Le refuge de l’Estrop, le refuge du chant du monde

Publié le Catégories ----- * Réserve géologique, 04 Alpes-de-Hte-Provence, Rando sportiveMots-clés , , ,
 

Démarrons bien :

  • Prononcez « Estro » et non Estrop1
  • Partez en pleine forme, bien équipé, après une bonne nuit de sommeil : c’est une randonnée sportive qui vous attend. Itinéraire de 18km A/R, 900m de dénivelée en montée puis 900m en descente, 6h A/R. J’ai eu une pensée pour Catherine qui fait si souvent des randonnées sportives à la journée… et de si belles photos !
  • Réservez par téléphone votre nuit au refuge pour avoir le temps et la force de monter sur la tête de l’Estrop le lendemain. Il est probable que vous n’aurez pas de réponse immédiate du gardien du refuge car, pour que son téléphone capte les messages, il doit monter sur la crête. Ce qu’il ne fait pas tous les 5 minutes !

La France

img_8502r-224x300.jpgNous sommes dans les Alpes-de-Haute-Provence mais ce sont des coins typiques de montagne qui vous attendent. Prads Haute Bléone, est un village reculé au nord-est de Digne, où ont été découverts récemment quelques fossiles d’ichtyosaures. Nous partons près du lac des Eaux Chaudes, 5km plus loin, lac que nous ne découvrirons qu’au retour : il est si petit et si bien caché que seul un petit bout de bleu apparait en contre-bas aux regards attentifs.

La légende du lac des Eaux Chaudes : il y a bien longtemps, un dénommé Quatorze, treizième enfant d’une famille nombreuse, fainéant et mécréant, se mit à labourer sa terre un vendredi saint.  En ce jour de la Passion, Dieu ne supporta pas l’affront et dans sa colère, engloutit le paysan et ses boeufs en créant ici le lac des Eaux Chaudes. Chaque vendredi saint, les eaux s’agitent : c’est Quatorze qui demande pardon…

Nous sommes sur le GR de pays Tour du Haut-Verdon Nord. img_8469r.jpgimg_8464r.jpgimg_8473r.jpgLes paysages rencontrés se suivent sans se ressembler, les difficultés aussi. ça commence par un un large et long chemin presque plat qui traverse à gué le torrent de Male Vesse, côtoie quelques chalets à la Combe le long de la rivière avant d’entrer dans un sous-bois frais. Nous passons sur une passerelle construite par les gens du village pour traverser la Bléone. Au croisement avec le sentier qui rejoint le hameau de Favière, nous nous demandons déjà si ce ne serait pas plus court de passer par là au retour… ce que nous ne ferons pas.

img_8484r.jpgimg_8481r.jpgimg_0181.jpgQue dire de ce large pierrier qu’il faut traverser ou de celui qu’il faut remonter en glissant à chaque pas ? et ces interminables lacets qu’il faut monter sous le chaud soleil de ce début d’été ? nous entendons  une cascade, parfois nous l’apercevons aussi, comme la cascade de la Piche qui dégringole de toute la hauteur de la falaise verticale.

img_0192.jpgimg_0191.jpgAprès le passage de la vire rocheuse, le sentier étroit traverse un troupeau de moutons. Quelques brebis sont couchées mollement sur le sentier lui-même et refusent de partir à notre approche. Manifestement, elles sont proches de l’agnelage et c’est nous qui devons bouger. Comment font les autres pour ne pas tomber dans les pierres de cette pente raide ? Le berger et son patou ne sont pas loin. « Dans les élevages en extérieur, la brebis qui est prête à donner naissance à un agneau s’écarte du troupeau, ou bien elle s’immobilise et le troupeau la laisse en arrière au fur et à mesure qu’il s’éloigne en broutant. Elle cherche à s’isoler dans un endroit où elle peut construire un « nid », de préférence avec des herbes sèches (fourrage). La température de la brebis chute de 0,5° C dans les 48 heures qui précèdent la mise bas. […] Mais, surtout, la brebis arrête de brouter dans l’heure qui précède l’agnelage. »

img_01971.jpg« Tous les moutons2 ont tendance à se tenir à proximité des autres membres du troupeau, […]. Les agriculteurs exploitent ce comportement pour garder les moutons ensemble sur des pâturages non clos et pour les déplacer facilement. On peut aussi dresser les moutons pour qu’ils restent sur des pâturages bien précis non clôturés sans qu’ils aillent errer librement dans les zones environnantes. Les brebis enseignent ce comportement à leurs agneaux […] « . Extrait de l’encylopédie wikipedia

img_8488r.jpgimg_8491r.jpgimg_8478r.jpgimg_8498r.jpg

IMG_0215.jpg« Le haut vallon de l’Estrop vous offrira ses pâturages d’herbe rase, et ses vasques sculptées par le torrent, véritable délice pour les pieds endoloris par la montée » (extrait du site Alpes-de-Haute-Provence.com). Nous traversons les pâturages bien verts où la Bléone, encore timide, glisse dans une arête rocheuse ; les marmottes sifflent sur les gros rochers : deux d’entre elles s’amusent et se frottent le bout du nez. Elles se redressent sur leurs pattes postérieures. Plus je m’approche, plus  elles poussent des cris stridents pour donner l’alerte. Avant qu’elles n’aient eu le temps de sauver, elles sont fixées sur la photo ! (Fiche sur la marmotte des Alpes du site de l’UNAPAF).

