Crête du Grand Tatet



Je n’ai jamais entendu parler de la crête du Grand Tatet, cette petite colline à Saint-Maime qui barre le Plan des Aires côté Forcalquier. C’est le moment de la découvrir. Nous arrivons sur le parking du parc de l’ancienne gare de Saint-Maime-Dauphin, face au bar des quatre reines mais c’est en bas du chemin des écoles, qu’Yves Provence nous attend.

L’album photos

On a bien du mal à imaginer une gare passant par là maintenant que l’aménagement de l’esplanade est terminé. La gare de la ligne Volx-Cavaillon était aussi une gare d’embranchement de la ligne vers Forcalquier. Elle connaissait un fort trafic au temps de l’exploitation du charbon.  Ainsi en 1923 il y avait 28 départs et arrivées quotidiens […]. Selon Marc-André Dubout

Notre randonnée débute dans le vieux village enroulé autour de son château aux ruelles pentues ; derrière l’église paroissiale Saint-Maxime, les tombes du XIXe sont curieusement incrustées dans le mur.

Un sentier monte à la chapelle Sainte-Agathechapelle du château au chevet plat aveugle, que l’on voyait d’en bas. Elle était autrefois revêtue de fresques du début du XIVe ; en 1986, on discernait encore les douze apôtres sous les arcades trilobées et sur la voûte un Christ en majesté accompagné d’anges. Nous commençons la résolution de la multi-cache et je logue, grâce à Yves, celle de la chapelle.

La chapelle sainte-Agathe de Saint-Maime, adaflo

 Saint-Maime multi, stellanou

Un panneau d’information dans le village, évoque les quatre reines, filles de Raymond Bérenger IV, comte de Forcalquier, qui auraient été élevées au château : rumeur répandue par un érudit du XIXe et qui se propage toujours…

A dire vrai on associe souvent ces quatre dames non pas à Forcalquier véritablement, mais à Saint-Maime et à son château […]. […] le château de Saint-Maime n’appartenait nullement à Raimon Berenguier, les comtes de Forcalquier en ayant fait don en 1168 aux Hospitaliers. […] Quant aux mariages des filles Berenguier, on soit parfaitement où ils ont eu lieu : à Sens, à Canterbury, à Aix et à Lyon. Alors pourquoi Saint-Maime ? La raison ne manque pas de piquant. J.-Y. Royer cité dans Basses-Alpes

Du château médiéval, il reste la tour polygonale – ancien donjon peut-être – et quelques murs de remparts difficilement reconnaissables sous la crête. L’alimentation en eau du domaine comtal s’effectuait à partir des eaux de la source de Font-Beillanne (ndlr : je ne sais pas où elle se situe) par l’aqueduc romain de Tatet. Selon Cyprien Bernard, Notice historique et littéraire sur les quatre filles de Raymond Béranger IV, Annales des Basses-Alpes. Bulletin de la Société scientifique et littéraire des Basses-Alpes, tome XV, 1911-1912

La crête d’abord rocheuse s’élève très doucement ; en contre-bas, face nord, Marie repère le cimetière où reposent au côté des français, les italiens et les polonais venus travailler à la mine ; face sud, c’est encore elle qui repère le chevalement d’un puits de mine au toit vert à côté de vastes bâtiments : il s’agit du carreau de l’ancienne mine de lignite de Mountéou où la commune a acquis trois appartements dans deux bâtiments de la Cité minière. Photo extraite du Bulletin municipal 22, juillet 2013

Le lignite renferme beaucoup d’impuretés et de soufre. Les mineurs distinguaient :
• le charbon de forge, proche de la houille,
• le charbon de fabrique moins pur, destiné au chauffage domestique,
• le charbon de chaux, terreux, impur employé dans les fours à chaux et à plâtre.
Un texte de 1306, le plus ancien connu sur l’exploitation, interdit l’utilisation du lignite en Provence, trop polluant, au profit du charbon de bois.
Au XVIIIè, le bois se raréfiant l’exploitation du lignite est reprise.
Au XIXè, le lignite contribue au développement industriel du bassin de Manosque-Forcalquier : de nombreux mineurs exploitent les différentes concessions (13 concessions à Manosque, 1 à St Martin les Eaux, 1 à Céreste…). Une véritable civilisation de la mine se met en place ainsi qu’en témoignent les cités avec leurs maisons alignées, les commerces, les écoles… et le musée de la mémoire ouvrière installé dans l’ancienne salle de réunion du Syndicat des mineurs (fermeture de la mine en 1949), grâce à l’association et la municipalité de Saint-Maime. Selon la lithothèque d’Aix-Marseille

Des vignes, celles des seigneurs d’autrefois peut-être, s’étalent sur le flanc sud ; la carrière de la Roche Amère tout en gradins porte le vieux château de Volx que l’on ne peut voir d’ici ; au nord, le viaduc des latins de Forcalquier, à 5 km à vol d’oiseau, se détachent bien sur fond de vallon du Viou.

La cérémonie de pose de la première pierre de ce pont ferroviaire, le 15 mai 1882, coïncidant avec l’organisation des Fêtes latines, Léon de Berluc-Pérussis en fait un symbole des liens qui unissent les peuples latins : une dédicace est déclinée en latin, français, provençal, italien, languedocien, ladin [le ladin est parlé par environ 30 000 locuteurs dans le nord-est de l’Italie], aquitain, espagnol, catalan et roumain.

Nous continuons en sous-bois jusqu’à une clairière où nous prenons notre repas qui se termine, comme le veut la tradition, par le rhum arrangé concocté par Yves.

Une boucle rapide en sous-bois et fin de crête, sans grand intérêt patrimonial, offre un large point de vue sur les montagnes enneigées et étincelantes au sud-est : le Chiran et le Mourre de Chanier qui, si souvent, nous surprennent ; dans le virage qui nous ramène sur la crête, Yves nous montre la tour du pigeonnier du domaine de Marre ; en contre-bas, le tintement continu des cloches attise notre curiosité : des moutons en file indienne suivent le berger le long du pré bien vert.
Deux caches nous résistent : sur l’une d’elle, les abeilles que nous avons dérangées attaquent Yves avec férocité : il ne sera pas piqué, les femmes y ont veillé !
Nous arrivons à la clairière où nous avions laissé quelques  marcheurs fatigués ; nous reprenons le même chemin de crête.

Le grand Tatet, Tatet et le petit Tatet : même toponyme, diminutif de taste (teste, tête) avec le sens de colline, sommet isolé.

L’intérêt de cette randonnée réside plutôt dans ses points de vue et ce que l’on observe de loin ; il est possible de revenir par le cimetière afin de faire une boucle. Pour une journée de marche, vous pouvez ajouter la Roche amère ou la mine de gypse à quelques kilomètres de là, et manger dans un bistrot de pays.

Image de l’itinéraire 10km560, 3h30 déplacement (6h25 au total), 208m dénivelée (+270, -270)
Télécharger la trace

©copyright randomania.fr

Une réflexion sur « Crête du Grand Tatet »

  1. Et pas un mot sur l’attaque en règle dont nous avons été victimes (surtout moi) par l’élite de l’escadrille spéciale des abeilles ?
    Un conseil, si vous voyez une grosse souche avec un trou … évitez de chercher une géocache dessous car elle est habitée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.