Le sommet du Béouveyre par la cheminée rampante



La cheminée rampante, une idée de Michel qui m’a séduite d’emblée ; toujours à l’affût de curiosités, il m’en a donné les coordonnées géographiques ; j’ai donc élaboré un circuit permettant d’atteindre le sommet du Béouveyre1 en passant par  le sentier noir qui passe par dessus la cheminée. D’après le Topoguide Les calanques… à pied, CDRP 13, FFR, 2007, la randonnée est courte mais sportive avec quelques passages délicats. Comme souvent quand j’inverse le sens de parcours, le balisage sera moins évident à trouver. A noter : une petite erreur dans le GR du guide corrigée dans l’image de l’itinéraire.

La météo à cet endroit
sur 3 jours avec le vent

J’ai bien du mal à trouver une place boulevard du polygone ; 13h c’est sans doute déjà trop tard. Je tâtonne un peu pour trouver le sentier du bois de la Selle (noir) à Saména (du nom de l’usine de soude de Monsieur Saména). Au loin, sur la colline, un long serpent posé sur la colline ondule en bosses irrégulières jusqu’à une énorme cheminée d’évacuation : c’est la cheminée rampante en pierre de l’ancienne usine tartrique de SAS Legré-Mante, longue d’une quarantaine de mètres.

Une fois usiné, l’acide tartrique se présente sous forme de granulés, comme du gros sel ; il est utilisé dans l’acide des comprimés effervescents, dans la vinification de raisins pauvres en cet acide, comme les raisins trop mûrs, l’acide des jus de fruits, des sodas et autres boissons gazeuses, comme stabilisant du goût et de la couleur des produits mis en conserves, dans la métallurgie ; mélangé à d’autres produits pour polir et nettoyer les métaux, chez les cimentiers, l’acide tartrique est un retardateur de la prise des ciments et des plâtres. Selon lakko.fr

L’usine Honoré-François Legré & Cie (1784) est déplacée pour la troisième fois ; elle s’installe à la Madrague de Montredon sur les lieux de l’ancienne usine HILARION ROUX2 (1876-1883) de traitement de plomb argentifère, de zinc et de fabrication de soude ; à partir de 1888, l’usine MANTE-LEGRE et Cie produit de l’acide tartrique, de l’acide sulfurique et de l’acide citrique. Rachetée par Margnat-Tassy en 1979, elle est mise en liquidation judiciaire en juillet 2009. Informations extraites pour partie de marseille forum, Les dynasties marseillaises de la révolution à nos jours, Xavier Daumalin, Laurence Americi, Perrin, 2010

La parcelle contenant l’usine proprement dite est entièrement protégée d’un grillage. Celle que traverse le sentier est occupée par le large et haut carneau3 (on y tient facilement debout, on peut même rejoindre la cheminée verticale) qui concentre les fumées toxiques et restes de la combustion, relié au four d’un côté et à la cheminée verticale de l’autre côté. Les boyaux voûtés qui l’entourent côté usine étaient des chambres de décantation pour certains produits chimiques issus du plomb. Pour l’époque

Un procédé innovant et unique de traitement des pollutions est mis en place avec les installations industrielles. Il s’agit des cheminées rampantes, condensateurs des vapeurs acides […] Extrait du Vol.2, numéro 2 | Mai 2011 : Culture et développement durable: vers quel ordre social ?

Ouverture d'entretienCompte tenu de la pollution généralisée du sol par des métaux (Plomb, Arsenic, Cadmium, Antimoine), il n’est pas prudent de pénétrer dans la cheminée rampante tapissée de dépôts concentrant les métaux lourds, même si les trappes d’accès pour le ramonage et les ouvertures pour récupérer les résidus sont toujours utilisables. Une usine aux installations similaires les mines d’or du Chatelet.

Ce lieu devant servir à construire des habitations avec jardins et potagers, le préfet a ordonné la dépollution du site ; début 2012, il a exigé des prescriptions complémentaires ; la partie de cheminée en amont du canal de Marseille – mémoire de notre patrimoine industriel – ne sera pas détruite.

Plus on monte, plus belles sont les échappées sur la rade de Marseille et la Bonne Mère. Bientôt l’étroit sentier domine un vallon sombre et profond avec, au loin, la Roche Percée. Au détour d’un virage, le sentier est brusquement condamné ; il me faut trouver un autre accès au croisement vers le Béouveyre ; le seul est un pierrier pentu qui me donnera du fil à retordre : je serai obligée de m’accrocher aux maigres arbustes pour ne pas redescendre trop vite ce que j’ai eu tant de mal à monter. Enfin je retrouve le croisement avec le sentier marron.

Continuer la lecture de Le sommet du Béouveyre par la cheminée rampante

©copyright randomania.fr

La Fontaine de Voire, le vallon de l’Homme Mort et vue sur la rade de Marseille



Parfois je me demande d’où viennent ces noms de lieux bizarres tels que le plateau de l’Homme mort et toutes ces  têtes  : celles de Malvallon, de la Melette, de la Mounine. L’itinéraire (difficulté moyenne) est décrit dans calanques à pied, CDRP13, CG13, FFR, 2007. Les numéros de tronçons font référence à ceux du topoguide.

① Départ de la Cayolle par le boulevard Pierotti du nom d’un journaliste tué en duel par un de ses confrères le 14 juillet 1889 suite à une querelle politique. Il se prolonge par un large chemin dans la pinède du vallon de la Jarre ; la fameuse fontaine de Voire est balisée, vous ne pouvez pas vous tromper. Plus on avance, plus le sentier se rétrécit, se durcit dans le vallon de l’Homme mort.

Sortant de sous la grotte, protégée par un mur de pierres, la source coule à peine mais coule quand même. Quand les grecs débarquèrent sur les côtes à Marseille, ayant besoin de vivres et d’eau, ils envoyèrent Protis négocier auprès du roi Nann ; l’entrevue eut lieu à la fontaine de Voire et déboucha sur une alliance pacifique entre Grecs et Ligures.

L’eau sort d’une grotte qui mesurait à son origine sept mètres de profondeur et sept mètres de haut pour une largeur de vingt mètres. Ces deux bassins ont été créés pour les besoins de la ferme en contre-bas : la ferme de Voire qui a donné son nom à la fontaine. A la fin du XIXè, un certain Xavier Dechaux dont tous les enfants étaient morts, qui aimait particulièrement parcourir le massif des calanques, avait pour habitude de graver son nom suivi de la date en divers endroits du massif. Il mit fin à ses jours d’un coup de pistolet dans une des deux grottes jumelles du cirque supérieur de la fontaine. D’où le nom donné au vallon proche « le vallon de l’homme mort »… D’après titidegunFontaine d’Ivoire

La fontaine de Voire, par Bestioles

Après un escalier de pierre naturel dans une gorge, à l’entrée de la clairière le spectacle qui s’offre à moi est un désastre : végétation presque inexistante, arbres calcinés coupés au sol ou levant leurs branches tels des épouvantails hideux ;  l’incendie du 8 août 2008, attisé par le mistral, laisse encore des traces. 10 ha ravagés, incendie probablement d’origine criminelle.

② La montée au sommet (brun) est assez désagréable ; le sentier bascule de l’autre côté  dans un autre vallon ; j’appréhende toujours de grimper seule dans une cheminée comme celle-ci (cheminée Lacroix) où je dois parfois mettre les mains. Au croisement avec le sentier jaune, moyennant quelques pas vers l’est, je peux voir, mais pas sentir, la station d’épuration de Marseille. Ce n’était pas le cas le jour de la randonnée vers la calanque de l’Escu : je ne pouvais pas la voir mais je pouvais sentir…

Continuer la lecture de La Fontaine de Voire, le vallon de l’Homme Mort et vue sur la rade de Marseille

©copyright randomania.fr

Le mont Carpiagne à partir du col de la Gineste



J‘étais déjà montée à l’automne 2006, un jour de brouillard et de grand vent dont la violence avait suffi à me bousculer dans les chênes kermès : quelques dents épineuses  des petites feuilles d’un vert luisant, s’étaient enfoncées dans ma main. Je n’avais rien pu voir de là haut.

Il faisait si froid  que j’avais rapidement trouvé la cache Mont Carpiagne de Ti’Mars…

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Aujourd’hui, il fait beau. Garée au col de la Gineste pour la randonnée au puits de Cancel, j’en ai profité pour grimper sur le mont Carpiagne l’après-midi. Zone complètement dégagée, sans ombre. Nouveau panneau de bois du conseil général, balisage jaune repeint.
La piste forestière est au départ fort agréable, facile et je marche d’un bon pas. Quelques traces de l’incendie du 22 juillet 2009 subsistent sur des tiges noircies. Suite au commentaire d’un internaute sur la culpabilité de l’armée, voici un extrait du jugement : « Ni les investigations entreprises, ni l’expertise diligentée n’ont permis d’établir que l’incendie ait été provoqué par le tir d’une balle traçante dont l’usage était prohibé. » (8 nov. 2011). Le 22 mars 2012, la cour d’appel ordonne un supplément d’enquête sur l’origine du désastre. La Provence, Marseille, 22 mars 2012.
Un peu avant d’entamer les pentes de Carpiagne,  je découvre à ma gauche en retrait de la piste un panneau informant de la proximité de la zone protégée dite la Muraille de Chine.

La Muraille de Chine, qui appartient au Site Classé des Calanques et au Site Natura 2000, se situe dans le quartier de Vaufrèges proche de la zone urbaine de Marseille. C’est la propriété du Conservatoire du Littoral. Les éboulis abritent l’herbe à Gouffé, la falaise (abrite) le lavatère maritime, le vallon central (abrite) viornes, genêts, aubépines, térébinthes, lentisques (selon stockofish de Marseille Forum).

La montée, caillouteuse, est de plus plus raide ; les quelques petits ressauts rocheux se franchissent parfois avec les mains. Les derniers mètres qui me séparent du sommet (646 m) semblent longs.  Un vieux pylône gâche l’environnement. De là haut, quelques points de vue géants : la rade Marseille avec la ville coincée entre deux collines, le bec de l’aigle vers Cassis, l’île de Riou au soleil couchant : un panorama à 360°.

argeras en fleursbruyère en fleursA la redescente, je suis dépassée par un couple plus hardi que moi, qui ne craint pas de déraper dans les cailloux roulants. Je prends le temps de quelques photos, de me poser près de la végétation en fleurs. Alors qu’il est 17h, un randonneur remonte la pente vers le rocher où il a oublié ses clefs de voiture. J’espère qu’il a prévu sa lampe de poche…

Image de l’itinéraire 2h environ (A/R), 320m dénivelée, 5km600

©copyright randomania.fr