*** Cabasse : entre légendes et histoire, entre falaises et sous-bois

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeuxMots-clés , , , , , , ,
 

Ce circuit est tiré du Rando Malin VarBruno Ribant, Frédéric Boyermémoires millénaires éditions, 2010 ; le guide sous le coude dans la montée vers le pylône et dans les sous-bois en direction de la Gastée, avec la description, et quelques hésitations, j’ai réussi à m’en sortir mais ce n’est pas facile : des indications de distances ou de durées entre deux croisements auraient été bien utiles.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Partie d’un parking non loin de l’église, je suis montée sur route bitumée pendant un certain temps puis progressivement par le chemin des résistants et des parachutages. Piste DFCI M132 le Défens. La piste « le pylône » mène à une antenne que l’on voit de loin.  Un monument marqué de l’Association Nationale des Combattants Volontaires de la Résistance précède de quelques mètres celle-ci : ce plateau servit de lieu de parachutage durant la seconde guerre mondiale.

Le problème crucial à résoudre est celui de l’armement du maquis. Il faut prévoir des parachutages d’armes et de munitions […]. Pour ce faire, on a créé à Londres la S.A.P. (Section Atterrissage et Parachutage) dont la responsabilité pour le Var est confiée au Commandant Berthe. Le sud du département étant trop surveillé par les allemands, les parachutages ne seront possibles que dans le centre et dans le nord. […]. Dans la nuit du 27 au 28 mai, quinze conteneurs et dix paquets sont largués sur le plateau du Défends près de Cabasse. L’équipe de Vins récupère armes, munitions et matériel divers et le transporte […] dans la grotte de la Baume de Savoye. Extrait du site officiel de la commune de Vins sur Caramy

Avant de quitter les lieux, n’oubliez pas Belvédère, par papounet83 : d’un côté, un ciel festonné en dégradés de gris, de l’autre, une vue sur la falaise de Cabasse que j’atteindrai un peu plus tard.

La piste continue le long de la crête en s’en éloignant plus ou moins jusqu’à la citerne, là où serait l’oppidum de Castéou Sarrin.

Oppidum de Cabasse papounet83

Je quitte la crête et pénètre en forêt. Après un bout de piste bien rouge, ressemblant étrangement à la latérite des pays tropicaux (Si vous en êtes là, c’est que vous avez raté comme moi, le cairn et la piste de droite 250m après la citerne), la piste forestière devient plus classique. Des coups de feu retentissent ;n’ayant pas mon gilet fluo,  j’appréhende de devoir emprunter une piste à sangliers.  Je marche longtemps avant de trouver le petit cairn qui balise l’étroit sentier en direction de Combecave. Là, je ne suis pas rassurée : les chasseurs ne sont pas loin. On dirait que le sentier a été retourné, fouillé tant les pierres se dressent, indisciplinées, au milieu du sentier.

Au niveau de la ligne à moyenne tension, je suis dépassée par quelques VTT qui m’avertissent de leur passage avec de tonitruants bonjours. A la sortie des bois, je tourne à droite vers un sentier surplombant un champ : le chien du propriétaire aboie sur mon passage. Après la ruine sur la gauche, j’atteins bientôt le pont sur l’Issole que je traverse en long et en large (au sens propre). Face à moi, l’ancienne usine de bauxite et son lieu de chargement.

1821 Le minéralogiste français Pierre Berthier (1782-1861) analyse des échantillons de minerai prélevés aux environs des Baux-de-Provence. Ce minerai sera ultérieurement baptisé bauxite. Le géologue Daubrée découvre ce minerai à Cabasse en 1873. C’est le début de l’exploitation, le plus souvent en carrières ouvertes, sur une quarantaine de kilomètres, de part et d’autre de Brignoles. Grâce à ce gisement, la France reste […] jusqu’en 1939 le premier producteur mondial de ce minerai convoité, car vite utilisé à des fins militaires. Extrait du site de l’ina

Dans le fond, carrières à ciel ouvertLa bauxite, riche en alumine et accessoirement en fer (d’où sa couleur rouge) s’est formé au crétacé moyen sous des conditions climatiques tropicales hyper-altérantes ; elle se ttrouve stockée dans des pièges karstiques dans les calcaires altérés. Les principaux gisements sont situés dans les synclinaux est-ouest, entre un mur calcaire jurassique et un toit constitué par les couches du crétacé supérieur. D’après J. Nicod, encyclopédie Bonneton, Var.

La Société des Alumines et Bauxites de Provence (SABAP), société franco-norvégienne a construit également une usine entre Trets et Gardanne. La production maximale a été atteinte en 1972, avec près de deux millions deux cent mille tonnes.

Attention à la marchepapounet83

Après le pont, sur la droite, je repère non sans mal la petite marque vert-blanc, début du sentier qui longe la rivière, sous la falaise, dans un cadre verdoyant fort agréable . Peu avant le portail d’une maison (surtout ne pas continuer sur le sentier qui descend), à peine visible sur la gauche, un cairn signale la montée raide et terreuse, à deviner parfois, qui mènera à l’habitation troglodytique de la maison de la fée.

La maison de la fée (Oustéou de la Fado) à Cabasse habitat troglodytique censé avoir fonctionné comme maladrerie […] domine le pont de l’Issole […]. Creusée dans une faille élargie sur la rive droite de l’Issole, obstruée sur toute sa hauteur (15m) par un mur au mortier, elle abrite des locaux habitables 200m2 sur quatre niveaux (six ou sept d’après le bulletin de la société préhistorique  française de 1923) mais n’est accessible que par une plate-forme rocheuse suspendue à une douzaine de mètres au dessus du sol. D’après l’encyclopédie Bonneton Var, Dominique Legenne, Ada Acovisioti-Hameau, Philippe Blanchet, Tony Marmotans, Jean Nicod, Franck Auriac, Bonneton, 2008. Un jeu curieux rassemblant trois saints patrons des villages environnants, s’y serait déroulé…

Un jour ND des Anges, Saint-Joseph de Cotignac et Saint-Ferréol de Lorgues voulurent jouer au bouchon1. Celui qui gagnerait la partie aurait la prééminence sur les autres. L’enjeu était placé sur la maison de la fée de Cabasse. Saint-Férréol fit les trois pas tolérés chez les joueurs de boules quand ils tirent. Au 3ème pas, il heurta un arbre, trébucha et fit tomber son palet. Il l’avait serré si fort entre ses doigts restèrent gravés dans le palet. D’après Le folklore de la France. Le ciel et la terre, Tome IPaul SébillotE. Guilmoto, Paris, 1904

Après un passage sur des dalles calcaires le long d’un à-pic, le sentier traverse un bois, évite le vallon avant de déboucher sur la plate-forme de Notre Dame du Glaive : depuis celle-ci, en face de moi, l’habitation troglodytique est bien visible. De là à la route en contre-bas, je connais le trajet pour l’avoir parcouru avec l’ASER du centre var (voir Notre Dame du Glaive dans ce blog).

Les sarrasins, […] vont souvent servir de mercenaires aux conquérants du pouvoir. Pour paiement de leur aide, ils ont le droit de razzias sur toute la région. Vers l’an 630 la population de Cabasse (Matavo), avec l’aide des villages voisins, les encerclent et les piègent dans le défilé de l’Issole. Une belle légende est née de cette bataille : l’apparition sur la falaise de la Vierge-Marie Notre-Dame du Glaive terrorise l’ennemi ; […] Vers l’an 1000 les sarrasins sont expulsés, leur territoire presque entièrement récupéré par l’Eglise et quelques « baronnets ». D’après le site officiel de la commune de Cabasse.

Le dolmen du pont neuf (ou dolmen du pont des fées) a été reconstitué près de la chapelle, pierre par pierre avec la même orientation ; il provient d’une colline détruite par l’exploitation de la bauxite.

La peinture bleu ciel de Notre Dame sur le mur de la chapelle éclaire le mur ; face à elle, un calvaire et sa piéta ; La croix et son chapelet sont représentés sur un pan de l’abside, face à la plaine de l’Issole. Pour la messe en plein air les jours de romérage2, un autel entouré de bancs de pierre en hémicyle invite à la prière. Ce pélerinage à ND Glaive est un moment d’excursion en famille avec repas en plein air, près d’un point d’eau. Les abords de la chapelle garde les traces matérielles de ces repas : banquettes, fours, podium. Dès la veille, les familles occupent les lieux. Selon Ada Acovitsioti, de l’association ASER Centre Var

Je redescends par l’escalier de pierre dont les marches sont souvent endommagées. C’est le chemin de croix habituel, pondéré d’oratoires gravés, parfois ayant perdu leur statue. Tout en bas, la chapelle Saint-Loup a des airs de vieille chapelle d’un côté et de chapelle restaurée en façade.

Petite période de marche tranquille le long des vignes, sur la route qui passe devant le château Requier (vente de vin). Le chemin part en face, longe un champ, se perd dans la végétation, puis rejoint une piste forestière. A partir de là, le descriptif du guide et le maigre balisage menant au dolmen seront indispensables. Face à une ruine végétalisée (photo de droite) dans un sous-bois sombre, le sentier étroit, caché par la végétation, mène au dolmen de la Gastée. Y arriverai-je ? Mais oui ! Son bon état de conservation en fait un monument particulièrement intéressant. Sous la dalle de couverture de 5t, on a trouvé 1600 dents et ossements, et près de 80 corps ensevelis. Des poteries ou parures campaniformes d’origine ibérique, y ont été retrouvées, preuve du déplacement d’individus. Le dolmen Gastée, site archeoprovence

Dolmen de la Gastée, papounet 83

Ma cabane à Cabasse, papounet 83

Le circuit repasse en boucle au même endroit – ce qui peut être évité – avant de rejoindre la route privée M116 du Gastet ; je traverse le pont sur l’Issole que les inondations récentes ont abîmé en partie ; ce matin tôt, les brumes du matin flottaient sur l’eau. Après la traversée de la placette et son platane au tronc double, je retrouve le parking et le chat qui, ce matin, était venu se réfugier au chaud dans ma voiture.

le lavoir de Cabasse, papounet 83

Sur la D79 vers Brignolles, au milieu des vignes, le menhir de la Pierre Plantée (Peiro plantado), ou menhir de Chamdumy, attire l’attention forcément. Haut de 2m50, dépassant de manière insolite les vignes bien alignées, il est un témoignage supplémentaire de la vie à Cabasse depuis le néolithique. Situé à l’ouest de la ligne de deux autres dolmens, selon Georges Bérard qui a fouillé les dolmens de Cabasse, il pourrait pourrait précéder les morts vers la lumière. Classé Monument Historique.

Avec 6 tags, voilà une boucle intéressante à plusieurs titres.

A cause du croisement raté après la citerne, l’itinéraire figurant sur l’image est un peu plus long que celui figurant dans le rando malin  du Var. Image de l’itinéraire 14km250 3h50 dépl. (5h10 au total) 164m dénivelée (660m au total)

1jeu de bouchon : jeu ancien qui consistait à abattre avec un palet et de loin, des pièces de monnaie placées sur un bouchon vertical en liège ou en bois
2romérage, Roumavagi en provençal : procession vers un sanctuaire situé en dehors de l’agglomération

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 25 Mar 2013

Retour en haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *