La bergerie troglodytique de Cabrone et les aiguiers du Jas des Pins



Nous aurions pu ajouter cette variante à notre randonnée de la veille au départ des Grands Cléments mais cela nous a semblé trop long pour une randonnée en hiver. La plupart des circuits proposés sur internet incluent cette visite dans une boucle longue et parfois difficile. J’ai donc repéré un sentier en pointillé sur la carte IGN qui mène très rapidement à la bergerie de la Combe de Coste Brune et au Jas des Pins. Attention ! zone réglementée dans les monts de Vaucluse, voir l’article sur randonnée et interdiction de circuler 2010

la météo aujourd’hui et à 3 jours à cet endroit :
avec la direction du vent et la température ressentie

IMG_6843.JPGParvenus sur place, nous constatons qu’il n’y a pas de parking, pas de balisage mais le sentier en sous-bois est visible. Progressivement, il se rétrécit, envahi par la végétation ; au bout de 15mn, il a disparu. Heureusement, ayant préparé la randonnée sur mon GPS, je parviens à repérer la direction à prendre. Nous retrouvons bientôt un semblant de sentier. Inquiets cependant, nous continuons dans une végétation dense. Finalement, presque surpris, nous parvenons sur une piste forestière plus large d’où nous apercevons un bâtiment de pierre.

IMG_6791.JPGBien qu’ayant déjà lu le chapitre correspondant du livre 25 balades sur les chemins de la pierre sèche, Florence Dominiquele bec en l’air, 2009, nous ne cachons pas notre étonnement.

Cabrone, pour qui la découvre, est une sorte de miracle, comme une oasis dans le désert. […] De nombreuses traces de reprises de maçonnerie et modifications de percements montrent que cette remarquable construction est le fruit d’un aménagement progressif et d’adaptation fonctionnelles (A.Y. Dautier)

Plusieurs baumes abritent un véritable ensemble troglodytique construit en pierres contre le rocher : c’est la bergerie de Cabrone. IMG_6826.JPGDes signes évidents de vie montrent que le lieu est habité. Nous n’osons pas pénétrer dans les deux premières pièces (qui seraient des étables) devant laquelle un sac est posé. Nous ouvrons la bergerie séparée naturellement du logis par le rocher  : on y voit un mur de pierre intérieur, une ouverture donnant sur l’écurie attenante, des sacs de graines et quelques outils.

IMG_6811.JPGIMG_6821.JPGUn chat s’approche de nous et se laisse carresser :  il se rend ensuite à l’abreuvoir monolithe. En y regardant de plus près, un système sophistiqué d’impluvium1 récupère l’eau de pluie depuis la falaise calcaire en surplomb au dessus des baumes. Des rigoles ont été creusées, remplissent un large aiguier de forme rectangulaire d’où l’eau s’écoule encore jusque dans une cavité naturelle fermée par un mur maçonné bien protégé. L’eau ne s’écoulait donc pas dans les bâtiments et son stockage permettait aux habitants de vivre en autarcie un certain temps : nous sommes presque à 800m d’altitude.
Face à l’habitation à laquelle on accède par un escalier de pierre sèche, a été construit un cabanon couvert de tuiles, transformé en poste à feu comme en témoigne une embrasure de tir ménagée sur la façade nord. De gros éboulis dans le jardin achèvent l’harmonie entre le naturel et le construit.
A.Y. Dautier, Trous de mémoire – troglodytes du Lubéron et du plateau de Vaucluse, les Alpes de Lumière, 1999

IMG_6801.JPGIMG_6803.JPGIMG_6810.JPGAPT_192.jpgAPT_213.jpg

IMG_6831.JPGNous poursuivons vers le Jas des Pins. Le chat nous suit pendant quelque temps, passe devant nous, se cache dans les buissons, vient quémander de nouvelles caresses. Nous découvrons l’aiguier à ciel ouvert dans la dalle rocheuse où l’eau est récupérée par des rigoles pour qu’elle ne soit pas  perdue dans les réseaux karstiques du sous-sol. Comme à Auribeau, une petite auge est creusée dans la pierre à côté de l’aiguier pour le bétail. A l’intérieur d’une des extrémités, un bloc rocheux a été partiellement détaché :  les habitants du jas auraient-ils prévu d’agrandir l’aiguier par extraction de ce bloc ?  IMG_6839.JPGAPT_235.jpgL’éparpillement de l’habitat a été la cause de la multiplication des aiguiers dans cette région. Nous cherchons le jas en ruine qui devait être assez important avec un étage et plusieurs pièces. Il ne reste que des ruines et un semblant de jardin entouré d’un muret de pierres.

IMG_6829.JPGLa boucle du retour n’a qu’un seul intérêt : le point de vue sur le Luberon que vous aurez de toutes façons depuis l’aiguier. De plus, le risque de se perdre n’est pas nul car le sentier ne suit pas celui de la carte. Je vous suggère donc un simple aller-retour pour une petite balade qui intéressera petits et grands. Vous pourrez la compléter par celle de la chapelle bien cachée située au fond de la combe de Saint-Pierre.

La bergerie de Cabrone et l’aiguier du Jas des Pins 1h15 dépl., 3km640, 95m dénivelée (départ dans le virage en épingle à cheveux sur D34 : N43.95941 E005.45175, direction Lagarde d’Apt)

blsqr05.gif

1Impluvium : système de récupération des eaux de ruissellement tel que plan de roche dénudé et creusé de rigoles de collecte, ou toiture collectrice concave avec lauses inclinées convergeant en direction du trou de collecte

©copyright randomania.fr

L’île de l’Oiselet au bord du Rhône



 

IMG_0037.JPGimg_3533r.JPGimg_3532.JPGDes canaux, le Rhône dont les rives ont été aménagées, un début de sentier prometteur, tout y est pour une balade agréable. Dès le début du sentier écologique de l’Oiselay, les oiseaux sont si nombreux dans la forêt qu’ils font un réel vacarme ! La peupleraie blanche tire son  nom des nombreux peupliers au tronc blanc présents sur les berges du bras des Arméniers. Le robinier faux acacia, plutôt envahissant, peut vivre jusqu’à 300 ans, pousse vite, se régénère après la coupe (une quarantaine de fois) ; le saule limite l’érosion des berges et participe à l’épuration des eaux. Nous sommes sur l’île d’Oiselet, entre le Rhône et le bras mort des Arméniers. Le pont suspendu des Arméniens (monument historique protégé) permettait autrefois de rejoindre cette île depuis Sorgues.

Auparavant elle était reliée par un bac à traille qui ne pouvait fonctionner durant les intempéries. C’est pourquoi les familles de l’île se sont groupées en association syndicale pour présenter le projet de construction d’un pont ; celle-ci prendra en charge une partie des dépenses de construction (Passages d’une rive à l’autre, archives départementales du Vaucluse, P. 17)

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

pont_des_arm__niers_DRAC_PACA.jpgEssentiellement agricole, l’île produisait au XIXème siècle des céréales, du fourrage, de la betterave sucrière. Cependant au début du XXème siècle l’activité agricole stagnait à cause des difficultés du transport assuré par trois bacs à traille.[…] Les crues du Rhône empêchaient le bon fonctionnement du bac de l’Oiselet… Aussi, le 28 novembre 1922, les îliens demandent l’autorisation de créer « une association syndicale libre pour la construction d’un pont sur le Rhône ». Ouvert à la circulation le 26 août 1926, … l’ouvrage consiste en une passerelle suspendue semi-rigide à une seule travée de 157,50 mètres de portée. La chaussée, en madriers de chêne boulonnés, est revêtue d’un platelage jointif en planches de sapin. Les trottoirs sont également en planche de sapin. Les pylônes, en béton, sont d’une hauteur d’environ 20 mètres. Pour en savoir plus : le site du ministère de la culture (Photo du pont extraite de ce site)

img_3538r.JPGimg_3542.JPGimg_3543.JPG

Nous allons jusqu’au gué emprunté par des voitures et qui est à peine couvert d’eau en ce mois d’avril. Quelques promeneurs se sont déjà installés sur les berges rafraîchissantes de la rivière. Une dame pêche non loin du panneau d’information sur les poissons. Tellement enthousiasmés par cette première balade, nous décidons après le repas de partir à pied jusqu’aux ruines du chateau de Hers, à Chateauneuf du Pape.

img_3562r.JPGDes kilomètres de sentiers plats, l’idéal pour le vélo. Nous longeons des champs de colza en bordure de route, puis les berges du Rhône, ou celles des canaux qui le jouxtent. En chemin, nous trouvons quelques ponts autorisant le passage d’une rive à l’autre.

img_3567.JPGIMG_0045.JPGLa tour de l’Hers et le donjon carré sont les plus anciens vestiges de ce chateau fort qui commandait le passage du Rhône (XIIè siècle – photo de la tour Ti’Mars…). On peut y voir aussi les restes du mur d’enceinte et un peu plus loin celui d’un ancien péage fortifié. Un viticulteur y a établi sa résidence en 1795, après avoir enlevé les anciennes fortifications.

Pour le retour, nous nous trouvons presque malgré nous le long du bras des Arméniers, avec pour seul moyen de repérage notre GPS de randonnée. Confiants, nous partons à l’aventure. img_3569.JPGimg_3570r.JPGL’environnement est plutôt inattendu, très vert, des prairies mamelonnées et perdues au milieu de quelques buissons ou bouquets d’arbres. On suit une piste pour les chevaux. J’aperçois le bout de l’îlon Saint-Luc qu’il est impossible de rejoindre à cet endroit. Après la traversée du petit et du grand St-Marc, nous longeons un champ et parvenons enfin à retrouver la trace de l’aller. Nous sommes donc sur le bon chemin mais marcher sur une route n’ayant rien d’agréable, nous décidons de nous rapprocher du Rhône, à l’affût de quelques oiseaux ou mammifères.  Hélas ! l’idée n’est pas bonne ! non seulement, nous nous éloignons mais en plus il  n’y a plus de pont pour traverser le canal ! Nous n’avons pas de carte IGN. Il est presque 19h et nous sommes fatigués. Je ne verrai finalement qu’un couple de canards sauvages s’envoler.
IMG_3576r.JPGimg_3573r.JPGNous arrivons finalement à l’usine-barrage de Sauveterre qui  dérive les eaux vers le bras de Villeneuve,  et il y a un pont, pour notre plus grand soulagement. Le pollen est tellement tombé qu’on dirait de la neige. Nous rejoignons finalement le sentier écologique emprunté ce matin ; la pêcheuse est toujours là mais n’a pas fait de pêche miraculeuse.

Quand nous parvenons au parking, les pronostics sur les kilomètres effectués vont bon train ; mon coéquipier les évalue à plus de 20km ; plus scientifiquement, compte tenu de notre vitesse moyenne, j’évalue l’itinéraire à 17km. Finalement, nous n’aurons parcouru que 15km à peine l’après-midi, comme quoi le facteur psychologique joue un rôle important dans ce cas…

Idées de balade à Sorgues

bullet1.gif

Merci Renard84 de nous avoir fait découvrir ce lieu grâce au geocaching

©copyright randomania.fr

Découverte du Colorado provençal



medium_img_0525.jpgNous sommes dans le petit village de Rustrel, un des villages des Ocres1 du Lubéron, réplique du très célèbre canyon du Colorado aux Etats-Unis ; il est 10h mais le parking est déjà bien rempli. Plusieurs sentiers balisés permettent de découvrir l’originalité du site mais, parce qu’ils sont balisés et sécurisés, ils sont très fréquentés. Néanmoins, comme je ne les connais pas, je décide de faire deux boucles classiques « Les cheminées de fée » (circuit F du plan), « le Sahara » (circuit G du plan), puis le cirque de Barriès dont le parcours chemine en pleine forêt. Je conseille vivement de visiter ce site un jour de ciel bleu.
* Télécharger le plan des randonnées du Colorado Provençal

Vidéo de Carnets de rando, le colorado provençal, David Genestal

Le Colorado provençal, par le site Luberon.fr (avec quelques belles photos)

* La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

medium_img_0528.jpg

L’ocre est un mélange de sable et d’argile colorée par des oxydes de fer. Pigment naturel et inaltérable, l’ocre est principalement utilisée dans la fabrication des peintures et badigeons, remplacée aujourd’hui par des colorants artificiels. Le gisement a été exploité de 1780 au XXème siècle. L’exploitation se fait à ciel ouvert ou en galeries souterraines dont certaines, abandonnées, sont utilisées pour la culture des champignons de Paris.

Le traitement des ocres, site du parc du Lubéron

Bryce Canyon USABryce Canyon (photo ci-contre à gauche extraite du site Voyage Magazine USA) au sud ouest des Etats-Unis où les structures géologiques extraordinaires, formées par érosion et le soulèvement de couches de grès de couleurs différentes, donnent comme ici des couleurs exceptionnelles allant du rouge au blanc. A Rustrel, en plus de l’ocre, le minerai de fer était également exploité : il reste quelques vestiges de la dernière usine près de la rivière Doa. En me promenant en dehors des sentiers balisés, j’ai retrouvé entre Istrane et le camping, les ruines d’un mur en briques et une tour métallique dont je ne connais pas la fonction.
Pour marcher dans ce Colorado provençal, mieux vaut se munir de chaussures et de tenues ne craignant pas d’être teintées !

Les sentiers thématiques :

A : Sentier Morenas : départ du camping du Colorado. La croix de Muset, Istrane. 5,5 km (2 h), dénivellation 150 m.
B : Sentier des Blaces : départ du camping du Colorado. Les Blaces, La croix de Christol, Istrane, 11,5 km (3 h 30), dénivellation 350 M.
C : Sentier des Crêtes : départ d’Istrane. La croix de Christol, Barriès. 13 km (4 h), dénivellation 200 m.
D : Sentier de la Combe Étroite : départ du parking municipal de Bouvène. Anciennes carrières d’ocres. 3,4 km (I h 30), dénivellation 100 m.
E : Sentier des Maîtres de Forges : départ du camping du Colorado. Chapelle Notre-dame des anges. 2,2 km (1 h30), dénivellation 350 m.
F : Sentier des Cheminées de Fées : départ du parking municipal de Bouvène. Les cheminées de fées. 1 km (30 min), dénivellation 40 m. Balisé en bleu.
G : Sentier du Sahara : départ du parking municipal de Bouvène. 1,5 km (45 min), dénivellation 10 m. Balisé en rouge. Issu du site http://rustrel.free.fr/plancolorado.htm

* Photos de Rustrel et des 2 sentiers classiques
medium_img_0538.jpg* Télécharger un document word succinct sur le traitement des ocres
medium_img_0543.jpgPour aller jusqu’au cirque de Barriès (grossier balisage blanc), je me gare sur le parking entre la D30A et la D22. A peine garée, je suis accostée par un monsieur qui, manifestement, guette le client. Il se présente comme représentant des propriétaires des terrains du colorado et veut me vendre un plan des sentiers de randonnée à plus de 3€ pièce. Cette manière un peu agressive me déplait et je décline son offre. medium_img_0546.jpg

La Doa se passe à gué. Le parcours ici est presque totalement en forêt, à la fraîche, et se termine par une cascade à l’ombre d’un haut rocher. Après la traversée du désert blanc (sable blanc lavé lors de la première étape du traitement des ocres), je peux dire que j’en ai vu de toutes les couleurs !

bullet1.gif

1ocre : argile friable, de couleur jaune, rouge ou brune selon la nature des oxydes qu’elle contient

©copyright randomania.fr