Vallon du Délubre



Pour cette randonnée classique et facile PR13 figurant dans le topoguide Montagne Sainte-Victoire, je vous proposerai aussi une variante. Appelée dans un ancien guide Edisud ‏‏“circuit des ruisseaux”, elle traverse la traverse la Cause et longe le ruisseau de l’Infernet.

Le groupe des quatre aixois, Claude, Majo, Marie-Françoise et moi, s’est garé au cimetière de Vauvenargues mais un autre parking sur la place Yvon Gouirand a été aménagé à la sortie du village, là où se trouvent les nouveaux panneaux d’information des circuits de randonnée. Il est aussi possible de se garer sur le parking des Venturiers, 1km700 avant le village. Un sentier en contre-bas de la route permet de rejoindre le village.

Nous traversons le village et pour une fois, plus attentifs aux petits détails comme  la tour du moulin ruinée, la bibliothèque de rue qui intéresse Majo ou le restaurant où nous pourrions faire une pause. Le château de Vauvenargues, qui abrite la tombe de l’illustre peintre Picasso, montre une de ses tours rondes et sa chapelle.

  • La propriété du château de Vauvenargues appartenait en 1257 aux archevêques d’Aix.
  • Le roi René en 1473 cède ensuite sa terre à son médecin Pierre Robin d’Angers.
  • Les familles de Cabanis, de Jarente et de Séguiran sont propriétaires du château jusqu’en 1548 ; par le mariage de Marguerite de Séguiran et de François de Clapiers, il passe aux Clapiers. Sous l’impulsion d’Henri de Clapiers, seigneur de Vauvenargues, d’importants travaux modifient la place forte médiévale du château et lui donnent sa configuration actuelle.
  • Le troisième marquis de Vauvenargues vend le château en 1790 à la famille des Isoard-Vauvenargues [ndlr : ils ont eu à soutenir un procès, en 1867 et 1868, contre les de Clapiers, en revendication du nom de Vauvenargues]
  • En 1943, le domaine est vendu par Simone Marguerite d’Isoard-Vauvenargues à trois industriels marseillais.
  • Il est vendu en 1954 à la société civile Société agricole du domaine de Vauvenargues
  • Pablo Picasso l’achète en 1958 ; il y fut inhumé en 1973.

Nous traversons la rivière, la Cause, sur un pont de pierres ; de là, on peut voir une partie de l’enceinte médiévale du château et une autre tour ronde.
La piste verte des Plaideurs part sur la gauche ; nous prenons l’autre piste devant laquelle autrefois il y avait une aire de battage méconnaissable aujourd’hui. J’ai même vérifié qu’elle avait bien existé. Le cadastre napoléonien (Vauvenargues, section C6 Claps, 1829) confirme son exitence : la parcelle 468 de 440 m2 appartenait en indivision par moitié à Etienne Gouirand et Anne Cazal.

La piste, fort agréable, monte doucement, longe des champs cultivés, conserve quelques témoignages du travail des hommes (murs de pierre sèche), coupe la piste des Encuminières puis redescend vers le ruisseau de l’Infernet1.

L’itinéraire classique PR13 longe l’Infernet1 qui sera à votre gauche. Le hameau du Delubre se devinera à peine derrière les arbres.

La variante que nous avons choisie ce jour-là traverse le ruisseau à gué qui sera sur notre droite ; ce sentier intime en sous-bois parfois utilisé par les cavaliers, côtoie un champ de lavande grisâtre avant d’arriver au hameau du Delubre2 en ruines. Constitué de deux habitations, l’une avec cour, aire, bergerie, l’autre avec cour, écurie et aire de battage, il était entouré de terres à labourer et de pâtures ; d’ailleurs un champ retourné s’étend toujours en face du hameau. Un mur des murs est encore debout mais les autres sont écroulés. Je note que l’une des maisons appartenait en 1829 à un frère Isoard de Vauvenargues dont la famille rachètera le château après la révolution.

Nous retraversons le ruisseau de l’Infernet1 qui coule plus abondamment que tout à l’heure. A l’approche des gorges, le sentier continue sur des dalles inclinées puis rejoint la piste classique après avoir longé un champ : partie pas très nette. Un arrêt s’impose pour profiter de la vue sur les gorges creusées par le ruisseau.
Les personnes aventureuses et sportives pourront chercher, comme Michel, le sentier sur la gauche qui descend puis, par un passage rocheux, atteint les cascades du Delubre2 et ses bassins d’eau. Nous n’y sommes pas allés ; la photo est empruntée à Michel dans son descriptif Vauvenargues, le vallon du délubre et ses cascades sur l’infernet. Mais attention les jours de forte pluie, les lieux pourraient bien se transforme en ‘petit enfer’…

Avant de rejoindre le sentier des Venturiers, n’oubliez pas de regarder à gauche la montagne Sainte-Victoire, et la croix de Provence plusieurs fois tombées puis scellées à nouveau au cours des siècles.
Nous retrouvons bientôt le GR9 au poteau flanqué de trois directions sur fond jaune qu’on ne peut pas rater. Nous retraversons la rivière, la Cause, rejoignons le parking du cimetière par le sentier aménagé le long de la D10.

Image de l’itinéraire classique PR13 à partir des cabassols (jaune) 7km935, 134 m dénivelée, à peine 1h50 déplacement (+arrêts). Télécharger la trace PR13
Image de la variante de l’itinéraire à partir du cimetière de Vauvenargues 7km575, 130 m dénivelée, 2h30 déplacement (+arrêts). Télécharger la trace de la variante

Insolite : Comme il est tôt, nous reprenons la voiture vers l’extrémité du lac du Bimont exceptionnellement à sec durant plusieurs mois. Il ne le sera peut-être plus quand vous ferez cette randonnée.

Grand parking des Amandiers avec barrière fermée l’été. La piste la plus courte côté Saint-Marc mène directement dans le lac à sec, vidé pour des grands travaux sur le barrage du Bimont. La végétation couleur rouille (couleur de la renouée qui était d’un beau rouge vif cet été) mêlé de vert, impressionne tout le monde. Un jeune peuplier tout seul, n’aura pas le temps de grandir avant la remise en eau. Nous marchons sur le fond du lac sans difficulté, il n’y a plus de vase ni trace d’humidité. Nous prenons le pont de pierre qui autrefois établissait la jonction entre le chemin de Beaurecueil à Vauvenargues et la route d’Aix, en ayant bien conscience que c’est sans doute l’unique fois de notre vie que nous pourrons faire ce parcours. Voir aussi les photos du même endroit à sec sur plusieurs mois

1Infernet : petit enfer, lieu d’accès difficile
2delubre : déluge, débordement des eaux

©copyright randomania.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.