Viens, de la falaise de Subarroques à Piéroux par l’ancien GR

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , Laisser un commentaire sur Viens, de la falaise de Subarroques à Piéroux par l’ancien GR
 

Cette troisième randonnée aurait pu porter le même titre que celle de 2017 de la falaise de Subarroques au Travers de Piéroux mais Yves y a ajouté quelques petites modifications : au sud-ouest une petite boucle supplémentaire vers la cabane en gradins, un sentier rustique au pied du village pour joindre la boucle du nord avec celle du sud, le Piéroux par l’ancien tracé du GR et quelques caches qui méritent le déplacement. J’évoquerai aujourd’hui ce qui change et pour le reste, je vous parlerai plus en images qu’en texte.
Photos de Yves, mes photos

Nous stationnons dans l’allée des platanes près de la boulangerie et d’une supérette qui nous seront bien utiles au retour… la pluie ayant été annoncée, presque tout le monde s’est désisté mais les aixois sont là, un petit groupe au sein duquel les relations sont faciles et amicales.

Première boucle vers le sud : direction Blaquière, la Chau (pour la partie commune, voir de la falaise de Subarroques au Travers de Piéroux et Viens le circuit des cabanes) ; la pluie tombe faiblement, rien de désagréable.
Quel est donc cet arbuste ornemental qui a pris racine à l’extérieur de la propriété et emmêle ses grosses tiges rouges ?
Un court passage en mode sanglier, qu’Yves connait par coeur, sans grande difficulté, rejoint un chemin rural en contre-bas.

La cabane en ruche d’abeille au beau profil régulier est probablement l’oeuvre d’un professionnel de la pierre sèche ; elle est suivie d’une autre de forme anguleuse en moins bon état. Dans la fiche de la cache, Yves Provence et nicoulina (c’est nous !) sont remerciés pour leur aide à la formation au geocaching, qui a permis au parc du Luberon de poser 40 caches pour ses 40 ans.

[35/40 luberon] Borie des abeilles, petitmome

La brume s’étend au dessus du muret ; les champs de lavande ont pris leur teinte d’hiver. Derrière les ruches une cabane en gradins, plus rare, elle aussi de belle facture. Nous rejoignons le grand clapier à travers la garrigue ; près de la ligne à haute tension, le GPS s’affole.

Viens – le grand clapier de la Chau, brunobobo

Falaise de Subarroques. Les itinéraires de balade dans Viens sont désormais identifiés clairement par des lettres sur fond vert. Longue montée sur le chemin de Barroques qui surplombe une falaise de plus en haute. L’eau a parfois isolé de gros rochers du reste de la falaise mais ça ne fait pas peur à Yves. La fin du sentier se termine sur des strates.

Au lieu-dit la Baume, Majo se pose la même question que la première fois : pourquoi avoir construit un mur de soutènement dans cet espace étroit coincé entre deux reliefs ? qu’y faisait-on ? je n’ai pas trouvé la réponse.

Dès l’arrivée au village caractérisé par d’impressionnants murs de pierre toujours bien construits, nous découvrons la fontaine basse, merveilleusement limpide et dans un cadre enchanteur ; un chien fugueur s’y désaltère ; ce site fait désormais partie d’un itinéraire de découverte ; il a été nettoyé et a fait l’objet d’un relevé d’architecture en 2016.

[40/40 luberon ] La Fontaine Basse, petitmome

Au pied du village ce que je prends pour le château est sans une ancienne maison forte, au pied des remparts. L’église saint-Hilaire en dehors du périmètre fortifié garde quelques traces médiévales comme le clocher et ses baies géminées.
Nous traversons le cimetière le temps de repérer des tombes bizarres et de voir au loin les gorges d’Oppédette.
Une montée rude, un raccourci à vrai dire, rejoint un sentier quasiment abandonné et envahi de végétation qui nous taquine jusqu’aux yeux ; il passe sous le village et joint les deux boucles nord et sud au niveau de la route. Pas super agréable ! mais le lieu de pique-nique, lui, vaut la peine : avec banc, table et point de vue.

Point de vue à 360° par Yves depuis le lieu de pique-nique

Continuer la lecture de Viens, de la falaise de Subarroques à Piéroux par l’ancien GR

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 30 Avr 2018

Retour en haut de page

Vinon sur Verdon, les chemins de l’eau

Publié le Catégories ----- * Provence Verdon 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , Laisser un commentaire sur Vinon sur Verdon, les chemins de l’eau
 

Arrivés tôt sur la place du marché, pas de marché le samedi nous a assuré Daniel, nous attendons le groupe avec Yves Provence, sous les platanes plantés par la ville d’Arles ; sous ces arbres, autrefois les troupeaux transhumant venaient boire à la fontaine du Cours. Ebranlée par le bombardement de Vinon en août 1944, démolie juste après la guerre, elle est reconstruite, puis rénovée dans les années 1970/1980. Selon Eligune, les fontaines

Les photos de Vinon

En passant devant la boulangerie en bas de la grande rue, Daniel m’indique que c’était l’ancien moulin à farine mû par l’eau du Verdon ; autrefois il ne fonctionnait pas le samedi pour permettre l’arrosage. Il pouvait moudre une charge de farine en deux heures (120 kg).
Le campanile ou tour de l’horloge servait bien plus au XVIIIe que maintenant que tout le monde possède un téléphone portable.

La construction du clocher de Vinon […] débute en 1781 sous le consulat de Maximin Guis […]. En 1784 le Conseil de la commune commandite maître Pérard, horloger à Aix-en-Provence. […] Parallèlement, un bail au maître serrurier Jacques Fosse de la Verdière est établi le 14 août 1785 pour la construction du campanile.
Le 23 octobre 1785, Vinon achète une cloche d’occasion à l’église Saint-Zacharie de Marseille.

Dans le jardin d’une maison de la rue du puits, des boucs grimpent sur le muret et quémande quelque nourriture. Nous grimpons encore dans la montée de l’église qui passe devant l’imposante façade de Saint-Sauveur, ancienne église du château des Hospitaliers ; le presbytère à sa droite est si différent que l’on a du mal à y voir un ensemble architectural. C’est que l’église a été reconstruite au XIXe et plus récemment suite à un incendie.
De là haut, la vue sur la plaine, le Hameau, la forêt domaniale au nord de Vinon ; à gauche, la passerelle piétonne sur le Verdon, toute blanche, de 165 tonnes et 81 mètres de long, installée en novembre 2015 et qui constitue une alternative au pont sur le Verdon ; elle a coûté 1,5 M là où un vrai pont aurait coûté 10 fois plus. Les automobilistes auraient sans doute préféré un second vrai pont…

Dans le quartier de Vière, deuxième village après celui de la colline Saint-Pierre détruit, le panneau n°16 tente de nous faire imaginer la citadelle et le château des Hospitaliers grâce à quelques bouts de vieux murs restés après sa destruction programmée par le Parlement d’Aix en 1596.

Vinon sur Verdon, ZoZo78

Guerre de religion. Le parlement de Provence est scindé en deux : les ligueurs catholiques d’Aix, emmenés par le comte de Carcès, qui ne reconnaissent pas Henri de Navarre, et les royalistes avec la Valette qui installent leur QG à Riez. En 1591, La Valette voulant éviter que la ville d’Aix soit ravitaillée en blé par la Haute-Provence, fait fortifier le village de Vinon et barre les routes ; quelques années plus tard, le parlement d’Aix prend sa revanche en faisant détruire la forteresse de Vinon.

Autrefois premier bâtiment visible sur la route de Ginasservis, la Chapelle Saint-Nom de Jésus, entourée d’habitations, a bonne mine de l’extérieur ; elle ne sert plus qu’à l’occasion de la fête du saint nom de Jésus le 14 janvier. En 1789 le sieur Etienne Sias est tenu de payer 24 livres pour les tambourins et fifres qui sont venus pour la fête du Saint-Nom de Jésus.

La montée va commencer sur le chemin de Savéou, un chemin de galets typique de la zone Verdon-Durance ; à mi-chemin, un tronc d’arbre porte deux galets en forme de cœur. La première borne domaniale, la plus au nord, marque le début de la forêt de Vinon (nord et sud : 238 ha sur 4 cantons) représentée par un trait vert épais sur la carte IGN ; ces bornes vont se succéder autour des deux cantons, dont celui de l’Homme Mort où se pratiquent les activités cynégétiques et les sports nature ; j’apprends ce jour là que le dispositif homme mort est un système permettant le déclenchement automatique d’une alerte en cas d’absence de mouvements de la part d’une personne considérée comme « isolée ». Beaucoup de lieux portent ce nom ; il n’y a pas pu avoir un homme retrouvé mort à chaque fois. André suggère un orme mort, transcription mal comprise du géographe ?…
Une cabane de chasse est à peine masquée par deux arbres. De là haut, on mesure l’importance du projet ITER à Cadarache par les nombreuses grues et les imposants bâtiments.

ITER (de l’anglais : International Thermonuclear Experimental Reactor, signifiant en français : « réacteur thermonucléaire expérimental international ») est un projet de réacteur de recherche civil à fusion nucléaire […]. Le projet de recherche s’inscrit dans une démarche à long terme visant à l’industrialisation de la fusion nucléaire. Cette démarche prévoit de construire un second réacteur de recherche, DEMO, plus proche d’un réacteur de production, avant la phase industrielle. Le projet associe trente-cinq pays : ceux de l’Union européenne ainsi que l’Inde, le Japon, la Chine, la Russie, la Corée du Sud, les États-Unis et la Suisse.
[…] le budget du projet [est] passé de 5 à 19 milliards d’euros. D’après wikipedia, ITER

Descente dans les galets roulants. Je crois que je préfère la montée… Borne domaniale 37 puis en bas, après avoir suivi la route en file indienne, en plein virage, nous voilà obligés de traverser la route D554 : prudence ! Daniel est prêt à régler la circulation. En contre-bas, la vallée du ruisseau de Boutre et ses champs cultivés que nous longerons tout à l’heure. Au fond la ligne du Luberon.

Ça y est, nous sommes en bas, une seule maison : celle de Margin de l’autre côté du ruisseau. Un renard mort sur le bord du chemin. Enfin le pique-nique au soleil, sur le bord du chemin qui mène sur l’autre rive. A peine avons-nous terminé de déguster le rhum arrangé d’Yves que le temps fraîchit, le vent se lève annonciateur de la pluie promise par Météo France.

Continuer la lecture de Vinon sur Verdon, les chemins de l’eau

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 08 Fév 2018

Retour en haut de page

Colorado de Rustrel

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , 2 commentaires sur Colorado de Rustrel
 

Le parking du Colorado provençal est désert en ce jour de décembre où le mistral souffle fort avec une température ressentie de -2° ; personne à l’accueil : donc pas de paiement, pensons-nous. Le Colorado est un site privé d’anciennes carrières d’ocre aux multiples couleurs, géré par une association regroupant des propriétaires et des bénévoles. Sur le plan de 2017, orienté vers le sud (?), il n’y a plus que 2 circuits au lieu de 7 en 2006 (l’ancien plan est disponible dans Découverte du Colorado Provençal) : le bleu (Sahara, autrefois G) et le circuit du belvédère (orange) empruntant une partie de G et F (Cheminées de fées). Yves nous propose un peu des deux avec en plus le cirque de Barriès (C) dont l’altitude est un plus élevée que les deux autres.
Visite en Vidéo Carnets de rando

Mon album photos, les photos de Yves Provence

L’industrie de l’ocre est considérée comme l’une des plus anciennes. Elle servait à parer les vivants et les morts ; contrairement à une idée répandue, il existait d’autres sites ocriers en France : l’ocre de Saint-George-sur-la-Prée (Cher), au nord-est de Bourges, était déjà employée du temps des Romains ; dans la Nièvre, sur la commune de Bitry, où l’ocre extraite était transportée par bateaux jusqu’à la Loire ; dans l’Yonne, sur les communes limitrophes de Pourrain, Diges, Toucy et Parly. L’industrie de l’ocre en pays d’Apt est le plus important.

La passerelle sur la Doa, la rivière qui traverse le Colorado provençal, est praticable aujourd’hui. Nous arrivons sur un site comportant du matériel autrefois dédié au traitement de l’ocre. Probablement une ancienne station de pompage de l’eau de la Doa actionnée par un moteur à gaz et protégé dans un cabanon de brique (des briques sont éparpillées au sol). On faisait un barrage sur la Doa pour détourner l’eau dans un puisard qui se remplissait toute la nuit. Les pompes fonctionnaient au bois, puis à l’huile et enfin à l’électricité.

Un peu plus loin dans la forêt, un long aqueduc amenait l’eau jusqu’au moulin sur la Doa dont on a aperçu les ruines cachées derrière les arbres.

L’aqueduc de Couloubrier1 circule au cœur des anciennes carrières d’ocre de Rustrel […]. Datant vraisemblablement de la fin du XIXè siècle ou du tout début du XXè, il était utilisé pour acheminer l’eau d’un ruisseau du massif des ocres vers le moulin implanté au bord de la rivière Doa, et permettait de canaliser les eaux de ruissellement sur ce terrain fragile. Il est constitué de chenaux en pierre de taille, reposant sur des poteaux et murets de moellons maçonnés.

Un chien décide de nous accompagner ; en poursuivant sur le sentier balisé bleu et orange, nous arrivons au pied d’une colline rouge, ce pigment minéral de l’art pariétal ou des indiens Peaux-Rouges ou de l’EDF qui marque ainsi ses tranchées de câbles électriques.

Les photographes montent sur la colline voisine le temps d’une photo. A droite, la couleur est plutôt orangée tandis que celle de derrière, sur une bosse striée, tend vers le violet lie de vin.

L’arête #8, Dr NO 007

Si les couleurs sont l’oeuvre des altérations de la roche durant la seconde phase géologique de formation des ocres (la mer est repoussée, les dépôts marins soulevés, la roche s’altère en kaolinite ou goethite), les formes et les sculptures sont l’oeuvre des hommes. Ici, tel un vaisseau de pierre, des sables siliceux blancs, la troisième couche de ces terrains au-dessus de la base de grès verts et de la couche de sables ocreux.

Orangina #7, Dr NO 007

Des tuyaux au sol encore visibles, amenaient l’eau directement sur les blocs, les entraînant vers un malaxeur à hélice où ils étaient délayés. Le courant d’eau passait ensuite dans les batardeaux ; la photo ci-contre à gauche est extraite du livre Ocres, ocres et ocriers du pays d’Apt, parc naturel régional du Luberon, Edisud,1986 (ce livre raconte l’histoire de l’ocre mais il reste à écrire la partie contemporaine avec la dernière entreprise la Société des ocres de France); le sable grossier se déposant tandis que les particules fines se déposaient dans des bassins qui se trouvaient à Istrane. Quelques arbres tentent de s’accrocher à ces collines artificielles instables.

En forêt le sentier sinue jusqu’à la cascade du vallat des Gorgues, à l’ouest du lieu-dit Sahara ; l’eau dégringole depuis le haut de la falaise au dessus d’une grotte où personne n’ose s’aventurer.

En passant non loin d’une colline pointue de couleur blanche, impossible de savoir si c’est un reste de neige ou du sable : je dois vérifier de près.

C’est du pur blanc maman #6, Dr NO 007

Continuer la lecture de Colorado de Rustrel

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 08 Fév 2018

Retour en haut de page

La montagne de Vautubière à partir de Rians

Publié le Catégories ----- * Aix et Durance, 13 Bouches-du-Rhône, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familiale, Rando sportiveMots-clés Un commentaire sur La montagne de Vautubière à partir de Rians
 

Aujourd’hui nous partons à l’assaut de la montagne de Vautubière orienté NO-SE, entaillée par la cluse de la Durance. De là haut, les points de vue sur la vallée et les montagnes environnantes sont exceptionnels : pratiquement toutes les montagnes provençales sont visibles à moins de 100 km à vol d’oiseau.
Les photos de Yves Provence
Mes photos
Les photos d’Emotion
Les photos de David

Nous partons du chemin de Saint-André qui traverse les Espargades et nous stationnons à l’angle du chemin de Langouste et du chemin de Simiane. Après le ruisseau de Saint-Paul dont la surface est gelée, j’enfile mes gants car le froid est mordant. Un virage en épingle à gauche et la montée commence, longeant bientôt le vallon de Vaudet. Au niveau du lieu-dit Guentié, Daniel nous montre Cadarache dans la vallée de la Durance et son impressionnante ferme de panneaux solaires. Par intervalle, une trouée laissant passer le soleil, nous ne serons jamais totalement à l’ombre.

A la cote 632, Yves propose d’aller à la recherche d’un ancien point géodésique ; le sentier est étroit mais visible. Au sol des centaines de pois blancs, ronds et lisses tapissent le sol. Ressemblant de loin à des petites billes de polystyrène, ils sont enveloppés d’une petite peau comme les pois chiches. Nous n’en verrons qu’à cet endroit là. UndeBaumugnes est venu une nouvelle fois à mon secours : il a reconnu la boviste plombée, champignon sans pied, blanc quand il est jeune, reliée au sol par une masse de fibres qui se rompent à maturité exposant l’enveloppe interne blanchâtre qui prendra plus tard la couleur du plomb.
Les pieds se tordent sur un pierrier en arc de cercle dont on devine le reste d’un mur bas. Classé comme oppidum de la Vautubière 1 d’âge du fer par le service d’archéologie, cette enceinte ovale (32 m x 42 m) serait un ancien lieu de culte gaulois.

Les gaulois possédaient des enceintes sacrées (téménos) où ils avaient commerce avec leurs divinités au travers d’offrandes. Culte pratiqué par des guerriers, riches propriétaires, druides : seuls les druides pouvaient comprendre la volonté des dieux. la Gaule une redécouverte, Documentation Photographique 8105

Ne ne trouverons pas le point géodésique mais une vue plongeante sur la métairie de Simiane coincée entre des champs cultivés ; nous passons insensiblement du Var aux Bouches-du-Rhône, de Rians à Jouques.

Nous repartons vers la vigie de la Vautubière en commençant par une longue descente caillouteuse qui en met mal à l’aise plus d’une. La dernière montée vers la vigie est dure mais sur large piste ; à peine arrivés, nous nous installons au soleil pour le pique-nique. Pas de pompiers pour nous offrir la protection du bâtiment de la vigie.

Après le repas, un groupe se détache pour sinuer sur la crête de Vautubière, ses arêtes anguleuses et ses passages légèrement escarpés qui lui donne des allures de petite Sainte-Victoire ; depuis cette ligne, les points de vue sont multiples ; en partant de Sainte-Victoire que vous reconnaîtrez par sa silhouette en dentelle irrégulière, en tournant sur vous-mêmes vers la gauche (boussole et jumelles recommandées) :

Continuer la lecture de La montagne de Vautubière à partir de Rians

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 29 Jan 2018

Retour en haut de page

Rognes, le sentier des vignerons sous la neige

Publié le Catégories ----- * Aix et Durance, 13 Bouches-du-RhôneMots-clés , , Laisser un commentaire sur Rognes, le sentier des vignerons sous la neige
 

Nous devions partir à quatre, nous ne fûmes que deux ; quand les premiers flocons sont tombés dès 7h du matin, deux se sont désistées ; les plus téméraires, Claude et moi, ne le regretterons car le silence et la blancheur ont transformé les paysages, renforçant le caractère insolite de la balade. Inspirée de l’Ecobalade de Rognes j’y ai ajouté une variante en altitude vers la crête de la chaîne des Côtes.
Inauguré le 12 juin 2010, ce sentier des vignerons (Rognes), après celui de Puyloubier, fait désormais partie du Réseau des sentiers des vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône. Par chance nous trouvons une place sur le petit parking près du lavoir ; de toutes façons, le grand parking à l’entrée de Rognes, avant la chapelle saint-Denis en venant d’Aix-en-Provence, a toujours des places disponibles (ajouter 1km A/R).

L’album photos le sentier des vignerons sous la neige

La première photo prouve bien qu’il neige : on voit les flocons devant le lavoir du XVIIe siècle, le lavoir de Fontvieille, restauré au XIXe siècle. Nous commençons sur route ; dès le premier écart sur un sentier, un paysage surprenant mais enchanteur s’offre à nous. Nous rejoignons la route ; les vignes sont couvertes de neige et taillées à la mode du cordon de Royat : les coursons verticaux leur donnent une allure d’épouvantail.

La taille en Cordon de Royat est une taille courte sur une charpente longue, caractérisée par 1 ou 2 bras horizontaux de 40 cm environ, portant 2 à 5 coursons ou porteurs, installés dans le sens du palissage sur le fil porteur, au minimum à 60 cm du sol.

De temps en temps, un panneau de bois marqué sentier des vignerons en écriture manuscrite appliquée, balise le chemin. Nous pénétrons dans le bois par un sentier très empierré : après la montée raide et courte vers la crête, à partir de la citerne de Menourque, nous marchons sur un chemin totalement vierge : personne n’est encore venu jusque là. Au loin côté nord le Luberon a changé d’allure, comme strié de gris et blanc. Les collines les plus proches portent une chevelure grisonnante. Au sud, côté village de Rognes, une mosaïque de champs blancs. Au zoom, le rocher de Castellas dresse sa façade de pierre dominée autrefois par une tour castrale : ce serait l’emplacement du Castrum de Tarron du Xe qui donnera le nom de La Roque d’Anthéron.

A l’emplacement du cairn sommital (ne pas continuer tout droit), nous devons redescendre avec prudence jusqu’à la piste en contre-bas que nous allons suivre tranquillement ; nous croisons quelques VTTistes aventureux ; il ne neige plus. Claude commence à avoir faim : Il me faudrait un banc maintenant pour le pique-nique ! ; un banc dans les bois, cela semble peu probable et pourtant à midi et quelques minutes, non loin de Caïre Val, un banc providentiel sous les arbres, nous accueille. Nous n’y restons que le temps de récupérer des forces car la température, même s’il ne neige plus, n’est pas favorable à un stationnement prolongé.

Nous contournons l’institut Bouquet, maison de retraite de Caïre Val situé à l’emplacement de l’ancienne bastide de Caireval détruit en 1909. Le domaine du Caïre a été cédé aux institutrices du département par le docteur Bouquet en 1903 pour servir de lieu d’asile aux retraités.

Dans la vallée, il y a moins de neige ; la piste traverse les champs de vignes ; de ce côté, les arbres sont aux couleurs d’automne. Au loin c’est bien le Mourre Nègre et ses antennes hertziennes et à quelques mètres devant l’ancien canal du Verdon. Sur le chemin de Traspigut, une sentinelle de neige veille…

Le sentier rejoint la route non loin de la chapelle romane saint-Marcellin, notée en ruines par l’IGN en 1950 et reconstruite par des chantiers de jeunes. Lieu habité depuis longtemps comme en témoignent l’autel paléochrétien du Vè après J.-C. et les monnaies romaines découverts à Saint Marcellin à l’occasion de fouilles archéologiques.

La chapelle de Saint-Marcellin, près des ruines des Cannes, est reconstruite en 1136 (f). … Après le saint sacrifice, des prières sont faites pour les victimes des Sarrasins, sur le lieu même où elles périrent en plus grand nombre. A l’occasion de l’avènement de la Maison de Barcelone au comté de Provence, au préjudice de la Maison des Baux, les habitants de Rognes ont dû se retrancher dans leur castrum. Revue de Marseille et de Provence, Volume 31, 1885

La statue de l’évêque est encastrée dans la façade ; la massive croix de pierre face à l’édifice porte la date de 1989 qui correspond sans doute à la date de restauration. L’enclos au pied de l’ermitage sera bien agréable aux beaux jours. Aujourd’hui les traditions, interrompues en 1909 après le tremblement de terre, sont reprises : la messe, la bénédiction des vendanges et un repas.

Continuer la lecture de Rognes, le sentier des vignerons sous la neige

©copyright randomania.fr

Flassans sur Issole dans les vignes en automne

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 VarMots-clés , , , Un commentaire sur Flassans sur Issole dans les vignes en automne
 

11 novembre avec Marie-Françoise aujourd’hui ; nous allons à Flassans sur Issole, en Provence Verte ; j’ai conçu un parcours qui mélange des portions de trois circuits habituellement proposés par l’office du tourisme : le château des Pontevès, le bois de Defens, la voie romaine. Nous nous garons sur le parking d’où partent la plupart des randonnées, en passant sous le pont d’autoroute face au parking des Grands Prés.

L’album photo de Flassans dans les vignes

Le plus difficile c’est maintenant ; nous montons par la voie caladée jusqu’aux ruines du château des Pontevès ; c’est probablement l’ancien chemin qui menait à la chapelle ; le vieil oratoire dédié à Saint-Antoine a perdu la statue de sa niche ; dans le nord de la France, invoqué quand on a perdu quelque chose, combien de fois ai-je entendu Saint Antoine de Padoue, faites-moi retrouver ce que j’ai perdu !

L’idée d’invoquer saint Antoine pour retrouver les objets perdus vient du fait qu’un voleur (qui deviendra un pieux novice) lui aurait dérobé ses commentaires sur les Psaumes et se serait ensuite senti obligé de les lui rendre.  Selon Saint-Antoine de Padoue, wikipedia

Patron des marins, des naufragés et des prisonniers, protecteur des amoureux au Portugal, il est protecteur des trufficulteurs à Flassans !

Etagés sur plusieurs niveaux : les ruines du Vieux Flassans abandonné vers le XVe, les remparts puis le château fièrement restauré par l’association de Sauvegarde du château des Pontevès. La petite chapelle Saint-Antoine, construite à l’extérieur des remparts, est désormais consacrée à Saint-Joseph (?) et contient les outils nécessaires aux travaux d’entretien.

Nous visitons le château dont les parties principales sont désormais expliquées par des panneaux : le four à pain sans cheminée, l’entrée nord qui fut murée par les bergers à l’époque de l’abandon des lieux, la tour de guet devenue donjon et sa citerne semi-enterrée, l’autre tour de guet de l’enceinte Est qui porte fièrement depuis le début du XXe le drapeau occitan que l’on peut voir de loin. Le grand et moderne réservoir détonne un peu si près de ce château en cours de restauration mais j’ai  bien l’impression qu’il va être recouvert de pierres pour moins choquer.

Après presque le tour complet du château, nous passons devant la chapelle Notre Dame de Consolation, plusieurs fois restaurées (la première date de 1559) avant de descendre par le chemin de la chapelle, plutôt route que chemin. Nous montons l’avenue du général de Gaulle puis le chemin macadamisé du Defens qui se prolonge bientôt en véritable chemin.

Dès que nous sommes dans la nature, un arbuste au feuillage rouge anime les bois, sans que nous parvenions à l’identifier. La piste est large et légèrement caillouteuse ; un peu inquiètes après avoir entendu quelques coups de feu, nous interrogeons deux chasseurs pour savoir si nous courons des risques : aucun, affirment-ils en souriant, les chiens chassent le renard ; évidemment, ce n’est pas le but recherché ! Peu avant les lignes à haute tension, en pleine garrigue, des buis taillés : peut-être était-ce autrefois l’entrée principale du domaine viticole de Pique-Roque ? Un cairn pointu signale un virage en courbe et en pente : caillouteux donc un peu casse-cou.

A la limite des deux communes de Flassans et Cabasse, nous partons sur la gauche vers le grand Candumy ; bien que la route soit calme, il est probable que vous préférerez marcher le long du champ à gauche ; cette route suit le probable tracé d’une ancienne voie romaine, la via Aurelia.

Surprise : les premiers champs de vignes aux feuilles rouges puis ce bel arbre qui se cambre comme une danseuse. Après le club du setter anglais, la proximité de l’autoroute A8 apporte son lot de bruit de circulation automobile. Le pont sur l’Issole n’est pas romain, un peu comme à Céreste où le pont de la Baou est encore écrit ‘pont romain’ par l’IGN alors qu’il date du XVIIIe.
La 33e borne milliaire romaine a été trouvée en réemploi, non loin de là, au Grand Camdumy à Cabasse.

La borne milliaire datant de NERON (58 après J.C.) a été retrouvée sur le domaine et se situe actuellement dans notre caveau de dégustation. Une traduction du texte en latin est disponible. Situé sur la VIA AURELIA , le domaine de Campdumy («champs des vendanges» en vieux provençal), dispose d’un riche passé historique , dont témoignent certains vestiges romains : La borne milliaire datant de NERON (58 après J.C.) a été retrouvée sur le domaine et se situe actuellement dans notre caveau de dégustation. Une traduction du texte en latin est disponible. Domaine Gavoty

Continuer la lecture de Flassans sur Issole dans les vignes en automne

©copyright randomania.fr