Malgré la souffrance de cette montée, nous sommes heureux de reconnaitre au loin le refuge de l’Estrop aussi dénommé refuge Roger Carle construit en 4 ans par des bénévoles de l’Association Départementale des Relais et Itinéraires (ADRI Immeuble François Mitterrand 04000 DIGNE-LES-BAINS Tél 04 92 31 07 01 Fax 04 92 32 14 88 Email : adri.04@laposte.net). Plus que quelques centaines de mètres et nous pourrons nous reposer.

« …la centaine de personnes venues assister à l’inauguration du refuge Roger Carle, car c’est ainsi que le Conseil d’Administration de l’ADRI a souhaité baptiser notre refuge, du nom de celui qui fut co-fondateur de l’association et premier Président, de 1977 à 1980. Roger Carle avait été, par ailleurs, délégué départemental du Comité National des Sentiers de Grande Randonnée et personnellement responsable du chantier que l’ADRI organisait, simultanément à celui de l’Estrop, pour aménager un gîte d’étape au Seignus d’Allos. Sa disparition brutale en 1980 nous avait profondément touchés et c’est pour lui rendre hommage que nous avons tenu à baptiser ainsi le refuge de l’Estrop. » Extrait du livre de jean-louis carribou, le Refuge du Chant du Monde, histoire du refuge de l’Estrop, ADRI/Editions PAN3. Je l’ai lu comme un roman. Plus qu’une description des différentes étapes de la construction, c’est le récit d’une aventure humaine où des hommes solidaires, motivés, croient jusqu’au bout à leur rêve, qu’ils soient bâtisseurs comme ceux du centre éducatif de Ganagobie ou responsables à l’ADRI.

Le refuge Roger Carle : site officiel – tél. : 06.32.06.05.65 (informations communiquées par Olivier Raynaud, gardien du refuge, en avril 2009)

Album photos du site Vallouimages avec descriptif des randonnées

Descriptif de la randonnée au refuge par un amoureux du Haut-Vernet

J’échange mes grosses chaussures de randonnée contre une paire de tongues. Nous entrons dans le refuge où les randonneurs et les gardiens du refuge sont attablés pour la fin du repas. Nous apprenons que l’hélicoptère vient d’apporter pour la saison, une très grande quantité de nourriture. Du coup, nous profitons de la tarte aux myrtilles et d’un bon café. De quoi discutent des randonneurs entre eux ? de randonnée bien sûr, de la Tête de l’Estrop, des sources de la Bléone encore un peu plus haut, du sentier des crêtes, et du temps qu’ils mettent pour redescendre à Prads.

img_0233-150x150.jpgEn début d’après-midi, nous entamons la descente car il n’y a plus de place au refuge. Olivier et Mathieu vont prochainement installer des yourtes dans le pré voisin pour augmenter la capacité de couchage.  Le temps commence à changer : quelques nuages obscurcissent le ciel. La pluie commence à tomber doucement puis en averse ; en quelques minutes, nous sommes trempés. Mais en quelques minutes, tout est sec : le soleil est revenu. Les passages difficiles à l’aller le sont encore plus. Alors que nous pensons pouvoir souffler un peu en terrain plat sur les derniers kilomètres, nous avons mal aux genoux, les pieds sont brûlants et douloureux, la lassitude nous envahit. Jamais je n’ai autant souffert que ce jour là, pire que la Rhune. Avec le recul, je suis quand même fière d’être arrivée au bout de cette randonnée, classée difficile par la FFRP.

bullet1.gif

1 Estrop = troupeau
2 Le jeune mouton est un agneau, il est issu d’une brebis et d’un bélier
3Cette citation m’a été aimablement communiquée par Bernard LAUZON, Coordinateur activités de pleine nature, Service tourisme, Conseil Général du 04, que je remercie vivement

©copyright randomania.fr

Une réflexion sur « Le refuge de l’Estrop, le refuge du chant du monde »

  1. Bonjour,
    C’est en consultant votre fiche que j’ai constaté que l’adresse internet était erronée.
    Vous-serait-il possible d’insérer le nouveau lien suivant :
    Refuge de l’Estrop
    Voici également le bon numéro de tél : 06.32.06.05.65
    Merci d’avance, bravo pour vos fiches et bonnes randonnées printanières.
    Raynaud Olivier, gardien du refuge de l’Estrop.
    [ndlr] informations corrigées ; impossible de vous le signaler par mail (erroné)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *