Roubines et drailles


Adaptée d’une nouvelle fiche de randonnée à VTT « La draille1 Nord-Alpilles sur les pas de la transhumance », éditée par la Maison de la transhumance et le parc naturel régional des Alpilles, celle que je vous propose est pédestre. Je me suis garée sur un espace en travaux près de la cave coopérative mais un parking libre se trouve place Jean-Jaurès, dans le centre ville.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Court arrêt devant l’oratoire Notre Dame, le plus ancien, à côté de la cave coopérative. C’est à cet oratoire que les Consuls signataires du Vœu de la Peste se sont arrêtés pour demander la fin de l’épidémie en 1721. Il abrite une niche rectangulaire renfermant une statue de la Vierge avec l’enfant Jésus, œuvre de Daniel CHERESSES, datée de 2001, qui a remplacé la Vierge d’origine très abimée. Sur le toit à double pente, une croix de pierre a remplacé la croix en fer forgé. Chaque année, lors de la commémoration du Vœu de la Peste, les pèlerins s’arrêtent un instant devant le lieu pour prier. Selon lieux historiques, Mairie de Noves 

Pour être certaine de visiter le village sans être fatiguée, j’ai commencé par le  contourner par l’ouest ; je suis passée devant le rempart du XIVe au dessus duquel émerge la curieuse église saint Baudile du XIIe de style roman provençal, mais agrandie plusieurs fois ; son clocher est posé sur une coupole, la toiture est en dalles de pierres ; si, comme moi, vous ne connaissez pas ce saint, c’est qu’il est surtout connu dans le sud, mort en martyr à Nîmes au IIIe siècle.

La porte Aurose ou de bise (c’est par là que s’engouffre le vent du nord)  est en bon état ; aménagée lors de la troisième campagne de construction des remparts au XIVe pour inclure dans l’enceinte les nouveaux quartiers du Marcat et de Malbourguet. J’ai l’impression qu’au dessus de la porte est représentée la tarasque de Noves, l’originale étant visible au Musée lapidaire d’Avignon.

Cette œuvre unique au monde, représente un monstre androphage. [ndlr : ancien peuple nomade de l’Europe de l’Est que l’on dit cannibale]
Date de création : Entre 50 avant J.-C et les premières années du 1er siècle. Taillée dans du calcaire tendre coquillier burdigalien. Elle était à l’origine polychrome […] La Tarasque est reliée à des croyances et valeurs funéraires propres aux celtes. Musée lapidaire d’Avignon

La statue d’Antoine Lagnel, député-maire de Noves fin XIXe, trône sur la place qui porte son nom.

C’est sur cette place, ou au pied du pont de Bonpas (autrefois bac à trailles), que les moutons, chèvres, ânes de Roland Ginoux étaient parqués le 1er juin avant le départ pour la transhumance vers le Devoluy. Départ à 4h du matin, les ânes devant, puis le berger de tête, et le charreton avec les vivres en dernier. 12 jours de voyage à 2 km/h, 4 mois au pied du pic de Bure (Hautes-Alpes). D’après la fiche de randonnée : La draille1 Nord-Alpilles.

Pour s’immerger dans la transhumance du XIXe, je vous suggère de consulter l’œuvre de Théodore Jourdan (1833- 1908) véritablement dominée par l’image d’un animal en particulier, le mouton de Crau. Même Prosper Mérimée, en tournée dans les Alpilles dans le cadre de sa mission d’Inspecteur des monuments historiques, a été frappé par le spectacle des troupeaux, aux Baux par exemple.
J. Jacoupy, la transhumance, coll. Les livres de la nature illustrés, Paris, Stock, 1933. Résumé du livre sur Persée

Ne manquez pas la porte des eaux par où la roubine2 sort du rempart avec le reflet d’une haute maison dans l’eau. La rue Marc Mielly passe sous le rempart du château ; dans un angle une ancienne échauguette, le plus ancien élément appartenant au premier rempart du Xe. Un peu à l’écart du tracé, dans la rue précédent la route d’Eyragues, à gauche, la porte d’Agel, perçée au XIVe, menait par le sud au hameau d’Agellus, ancien fief de l’Evêché d’Avignon. Seul reste de ce quartier : le lieu-dit Piton d’Agel. Trois fiefs de l’évêché d’Avignon. Noves Agel et Verquières des origines à 1481, Marc Mielly, SEDI, Uzès, 1981

Commence une longue partie sur la route d’Eyragues, avec peu ou pas de trottoir ; elle passe au-dessus de l’Anguillon puis vire à gauche dans le chemin du petit pont, un chemin herbeux, contre une haie bien taillée. Agréable cheminement peu fréquenté entre oliviers et friches. Au croisement avec le chemin du Grès, je repère le mas des Gachon qui figurait déjà sur le cadastre napoléonien et appartenait à un dénommé… Gachon. Je retraverse l’Anguillon puis emprunte le petit chemin de Saint-Rémy qui ressemble à un chemin d’exploitation traversant les champs de pommiers. De nombreuses pommes ont roulé au sol et j’en ramasse une pour goûter, un peu ferme tout de même.

Au mas du Vert, le sentier longe la roubine2 du Petit Anguillon avec quelques bosquets d’arbres qui garantissent la fraicheur. Parvenue au bout du sentier, je traverse deux voies d’eau et croise des chasseurs qui me confirment que c’est le jour de l’ouverture de la chasse. Au mas du Grès, j’ai failli rater la draille1 de Sicard de Pouvarel qui passe devant quelques propriétés puis se faufile entre les haies. Elle rejoint le chemin pentu Sicard de Pouvarel devenu route macadamisée sans trottoir.

La draille1 de Chicard de Pouvarel porte vraisemblablement le nom de la propriété traversée par les moutons transhumants. D’après les hypothèques du début du XIXe, ce pourrait être plutôt Sicard ; et ils sont nombreux dans la liste des propriétaires à Noves : Maxime, Jules, Antoine, Marie, Claude, Joseph dit le Boiteux. Pourquoi l’adjonction de Pouvarel qui est un patronyme courant dans les Basses-Alpes ? Je n’ai pas trouvé d’alliance Sicard et Pouvarel dans les bases de données généalogiques. Je n’ai retrouvé ce toponyme que sur un quartier du cadastre napoléonien identifiant généralement le plus grand propriétaire de l’époque.
Rappelons l’arrêté de 1806 qui rétablit les carraires et oblige les propriétaires riverains à les entretenir à leur frais.
En 1872, 400 000 têtes sont parties d’Arles pour les Alpes.

Continuer la lecture de Roubines et drailles

De Maussane aux tours de Castillon


30 août : niveau vert, le vent annoncé par la météo a baissé depuis hier, je vais à Maussane sur un circuit préparé de longue date. Le grand parking Agora Alpilles est aménagé le long du GR, non loin de l’ancienne gare, avenue des Alpilles.
Le village prend le nom de Paradou au moment de la Révolution et se recentre autour des moulins à foulon qui « parent » le drap (lou paradou, en provençal) d’où le nouveau nom de la commune qui voit le jour le 23 septembre 1796 soit le 1er vendémiaire de l’an V, après détachement de celle des Baux.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Le parking se trouve en face de l’ancienne gare de Maussane ; [début GR653A Compostelle Arles-Menton] le chemin des Batignolles réutilise cette ancienne voie ferrée Arles-Lamanon activée en 1887, fermée en 1951 au profit du transport routier. La voie devenue piétonne longe de belles propriétés, passe devant des oliveraies et insensiblement arrive sur la commune du Paradou. Au carrefour où se trouve une croix de chemin, le GR653D continue devant le Mas d’Escanin annoncé par une vieille pierre gravée ; sur la gauche, une grange puis un superbe cadre ombragé.

Mentionné comme moulin dès 1623, c’est une grande propriété agricole, un « mas » traditionnel pourvu de son moulin à huile et de son moulin à farine.
Textes de M et D Valadier pour l’Association Archéologique du Paradou – 27 novembre 2012

La Revue de Provence et de Langue d’Oc : artistique, littéraire, scientifique et historique, P. Ruat, Volumes 7 à 10, 1905 évoque le rassemblement des villageois lors des récoltes ou des fêtes,  immortalisé par le poète Charloun Rieu qui y était ouvrier agricole : il tirait la barre du moulin à huile et se livrait à mille travaux champêtres. écrit à sa mort le Journal des débats politiques et littéraires, 16 juin 1930.
Biographie de C. Rieu sur le blog de la généalogiste M.-L. Bicais-Muller

Une branche de peuplier blanc est apporté le matin du château d’Escanin sur un char enguirlandé de fleurs et de verdure. Le cortège rejoint un tertre gazonné au pied de l’ancien hôpital où est présentée la reine en costume d’arlésienne. Les Félibres à tour de rôle lisent leurs œuvres, juchés sur une estrade improvisée. Applaudissements pour Charloun Rieu (1846-1924), Léopold Vidau (1862-1926), Guillaume Laforêt (1877-1937).
D’après Les Baux et Castillon : histoire des communes des Baux, du Paradou, de Maussane et de Mouriès, L. Paulet, Impr. centrale de Provence, 1902

Cette fête existait donc encore fin XIXe. Lors de la fête littéraire on y chante sous les platanes la célèbre mazurka souto li pins (vidéo) de Charloun Rieu, que l’on apprend dans tous les cours de provençal.

Sur le cadastre napoléonien le propriétaire du château d’Escaneng est le maire du Paradou Chassany de Vaumalle, sur lequel je n’ai trouvé strictement aucune information ; sur le forum geneanet, Jean Raymond Castor Chassanis épouse une demoiselle de Vaumalle et se fait appeler Jean Raymond Castor Nismes Chassanis de Vaumalle, sans posséder un quelconque titre de noblesse !

Château d’Escanin, fm34

Un peu plus tard, le domaine est vendu à Louis Etienne Charles Ratyé (°1822 – + 1866 Nîmes). Dans la cour, un monument en forme d’obélisque abrite une statue dans une niche. La grande tour carrée, avec ses airs de ‘Tour Carrée du fort Saint-Jean‘, voudrait passer pour ancienne avec ses pierres lisses et régulières mais elle a probablement été construite fin XIXe ou début XXe siècle, par l’un des héritiers Ratyé vivant au château qui l’aurait élevée pour occuper sa retraite  ; [elle] témoigne seulement de l’admiration d’un membre de cette famille pour Viollet-le-Duc. Textes de M et D Valadier pour l’Association Archéologique du Paradou – 27 novembre 2012

  • Etienne Paul (°Paris 1846,+ ??? )
  • Charles Etienne Ernest (°1851,+1926), lieutenant de vaisseau, basé au port de Toulon, légion d’honneur (bulletin 118 des Amis du Vieil Arles)
  • Jules Etienne Robert (°1854,+1929), viticulteur, légion d’honneur (bulletin 118 des Amis du Vieil Arles)
  • Jean Etienne Charles (°19/03/1863 Lyon -x Léonie Marie J. Vincenot, + 20/09/1946 Paradou), entré dans la marine en 1880, contre-amiral en 1917, vice-amiral en 1921. Maire du Paradou à la mort de C. Rieu en 1935 (Le Petit Marseillais, 21 avril 1935)

Un groupe de douze élèves du Paradou a étudié l’eau ‘au fil de l’Arcoule’ ; il signale la présence d’un vivier dans lequel on élevait des poissons conservés ensuite dans une glacière. Bulletin municipal n°5, 2015.
Quant à la chapelle du XVIIIe, elle cumule deux fonctions au début du XIXe : grange et chapelle…

Les vieux outils, dan13520

Au carrefour des chemins (la Burlande et  Escanin), une croix en fer forgé présente un bon dieu noir. Délaissant l’ancien chemin de Maussane qui passe non loin de ruines romaines et d’une borne de transhumance (voir dans ce blog La branche nord de l’aqueduc de Fontvieille), je continue le long d’un chemin bordé de pins ; des martelières régulent l’eau des roubines.

Le GR tourne à gauche, passe devant l’écurie des Alpilles, longe le canal de la vallée des Baux, devient caillouteux, traverse une forêt de terre rougeâtre. Côté droit, mon regard est attiré par une construction carrée et un mur à l’endroit d’une ancienne mine. [fin GR653A Compostelle Arles-Menton] Le chemin longe la frontière entre Fontvieille et Paradou et passe sous le pont du canal qui laisse fuir quelques gouttes d’eau. Bientôt au mas de la Plantade, je retrouve la route.

Continuer la lecture de De Maussane aux tours de Castillon

Vestiges de la branche nord de l’aqueduc romain d’Arles


Les stéphanois débarquent à l’heure sur le petit parking de l’aqueduc de Barbegal à Fontvieille. C’est Jean-Claude, président de l’association Forez-Jarez  qui animera la visite. J’arrive la première sur le petit parking près du double aqueduc qui mène à la meunerie industrielle romaine de Barbegal déjà visitée plusieurs fois. Ci-contre la carte des aqueducs établie par M. Borely, CNRS.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Dans le vallon des Grands Arcs, certaines arches sont encore debout, à d’autres endroits on voit le canal et même l’enduit. Ultérieurement, l’aqueduc a été consolidé. On voit bien deux aqueducs côte à côte ; au sol la marque en creux d’un assemblage de gros blocs de pierres en queue d’aronde.

A l’approche de la Pèiro Traucado (pierre percée), côté droit la branche de l’aqueduc d’Arles se sépare de l’autre ; ils vont converger un peu plus loin. Le site de la meunerie industrielle de Barbegal, alimentée en eau au 2e siècle, est difficilement identifiable sans la maquette sous les yeux. Elle se situait dans une enceinte dont il reste un bout de mur dans la partie inférieure. Un escalier monumental au milieu et de chaque côté une série de 8 biefs l’un au-dessus de l’autre. Les chambres de mouture abritaient les mécanismes. Selon les niveaux, la meule se trouvait à l’étage supérieur ou inférieur de la chambre, la transmission se faisant de bas en haut ou de haut en bas. Ce dispositif permettait de placer un maximum de chambres dans la pente. Les eaux étaient évacuées par un émissaire voûté long de 20,10 m dans un fossé de 5 m de long à l’extérieur de l’enceinte.

Les moulins, J. Lucas

Dans un travail venant de paraître (2018), cinq chercheurs Gül Sürmelihindi, Philippe Leveau, Christoph Spötl, Vincent Bernard et Cees W. Passchier) , The second century CE Roman watermills of Barbegal : Unraveling the enigma of one of the oldest industrial complexes, Science Advances, September 2018, 4, 8  p. suggèrent une production de biscuits de mer1. Disponible en français sur le site Persée. C’est en étudiant les dépôts de carbonate précipités à partir de l’eau qu’ils ont fait cette déduction :

Les dépôts de carbonate précipités à partir de l’eau pendant le fonctionnement des moulins, forment des moulages sur le bois. Ces moulages sont préservés et fournissent des informations uniques sur la fréquence d’utilisation et de maintenance des moulins, et même sur la structure des chambres de la roue hydraulique. Les séries chronologiques d’isotopes stables des gisements de carbonate révèlent que l’activité de l’usine était régulièrement interrompue pendant plusieurs mois. Cela suggère fortement que le complexe de la minoterie n’était pas utilisé pour fournir régulièrement de la farine à un grand centre de population, comme on le pensait auparavant, mais servait probablement à produire du biscuit de mer non périssable pour les ports à proximité.

Jean-Claude nous emmène 300 m plus loin, sur le lieu du bassin de convergence, soigneusement recouvert après les fouilles (photo ci-contre JCL). Avant la construction des moulins, il assurait la convergence des deux branches de l’aqueduc d’Arles.

Une prise d’eau située à quelques mètres du bassin dérivait vers une nouvelle conduite les eaux venues de la branche orientale désormais affectée aux moulins. […] Contrairement à ce qui avait été proposé à la suite des fouilles de F. Benoit, les moulins ne datent pas de la fin de l’Antiquité, mais sont contemporains de l’apogée de la cité d’Arles. Selon Philippe Leveau, texte publié en 2008 sur le site  du club de randonnées fontvieillois

Par un sentier sinueux et étroit nous rejoignons la route D33 que nous remontons sur quelques mètres : l’aqueduc est parfaitement visible et accessible depuis la route.

Après le pique-nique sous les oliviers, nous prenons la route D82 ; à la croix de Jousseaud, deux policiers s’apprêtent à faire la circulation pour une course cycliste qui doit passer par là. Nous poursuivons sur 600 m ; au deuxième pont, nous obliquons sur une piste qui bientôt en croise une autre grossièrement parallèle à la route. Jean-Claude nous a promis 5 ponts et un mur soit, d’aval en amont, dans le vallon des Raymond(s) (du nom de plusieurs familles propriétaires en 1820) : le pont Rou derrière la villa en bordure de route, puis celui du vallon Peissonniers2, du vallon Portau, le mur-porteur près du chemin de Cadenet, le pont du vallon Charmassonne, le pont du vallon des Sumians. Un seul de ces toponymes attribués au XIXe par A. Gautier s’est perpétué sur la carte IGN d’aujourd’hui.

Le premier, le pont-Rou3, par un simple aller-retour dont vous pouvez vous passer, car on ne voit qu’une masse informe érodée. Les quatre autres ponts aériens sont parfaitement visibles et donc ont gardé leur intérêt.

Le second pont dans le vallon des Peissonniers2, premier pont à l’ouest de la D33. Sa solidité ne nous inquiète pas : nous circulons dans le canal. Une seule arche qui devait laisser passer un écoulement d’eau.

Continuer la lecture de Vestiges de la branche nord de l’aqueduc romain d’Arles