Les dolmens des Adrets, Brignoles

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés Un commentaire sur Les dolmens des Adrets, Brignoles
 

Samedi, j’ai consacré les journées du patrimoine 2013 à la préhistoire et aux dolmens, constructions funéraires pour enterrer les morts ; dimanche, ce sera un parcours d’art contemporain dans la nature. C’est Philippe Hameau, président de l’ASER Centre Var et maître de conférences au laboratoire d’anthropologie de l’université de Sophia-Antipolis, qui encadre le groupe. J’aime beaucoup ses visites, gratuites et de qualité.

Il nous conduit au départ de la balade par le chemin de Beouvèze. Après le pont, du côté droit, c’est l’accès au plus connu et au seul dolmen fléché parmi les quatre (situés entre 336m et 355m d’altitude sur le Pied de Boeuf) : le dolmen des Adrets I est situé à la limite entre le Val et Brignoles, je l’avais visité en mars 2010 ; à côté de ce monument se trouve une cache, le dolmen des Adrets par Elia’s ; c’est le mieux conservé de tous ceux que j’ai pu voir mais il est mal restauré selon P. Hameau. Montée le long du pipe-line, j’avais trouvé que c’était raide mais rapide quand on a peu de temps. Une personne présente aujourd’hui nous apprendra qu’à l’époque de la construction du pipeline, elle était intervenue de justesse avant que les pelleteuses ne détériorent définitivement ce dolmen.

Aujourd’hui, le sentier que nous empruntons en montée est étroit et à peine visible : il a été tracé pour les besoins des fouilles. Deux pas nécessiteront un petit effort supplémentaire et un peu d’aide pour certains ; sur les aiguilles de pin séchées, ça glisse parfois sinon rien de bien difficile. Autant le dire tout de suite : ces dolmens ont été fouillés et vidés de leur contenu archéologique.

A l’époque de la construction de ce dolmen IV (3è millénaire avant J.C.), la zone était déforestée.  On peut supposer que chaque population avait son dolmen. En arrière de celui-ci, plusieurs assises de pierre formaient une sorte de rampe sur laquelle on faisait glisser la dalle de couverture. Travail collectif car la dalle devait peser 3 tonnes environ.

Reynaud évalue à 89 le nombre d’individus inhumés (à noter : déficit d’enfants) avec leur carquois et divers objets : flèches, lames de silex dont certaines ont servi de poignard, objets de parure (en calcaire, coquillages percés, dents animales percées, etc). Les colliers ne sont pas aussi bien ordonnancés qu’aujourd’hui :les perles s’enfilent au fur et à mesure qu’elles sont ‘gagnées’. A été mise au jour une lame de poignard de 17cm de longueur, en silex brun  rubané caractéristique de la région de Forcalquier. Des petits récipients ont été retrouvés dans la chambre sépulcrale. Quelques dents portent les stigmates d’un travail de l’osier.

Le dolmen a été utilisé pendant plusieurs siècles, réutilisé après le néolithique en tant que dépôt de céramique antique, voire poste de chasse. Nous montons encore un peu pour atteindre le dolmen III orienté à l’ouest comme la plupart des dolmens. Découvert en 1962, il est constitué de dalles dressées à l’ouest et à l’est et de murets limitant la chambre sépulcrale au nord et au sud. Il est inclus dans un tumulus de pierraille de 6m de diamètre dont on suppose que de nombreuses pierres ont été prélevées pour la construction d’un mur voisin.

Autour de nous, une forêt dense sans doute appréciée des chasseurs et qui cache bien les quatre dolmens proches l’un de l’autre, preuve de l’importance de l’occupation humaine.

Archéoprovence, les dolmens des Adrets

Les mégalithes du Var avec 27 itinéraires de découverte, H. Barge, E. Mahieu, Actilia Multimédia, 2005
Laissez vous conter la préhistoire en Provence Verte, P. Hameau, Syndicat Mixte du pays de la Provence Verte, 2011
Guide des sites préhistoriques Provence-Alpes-Cote d’Azur, F. Boyer, Mémoires Millénaires, 2006

Sur la demie journée, vous n’aurez aucune difficulté à découvrir les 3 dolmens.

image dolmens tracesImage des itinéraires, celui des dolmens IV et III 1km650 A/R, 40mn déplacement, 2h avec la visite guidée – pour le dolmen I à peu près 40mn déplacement A/R

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 11 Déc 2013

Retour en haut de page

*** Cabasse : entre légendes et histoire, entre falaises et sous-bois

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeuxMots-clés , , , , , , , Laisser un commentaire sur *** Cabasse : entre légendes et histoire, entre falaises et sous-bois
 

Ce circuit est tiré du Rando Malin VarBruno Ribant, Frédéric Boyermémoires millénaires éditions, 2010 ; le guide sous le coude dans la montée vers le pylône et dans les sous-bois en direction de la Gastée, avec la description, et quelques hésitations, j’ai réussi à m’en sortir mais ce n’est pas facile : des indications de distances ou de durées entre deux croisements auraient été bien utiles.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Partie d’un parking non loin de l’église, je suis montée sur route bitumée pendant un certain temps puis progressivement par le chemin des résistants et des parachutages. Piste DFCI M132 le Défens. La piste « le pylône » mène à une antenne que l’on voit de loin.  Un monument marqué de l’Association Nationale des Combattants Volontaires de la Résistance précède de quelques mètres celle-ci : ce plateau servit de lieu de parachutage durant la seconde guerre mondiale.

Le problème crucial à résoudre est celui de l’armement du maquis. Il faut prévoir des parachutages d’armes et de munitions […]. Pour ce faire, on a créé à Londres la S.A.P. (Section Atterrissage et Parachutage) dont la responsabilité pour le Var est confiée au Commandant Berthe. Le sud du département étant trop surveillé par les allemands, les parachutages ne seront possibles que dans le centre et dans le nord. […]. Dans la nuit du 27 au 28 mai, quinze conteneurs et dix paquets sont largués sur le plateau du Défends près de Cabasse. L’équipe de Vins récupère armes, munitions et matériel divers et le transporte […] dans la grotte de la Baume de Savoye. Extrait du site officiel de la commune de Vins sur Caramy

Avant de quitter les lieux, n’oubliez pas Belvédère, par papounet83 : d’un côté, un ciel festonné en dégradés de gris, de l’autre, une vue sur la falaise de Cabasse que j’atteindrai un peu plus tard.

La piste continue le long de la crête en s’en éloignant plus ou moins jusqu’à la citerne, là où serait l’oppidum de Castéou Sarrin.

Oppidum de Cabasse papounet83

Je quitte la crête et pénètre en forêt. Après un bout de piste bien rouge, ressemblant étrangement à la latérite des pays tropicaux (Si vous en êtes là, c’est que vous avez raté comme moi, le cairn et la piste de droite 250m après la citerne), la piste forestière devient plus classique. Des coups de feu retentissent ;n’ayant pas mon gilet fluo,  j’appréhende de devoir emprunter une piste à sangliers.  Je marche longtemps avant de trouver le petit cairn qui balise l’étroit sentier en direction de Combecave. Là, je ne suis pas rassurée : les chasseurs ne sont pas loin. On dirait que le sentier a été retourné, fouillé tant les pierres se dressent, indisciplinées, au milieu du sentier.

Continuer la lecture de *** Cabasse : entre légendes et histoire, entre falaises et sous-bois

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 25 Mar 2013

Retour en haut de page

Le vallon de la Gaillarde aux Issambres

Publié le Catégories 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , Un commentaire sur Le vallon de la Gaillarde aux Issambres
 

Beau temps en ce 30 octobre. J’ai décidé de partir aux Issambres pour le vallon de la Gaillarde et son dolmen, puis au vivier romain. La randonnée peut être conçue en deux boucles dont le point central est le parking du vallon de la Gaillarde, peu avant le cimetière, au niveau de la station d’épuration, ou en une seule boucle.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Des chasseurs sont rassemblés près du cimetière. Je monte dans le vallon, accompagné de quelques courageux vttistes qui me saluent. Le long de la piste, de nombreux arbousiers offrent leurs fruits rouges à la tentation. Fruits oranges en octobre, rouges en novembre, ils sont des deux couleurs et parent la nature de jolies couleurs ; c’est sans doute pour cela qu’il est cultivé dans les jardins. J’en déguste un, puis deux, il y en a autant que souhaité, je peux donc choisir les plus beaux. La peau est granuleuse mais la chair douce. Les fruits mettant un an pour arriver à maturité, il n’est pas rare de voir le même rameau porter les fleurs de l’année et les fruits mûrs nés des fleurs de l’année précédente. J’en ai ramené une bonne quantité chez moi pour le lendemain mais leur stockage au frais a changé leur goût. C’est cueillis et dégustés dans la nature qu’ils sont les meilleurs. Un des rares fruits comestibles en fin d’année, avec les champignons et les chataignes.

Continuer la lecture de Le vallon de la Gaillarde aux Issambres

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 23 Août 2014

Retour en haut de page

Notre Dame du Glaive

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , Laisser un commentaire sur Notre Dame du Glaive
 

IMG_7664.jpgNous retrouvons Ada et Gilles de l’association ASER Centre Var dont j’apprécie particulièrement les visites guidées. Nous avons rendez-vous devant la cave coopérative de Cabasse avant de rejoindre le parking de la chapelle Saint-Loup. Mais pour voir les 14 stations du chemin de croix, partez du village et essayez de ne pas en oublier !

IMG_7669.JPGLa chapelle Saint-Loup sera le point de départ de notre balade en tant que pélerins d’un jour. De solides contreforts, deux absidioles et une longue fissure sur sa façade, c’est tout ce que nous verrons car elle est fermée. Construite et reconstruite à diverses époques : moyen-âge, 15e siècle, 16e siècle (?), 1er quart 17e siècle, elle jouxtait un ermitage bâti au 16e siècle, mais détruit au 19e siècle. De là, tout en haut, cachée derrière les arbres, nous apercevons notre but de balade : la chapelle Notre Dame du Glaive.

Continuer la lecture de Notre Dame du Glaive

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 30 Avr 2011

Retour en haut de page

De Fontienne à Forcalquier en passant par le dolmen du Clot de Melly

Publié le Catégories ----- * Forcalquier mont. Lure, 04 Alpes-de-Hte-ProvenceMots-clés , , , Laisser un commentaire sur De Fontienne à Forcalquier en passant par le dolmen du Clot de Melly
 

IMG_0127.jpgPour faire cette randonnée, il faut laisser une voiture à Forcalquier et l’autre à Fontienne, près de l’église ; si vous disposez d’une journée entière, le retour en boucle sera toujours possible. Vous passerez par les rochers des Mourres, *** les formes insolites des rochers des Mourres, curiosité géologique unique au monde.

La journée devrait être pleine de surprises préparée mes compagnons de route pour mon anniversaire : je me suis laissée guider et j’espère que nous trouverons un des rares dolmens des Alpes-de-Haute-Provence, annoncé par Ch. Cotte de la Société préhistorique française dans sa séance du 26 juin 1912. Pour cela estoublon a imprimé un document qu’il a trouvé sur le site Persée.
Continuer la lecture de De Fontienne à Forcalquier en passant par le dolmen du Clot de Melly

©copyright randomania.fr

*** Les sources de la Siagnole et l’aqueduc romain de la Roche Taillée

Publié le Catégories ----- * Pays de Fayence 83, 83 Var, En voiture ou en train ou en bateau, et à pied, Rando familialeMots-clés , , , , , Laisser un commentaire sur *** Les sources de la Siagnole et l’aqueduc romain de la Roche Taillée
 

IMG_0005.jpgDépart du village de Mons (803m) par un sentier empierré mais qui descend doucement. Un balisage bien fait, donc pas de risque de se perdre. Un convoi de chenilles processionnaires traverse le sentier.

IMG_4003r.JPG« Au printemps, la colonie, conduite généralement par une femelle, quitte le nid, toujours en procession pour gagner au sol un endroit bien ensoleillé et s’enfouir dans un trou où chacune des chenilles va tisser son cocon pour démarrer son processus de transformation en chrysalide ».

Plus bas, nous passons à côté de belles lignées de restanques, travail d’un artiste, puis suivons la départementale 56 que nous avions parcourue sous la neige en janvier dernier. C’était le jour de la fameuse alerte orange dans le Var.

La météo à cet endroit aujourd’hui et à 3 jours
avec la vitesse du vent

IMG_3525r.JPGIMG_3514r.JPGPar le sentier juste après le pont, nous rejoignons les anciens moulins communaux de Mons, moulin à huile avec son immense roue à aubes, moulons à foulon1 et blé. En remontant la rive droite, nous pouvons voir les installations de l’autre côté. On entend désormais une turbine moderne. IMG_0072.jpgEt si l’on continue jusqu’au barrage des moulins, c’est un impressionnant tonnerre que l’on entend ! l’eau tombe en hautes cascades sur la largeur de la rivière, formant un nuage de gouttelettes en suspension dans l’air. Les abords sont glissants et dangereux mais le spectacle magique. Dans les sous-bois, un drôle de champignon gélatineux à volutes oranges accroche notre regard et s’accroche à un arbre mort dans un sous-bois. Une trémelle mésentérique ?

IMG_3516r.JPGIMG_3522r.JPG[…] les monsois restent très attachés à leurs moulins, pour preuve les véhémentes protestations du conseil municipal de Mons à propos du projet du canal Jourdan en 1847. Ils ont réussi à maintenir un droit d’eau d’un débit minimum de 100 litres par seconde au niveau des moulins communaux. « Les paysans, au début du XXe siècle, venaient « faire moudre » leur blé pour fabriquer eux-mêmes leur pain. L’hiver, ils apportaient leur récolte d’olives au moulin à huile. Cette huile servait à la cuisine, mais aussi à l’éclairage, l’électricité n’étant pas encore amenée dans les campagnes. Les routes n’étaient pas aménagées et c’est, à dos de mulet, par les chemins rocailleux, que les paysans se rendaient aux moulins ». La séparation des peaux et noyaux des olives est obtenue par décantation dans une succession de bassins :

  • les résidus sont revendus pour la fabrication du savon Palmolive … à l’huile d’olive,
  • les noyaux sont toujours recherchés pour l’industrie cosmétique ou la fabrication d’abrasifs, de pâte à polir les verres de lunettes (établissements Charles Bardon au Muy).

Les moulins de la Siagnole, site wikipedia

IMG_0033.jpgIMG_0041.jpgDemi-tour pour emprunter désormais le  GR qui surplombe légèrement la Siagnole. Après une marche le long du canal, nous arrivons à un premier captage moderne, celui de la source Jourdan. En poursuivant notre chemin, nous passons devant une guérite abandonnée avec barrière : elle devait autrefois contrôler l’accès à la source de Neissoun et aux installations de captage.  Après une petite escalade, nous accédons sans trop de difficulté à la grotte de Neissoun barrée d’une grille de métal : elle ne recrache pas d’eau aujourd’hui mais l’eau coule quand même de tous côtés, surgissant même parfois tel un petit geyser (photo de droite). Nul doute qu’après de fortes pluies, les sources vauclusiennes doivent sortir de toutes les grottes et fissures de manière spectaculaire.

Source romaine de la Sagniole (photos, schémas, explications)

 

IMG_0259.jpgIMG_0061.jpgLe captage romain a disparu sous les installations actuelles. Le canal, recouvert de dalles de calcaires (1m de large, 50cm de profondeur) remplacées aujourd’hui par des dalles en béton, court en sous-bois rive gauche interdite au public ; 160m plus loin, il traversait ensuite la rivière sur un pont aqueduc à une seule arche dont nous avons retrouvé quelques morceaux de maçonnerie sur la rive droite (mais l’imposante culée amont se trouve rive gauche), sans savoir à ce moment là qu’ils avaient appartenu à un pont romain ; les Romains utilisaient une technique de régulation de débit (déversoir) en cas de mise en charge exceptionnelle de la source vauclusienne. La surveillance se faisait par des regards tous les 270 pieds romains (80m env.) pour assurer nettoyage et réparations (beaucoup de dépôts calcaires dans un environnement karstique !).

Voir le tracé sur le site Pays du Var Est avec le tracé reconstitué par tronçons.

Continuer la lecture de *** Les sources de la Siagnole et l’aqueduc romain de la Roche Taillée

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 15 Déc 2013

Retour en haut de page

L’Amarron

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando sportiveMots-clés , , 4 commentaires sur L’Amarron
 

Cette boucle par le vallon de l’Amarron1 est courte mais épuisante physiquement pour qui n’est ni sportif ni tout jeune ; il faut continuellement faire attention où l’on pose les pieds car les sentiers sont peu ou pas balisés, à peine visibles, étroits, pierreux, rocheux ou en sous-bois glissants, avec un cumul de dénivelées de presque 1000m en positif et autant en négatif  mais que de variété dans les décors et que d’aventures en perspective ! A découvrir en chemin : un dolmen, plusieurs abris sous roche de belle taille, deux sources et  4 caches posées par jcoud team. Le circuit se situe au sud de l’abbaye de la Celle qui aurait compté au XVIe et XVIIe siècle, quelques nonnes libertines que l’on reconnaissait à leur ruban de soie noire. Mazarin l’ayant fait transférer à Aix, l’abbaye déclina.

Le temps qu’il fait à cet endroit aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

IMG_3351r.JPGLe parcours commence à la carrière de marbre rose dont les étages se détachent nettement sur fond de ciel bleu. La Provençale a l’exclusivité d’un marbre : le rosé de Brignoles. Le marbre rosé de Brignoles fut exporté jusqu’au Japon… [C’]est un marbre naturel réputé mûri dans les calcaires provençaux pendant des millions d’années. Les romains grands bâtisseurs avaient remarqué les qualités exceptionnelles du Rosé de Brignoles. Ils l’utilisaient largement dans leurs édifices et certains nous sont parvenus encore parés de marbre rose.
Provençale SA
IMG_3357r.JPGIMG_3355r.JPGSur la droite, l’entrée du vallon de Candelon est à peine visible : seule une barre rocheuse inclinée sur laquelle il faudra marcher, en signale le début. Le Candelon2 se dresse sur les hauteurs de la colline. Pour trouver le sentier rouge sur la gauche, nous devrons nous y reprendre en plusieurs fois. Il traverse un sous-bois dense où l’équilibre des constructions de pierre tient du miracle.

IMG_3359r.JPG IMG_3364r.JPGEn pénétrant plus avant, je découvre un abri sous roche dominé par un replat bien à l’abri d’un énorme rocher au-dessus de ma tête. Estoublon de son côté trouvera un autre abri le long du sentier, protégé derrière un mur de pierres. Mais aucun d’entre nous ne trouvera la cache de jcoud Cro-Mignon, GC208V3.
IMG_3371r.JPGLe sentier se devine, parfois je l’invente. Ce qui est sûr, c’est qu’il grimpe constamment. Enfin, au niveau d’un autre abri sous roche protégé par un mur de pierre, il devient plus net et grimpe  jusqu’à la source captée qui alimente  une réserve d’eau. Derrière de celle-ci, les pierres ont été gravées sans doute à l’époque où la source a été captée pour la première fois. Je n’ai pu lire que 1884 et Amarron. La source du Gaulois peut-être ?
IMG_3381r.JPGPuis direction le dolmen de l’Amarron. Après le passage en sous-bois, une prairie verdoyante s’offre à nous, sur terrain plat. Quel contraste ! avec ses quelques arbres, et ses quelques pierres au sol, ce lieu est idéal pour le pique-nique. Par contre le dolmen me décevra un peu : il est endommagé et nous avons du mal à identifier un monument religieux. Le dolmen de l’Amarron, GC208V6 par jcoud team

IMG_3380r.JPGLa couche archéologique, unique, de 30 cm, contenait les restes d’au moins 15 individus. Des caractères communs aux restes laissent penser qu’il s’agit de personnes ayant peut-être des liens de parenté. Un vase en céramique très altéré rempli d’argile pure […], 5 perles en tonnelet, […], 1 armature de flèche à retouches bifaciales et amorces d’ailerons complètent le mobilier. Comme dans la plupart des dolmens, les dépôts ont d’abord été placés contre les parois nord et est de la cella, pour gagner ensuite les parois adjacentes.
Le rejet à plus d’un mètre de la dalle de couverture et l’inclinaison des piliers […] semblent conforter la thèse d’une secousse sismique importante qui aurait frappé le région du moyen Var [..] mais cette hypothèse doit être confortée (Roudil, Berard, 1981) ». site archéoprovence

L’Amarron et le bois de Garéoult, randovar

Après un épisode d’égarement plutôt pénible, nous retrouvons la piste. Bientôt, nous devrons affronter une très grosse et interminable pente caillouteuse jusqu’au sommet de l’Amarron (770m). Là haut, la vue est superbe sur le massif de la Loube reconnaissable par ses antennes. La cache Roc’Bloc GC20BB1, jcoud team nous échappe aussi mais cela n’a que peu d’importance. Pour arriver sur la crête, il nous faudra faire un dernier effort au dessus de hauts passages rocheux inclinés et humides.
IMG_3390r.JPGLe retour par un sentier balisé par des sangliers (heureusement, tout compte fait !) passe devant une source qui s’écoule dans un goulet moussu (Le fil de l’eau GC20BB3). Au bruit de moteur, nous devinons que des motos cross sont en train de monter la piste. En vérité, ils la défoncent, retournant les pierres qui deviennent un véritable piège pour la marche.
En guise de récompense, nous allons à Brignoles, capitale du centre Var, pour y boire un coup avant de rejoindre notre domicile. Pas un seul bar d’ouvert le dimanche ! un arrêté municipal interdirait-il l’ouverture des bars le jour du seigneur ?

Amarron itinéraire 8km 3h35 déplacement seul (6 à 7h au total) 510m dénivelée

Petit conseil : partir avec une personne qui connait les lieux ou avec un GPS de randonnée contenant la route à suivre (vous pouvez me la demander).

blsqr05.gif

1amarron : camomille sauvage
2candelon : de chandelle, due à la forme verticale du rocher

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 20 Fév 2017

Retour en haut de page

*** Les menhirs Lambert en passant par le moulin du Collet

Publié le Catégories 83 Var, Geocaching et jeux, Rando sportiveMots-clés , , , , 3 commentaires sur *** Les menhirs Lambert en passant par le moulin du Collet
 

img_0244.jpgchataignier_tete_crocodile.jpg

 

Le décor de notre week-end : Collobrières1, la forêt des Maures et le gite de l’Aurier labellisé « accueil paysan », complètement perdu au coeur de la forêt, auquel on accède par la longue piste des Condamines qui se perd dans le fin fond du vallon de l’Aurier. D’immenses forêts de chataigniers, des arbres aux formes torturées qui nous montrent des visages à faire peur. Le silence, le noir total à la nuit tombée, de l’eau captée à la source, de l’électricité fabriquée, un confort simple mais un accueil chaleureux. Personne ne pouvant nous joindre par téléphone, forcément on oublie les soucis de la ville !

Collobrières par le Petit Pierrot, le maquis des Maures par le Petit Pierrot

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

IMG_0168r.jpgimg_0167.jpgNous avons laissé notre voiture près du pont vieux qui enjambe le Réal Collobrier. « Il permettait l’accès au vieux village ainsi qu’au château et servit à protéger la population des épidémies de peste en interdisant l’accès au village. On montait alors des barricades en bois ou en pierre pour barrer l’entrée et un garde surveillait le tout. » Extrait du Petit Pierrot. Une petite source coule toujours près du Pont Vieux ; autrefois, elle a été captée et aménagée avec un petit bassin et un lavoir. En 1993, le lavoir a été supprimé ; si vous regardez de près le bassin qui demeure, vous verrez qu’un des bords est complètement usé par par les aiguisages successifs de outils de paysans.

img_0170.jpgimg_0172.jpgComme toujours dans le Var, les sentiers sont bien balisés et les points de référence marqués avec les coordonnées géographique en latitude et longitude. L’ancienne église paroissiale Saint-Pons (XIIIème remaniée au XVIème siècle), sur la gauche, marque l’approche du début de la randonnée sur le GR90. Ah ! quelle dévotion à la fin du XIXème siècle ! En cas de sècheresse, on faisait une procession solennelle et on invoquait Saint-Pons. Si la sècheresse durait malgré les prières, on portait la statue dans le quartier près de la rivière et on le trempait trois fois dans l’eau pour lui exprimer le désir d’avoir de la pluie et le mécontement qu’on avait contre lui !
Superstitions et survivances étudiées au point de vue de leur origine et de leurs transformations, Béranger-Féraud, Laurent Jean-Baptiste, P., Ernest Leroux, Paris, 1896  

« A partir de 1860, l’église Saint-Pons est trop petite pour accueillir un nombre de paroissiens croissant mais elle est surtout en très mauvais état et difficile d’accès au sommet du village. En 1870, on décide de construire une nouvelle église à l’emplacement de la chapelle Saint-Jean et du cimetière. […]. La construction de cette église de style néogothique dure 20 ans. Ses 29 vitraux sont réalisés par le peintre verrier avignonais Gulbert ». Extrait du blog du Petit Pierrot sur Collobrières

img_0175.jpgIMG_0489.JPGDans une charte de 1288, Guilhem de Fos, co-seigneur de Collobrières depuis que son père avait cédé Hyères au comte de Provence en échange de Bormes, la Môle, Collobrières,… avait octroyé le droit d’aller moudre dans un autre moulin en cas de panne de celui du seigneur. L’accès aux ruines du moulin du Collet (XVIème) et à la cache posée par fafalemarin68 le moulin de Collobrières, est facile à repérer. Il n’en reste pas grand chose à part une portion de tour sans toiture et les marches d’escalier qui menaient à l’étage. C’était le seul moulin à vent de Collobrières à part celui de la chartreuse de la Verne.  Comme partout en Provence, il était composé d’une tour ronde à un étage, coiffée d’une chapelle en bois mobile afin que les antennes puissent prendre le vent et, par les engrenages, faire tourner les meules qui écrasaient le grain. Il remplaçait les moulins à eau pendant la sécheresse. Celui-là a fonctionné jusqu’au XIXème siècle.

img_0180.jpgIMG_0495.JPGAprès le moulin, le sentier se perd dans la forêt. des collines partout, de la verdure partout ! Certains chênes-lièges ont perdu leur écorce. Bien adapté pour eux, le sol de roches schisteuses et le climat chaud et sec. C’est un enfant du pays, Aumeran qui alla chercher en Espagne le secret de la transformation du liège en bouchon. En 1850, on comptait 17 bouchonneries. Son écorce épaisse le protège, sa capacité à produire des rejets à la souche facilite le reboisement. Les meilleurs bouchons se fabriquent dans l’écorce des chênes femelles que l’on ‘démascle’ dès qu’il atteint 10 à 15cm de diamètre. Une douzaine d’années plus tard, la nouvelle écorce pourra être récupérée. Malgré la modernité que je renie pas, je suis de celles qui préfèrent un bouchon de liège sur une bouteille de vin. Le liège revient doucement à la mode, mais cette fois comme isolant thermique ou élément de décoration.

img_0182.jpg
img_0185.jpg
img_0186.jpg
img_0193.jpg
 

 

 

La boucle qui mène aux menhirs de la ferme Lambert, j’en rêve depuis longtemps. Cette période de l’histoire me fascine, sans trop savoir pourquoi : vous trouverez un tag Mégalithes dans le nuage de tags, si le sujet vous intéresse. Pour rejoindre les deux menhirs isolés dans une immense prairie, il faut passer par dessus le grillage grâce à un petit banc de bois.

Le propriétaire du terrain au début du XXème siècle a redressé lui-même le second à grands frais et grosses machines. Ces deux monolithes, taillés dans le gneiss micacé tout proche (on a retrouvé des excavations de la taille des menhirs), mesurent respectivement 3,15m et 2,82m de haut. On les attribue à une période comprise entre la fin du néolithique et la fin de l’âge de Bronze (environ 2500 à 2000 ans avant J.-C., Homo Sapiens). Pourquoi nos ancêtres les construisaient-ils ? Comme on n’y a pas trouvé d’objets ou d’ossements enfouis, on ne sait pas trop à quoi ils servaient : culte d’une divinité, démonstration de pouvoir d’un groupe d’individus sur un territoire, pierre destinée à reconnaitre un espace sacré ? 

Continuer la lecture de *** Les menhirs Lambert en passant par le moulin du Collet

©copyright randomania.fr

* Le dolmen de Gaoutabry

Publié le Catégories 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , Un commentaire sur * Le dolmen de Gaoutabry
 

img_0224.jpgAprès la grande rando du matin aux menhirs du plateau Lambert, je n’avais pas trop le courage de rejoindre le dolmen de Gaoutabry1 par la piste la plus longue. C’est là que le GPS voiture a eu la bonne idée de nous mener au début de la piste notre dame des Maures à Ginouviers, en bordure de la D88. 1h30 aller et retour. On peut même l’emprunter en voiture hors saison. Nous longeons les vignes dont les rangées sont parcourues de nombreuses touffes de marguerites. Un joli spectacle de couleurs printanières qui semble orchestré tant les alignements sont réguliers.

La météo aujourd’hui à cet endroit
Avec la température ressentie

img_0226.jpgimg_0554.jpgNous arrivons face au dolmen allongé de Gaoutabry, haut perché sur la colline, comme souvent dans le Var. La tombe est collective de 6m de long et 1.5m de large. On reconnait bien la chambre, l’anti-chambre et le couloir d’accès. Le tumulus d’une quinzaine de mètres de circonférence a été emporté par l’érosion. Les parois du dolmen ont été taillées dans des dalles de schiste trouvées à img_0231.jpgproximité du site. Un peu plus loin d’ailleurs, on trouve encore de grosses plaques rocheuses qui ressemblent à celles utilisées pour le dolmen. Il était probablement recouvert d’une armature en bois. Si l’entrée est exactement située au sud ouest, ce n’est pas un hasard ; vers l’ouest, c’est le soleil couchant ou la mort. « Les populations du néolithique, grands agriculteurs, éleveurs et pacifiques avaient des rites propres et des connaissances poussées pour leur époque ». Extrait du site Coeur du Var

Durant les fouilles 1876 et 1975, on a retrouvé les ossements de 34 individus brûlés avant inhumation img_0235.jpg(même mode funéraire qu’à la tholos de la Lauve à Salernes et au dolmen de la Gastée à Cabasse), poignard en silex, pointes de flèches, perles, tessons de vases, fragment de hache polie. Ce qui le date du néolthique, soit 2500 avant JC. Informations extraites du Guide des sites préhistoriques PACA, Frédéric Boyer, mémoires millénaires, 2006
Comment nos ancêtres transportaient-ils des pierres aussi lourdes avec pour matériel des cordes, du bois et la force des hommes ? Réponse dans le document du conseil général du Var sur les mégalithes du Var.

Tout à fait d’accord avec le geocacheur actarus83 qui écrit dans la fiche de sa cache GC19W35 qu’il faut prendre le temps de lire le panneau explicatif ; j’ajouterai même qu’il faut aussi décoder ce monument historique à l’attention des enfants. Cela pourrait éviter qu’ils y jouent et le détériorent.

Itinéraire Gaoutabry 4km700, 1h30 A/R, 162m dénivelée

blsqr05.gif

1gaoutabry : selon l’office du tourisme de La Londe des Maures, du provençal caud (= chaud) ou bien gaouto (= la joue [ndlr] partie du visage), et abri (lieu où on est à couvert), le toponyme peut se traduire par abri se trouvant dans un endroit chaud ou sur une colline. L’abri funéraire se trouve en effet au sommet d’une petite colline bien ensoleillée.

©copyright randomania.fr

* Le vallon de Saint-Barthélémy, la tombe préhistorique de Salernes unique dans le Var

Publié le Catégories 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , Un commentaire sur * Le vallon de Saint-Barthélémy, la tombe préhistorique de Salernes unique dans le Var
 

IMG_0109r.JPGIMG_0111r.JPGNous commençons par la vallée de la Brague à partir du parking Saint-Barthélémy (Salernes). Humide et fraiche, elle sillonne à travers bois ; après un cheminement le long du ruisseau et de ses grands arbres, nous débouchons sur une belle clairière ombragée.

La météo aujourd’hui à cet endroit
Avec la température ressentie

IMG_0121r.JPGIMG_0120r.JPGDépassant un peu au-dessus des arbres, la chapelle restaurée dédiée à Saint-Barthélémy (XVIème siècle, transformée au XIXème) nous invite à regarder par le trou de la serrure ses peintures murales. Sur la gauche, dort paisiblement l’étang de Saint Barthélemy, tout contre la falaise. Des abris sous roche plus ou moins profonds, eux-mêmes percés à l’intérieur de petites grottes, refuges probables de quelque animal en quête de tranquillité. « on a retrouvé dans une des grottes des ossements humains portant des stries de silex. Il semble ne faire aucun doute qu’il s’agit là d’un témoignage d’anthropophagie. […] Certains os ont été brisés pour en extraire la moëlle très appréciée ». (selon Nadine)

IMG_0113r.JPGIMG_0117r.JPGPuis c’est la montée ardue sur de grosses pierres glissantes jusqu’au trou du Loup, une grotte creusée en hélice par l’eau, que l’on peut traverser de bas en haut ou de haut en bas. Mais son ouverture est étroite et certains préfèreront sans doute l’escalier métallique pour le contourner. Et puis il faut y passer pour découvrir la cache de Cattman le Trou Loup. « […] c’est un passage pour un circuit de randonnée qui part du vallon et se poursuit sur le plateau de Plérimond au nord ». (citation de Nadine)

tholos_salernes_les_pierres_de_memoire_.jpgPuis nous enchaînons avec une autre balade. La piste forestière monte de façon continue ; elle longe d’abord une décharge avant de s’ouvrir en fin de parcours sur cette tombe préhistorique unique dans le Var la Tholos1 de la Lauve, du  nom de la colline. Tout de suite il me semble évident que les pierres ont déjà été bousculées depuis la restauration du monument. Une photo (ci-contre) empruntée à Hélène Barge et Eric Mahieu, m’en apportera la preuvetholos_lauve.jpg. Les mégalithes du Var avec 25 itinéraires de découverte, Hélène Barge, Eric Mahieu, actilia multimedia, 2005

IMG_0124r.JPGC’est en 1950 que l’on découvre une tombe préhistorique en Tholos de la Lauve. Elle contient les restes d’environ 25 personnes de la fin du Néolithique (vers -2500 à – 2000 avant J.C.) sur deux étages : ossements brûlés à l’étage, ossements non brûlés en bas. On y a trouvé des armatures de flèches en silex, des colliers en roche verte, des perles en calcaire. Aucune trace de couloir n’a été repéré. Peut-être s’ouvrait-il par le haut et se fermait-il par une pierre au sommet ?

tumulus_de_la_n__cropole_de_Bougon.jpgPour essayer de se représenter ce qu’a pu être la tholos, on peut regarder la photo encadrée ci-contre de la nécropole néolithique de Bougon (Deux-Sèvres). Un des tumulus est surmonté d’une fausse voûte à encorbellement. Ce type d’architecture s’est développé en maints endroits tout comme à la Tholos de la Lauve à Salernes (Var). Sa voûte, également en pierre sèche, devait rappeler celle des bories. Informations extraites du site Terre de Mégalithes. IMG_0130r.JPGCe lieu méritait bien une cache La Tholos de la Lauve : merci baragatti

Tout le long du chemin, au delà de la nécropole, je m’interroge sur la succession de cuvettes remplies de pierres, comme d’anciennes constructions qui seraient effondrées. Mais qu’est ce que cela pouvait bien être ? (photo de gauche)

Les pierres de mémoire (document pdf sur les mégalithes, 4.56Mo), conseil général du Var.

Le Var de la Provence verte recèle des coins de nature peu connus et sans doute fort agréables l’été.

Itinéraire vallon de Saint-Barthélémy et tholos, 7.7km 2h30 avec les arrêts 360m dénivelée

bullet1.gif

1 La tholos : terme grec désignant un édifice de plan circulaire, à destination funéraire ou religieuse, recouvert d’un toit en cône, d’une voûte ou d’une coupole.

©copyright randomania.fr