De la neige à la croix des Béguines


medium_img_0010.jpg

Ce matin, 22 janvier, je suis bien surprise de voir de la neige sur le massif de la Sainte Baume : la météo n’annonçait rien de tel ; quelques kilomètres avant Plan d’Aups, aucune trace de neige. J’apprendrai un peu plus tard, par un habitant du village voisin, que la neige recouvre souvent les sommets à cette époque de l’année et que jamais aucune météo nationale ne l’annonce.

* La météo de ce jour à cet endroit :
La direction du vent et le calcul de la température ressentie

Depuis le parking, j’aperçois la chapelle du Saint Pilon, à 1000m d’altitude, juste au-dessus de la grotte de Sainte Marie Madeleine : c’est là que j’irai par le GR9 qui, sur une petite partie, s’appelle le chemin des Pèlerins. Aux quatre chemins, un oratoire (1516) restauré par les Amis des Oratoires, représente « Madeleine avec deux anges qui se montrent à elle ». Je monte vers le col du Saint-Pilon par un chemin de plus en plus enneigé. Je passe devant la chapelle des Parisiens, humide, au toit de planches de bois moussues (construite vers 1630 par le conseiller de Louis XIII) et deux oratoires. Les pierres glissantes ne freinent pas les randonneurs du dimanche qui sont étonnamment nombreux, surtout en ce début d’après-midi. medium_img_0019.jpgDe là haut, la vue est saisissante sur la falaise verticale. Croix des Beguines par JeffPour me rendre à la croix des Béguines, point culminant de la Sainte-Baume, je dois suivre la crête depuis laquelle, malgré le temps couvert, je peux voir les Alpes, la Sainte-Victoire, la montagne de Lure, la mer… Le sentier n’est pas évident à trouver : heureusement, quelques cairns bien placés m’indiquent le changement brusque de direction du GR9. Du côté sud d’abord, ensoleillé, après le bau des oiseaux (beaucoup d’oiseaux nichés dans les creux de rochers se sont envolés à mon approche), je passe au côté nord, où le vent froid soufflant en rafales, n’a pas fait fondre la neige. Le chemin est étroit et glissant. Je pense alors à l’époque où, institutrice, j’essayais d’expliquer à mes élèves, la différence entre les deux versants d’une montagne. En quelques minutes, ici la démonstration aurait été faite ! * Je vous propose l’itinéraire de 3h30 A/R sur carte IGN réalisé à partir de CartoExplorer
* Voir aussi dans ce blog la randonnée à la grotte par le chemin du Canapé
* Description de la randonnée de Fontfrège au St Pilon (6h), photos, topologiemedium_img_0025.3.jpgmedium_img_0026.jpg
A 1118m d’altitude, sur un rocher consacré également à l’escalade, la croix des Béguines se détache sur le fond bleu.

* Site Info climat, photos extraites du forum
* Description de l’itinéraire par Alain
* Photos du site Provence Balades

Au retour, par le GR98 bien mal balisé, je m’arrête à la chapelle du Saint-Pilon d’où je devine ma voiture garée au parking de l’hostellerie, désormais bien remplie. C’est là que les anges, sept fois par jour, élevaient Marie-Madeleine de la grotte au sommet de la montagne, pour qu’elle y prie. On y construisit d’abord un pilon pour marquer cet emplacement, puis une chapelle. * La chapelle du Saint Pilon du site Chapelles et églises rurales en Provence. Depuis le début du culte de Madeleine, au moyen âge, on dit que le pèlerinage rend les femmes fécondes et assure le mariage aux jeunes filles. Ce lieu de pélerinage attire beaucoup de monde, été comme hiver. Je m’y asseois le temps de manger un petit quelque chose avant la descente. De ce côté de la crête, il y a du soleil et quelques oiseaux sautillent sur les rochers à quelques pas de moi. Le temps de saisir l’appareil photo, et l’un deux accepte de poser 5 secondes pour la vidéo. La descente est plus difficile parce que les pierres sont glissantes ; je croise quelques enfants enthousiastes, loin devant leurs parents, pressés d’arriver au sommet. En traversant la forêt aux multiples couleurs d’automne, je m’arrête, j’écoute le concert pianissimo que m’offrent les oiseaux. Avec uniquement la bande son, je pourrais vous faire croire que nous sommes au début du printemps. C’est parce que je suis capable de m’étonner devant de petites choses que la nature m’apaise et me réjouit à chaque randonnée.« Celui qui sait regarder une pierre est heureux sur tous les chemins »

medium_img_0032.jpg

©copyright randomania.fr

La température ressentie, à quoi ça sert ?


J’ai commencé à m’intéresser à la température ressentie quand, plusieurs fois de suite, alors que la météo m’indiquait une température d’hiver favorable, j’avais été surprise qu’elle ne l’était pas du tout. Cela rendait mes balades moins agréables et j’ai voulu comprendre pourquoi. Cela se produit systématiquement en hiver, quand il y a du vent.

medium_dunes_pilat_yab.jpgmedium_tempete_vosges_yab.jpg

(Voir ci-contre quelques effets du vent, photos de Yann Arthus Bertrand)

« …le vent nous donne l’impression qu’il fait plus froid que le mercure ne l’indique : c’est la température ressentie au vent . On parle alors de facteur de refroidissement éolien. Il mesure la rapidité à laquelle le corps humain perd sa chaleur lorsqu’il est exposé au vent. Il a été créé dans le but de réduire les risques d’hypothermie, d’engelure et autres dangers reliés au froid. » (Extrait du * site MétéoMédia) Il combine la température de l’air et la vitesse du vent pour obtenir une lecture de la température qu’on ressent effectivement à l’extérieur.

Consulter le facteur de refroidissement éolien avant de sortir permet de ne pas sortir… ou de se vêtir de façon adéquate pour profiter pleinement des plaisirs de l’hiver. Il est sans doute plus important que la température réelle quand on part en randonnée ; il donne finalement une impression de confort ou au contraire d’inconfort. Par exemple : si la température extérieure observée est de et que le mistral souffle à 40km/h, nous avons l’impression qu’il fait – 5° : le froid devient donc inconfortable. C’est le temps qu’il faisait le jour où je suis allée visiter les bories de Tallagard et je vous avoue qu’il n’y a plus beaucoup de plaisir à faire de la randonnée dans ces conditions. La température ressentie peut varier en fonction du réchauffement solaire, de l’humidité, de la façon dont nous sommes vêtus et du fait que nous soyons immobiles ou en activité. Pour les matheux qui veulent la calculer :

T(FR) = 13.12 + 0.6215 * T – 11.37 * V0.16 + 0.3965 * T * V0.16
Où : T(FR) est la température équivalente en degrés Celcius V est la vitesse du vent en km/h mesurée à 10m de hauteur T est la température, de l’air en degrés Celsius

Désormais, quand la température est en dessous de zéro, je pars plus loin, du côté des Alpes de Haute Provence où le vent est moins fort, voire inexistant. Quand il fait chaud, on peut avoir le même sentiment d’inconfort. L’index de chaleur ou humidex est un équivalent de température qui exprime l’effet combiné de la chaleur et de l’humidité. C’est un nombre qui décrit l’intensité de chaleur ressentie par les personnes. Pourquoi supporte-t-on aussi difficilement un taux d’humidité élevé lorsqu’il fait chaud ? Simplement parce que notre corps a besoin de transpirer pour contrôler sa température. En d’autres mots, c’est en transpirant qu’il se rafraîchit. Or, lorsque l’air est très humide à l’extérieur, cet air ne peut absorber l’eau dont le corps désire se débarrasser. L’être humain se trouve donc dans l’impossibilité d’évacuer son surplus d’eau et en ressent des effets désagréables.

HUMIDEX °C

20-29

30-39

40-45

46-54

Plus de 54

DEGRÉ D’INCONFORT

Confortable

Divers degrés d’inconfort

Sensation de malaise généralisée

Les activités physiques sont dangereuses

Risque sérieux de coup de chaleur

©copyright randomania.fr

*** Les grottes de Calès et le Défens


Un peu de mistral ce matin pour cette randonnée de 3h20 qui commence par le site classé exceptionnel de Calès. medium_img_2403.jpgmedium_img_2410.jpgJe pensais flaner parmi quelques habitations mais c’est un véritable village troglodytique que j’ai découvert : plus d’une centaine de grottes dont certaines à étage. Impossible de les visiter toutes aujourd’hui.

Elles ont été habitées dès le néolithique et utilisées au moyen-âge comme carrière. 116 grottes et 150 familles y habitaient. Les archéologues se posent beaucoup de questions à leur sujet mais il est incontestable qu’elles ont été aménagées par les hommes : escaliers d’accès, point d’ancrage de poutres, anneaux pour suspension, niches creusées dans les murs, larges fenêtres.
medium_img_2398.jpgmedium_img_2416.jpgDépendances d’un vaste chateau, elles servaient également de silos à grain, citernes, caves ou resserres. Des gravures rupestres témoignent du culte des astres et du soleil. (selon Comité départemental du tourisme)

Dans l’une d’elle, les traces d’un feu de bois : elle est encore utilisée de nos jours.
Assurément, les enfants trouveront leur bonheur : grimper, ramper, courir, se cacher et même s’instruire ! Pour vous en convaincre, regardez la page de l’école de la Crau à Chateaurenard !

* Je vous propose un itinéraire de 3h20 environ, sur carte IGN réalisé à partir de CartoExplorer
* Itinéraires et superbes photos du site Week ends et tourisme en Provence
* Itinéraire officiel et photos du site Balade en Provence
* Photos de Calès site Provence balades
* Description de l’itinéraire sur le site de Laurent Audras

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Je croise plusieurs randonneurs qui cherchent vainement le GR6 aux abords du site. Ce genre de difficulté ne m’arrive plus depuis que je prépare mes randonnées sur mon ordinateur et que je transfère la route sur mon GPS eTrex Venture ! c’est vrai qu’il n’y a plus d’imprévu… mais il n’y a plus les heures perdues à ne rien découvrir, ni l’angoisse de se perdre, ni l’anxiété de ma fille qui m’attend à la maison. Près de la chapelle Saint-Denis, je m’éloigne d’un bruyant groupe de jeunes qui parcourt le sentier botanique ; je me retrouve seule pendant la plus grande partie de la randonnée qui a moins de charme (1): un chemin de petite randonnée longeant des champs de vigne, le bord d’une route départementale ; au pied d’un arbre, des fleurs récemment déposées signalent sans doute le décès d’un automobiliste. medium_img_2424.jpgPuis j’entame la montée du GR6, continue et raide. En chemin, le chateau de la reine Jeanne se détache clairement sur le ciel bleu. A la borne géodésique, sur la montagne du Defens, point culminant de la randonnée, j’ai une superbe vue sur les Alpilles. Malheureusement, plusieurs lignes à haute tension troublent le paysage.
medium_img_2395.jpgLe GR6 redescend progressivement vers le site des grottes et se termine en petit sentier humide où la mousse a pris possession de toutes les pierres. Du haut du chateau, la statue de la Vierge domine les lieux.
Arrivée au parking, dernière découverte : la passerelle aux écureuils ! Je m’approche de l’abri installé pour eux dans un arbre près du parking. Il y en a un que je fixe sans bouger en vue de le filmer car je voudrais animer un peu ce blog ! Au bout de 30 secondes, il n’a pas bougé et la vidéo de mon appareil photo est terminée. Je change d’angle du vue et l’écureuil, à une vitesse vertigineuse due sans doute à la peur, se sauve par la passerelle et se cache dans les pins. C’est raté !
Au retour, si j’avais su que le Géant de Provence (le plus grand platane d’Europe, haut de 53m et âgé de plus de 300 ans), était à côté du chateau, je l’aurais salué en passant. Il faut que 7 personnes se tiennent la main pour en faire le tour (circonférence de 9 mètres) et il est maintenant classé monument naturel.

18 avril 2010 : enfin je l’ai vu en passant par le portail d’une propriété privée dans laquelle s’insinuent tous les touristes. Il est si lourd que ses branches touchent le sol, sa ramure si large qu’il m’a fallu coller deux photos côte à côte pour le voir en entier, si majestueux qu’il force le respect. Cependant, un lamanonais m’a confié qu’il avait un concurrent à Lançon…

LE_GRAND_PLATANE.jpg

bullet1.gif

(1) selon moi, ce circuit peut être limité au cirque de Calès, et au sommet du Defens à partir des grottes

©copyright randomania.fr