--- Saisie d'un commentaire en bas de page ---

La cascade de Malaga, Rognac


Le 5 juillet, Anne et moi étions sur le terrain dans le cadre d’une enquête qu’elle devait faire ; alors que nous retrouvions le second parking au bout du chemin de Saragousse, des jeunes nous interpellent et nous demandent comment se rendre à la cascade. Ah ? il y a une cascade par ici ?  Moi qui penses bien connaitre la région, je m’étonne que dans un endroit aussi sec, ce soit possible mais je consulte la carte et les photos qu’ils me montrent. Ils ajoutent qu’il faut y aller après une forte période de pluie. Anne et moi, nous nous regardons d’un air entendu : il faudra qu’on aille la découvrir.

Le Vabre1 de Malaga est un petit cours d’eau qui prend sa source à la Fontaine de l’Oule dans les reliefs de Rognac. Il se dirige en direction du centre de Rognac et trouve son exutoire au quartier du Petit Vacon, à proximité du collège. Plan local d’urbanisme, Déclaration de projet emportant mise en compatibilité – Aménagement de la zone d’activités des Plans. juin 2017

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Sur la carte IGN actuelle le cours d’eau issu de la source de l’Oule2, est représenté par une ligne discontinue (cours d’eau temporaire) alors qu’en 1950 la ligne était continue (cours d’eau permanent). La Fontaine de Rognac se trouvait environ 280m au sud-ouest de la Fontaine de l’Oule2. Le cadastre napoléonien me permet d’imaginer une hypothèse : la première source du village (Fontaine de Rognac) qui avait été canalisée, réparée fin XIXe, s’est tarie ; le toponyme est resté pour désigner le quartier, et c’est l’eau de la Font de l’Oule qui tombe en cascade.

Je n’ai guère d’espoir de voir une cascade aujourd’hui mais j’ai très envie de découvrir les lieux. Le parcours commence par un sentier plat le long des champs ; au carrefour avec la citerne, on traverse la plaine de Marroc. Au point 137, après les oliviers, au pied de bancau, il est possible de remonter le long du lit étroit et rocheux du ruisseau sur 150m pour découvrir la source de l’Oule, émergeant d’un  trou du rocher. Si vous terminez dans le lit rocheux, ce sera humide et glissant. Personnellement, j’ai préféré y accéder à partir du sentier partant du plateau supérieur, plus court et plus facile, surtout s’il a plu. Les toiles d’araignées au plafond sont bien le signe que l’eau n’est plus abondante.

Une piste caillouteuse en descente – chaussures avec bonnes semelles conseillées – ouvre sur un décor de hautes falaises d’une bonne vingtaine de mètres de haut qui se contorsionnent et portent d’anciennes traces d’humidité. Je passe du soleil à l’ombre.

A l’intérieur d’une échancrure en V dans la strate supérieure, je devine l’ancien écoulement de la Fontaine de Rognac. L’eau devait probablement tomber en cascade autrefois.

#08-Vabre de Malaga : l’héritage de Matheron, lescigales

Enfin j’arrive dans le cirque de la cascade ; la strate supérieure étant en surplomb, quand la cascade coule, elle donne l’impression de sauter par dessus bord sur un gros bloc rocheux blanchi et calcifié par l’eau. Cette disposition est caractéristique d’un relief de cuestas. La falaise de la barre rocheuse est constituée de calcaire aux pentes abruptes, organisée en strates horizontales épaisses scindées en deux bancs par une petite corniche sur laquelle s’est implantée de la végétation. Des blocs rocheux fracturés verticalement se sont détachés de la paroi et se retrouvent au sol.

#07-Vabre de Malaga : la barre rocheuse, lescigales (avec explication de la formation géologique)

Photo de la cascade à droite, de novembre 2019, empruntée à l’association Les semelles usées de Rognac ; photo à gauche empruntée au blog de adair13

En juillet, je n’ai pu identifier que le parcours de l’eau grâce au rocher blanchi et patiné en dessous, et au ravinement au sol.

C’est dans la barre calcaire de Rognac (mais sur la commune de Vitrolles) que Philippe Matheron découvre en 1832 deux nouvelles espèces du genre Lychnus (mollusque gastéropode) dont une porte son nom. Bulletin Société géologique Française, 2017, 188, 38. C’est bien lui qui, le premier a fait mention d’œufs de dinosaures fossilisés dans des sédiments crétacés ; près de la gare de Rognac, il a trouvé des ossements de dinosaures et des fragments de leurs œufs : Aujourd’hui, des fragments d’œufs récoltés par Philippe Matheron ont été retrouvés dans les collections du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, alors qu’on les croyait perdus. […] Matheron les avaient découverts dès 1846. Pour la science n°298, 2002

Le sentier zigzague au pied de la falaise, m’offrant la vue sur le castellas de Rognac depuis le sud ; avec André, nous n’avons pas su le rejoindre sans risques depuis l’oppidum lors d’une précédente visite.
Les murs de pierre se trouvent au-dessus d’une barre rocheuse, rendant l’accès difficile. Dans un virage aigu, encore la trace d’un ancien ruisseau à sec qui se jetait dans le vabre de Malaga. Sur le chemin pour rejoindre la route, j’ai la vue sur le côté sud-est de l’éperon ; parvenue sur la route, le château de Rognac est proche mais à la verticale… impossible d’y accéder.
Les restes d’une tour carrée dominant le fossé nord, des pans de mur sont bien visibles sur un éperon rocheux bien étroit. Un peu en dessous des vestiges du rempart.

L’histoire du château est intiment  liée à l’histoire de la maison des Baux propriétaire de 79 autres châteaux au Xe siècle. Le comte de Provence récupère le domaine des Baux au XVe. Le vieux village du Moyen-âge (Xe-XVe) a été  construit au pied du château, un peu au dessus de l’oratoire à l’ouest. Son rempart coupait le chemin de Saragousse. Des excavations dans la barre rocheuse soutenaient une toiture : les maisons s’appuyaient donc contre la barre rocheuse. Parmi les morts enterrés sans sépulture, le squelette d’une femme décapitée tenant contre elle un enfant de 18 mois et dans sa main gauche une  clé…
Très peu d’objets ont été retrouvés. Société d’histoire locale de Rognac (Gérard Castel), Contribution à l’étude historique de Rognac, 1969, Imprimerie Graphic-Service Reproduction.
Merci André pour le document !

Reste la partie risquée pour rejoindre le parking : la route étroite par laquelle je suis arrivée et qui nécessite un effort conséquent car elle monte sur 400m avec 50m dénivelée. Dans les virages à gauche, impossible de marcher sur le côté gauche car on ne voit pas arriver les voitures.

Une randonnée facile, au soleil sur le plateau inférieur, puis dans l’ombre des falaises, sur des pistes, à parcourir au printemps ou à l’automne. Sens conseillé : terminer par la route pour voir d’en bas le castellas.

Image de l’itinéraire 3km100, 1h10, 67m (+162, -162). Ajouter 300m A/R pour la source. Télécharger la trace
A partir du second parking 5km100 environ. Ajouter 30m pour rejoindre la source (sentier visible) ou 180m pour rejoindre la piste DFCI en dessous.

1vabre : terme provençal désignant un ravin, ici creusé par l’eau
2oule : de oulo, marmite, creux de rocher par lequel sort la source

©copyright randomania.fr

Partager sur FacebookPartager par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.