Feissal et les Monges ou l’art en marche : un circuit pour les beaux jours



2 mars n’était pas un bon jour pour faire une randonnée pédestre dans les Monges ; ce n’était pas le jour pour découvrir les lettres d’or gravées par l’artiste herman de vries sur les rochers ; ce n’était pas le jour pour découvrir la chapelle Sainte-Marthe sur les hauteurs de Authon. Authon, départ de la randoAuthon, rocher de Pierre-MontMais c’était le jour pour les sportifs en raquettes ou en ski ! L’idée m’est venue du guide L’art en marche à partir de Digne les Bains, Images en Manœuvres Editions / Musée Gassendi, Images en Manœuvres Editions, 2012 : randonnée 17, Feissal et les Monges ; et comme j’aime beaucoup le massif des Monges, je n’ai pas réfléchi très longtemps.

Traversée à guéMontée en sous-bois vers la PérousePartie du parking du gite des Monges, j’apercevais bien quelques traces de neige sur les sommets environnants mais n’en étais pas inquiète ; dès que je me suis engagée sur la piste forestière le long du ravin de la Bastié, la neige recouvrait le sentier ; après le passage à gué, ça s’est compliqué drôlement : les marcheurs matinaux avaient échangé leurs chaussures contre des raquettes ; moi, je m’enfonçais profondément dans la neige et la difficulté allait croissant au fur et à mesure de la montée.

TabaillonJe consultai ma montre : midi, j’étais à peine au tiers de mon parcours. La rencontre inespérée d’un couple de randonneurs bien équipés va m’aider à prendre une décision : nous consultons la carte, l’homme s’exclame « Ah ! mais c’est loin ! en 3 heures, c’est pas possible ! » ; c’est pourtant le temps indiqué sur le guide pour 12 km dont 5km en montée ; je décide de reporter cette randonnée et rebrousse chemin au lieu-dit Tabaillon.

La chapelle Sainte-Marthe, posée sur le plateauPresque revenue à Authon, je décide de suivre le panneau chapelle Sainte-Marthe, chapelle qui aurait remplacé une chapelle médiévale placée sous le même vocable  ; quelques arbres portent l’indication d’un GR pas très commode le long d’une propriété privée. Surprise ! le sentier étroit est barré par une barrière flexible ; l’arbre de l’autre côté portant le balisage rouge-blanc, je passe au dessus de cette frontière symbolique. Au niveau d’un champ qui regorge d’eau, je rejoins la route, retrouve le GR puis plus d’indication. Je ne vois aucune chapelle autour de moi. Je redescends vers le parking : et là, toute petite et semblant me narguer, je l’aperçois.

Après un pique-nique un peu morose, je décide de ne pas rester sur un échec et de repartir à l’envers de la boucle jusqu’au pont de la Cluse où se trouve trois œuvres de herman de vries ; opposé à toute forme de pensée hiérarchique, il a banni la majuscule de son nom et de ses écrits. Sorte de musée hors les murs, la route de l’art contemporain passe dans des lieux souvent éloignés, en pleine nature, provoquant étonnement, questionnement et finalement, devient un but de balade au cours de laquelle le jeu est de trouver des traces laissées par des artistes contemporains. Dans les gorges du Vançon, de vries a laissé trois traces en lettres d’or gravées sur les rochers.

j’aime cette région, la vallée du bès, le bruit de l’eau qui coule au fond des nombreux ravins […] ; j’aime les fleurs qui éclosent au printemps, les forêts et leur dense sous-bois, l’odeur de la végétation, le thym partout, la vue d’une montagne blanche, d’une route de campagne encore non goudronnée, et la fascination qu’exerce sur moi l’éventuelle rencontre d’un loup… digne est rapidement devenue une part de moi-même, elle a pris une place dans mon cœur, car c’est quasiment le seul endroit au monde où je n’ai trouvé que pure poésie.
herman de vries, herman de vries, Fage éditions et musée Gassendi, 2009

Musée gassendi, oeuvres dans la nature de herman de vries

RD 13 vers la clue de FeissalArbre écroulé sur la ligne téléphoniqueIl me faut donc remonter la route D13, en lacune, totalement déconseillée aux véhicules. Il y a encore plus de neige que sur la piste de ce matin ; je croise un skieur qui dévale la pente avec une aisance que je jalouse : moi je m’enfonce profondément dans la neige et me fatigue.

Continuer la lecture de Feissal et les Monges ou l’art en marche : un circuit pour les beaux jours

©copyright randomania.fr

Le sommet de Vaumuse



En se rendant au pont de la Reine Jeanne, on sent très vite qu’on va arriver dans un endroit particulièrement reculé et sauvage. Cet ouvrage du XIVè siècle serait daté plutôt du XVIIè selon l’ouvrage D’une rive à l’autre, les ponts de Haute-Provence de l’antiquité à nos jours, P. Auran, G. Barruol, J. Ursch, Alpes de Lumière, 2006. Il enjambe les eaux vertes du Vançon au fond d’un vallon étroit et boisé, dans le pays sisteronais. La route finit là, barrée au pied d’une falaise chancelante. Le pont à arche unique, en dos d’âne aigu dix mètres au dessus du Vançon, fermé à la circulation automobile (la chaussée ne mesure que 2m17 de large), mène au village abandonné de Saint-Symphorien  (commune d’Entrepierres), notre première étape. C’est plein d’entrain que nous y montons.

Jeanne est née en 1326. Très tôt orpheline c’est son grand-père, Robert, Roi de Naples et Comte de Provence, qui l’élève. Pour des raisons stratégiques et sauvegarder les titres de Jeanne, son grand-père la promet en mariage à son cousin, André de Hongrie, garçon malingre et pâlichon, alors qu’elle n’à que 6 ans. Jeanne est éduquée par son grand-père qui s’entoure de gens de lettres, de troubadours, d’artistes.
Quand André de Hongrie se présente quelques années plus tard, Jeanne reste pétrifiée. L’homme est rustre, mal fait, maladroit. La mort du grand-père de Jeanne précipite le mariage qui a lieu le jour de l’enterrement de l’aïeul.
Les parents d’André de Hongrie revendiquent pour leur fils, les titres de la Reine Jeanne. Peu après, on trouve André de Hongrie étranglé avec une corde. La Reine Jeanne clame son innocence. Elle est menacée par le frère, Louis de Hongrie et les Siciliens.
D’après le résumé du livre La Reine Jeanne de Naples et de Provence – histoire et légendesLouise MichelEditions Tac Motifs, mars 2003, résumé rédigé par Fanette sur le site Marseille forum

La tradition raconte qu’elle s’est alors réfugiée à Saint-Symphorien (1345). Cette Reine a connu la richesse et la pauvreté, la puissance et la trahison, la générosité et la haine et a sans doute fasciné beaucoup de monde. De nombreux lieux portent son nom un peu partout en Provence : dans mon blog, quatre articles l’évoquent.

Les rues du village abandonné de Saint-Symphorien par le dernier habitant en 1976, sont désertes mais ses ruines restaurées nous rappellent le passé actif de la vallée. En 70 ans, la commune a perdu plus de 100 habitants entre 1836 (197 habitants) et 1906 (58). La forêt omniprésente renforce cette impression d’isolement.

Nous commençons notre randonnée par une piste forestière qui monte, très doucement. A force de discuter, nous ratons le carrefour avec le PR : nous voilà embarqués sur une piste sinueuse qui rallongera notre randonnée ; étonnés de trouver une source temporaire sur la carte IGN, je vérifie sur le cadastre napoléonien pourquoi elle a été captée ici ; une ancienne habitation ‘Payan’ dans le quartier Eymar et Cambe existait encore en 1836. Peut-être s’agit-il de Jean Payan mort en 1851 à Saint-Symphorien.

Le gué bétonné s’est écroulé, preuve que la rivière maigrelette d’aujourd’hui doit parfois s’écouler avec violence ; nous rejoignons le PR, au champ de la Plate facilement repérable par son impluvium et la plate-forme dégagée sur le sommet de Vaumuse, les gorges de Vançon et les cicatrices de l’érosion. Les chasseurs venus de Sourribes, seuls autorisés à emprunter la piste en voiture, se garent là. Commence la partie fatigante : une montée continue, très longue, plus de 500m de dénivelée pour atteindre la crête, sur des chemins de petits galets roulants, en sous-bois. Depuis le champ de la PlateNotre vitesse moyenne ne dépassera pas les 1 à 2 km/h. Deux chasseurs nous signalent la présence de mouflons ; pas étonnant car ils trouvent ici tout ce qu’ils aiment : fougères, champignons, mousses et lichens, feuilles d’arbustes et de buissons. On se souviendra du sentier des quatre-vingt vautes1 dont le tracé ressemble à des dents de scie !

Déserté, le terroir se vida un siècle durant. Il fut repeuplé en 1504 par le seigneur local qui passa un acte de bail avec des familles venues d’ailleurs. Elles construisirent leurs maisons au carrefour de divers chemins, dont celui des quatre-vingts-vautes1 qui franchit sa crête orientale. Extrait du site Pays sisteronais Buëch

Nous ne sommes pas encore au point culminant ; le chemin de crête chemine entre deux rangées de bois jusqu’au sommet de Vaumuse repéré par une vieille croix de bois planté dans un tas de galets. Fiers d’avoir atteint les 1435m de ce sommet, nous nous offrons un moment de repos face à la vallée de Thoard. Je reconnais même le pic d’Oise, cône régulier près de Digne-les-Bains, qui établit une articulation visuelle entre la basse vallée de la Bléone et la vallée des Duyes. De l’est à l’ouest, du nord au sud, Vaumuse marque le passage entre la Provence et les Alpes, l’étage de l’entre-deux, premier contrefort des Alpes.
Urbanisme et géomorphologie

 

Continuer la lecture de Le sommet de Vaumuse

©copyright randomania.fr

La crête de Géruen



Cela fait longtemps qu’estoublon m’avait recommandé cette randonnée sur la montagne de Géruen, à l’est de Sisteron. Je pars du Col de Font Belle à Authon, après 20km de route étroite tout en virages. Un endroit perdu dans la forêt et pourtant fort fréquenté en ce début septembre. Le parking est presque plein ; les randonneurs partent pour la grotte Saint-Vincent, Authon ou la crête de Géruen ; les joueurs de boules s’exclament, les familles parcourent le sentier de découverte et les sportifs du dimanche entretiennent leur forme dans les épreuves du parcours sportif. Les deux guides de randonnée que j’ai consultés prévoient 3h45 de randonnée ; attention ! ce n’est que l’aller ; presque 600m de dénivelée, il faut les faire même si elle s’avale en douceur par une montée en pente douce et régulière.
Topo-guide les Alpes de Haute Provence à pied, ADRI/ass.dép. logis de France, FFR, 2002.
Par les chemins A travers la réserve géologique de Haute-Provence, ADRI/Réserve géologique, ADRI/Réserve géologique, 2000

Tout commence par le GR6, large piste forestière qui passe devant une grande maison abandonnée près d’une fontaine alimentée par le bassin d’eau tout proche. Un quart d’heure plus tard, je prends le chemin de Thierry dont je ne sais qu’une chose, qu’il aimait parcourir ce sentier.

La forêt dans laquelle je pénètre est toute neuve : on circule dans cette forêt reboisée au XIXè siècle par un sentier facile qui passe au dessus de ruisseaux sur de grosses planches de bois, parfois se crée un passage dans un pierrier. Sur un court passage, le sentier a été renforcé par de grosses pierres équarries et alignées, signant son statut de voie officielle autrefois.

Quand enfin j’arrive au pied de l’impressionnante barre rocheuse, je me demande comment je pourrais me retrouver au-dessus sans un pas d’escalade ou un passage avec chaîne. Moyennant un long détour en épingle, avec pour seule difficulté un passage un peu plus glissant dans la terre, je me retrouverai au départ du sentier de la crête.

Le GR6 et le sentier jaune cheminent ensemble pendant quelques minutes. A droite, un peu en hauteur, un poteau de bois au liseré jaune m’invite à monter d’un étage pour me rapprocher de la crête. Je décide cependant de continuer le GR6 pour observer trois patous en train de rassembler les moutons pour les conduire sous le couvert des arbres. Ils ont si vite fait que je n’aurai pas le temps de les  photographier. Je rejoins donc le sentier jaune à vue, non sans mal car la pente est raide. Il est plus de 13h : je m’arrête pour le pique-nique sous un pin.

Continuer la lecture de La crête de Géruen

©copyright randomania.fr