D’Aubignosc au vieux village de Chateauneuf Val Saint Donat

Publié le Catégories ----- * Forcalquier mont. Lure, 04 Alpes-de-Hte-Provence, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , , , ,
 

Après ma première visite du village abandonné et enneigé de Chateauneuf Val-Saint-Donat : une colline sous le beau vent de Lure,  je souhaitais refaire la visite pour le château, véritable forteresse militaire. Il me fallait d’abord prélever quelques informations pour m’y repérer. Pas très longue, la randonnée s’est pourtant révélée plus difficile que je ne le pensais, alternant montées et descentes dans un environnement forestier pas toujours bien balisé.

La météo à cet endroit
à 3 jours avec le vent

Le départ est clairement annoncé : les Roubines, les très connues « Terres Noires » (marnes pas vraiment noires ici puisque ce sont des marnes bleues) formant des roubines1 suite à leur intense érosion, et Chateauneuf Val Saint-Donat.

Les marnes sont constituées d’argile, de calcaire et de schiste ; elles se sont formées au fond de la mer, pendant le Secondaire. Pendant des millions d’années se sont  accumulées des centaines de mètres d’épaisseur de sédiments. Leur couleur varie du noir au bleuté, en passant par les gris, voire le jaunâtre, à la suite d’altération. Elles forment des sols très sensibles à l’érosion, des reliefs ravinés que parcourent des rus intermittents. Selon le club minéraux et fossiles 26-07

Après un passage encore verglacé, j’entre assez vite dans la forêt domaniale du Prieuré. Au premier carrefour de pistes, s’offre une alternative inconnue mais qui me tente bien pour ne pas emprunter le même trajet à l’aller comme au retour. Je prends donc la direction des Amarines par le GR 653D qui suit librement la via Domitia de Montgenèvre à Arles, et qui a été remis à l’honneur comme chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Après le passage sous la ligne à haute tension, je traverse à gué le ruisseau de Maurieu. C’est là que j’ai perdu le GR ; plutôt téméraire, j’ai escaladé face à moi la paroi rocheuse qui se délitait. Mauvaise piste. Il fallait traverser puis longer la rive par la droite pour pénétrer dans les amarines, du provençal amarino désignant sans doute le saule osier (sans rapport avec la Marine !). Dans les marnes, le tracé est parfois effacé par l’érosion ; le premier crocus de la saison émerge des aiguilles de pin au sol. Plus loin, la roche suinte de partout. Dans un bois clairsemé, le carrefour avec mon futur chemin du retour est parfaitement visible.

Cet itinéraire équestre passe à gué deux ruisseaux. De loin la tour du moulin se détache sur fond de ciel bleu. Nous sommes maintenant sur une piste VTT. A l’approche du domaine de Thoron, je remarque une portion de voie pavée à l’image des voies romaines. L’épais mur de blocs de pierres équarries porte l’indication du GR qui nous invite à virer à angle droit. Non loin de là, je m’étonne de trouver le long du sentier une seule vieille pierre plantée à la verticale, solidement ancrée, partiellement cassée. Serait-elle romaine en rapport avec le domaine de Thoron tout proche ? c’est là qu’a été trouvée une sculpture antique de dauphins ayant pu faire partie d’une fontaine. Il est probable que plusieurs voies romaines se rejoignaient à Chateauneuf Val saint-Donat. Carte archéologique de la Gaule, Alpes de Haute Provence, Géraldine Bérard, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1997

Histoire de la voie romaine ; ancien chemin royal entre Chateauneuf et Peypin
La voie romaine entre Sisteron et Apt, Damase Arbaud, Paris, J.B. Dumoulin, 1868
Itinéraires romains en France

Le panneau d’affichage ci-contre annonce une construction prochaine : celle d’une nouvelle ferme photovoltaïque. Déjà le parc solaire des Mées, le plus grand de France, avait choqué plus d’un randonneur dans le vaste paysage de lavandes du plateau.

Une ferme photovoltaïque près du vieux village, la Provence

Bâti sur le rocher à l’extrémité Nord du village, le château occupait une surface de 30 mètres sur 17 mètres, avec un rez-de-chaussée et deux étages ; il doit dater du XVè siècle puisqu’en 1482, les consuls de Sisteron y viennent pour féliciter Raymond de Glandevès, Gouverneur de Provence, pour la naissance de son enfant. Son entrée officielle se trouve donc côté tour du moulin ; en contre-bas, là ou était la rue autrefois, une arche de pierre fragilisée par les ans, se détache de la façade : serait-ce l’entrée des écuries (photo de gauche) ?

On accédait au château par une avant-cour. Moyennant un petit effort sur des marches endommagées, vous pourrez pénétrer dans le château ; sous vos pieds, parfois sur un sol défoncé ou béant (prudence, prudence !), se trouvaient les caves, les écuries et les greniers seigneuriaux. Une citerne enterrée de 6m80 sur 4m, aujourd’hui rebouchée, recueillait les eaux d’un puits situé dans la cour d’honneur complètement envahie par une végétation qui a repris ses droits ; de là, on accédait à une vaste salle appelée salle des hommages, où était rendue la justice du village ; de cette pièce, on entrait alors dans la bâtisse du seigneur par l’intermédiaire d’un vestibule mais vous ne pourrez pas y accéder à partir de cet endroit. Faites demi-tour, rejoignez la partie sud du château en empruntant le sentier aménagé en contre-bas ; à l’ouest, en passant, vous repérerez une immense tour carrée garnie de meurtrières pratiquées dans des murs d’une grande épaisseur.

En contrebas du château se trouvait le jardin seigneurial composé de trois banquets (petits bancs de pierre) : vous pouvez encore circuler sur cette surface herbeuse ; le sentier de visite passe sous les fortifications puis sous le logis seigneurial avant d’atteindre la place du village et son vieil arbre près d’un mur de pierre sèche.

Au sud, plusieurs tours carrées servaient de poste d’observation ; après avoir traversé une maison dans laquelle pousse un arbre, vous accédez au château bâti sur des contreforts servant de mur de soutènement qui le rendait inaccessible. La chapelle du seigneur, Notre Dame de l’Etoile, qui a concurrencé si longtemps l’église Saint-Antoine à l’autre bout du village, était adossée au flanc sud du château, coincée entre deux ruelles étroites, et reliée au logis par un passage couvert.

Le vieux château, description J.-L. léger, site de la commune
Monographie de Chateauneuf-Val-Saint-Donat, abbé Maurel, Forcalquier, Albert Crest, 1891

A l’époque des seigneurs, tout était bon pour que celui-ci encaisse de l’argent. Béatrice, […] mande un de ses docteurs en droit et un de ses bayles (administrateurs) pour déterminer si ces péages nouveaux sont justifiés par des documents ou des garanties dignes de foi. […] elle prend conseil d’une assemblée d’hommes religieux, de docteurs en droit, de juges, de prud’hommes, d’experts divers avant de trancher puis déclare valides les péages de Pertuis, La Brillane, Peyruis, Peypin et Céreste à leurs niveaux antiques. […] Elle supprime tous les autres péages et pulvérages, en particulier ceux de Chateauneuf Val Saint-Donat, […]

Non seulement les hommes devaient le péage, mais le passage des moutons provoquant des nuages de poussière justifiait le «pulvérage», une autre taxe due aux seigneurs locaux.  [Le droit de pulvérage] se comptait alors en deniers par trentenier de moutons (douze deniers valent un sol, vingt sols font une livre et le passage d’un trentenier de moutons coûte quelques deniers).

Lors de la Révolution, les administrateurs du district de Sisteron mirent aux enchères sa démolition. Il fut donc détruit en 1793, comme de nombreux châteaux environnants.

Le vieux village, superbes photos de JM Foulon

Histoire de Chateauneuf Val Saint Donat, bibliothèque virtuelle de Chateau-Arnoux

Après le pique-nique, je reprends le trajet commun avec l’aller jusqu’au carrefour des Amarines. La traversée des terres noires, paysage caractéristique de la Haute-Provence, se double de cinq passages à gué, plutôt faciles, qui n’ont rien à voir avec ceux que j’ai dû affronter – le mot n’est pas trop fort – lors de ma visite des chapelles Saint-Donat, après plusieurs jours de pluie.
J’ai passé le Pas des Boeufs sans m’en apercevoir. Des chenilles de la processionnaire du pin ont bâti vers le soleil plusieurs nids d’hiver soyeux sans orifice, sur un pin : elles passent à travers les mailles pour entrer et sortir. Elles se tiennent pelotonnées tout le jour, y digèrent, y défèquent ; c’est là qu’aura lieu la mue.
Les moeurs curieuses de la chenille processionnaire, Alain Fraval

Sur la dernière partie du parcours, on se croirait sur une plage : beaucoup de galets usés. La mer était bien là, à l’ère secondaire, recouvrant toute la Provence ; parfois, ils ont été emportés depuis les Alpes par des fleuves violents et déposés le long de la Durance.

Pendant les périodes de sédimentation tranquille, des marnes et argiles se déposent ; à l’ère tertiaire la zone de Lure est soulevée ; la mer revient bien au delà de Sisteron ; des va-et-vient de la mer modifient la composition des dépôts ; une période de compression fait chevaucher la montagne de Lure vers le nord ; la mer se retire définitivement emportant une grande partie des dépôts miocènes vers la zone de la Durance. D’après le livre de Gabriel Conte, Le pays de Forcalquier son lac, sa mer, C’est-à-dire Editions, 2010

Un second moulin restauré se situe au sud du village mais je ne connais pas son histoire ; au moyen-âge, comme il n’y en avait qu’un seul situé dans le vieux village, je suppose que celui là a été construit plus tard, sans doute au XVIIIè.

Image de l’itinéraire 13.100km 183m dénivelée (710m en cumulées), 4h dépl., 5h30 au total

1roubines : dans les Bouches du Rhône, le mot provençal ‘roubine’ désigne un petit canal creusé par l’homme ; en Haute-Provence, cela désigne les terres noires dans lesquelles l’érosion a creusé des sillons, comme à La Robine sur Galabre près de Digne

©copyright randomania.fr

3 thoughts on “D’Aubignosc au vieux village de Chateauneuf Val Saint Donat”

  1. Bonjour
    dans mon commentaire il s’agit de la rando ci dessous:
    D’Aubignosc au vieux village de chateauneuf val ST Donat
    [ndlr] mail perso. Problème corrigé

  2. BONJOUR
    Je viens de découvrir votre site qui me donne beaucoup d’idées de randos
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le commentaire sur la rando suivante
    D’aubignosc à chateuneuf val st donnat,je souhaiterais imprimer celui-ci.
    Comment puis-je faire ?
    Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *