Le tour des hameaux de Sigonce

Publié le Catégories ----- * Forcalquier mont. Lure, 04 Alpes-de-Hte-Provence, Rando sportiveMots-clés , , , , ,
 

20ème fête de la randonnée Forcalquier pays de Lure : IMG_0007.jpgle tour des hameaux de Sigonce, grâce à un charmant guide qui s’était blessé de la veille, a l’intérêt d’allier marche et patrimoine puisque nous commençons par la visite de Sigonce en présence du maire et d’un membre de l’association les Amis de Sigonce qui agit pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine de la commune.

Blason D’azur à la lettre S capitale d’argent, surmontée de trois étoiles du même mal ordonnées. Le S ne signifierait pas Sigonce mais Secondus locus, second village apparu à l’emplacement actuel, le premier étant au Chatelard et Aris.

IMG_0110.jpgLa statue de Saint-Claude, saint protecteur de la peste aux pouvoirs miraculeux, a été volée dans sa niche au coin de la  rue en 1972 et remplacée par un petit buste de terre cuite, trop petit pour l’abri qui le protège. Une tentative de vol par les habitants de Lurs s’était soldée par un échec : la statue était devenue si lourde lors de son transport que le butin avait dû être abandonné. D’après Pays de Lure Forcalquier Manosque et de Giono, Ollivier-ElliottEdisud, 2000

La météo à cet endroit, aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

IMG_0020-300x225.jpgIMG_0017-384x198.jpgLe château à large façade encadrée de deux tours rondes se voit de loin. Nous passons sous la porte fortifiée pour entrer dans une cour intérieure autour de laquelle se trouve les plus anciennes maisons du village (1502). Une partie des murs du château est en pierre de taille ; il n’y a plus qu’une fenêtre à meneaux1 d’origine, partiellement bouchée. Il a été propriété des prieurs de Ganagobie, sauf entre 1573 et 1670 où il appartenait à de terribles seigneurs protestants les Bousquet qui se l’étaient appropriés injustement : pour exemple, le mandat d’arrêt contre Lambert du Bousquet accusé du meurtre de Louis Adhémar de Castellane, en 1606. Raymond Collier, la Haute Provence monumentale et artistiqueDigne, 1986

IMG_0042.jpgIMG_0046.jpgL’église Saint-Claude1967/03/29 : inscrit MH – est vraiment surprenante avec sa toiture polylobée en lauzes de pays dont le maire est si fier, mais si lourde qu’il a fallu étayer les murs d’énormes contreforts ; nous cherchons le meilleur point de vue pour la photographier. Le tableau du XVIIè de Sainte-Famille, la statue en bois de Saint-Joseph, le buste de Saint-Claude, le siège de prieur décoré d’un cygne s’arrachant les entrailles pour nourrir ses petits,  sont autant de merveilles à découvrir. IMG_0093.jpgUne souscription est lancée par la Fondation du Patrimoine pour restaurer les parties les plus menacées telles que le vitrail Sanctus Claudus de la baie ogivale du choeur, le nettoyage des lustres et le remplacement des pièces manquantes, le bras reliquaire de Sainte Prospère. Don à envoyer à

Fondation du Patrimoine
Délégation Alpes de Haute Provence
Mme Françoise BRUNEL, CCI Digne
60, Bd Gassendi
04000 DIGNE LES BAINS

L’église de Sigonce, site personnel d’un habitant de Sigonce expatrié.
Photos du ministère de la Culture
On baptise les cloches ; elles ont même parrains et marraines ! Elles reçoivent aussi l’onction du Saint-Chrême qu’on utilise pour les sacrements du baptême. Voici un extrait de ce qui est gravé dans le bronze des cloches :

Joséphine, Eugénie, Angeline est mon nom, Albéric Petit est mon parrain Eugénie Blanc est ma marraine
Au mois du saint Rosaire de l’an de Jésus-Christ 1844, Denis Cabrier étant maire, le curé Paul Anxionnaz me baptisa. […] Saint-Claude nous t’en prions garde-nous dans le bien. Sigonciens, si vous faîtes ce que je vous dis, sûrement dans votre pays vous aurez la Paix de Dieu. […]
François Marot, curé de Forcalquier. Extrait du site du diocèse de Digne

IMG_4497.JPGmine_sigonce_1900.jpgAvant de quitter le centre, le maire nous parle des heures de gloire de Sigonce : les installations de l’industrie du lignite abandonnée en 1961 après 120 ans d’exploitation  ; on reconnait à peine le puits ; l’exploitation industrielle a nécessité le transport aérien du lignite entre Sigonce et la gare de Lurs où il était directement déversé dans les wagons de la SNCF. Il faudra 42mn pour parcourir la ligne de plus de 5km de long. Quel dommage que n’aient pas été conservés ne serait-ce qu’un wagonnet et un pylône ! Voir l’excellent reportage sur le site perso de Jean-Pierre Rimbaud l’industrie du lignite.

IMG_4500.jpgNous passons devant le moulin à farine du centre du village, repérable par la sculpture gravée dans la pierre datée de 1823 : une tête de meunier coiffé d’un bonnet, surmontée d’un panàu2, unité ancienne de mesure du grain, et au dessus une balance à bras égaux et peut-être une mesure de farine (coupeau de 14 litres ?). Bien avant celui de Sigonce, le meunier de l’ancien régime était souvent accusé de fraude ; il offrait ses services moyennant rémunération : c’était la mouture3 de pratique, le 1/16è du grain ; la balance n’étant pas utilisée, le paysan n’avait aucun moyen de vérifier le poids du grain livré et celui de la mouture3 reçue en retour. Les transactions se faisaient au volume. Sigonce, les moulins
Le moulin de Grans avec un lexique français-provençal du glossaire métier

IMG_0138.jpgLe maire nous attend non loin des installations de l’usine à chaux ; les ruines des bâtiments industriels, d’un four et d’un réservoir ne peuvent être visitées ; nous grimpons tant bien que mal à flanc de colline jusqu’au front de taille de la carrière : une immense demi cuvette de 200m de diamètre, pouvant mesurer par endroits plus de 20m d’épaisseur.

IMG_4516.jpgApparaitront alors les bancs des calcaires gris-blancs de Vachères, avec le pendage vers le centre du synclinal. Ils ont fourni une chaux hydraulique d’excellente qualité. […] La chaux produite fut utilisée dans toute la région et en Algérien et même hors frontières à Barcelone et Bucarest. » Extrait de le pays de Forcalquier, son lac, sa mer, Gabriel Conte, C’est-à-dire Editions, 2010

Voir aussi le site personnel Il était une fois l’usine à chaux

IMG_4518.JPGIMG_4521.JPGEn descendant le talus, nous rejoignons l’itinéraire équestre que nous suivrons un long moment jusqu’au hameau de la Blache, sur la commune de Revest Saint-Martin : une vieille pompe à essence des années 1920, des marmites transformées en bacs à fleurs, un poële de fonte et des vieux outils en guise de décoration de jardins, et surtout des maisons de pierres modernes, trop bien taillées, qui ne parviennent pas à imiter les constructions en vieilles pierres d’autrefois.

IMG_4524.jpgIMG_0169.jpgIMG_4532.jpgPeu après L’asseroux, nous entrons dans un bois d’où le spectacle des montagnes au loin dévoile un paysage de neige. Une demie heure plus tard, nous parvenons sur une crête instable où le chemin se perd. Nous descendons la pente raide et glissante, qui, par un raccourci, nous amènera à la bergerie des Guérins après être passés devant une ruine étêtée. IMG_4533.jpgSeule dans un vaste champ, la bergerie nous offrira l’hospitalité le temps du pique-nique. Les moutons bêlent très fort et les femmes du groupe s’attendrissent devant les brebis.

IMG_0208.jpgIMG_0197.jpgAprès le repas, nous repartons pour Le Revest, autrefois Revest-Enfangant. les constructions ont de beaux appareillages et toits de lauses. L’ancien cimetière n’est pas tout à fait abandonné même si certaines tombes écroulées pourraient laisser penser le contraire. On accède à la chapelle Saint-André par un large escalier de pierre, véritable invitation à la visite ; en haut de l’escalier, nous attend un guide. Les murs clairs disposent de deux grands tableaux dont le Martyr de Saint-André ; dans le choeur, la Vierge. L’église saint-Martin est mentionnée dans une bulle de 1152 comme appartenant à l’église de Sisteron. Elle a dû prendre la place d’un d’un édifice roman.

IMG_4558.jpgNous reprenons la route vers Saint-Martin en longeant quelques pâturages ; y subsiste une vieille boîte aux lettres de la poste d’autrefois, avec l’heure de la levée positionnée manuellement par le facteur dans un œilleton. Là aussi des toits de lauses, des murs de pierre sèche. Nous suivons le ravin des Sorgues, limite des communes de Revest-Saint-Martin et Sigonce. Au carrefour avec la piste équestre, deux cairns de pierres plates aux couleurs vives repèrent le chemin.

Une grande boucle qui passe par plusieurs modestes hameaux des Alpes de Haute Provence, chacun ayant sa personnalité. Ce mélange de sport et de culture est selon moi, un excellent concept de randonnée.

Image de l’itinéraire 14km280 (+ 2km lors de la visite duvillage), 4h déplacement, 6h au total, 281m dénivelée (+1h30 visite du village)

bullet1.gif

1le meneau est un montant fixe qui divise une fenêtre en compartiments : il y a donc un montant horizontal et un autre vertical
2panàu, ancienne mesure usitée en Provence pour les grains équivalent au double décalitre.
3mouture : Prélèvement opéré à titre de rétribution par le meunier sur les grains qui entrent au moulin ou sur la farine qui en sort.

©copyright randomania.fr

Une réflexion au sujet de « Le tour des hameaux de Sigonce »

  1. bonjour,

    nous aimerions faire votre randonnée dimanche prochain, avez vous un itinéraire avec carte plus détaillée. votre randonnée à thème avec la visite du village nous plait beaucoup. est ce que l’on peut visiter la carrière et l’usine à chaux facilement sans guide?
    d’avance merci
    Catherine
    [ndlr] réponse par mail perso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *