Rocher Mistral, la Barben


Le parc Rocher Mistral ouvert le 1er juillet 2021, conte quelques épisodes de l’histoire de la Provence ; pas de grands spectacles comme au Puy du Fou mais plutôt une immersion de 15 à 25 mn dans un environnement d’époque reconstitué, avec des trucages vidéo, quelques personnages en chair et en os qui déambulent sous vos yeux. Pas de scènes qui font peur mais elles se déroulent dans le noir avec un faible éclairage.
Le château qui a bénéficié d’importants travaux de restauration, ne se visite pas mais en nous rendant aux spectacles, nous voyons ce qui fait sa grandeur : la porte, la terrasse et son double escalier, quelques tableaux au mur. Des panneaux d’information explicatifs.
Au bout du marché provençal où se vendent des produits d’origine (comme le « vrai » savon de Marseille) mais à vocation commerciale, deux scènes de pièces de théâtre qui ne manqueront pas de réveiller vos souvenirs. Même si les acteurs n’ont pas tous un accent provençal naturel, ils jouent plutôt bien et j’ai passé un agréable moment.
En s’organisant dès l’arrivée pour enchaîner les spectacles, une demie journée suffit pour les voir tous, ceux de la journée et celui de nuit. Nous avons commencé à 17h.
Les jeunes à l’accueil, dans l’attente des clients, ne semblent pas toujours très motivés… Pass sanitaire obligatoire. Le restaurant du château Le Daudet doit être réservé.

La révolte des Cascavèu

(spectacle immersif en continu à l’intérieur du château)
De cascavèu = grelot en provençal.
Vous y verrez les décors d’époque, l’incendie du château et les cascavèu qui tentent d’entrer dans le château.

Dans un contexte de peste à Aix, la révolte des Cascavèu est une sédition qui s’éleva en Provence en 1630 à l’occasion d’une brouille entre le cardinal de Richelieu et le gouverneur de Provence, le duc de Guise. Leur signe de ralliement était un grelot attaché à la taille. Le cardinal de Richelieu promulgue l’édit des Élus qui prévoyait de transférer le pouvoir de collecter les impôts à des délégués royaux. Les Cascavèu brûlèrent quantité de maisons et répandirent le désordre jusqu’à La Barben, où le château et la forêt furent incendiés.
Dans l’urgence, le Parlement fut transféré à Brignoles. Henri II de Bourbon-Condé rentra dans Aix à la tête d’une armée de 6 000 hommes et mit fin à la révolte. Cette insurrection permit aux États de Provence de conserver la collecte et la répartition des impôts. Révolte des Cascaveous, Le royaume et la Provence à l’époque du Prieuré, Jean-Paul Michel, les Amis de Sainte-Victoire, bulletin 37, 2016, p.29à 40
(Claude de) Forbin le chevalier de la Royale (1636 – 1733)

Vous déambulerez dans le décor d’un bateau puis au royaume du Siam. Je vous ai parlé de Claude de Forbin dans Du chateau de la Barben a la chapelle de Sufferchoix et dans d’autres articles, de membres de branches alliées.

La quête des Bâtisseurs

En passant par quelques ruines face au château, vous accédez à une salle où passe un film sur les bâtisseurs de l’an 1000 (abbaye de Saint-Victor). Son et lumière un peu comme les spectacles dans les carrières de Lumière aux Baux.

Continuer la lecture de Rocher Mistral, la Barben

Cervières, le sentier botanique du Laus


Montée longue au col d’Izoard, en voiture ; à nouveau nous admirons les cyclistes qui grimpent le col, non sans difficulté. Arrêt à 2290 m d’altitude, au Refuge Napoléon sur la route des Grandes Alpes inaugurée en 1934, reliant le Briançonnais et le Queyras. Il fut construit sous le règne de Napoléon III en 1858 suite à un legs de son aïeul Napoléon 1er soit 34 ans après la mort de celui-ci. Ce bâtiment, achevé en 1858, est l’un des six grands refuges routiers de la région construits vers 1860. La route du col de l’Izoard n’était alors qu’un chemin muletier.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

De retour de l’Ile d’Elbe Napoléon veut rejoindre Paris en passant par les Basses-Alpes, Gap où il se trouve le 6 mai 1815, Saint-Bonnet, Laffrey (Isère) : c’est là au lieu-dit ‘le pré de la Rencontre’, qu’eut lieu la première confrontation entre Napoléon et les sapeurs du Génie venus de Grenoble. Les deux troupes fusionnèrent au milieu de l’émotion générale. Puis ce fut Vizille, Grenoble. 324 km en 6 jours. La route Napoléon ne passe donc pas par Cervières.

Du col de l’Izoard (2360 m) emprunté par les plus grandes courses cyclistes, rien que des montagnes de haute altitude de tout côté, côté Queyras ou Briançonnais, Alpes suisses ou Savoie ; l’environnement impressionne avec ses pentes nues ou rocheuses, sa poussière grise ou sa maigre végétation, ses pics et aiguilles, ses sentiers si étroits qu’on les voit à peine. Du haut de la table d’orientation, plusieurs plaques en céramique, dessinées à partir de photos, donnent le nom des montagnes, ainsi faciles à identifier.

Cervières : nous stationnons près de l’église de Cervières ; le village est plutôt calme. Petite visite à l’office du tourisme qui nous remet le guide hiver/été 2020 de l’Izoard.
Dans le local de la mairie, une exposition des tournages du feuilleton Alex Hugo, diffusé sur France 2 : ce policier marseillais est venu chercher le calme dans un village de montagne nommé Lusagne, qui n’existe pas. Je le regarde surtout pour les paysages du Briançonnais dont la vallée de la Clarée (Val-des-Prés et Névache). C’est l’ancienne école communale datant de 1952 qui sert d’hôtel de police mais pour les prochains épisodes, cela va changer…
L’école au centre du village photo de gauche, la même transformée en hôtel de police photo de droite.

Leurs bureaux sont installés au cœur de Cervières [ancienne école communale] et sa maison se trouve à Lacha, dans la haute vallée de la ClaréeAlex Hugo est un flic au pied montagnard qui parcourt en long et en large les paysages des Hautes Vallées – montagnes, chapelles, chalets d’alpage, maisons typiques de village.

Les maisons ont le traditionnel balcon de bois ; sur la façade de la maison Delouis, un cadran solaire du célèbre cadranier piémontais Zarbula, signé G.Z.F.  à droite (Giovonni Zarbula Fecit) de 1839. Il s’agit probablement d’un artisan itinérant qui se déplaçait avec son matériel, ses instruments d’observation, ses cartons. Le contrat était oral, la réalisation durait une quinzaine de jours par beau temps. Puis le cadran était inauguré.
Dans le registre des travaux effectués pour la paroisse de Saint-Véran (05), il est fait mention de Jean Michel et frères, laissant supposer que c’était une famille d’artisans.
Un bref calcul permet de constater qu’il est précis : 10:20 (heure au cadran) +02:00 (heure d’été) -00:06 (équation du temps) -00:26 (latitude du lieu) = 11:48 heure légale. Les devises:sans le soleil je ne suis rien et toi, sans Dieu, tu ne peux rien. et forte tua : peut-être (la dernière heure pour toi).

Les cadrans solaires de Zarbula sont des cadrans verticaux déclinants. Pour les concevoir, Zarbula utilise une technique qui ne fonctionne correctement qu’à 45° de latitude. […] Pour la décoration des cadrans, Zarbula peint à fresque1. Il utilise des encadrements géométriques en trompe-l’œil, ainsi que divers symboles (soleils, lunes, monogrammes, etc.). Selon Wikipedia Zarbula

Continuer la lecture de Cervières, le sentier botanique du Laus

Tavernes, les trois croix


Je retrouve avec plaisir Yves Provence, notre guide habituel que je n’ai pas vu depuis longtemps ainsi que quelques habitués. Tavernes est une petite commune d’un bon millier d’habitants autrefois desservi par la ligne ferroviaire Central-Var et peut-être aussi par une route romaine : elle aurait été lieu d’accueil – du latin taberna boutique sur rue – dans l’antiquité. Trésor du terroir, Les noms de lieux de la France, Roger Brunet, CNRS Editions, 2016

Les photos de Yves Provence, Mes photos

Nous passons non loin de la tour de l’horloge monumentale et son campanile ajouré ; celui là témoigne du savoir-faire des maîtres ferronniers : regardez son embase et sa coupole ajourées ; cette dernière en forme d’hexagone se termine en pyramide, avec des ornements de fanions et de boules. De tels petits détails sont rarement présents sur les campaniles de Provence.
Il est écrit sur le panneau d’information affichée sur la tour que ce campanile reproduit le système solaire tel que le concevait Copernic… Or aux archives départementales du Var, section DD, je lis une toute autre histoire : cette cage en forme de pyramide était couverte d’un globe en cuivre représentant la couronne royale, ornée de fleurons et de fleurs de lys et surmonté d’une croix. On devait planter sur chaque pilier un bâton royal en fer […]. Aurait-on travesti la vérité après la révolution ? Il a fallu un horloger de Marseille, deux serruriers (Saint-Maximin et Tourves), et de généreux donateurs (la communauté de Tavernes, un fondeur aixois pour le cadran et un marseillais pour les boules) pour construire cette horloge mise en service en 1727.

Nous montons le chemin de croix de Notre-Dame, qui autrefois comptait 14 stations, 4 oratoires en pierre de taille représentant saint Antoine, saint André et sainte Catherine ; Daniel essaie de les compter et les photographier tous : croix de métal rouillée ou cassée qu’il reconstitue le temps d’une photo, sur socle de pierre restauré ou simple rocher.

Je n’ai vu que deux oratoires, plein de vieilles croix métalliques et en plus une croix de pierre, celle qui a peut-être donné son nom au quartier au début du XIXe ; à force de guetter toutes les stations, nous sommes arrivés presque en haut (606 m d’altitude). Un banc salutaire accueille les plus fatigués face à la croix représentant Marie auréolée de roses, tandis que d’autres profitent du point de vue et échangent leurs bons tuyaux ; comme l’application androïd peakLens qui affiche en réalité augmentée les sommets qui vous entourent (n’existe pas sur iPhone) ; qui saurait mettre un nom sur celui qui a un bec en l’air ? (photo de droite : je parie pour le mont Aurélien). Nous attendons maintenant une personne de l’office du tourisme avec qui Yves a rendez-vous.

NOTRE BELLE VUE, PAPOUNET83

Impatientes, avec les copines, nous montons jusqu’à la chapelle Notre Dame de belle-Vue et de Consolation. C’est un Dominicain qui, en 1642, la fait construire. Le clocheton a été déposé sur un rocher et la cloche installée en haut : mais comment les bâtisseurs ont-ils fait ? sur la façade un crochet et une tige métalliques devaient retenir une corde permettant d’actionner la cloche ou d’y monter.

A la révolution les cloches des églises ont souvent été récupérées pour fabriquer des canons ou de la monnaie. Sept ou huit ont été emportées de Tavernes. Un tavernais coupa une grande quantité de fagots de menu bois dans la forêt qu’il disposa au-dessous du rocher supportant le clocher. Après avoir enlevé le battant de la cloche, il la fit rouler sur ce tapis et la cacha dans un tas de pierre. Quand la tourmente fut passée, on remit la cloche en place mais en 1871, elle fut brisée par la foudre causant des dégâts considérables sur le sanctuaire. D’après la notice historique de Tavernes, lecture en ligne sur Gallica

Continuer la lecture de Tavernes, les trois croix