--- Saisie d'un commentaire en bas de page ---

Rocher Mistral, la Barben


Le parc Rocher Mistral ouvert le 1er juillet 2021, conte quelques épisodes de l’histoire de la Provence ; pas de grands spectacles comme au Puy du Fou mais plutôt une immersion de 15 à 25 mn dans un environnement d’époque reconstitué, avec des trucages vidéo, quelques personnages en chair et en os qui déambulent sous vos yeux. Pas de scènes qui font peur mais elles se déroulent dans le noir avec un faible éclairage.
Le château qui a bénéficié d’importants travaux de restauration, ne se visite pas mais en nous rendant aux spectacles, nous voyons ce qui fait sa grandeur : la porte, la terrasse et son double escalier, quelques tableaux au mur. Des panneaux d’information explicatifs.
Au bout du marché provençal où se vendent des produits d’origine (comme le « vrai » savon de Marseille) mais à vocation commerciale, deux scènes de pièces de théâtre qui ne manqueront pas de réveiller vos souvenirs. Même si les acteurs n’ont pas tous un accent provençal naturel, ils jouent plutôt bien et j’ai passé un agréable moment.
En s’organisant dès l’arrivée pour enchaîner les spectacles, une demie journée suffit pour les voir tous, ceux de la journée et celui de nuit. Nous avons commencé à 17h.
Les jeunes à l’accueil, dans l’attente des clients, ne semblent pas toujours très motivés… Pass sanitaire obligatoire. Le restaurant du château Le Daudet doit être réservé.

La révolte des Cascavèu

(spectacle immersif en continu à l’intérieur du château)
De cascavèu = grelot en provençal.
Vous y verrez les décors d’époque, l’incendie du château et les cascavèu qui tentent d’entrer dans le château.

Dans un contexte de peste à Aix, la révolte des Cascavèu est une sédition qui s’éleva en Provence en 1630 à l’occasion d’une brouille entre le cardinal de Richelieu et le gouverneur de Provence, le duc de Guise. Leur signe de ralliement était un grelot attaché à la taille. Le cardinal de Richelieu promulgue l’édit des Élus qui prévoyait de transférer le pouvoir de collecter les impôts à des délégués royaux. Les Cascavèu brûlèrent quantité de maisons et répandirent le désordre jusqu’à La Barben, où le château et la forêt furent incendiés.
Dans l’urgence, le Parlement fut transféré à Brignoles. Henri II de Bourbon-Condé rentra dans Aix à la tête d’une armée de 6 000 hommes et mit fin à la révolte. Cette insurrection permit aux États de Provence de conserver la collecte et la répartition des impôts. Révolte des Cascaveous, Le royaume et la Provence à l’époque du Prieuré, Jean-Paul Michel, les Amis de Sainte-Victoire, bulletin 37, 2016, p.29à 40
(Claude de) Forbin le chevalier de la Royale (1636 – 1733)

Vous déambulerez dans le décor d’un bateau puis au royaume du Siam. Je vous ai parlé de Claude de Forbin dans Du chateau de la Barben a la chapelle de Sufferchoix et dans d’autres articles, de membres de branches alliées.

La quête des Bâtisseurs

En passant par quelques ruines face au château, vous accédez à une salle où passe un film sur les bâtisseurs de l’an 1000 (abbaye de Saint-Victor). Son et lumière un peu comme les spectacles dans les carrières de Lumière aux Baux.

Le souffle de la Provence

Projection à 360° sur les murs de la salle avec J.-P. Foucault comme commentateur. Idéale pour ceux qui ne connaissent pas la région.
Les vues du ciel peuvent donner le tournis quand la caméra plonge vers le sol !

La source des querelles

Pièce de théâtre sur le thème d’une source qui ne coule plus ; cela vous rappellera le film Manon des sources inspiré d’une œuvre de Pagnol.

Au bar de la marine

L’occasion de revivre puis relire Marius, avec la célèbre partie de cartes et la lecture de la lettre que Marius a écrit à son père depuis le bateau où il a embarqué.

Les féeries des jardins Le Nôtre
Les jardins, entre la Touloubre et la rampe d’accès au château, ont été créés par Le Nôtre, jardinier du château de Versailles. Dans le parc, un séquoia géant ramené d’Amérique par le capitaine Louis de Forbin lors de la guerre d’indépendance (vers 1782) mesure 40m de haut. Sept parterres de buis et une fontaine circulaire où Pauline Borghese (sœur de Napléon 1er) aimait se prélasser.
Entrée en matière (sans rapport a priori avec les jardins) par un orateur à la voix forte : l’histoire des quatre filles du comte Raymond Bérenger V, Marguerite, Eléonore, Sancie, Béatrix qui ont toutes été reines (XIIIe siècle).
L’historien local Jean-Yves Royer vous dirait que ce n’est pas tout à fait vrai puisque le titre du mari de Sancie qui s’était proclamé roi des Romains et empereur d’Allemagne, a été contesté…

Dans les jardins, le long de l’allée, se déroulent plusieurs spectacles de danse : n’hésitez pas à vous déplacer en direction de la sortie pour les voir tous ; et levez les yeux vers la muraille pour voir les voltigeurs.

Les avis seront probablement partagés ; certains trouveront le billet trop cher.
Le parking des promeneurs et randonneurs le long de la rivière n’est plus accessible (propriété privée) : il faut se garer à l’entrée du chemin, sur le parking du zoo.

©copyright randomania.fr

Partager sur FacebookPartager par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *