiOn ne peut pas passer à côté du bastidon de Petrossi (ou de la ferme Petrossi) sans la voir ; elle figure sous ce nom dans le cadastre napoléonien. Une bastide, un aiguier, un puits, une citerne, des murs de restanques, un apier, un verger, des olivettes sont autant de témoins de la civilisation agro-pastorale autarcique qui s’est épanouie ici jusqu’à la fin du 19è siècle.

Petit sentier qui monteUn passage où il faut mettre les mainsle Mourre de la SaumeLà le sentier débutant derrière Petrossi, s’égare dans les broussailles, passe par un pas rocheux avant d’arriver sur une large piste sous le Mourre de la Saume puis sous la tête des Buisses. Courage ! ça monte encore jusqu’au point 433 !

Les AlpillesLa piste sous la tête des BuissesPendant un long moment, les points de vue dominants se succèdent ; au dessus de moi, côté Luberon, avec l’alignement des ‘têtes’ et des ‘Mourres’, au loin du côté des Alpilles et ses sommets en dents de scie qui se détachent sur le ciel bleu. Puis le sentier de découverte (bleu), piste caillouteuse, prend la relève sur la gauche. Attention de ne pas le rater car la piste pourrait vous sembler plus tentante.

Sentier bleu vers le sudSentier rocailleuxQuelques cèdresLe sentier de la forêt est jalonné de bornes pédagogiques sur la faune (aigle de Bonelli, vautour percnoptère) et la flore de la région (Grand Ephèdre, iris nain, Gagée jaune et gagée des champs). Quelques espèces du Lubéron portent de bien jolis noms… curieux cependant : fauvette pitchou, alouette lulu, bruant zizi. Gestion intégrée de l’espace naturel dans le Luberon Le partenariat O.N.C.-O.N.F. On y apprend que la perdrix rouge est protégée.

perdrix rouge (photo luberon.fr)Les densités [de perdrix rouges] au printemps ont été estimées par combinaison de plusieurs méthodes. Des plans quadrillés ont été réalisés sur le secteur du Trou du rat. Des écoutes au chant par rappel au magnétophone ont été pratiquées sur l’ensemble de la forêt domaniale à raison d’un point tous les 500 mètres à des heures bien précises. […] En 1993 , la densité mesurée se situait entre 1,15 et 1,75 couples/100 ha ; en 1994, elle était estimée entre 1,22 et 1,69 couples/1 00 ha. […] les densités réelles se rapprochent plutôt des estimations maximales.
Le succès de la reproduction est évalué par le rapport jeunes/adultes […] entre le 15 juillet et le 15 août.

En provençalRefuge du trou du ratLe Trou du Rat, ou lou traou dóu gàrri, était autrefois une ferme ; c’est maintenant un refuge qui attire non seulement les randonneurs mais aussi les amateurs de barbecue. Les enfants peuvent courir, s’amuser pendant que les grands discutent. Les adultes échangent sans se connaitre. Une réelle animation de fête !

Sentier en plein soleil vers le sudvallée de la DuranceChamp cultivé à la LibaudeJe continue vers le sud sur la plaine du Trou du Rat en plein soleil. Le sentier longe pendant un certain temps la large piste. Je retrouve le sentier du départ puis les ruines de la Libaude et le vaste pré bien vert.

Une boucle agréable, diversifiée, à défaut d’être spectaculaire comme les gorges du Régalon.

TrouDuRat_trace_trk_panoImage de l’itinéraire 15km400, 4h05 déplacement (5h au total), dénivelée 355m (+640, -640)

©copyright randomania.fr

Domaine de la Font de Mai

Publié le Catégories ----- * Marseille et environs 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , Laisser un commentaire sur Domaine de la Font de Mai
 

La Font [fontaine] de Mai, c’est :

  • Un grand jardin à Aubagne, zone d’Accueil du Public en Forêt où il est possible de randonner tout l’été, toute la journée, en alerte rouge – voir Randonnée et interdiction de circuler 2013
  • Accès en transport en commun facile depuis Aubagne, bus n°10,
  • Un accès aux sentiers de Pagnol en grande randonnée, soumis aux restrictions de circulation pour risque d’incendie,
  • Plusieurs caches successives pour les amateurs de geocaching,
  • Des animaux pour les enfants,
  • Des traces des activités d’autrefois.

Entourées de deux couples de geocacheurs, Lilou (6ans 1/2) et moi partons pour faire le tour de l’ancienne propriété agricole de la Font de Mai.

Le 2 juillet 1999, la Communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Étoile devient propriétaire de 97 ha de terrain appartenant à la famille Giraud Fornasero. Cette ancienne propriété agricole, patrimoine familial issu de la succession des familles Arnaud, Berenger et Garnier (vers 1820) puis Julien (dans les années 1900), est inscrite à l’inventaire des biens nationaux dont l’origine remonte à la Révolution française. Extrait du site de l’agglomération du pays d’Aubagne

Lilou passe vite devant les apiers (mur à abeilles) dans le mur, avec des alvéoles creusées dans lesquelles on déposait des ruches taillées dans un tronc d’arbre évidé. L’apiculteur du domaine est confiant : la variété végétale devrait  permettre d’obtenir trois récoltes différentes. Véritables sentinelles indicatrices de l’état de l’environnement, la présence des abeilles est un bon signe.

Pour en savoir plus : les murs à abeilles de Provence

Lilou a vite repéré un enclos avec des ânes particulièrement placides qu’elle a observés et cajolés de deux endroits différents. Le vaste jardin entouré de murs de pierres sèches superbement restaurés chaque année par des jeunes en insertion, étale ses cultures devant la ferme.
Ils restaurent les restanques de la Font de Mai, La Provence, 11/09/2013

Dans la basse-cour, des lapins, des coqs et… des poules déplumées au-dessus du croupion. Lilou s’inquiète : sont-elles malades ? ne sachant quoi lui répondre, je m’arrête à la ferme pour questionner le garde de la part de Lilou qui n’ose pas :
– pourquoi les poules n’ont plus de plumes ?
– c’est le coq, au moment de la reproduction, je vous charge de lui expliquer…

La technique de reproduction consiste alors à ce que le coq monte sur la poule et ouvre son cloaque1 pour que le spermatozoïde entre dans le corps de la poule. Une poule qui a été « cochée » par un coq restera fertile pendant 1 à 4 semaines maximum. vidéo de la technique

Sous l’auvent de bois, d’anciennes photographies représentent les travaux d’autrefois : la cueillette du raisin, le ramassage des olives, l’élevage du ver à soie, etc. Sur la photo ci-contre à droite, c’est le retour des vendanges. Les imposantes cuves à vin attestent de l’importance de cette activité. Encore aujourd’hui, le raisin rejoint la coopérative des vignerons du Garlaban.

Lilou prélève les indices nécessaires à la résolution de la multi-cache, aidée de Sylvaine ; elle rejoint le cheval qu’elle essaie de faire sourire avec la technique que lui apprend Bernard mais ça ne marche pas tellement. Avec le couple sylberfil, amusement garanti !

Un des murs de pierre sèche porte un message en lettres attachées : pas facile à lire mais il dit bien qu’ici l’eau est précieuse. Demain peut-être avant midi, à travers la roche éventrée, nous verrons surgir l’eau des collines cent fois plus précieuse que l’or. Giono. Dans ce pays de chaleur et sécheresse, de sol rocailleux, de terre dure, il faut creuser des puits, récupérer l’eau qui tombe du ciel. L’eau souterraine coule à la Font de Mai. Un des puits servait à récupérer les eaux d’écoulement du fond de la vallée. Un système hydraulique recueillait et conservait l’eau de pluie dans des citernes qui était transportée par un réseau gravitaire jusqu’aux cultures. Sentier d’interprétation Domaine de la Font de Mai, Pays d’Aubagne et de l’Etoile, les éditions nature. Livret à retirer sur place.

Continuer la lecture de Domaine de la Font de Mai

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 29 Fév 2016

Retour en haut de page

La réserve de Fondurane

Publié le Catégories ----- * Pays de Fayence 83, 83 Var, Rando familialeMots-clés , , Laisser un commentaire sur La réserve de Fondurane
 

Le matin j’étais au castrum de Pibresson ; cet après-midi, je profite d’être dans le coin pour visiter la réserve de Fondurane1 (Montauroux), zone humide artificielle située au fond d’un des bras du lac de Saint-Cassien, où il devrait être possible d’observer des oiseaux. Du moins c’est qu’affirme mon topo-guide le Var … à pied, FFR, 2005. Grâce au barrage construit en 1964, l’eau alimente les communes du littoral et fournit l’énergie à l’usine hydroélectrique.

Je pars du parking de l’américain déjà bien plein : il fait chaud, la plupart des promeneurs rejoignent le bord du lac. Je reprends la route par laquelle je suis arrivée puis le PR qui passe devant le parking de la réserve. C’est peut-être mieux de se garer là, d’ailleurs. Je découvre sur un des panneaux qu’il existe un parcours numérique accessible aux possesseurs de smartphone ; cet outil, habituellement associé aux forcenés du travail qui veulent être joignables partout et ne rien rater de leurs rendez-vous, peut se révéler être un outil de loisirs (j’y consacrerai un article prochainement) ; j’en profite pour lire le QR-code de l’affiche qui m’ouvre une page web du pôle touristique Estérel-Côte d’Azur baladazur : Cap nature à Fondurane m’est proposé en téléchargement ; moyennant que le GPS de mon smartphone soit en fonctionnement, je disposerai des informations sur les points du parcours prévus. Pour se rendre d’un poste à l’autre, il faut suivre les balises numérotées, placées à chaque intersection de sentiers.

Ce sentier numérique environnemental vous permettra de découvrir la réserve biologique de Fondurane, située en pays de Fayence, au bord du lac de Saint-Cassien. Au travers de 12 postes thématiques disséminés sur ce sentier, vous découvrirez la faune, la flore, la pêche et les différents milieux de cette réserve ornithologique, grâce à des vidéos et des bandes-audio. baladazur

Très rapidement du côté où la rivière Biançon se jette dans le lac, une zone humide bien calme apparait : aucun oiseau en vue. En été, seuls le crépuscule et le coucher du soleil sont favorables à l’observation. A nouveau un bout de route puis une piste DFCI dans le vallon de la Carpenée. Je tombe sur la première borne la numéro 5 « les chênes » (hum ! je ne vais pas dans le bon ordre…). Là j’apprends que le rare chêne crenata est un hybride entre le chêne liège et le chêne chevelu. Son écorce est moins épaisse que celle du chêne liège et légèrement crevassé. Le reconnaîtrez-vous ? Parmi les autres plantes remarquables, Potentilla micrantha, Tilia cordata, et Genista sagittalis, selon le compte rendu de la sortie ABMS

Continuer la lecture de La réserve de Fondurane

©copyright randomania.fr

Le vivier romain, les étangs de Villepey

Publié le Catégories ----- * Côte varoise 83, 83 Var, En voiture ou en train ou en bateau, et à pied, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , Laisser un commentaire sur Le vivier romain, les étangs de Villepey
 

Balade tranquille recommandée par Guide nature Balades nature en Provence Côte d’Azur, CEEP, Dakota Editions 2011). Après la randonnée dans le vallon de la Gaillarde, celle-ci était tout indiquée pour terminer la journée passée à plus de 100km de chez moi. La Côte d’Azur en automne attire moins de monde. Cela me semblait donc idéal.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Juste avant, j’ai cherché le vivier gallo-romain dont avait parlé M. Boyer lors du lancement de la collection rando malin Le Rando Malin Var, Bruno Ribant, Frédéric Boyer, mémoires millénaires éditions, 2010. C’est un touriste qui m’indique qu’il a vu un panneau 500m plus loin. Répertorié comme ‘Vivier de la Gaillarde’ sur le site des monuments historiques, il est en vérité près de la pointe de la Calle. Le tout petit parking le plus proche est plein. Je me gare le long de la route. En deux minutes, je suis sur les lieux. Le panneau explicatif le long du sentier bétonné du bord de mer est indispensable à la compréhension. A moins que de plonger avec masque et tuba, il faut presque toucher l’eau pour reconnaitre les constructions romaines qui séparaient les trois bassins.


Le vivier avait une longueur de 20m environ sur une largeur variant de 5m40 à l’ostium, c’est à dire à l’entrée, et de 12m à sa sortie postérieure la plus large […] Il était orienté nord-sud […] Trois murailles, d’une épaisseur de 0m80, le partageaient en trois bassins, trois compartiments (loculi) de profondeur et de largeur inégales. À leur extrémité ouest, ils s’appuyaient au rocher bordant le rivage, tandis qu’à leur extrémité est, ils s’arrêtaient à quelque distance du rocher. Continuer la lecture de Le vivier romain, les étangs de Villepey

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 15 Déc 2013

Retour en haut de page

La Petite Camargue à Saint-Chamas

Publié le Catégories ----- * Camargue 13, 13 Bouches-du-Rhône, BaladeMots-clés , Laisser un commentaire sur La Petite Camargue à Saint-Chamas
 

Cette petite Camargue limitée en surface sur les rives de l’étang de Berre, m’a laissé une impression mitigée (voir Balades nature en Provence Côte d’Azur, CEEP, Dakota Editions 2011). Depuis le parking près de la centrale jusqu’à l’entrée du chemin, le sentier longe le littoral : à gauche, des oiseaux, des cygnes tuberculés surtout ; à droite, des détritus de toutes sortes (bouteilles vides, papier, blocs de béton,…).  Des marches de béton sont encore visibles.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Vidéo la petite Camargue par provencetv

A partir de la barrière, tout le long du chemin, depuis les postes d’observation (huttes de chasse sur le domaine public), parfois en béton, parfois en tôles camouflés sous des branches coupées, on peut s’approcher des plans d’eau. Belles fleurs bleues. Une odeur désagréable d’égoût m’accompagne. A intervalles réguliers des poteaux blancs triangulaires portent au dos, un numéro de téléphone, celui qu’il faut appeler en cas d’urgence : il s’agit d’une conduite d’azote.

Une canalisation d’azote, exploitée par AIR LIQUIDE qui passe au Sud de la commune de Saint-Chamas, le long de la RD 10, et traverse l’Etang de Berre pour rejoindre Fos. Les risques de TMD [transport matières dangereuses] résultent de la nature des produits et de leurs possibles interactions (réactions chimiques), en cas d’incident (fuite, accident, dégradation des contenants). Ils peuvent se traduire par une explosion, un feu, une pollution des milieux (eau, sol). Diagnostic territorial 2010

Continuer la lecture de La Petite Camargue à Saint-Chamas

©copyright randomania.fr