--- Saisie d'un commentaire en bas de page ---

Randonnée urbaine à thème : le canal Zola


Le canal Zola capte mon attention depuis que j’ai lu les heurs et malheurs de son concepteur François Zola, dans les revues de l’époque ; j’ai tenté d’en retrouver quelques vestiges datant de la moitié du XIXe : travaux entre 1847et 1854 ; merci à André, Anne, Annick, Florence et le groupe facebook Histoire Aix-en-Provence pour leur aide. Et j’en ai profité pour vous montrer d’autres curiosités.

Je suis partie du parking de la mairie annexe Pont de Béraud (bus recommandé, ligne 6 départ Rotonde, arrêt Fontenaille), face au centre commercial Intermarché. Pour les voitures 1h30 gratuite à laquelle vous pouvez ajouter la pause méridienne si vous partez en fin de matinée.

Prendre l’avenue Fontenaille en direction de Vauvenargues ; après le petit centre commercial, l’église Saint-Jean-Marie Vianney, la route passe sous l’aqueduc du Petit Roquefavour, l’autre grand Roquefavour, étant à Ventabren, en cours de réfection.

Ce qui est devenu  la paroisse  St J M Vianney était, jusqu’en 1959, le dancing du Petit Roquefavour alimenté en clients par un car brinquebalant en provenance de la place des Prêcheurs. L’animation en était assurée par l’orchestre Claude Besset tandis que les joyeux fêtards pouvaient se rafraichir au bar sis alors dans les locaux de l’actuelle paroisse. […] En 1982, la chapelle devient paroisse et son premier curé, le Père Laroche, obtient le remplacement du nom St Curé d’Ars par St J M Vianney. Selon paroisses Aix-Arles

  1. Pont-aqueduc du Petit-Roquefavour : 106 avenue Marcel Fontenaille (Jean et Marcel Fontenaille, fusillés par les nazis) ; il a 130 m de long, le dessous des arches sert désormais de lieu de stockage ou de stationnement pour les propriétaires. De la prise d’eau à ce pont, le canal mesure 6km000 environ, en partie souterrain. Les pierres sont de deux couleurs : claires et ocres pour les voûtes. Remonter l’impasse qui longe l’aqueduc jusqu’à sa partie souterraine : vous  verrez l’enfilade des arches, dont certaines, empaquetées, sont en mauvais état ; le canal lui-même n’est pas couvert.
    L’avenue de Fontenaille se prolonge par la route de Vauvenargues : la femme de Zola y a habité quelque temps après la mort de son mari François Zola.

    Revenir sur ses pas jusqu’à la Traverse de Baret que l’on suit en direction de Bibemus (GR de Compostelle rouge/blanc) et qui passe au-dessus de la Torse : elle se mue en ruelle pittoresque coincée entre des murs de pierres.

  2. Le pont-aqueduc de Baret passe au dessus de la rue ; une canalisation récente est posée ; un branchement pour les pompiers utilisait l’eau du canal si nécessaire.

    Demi-tour jusqu’à la Traverse de la Cortesine qui doit son nom au peintre et militaire Albert de Courtois qui avait une vaste propriété au numéro 24.

    La Cortesine : nouvelle voie verte le long du Baret. Un lieu à découvrir avec des champs fleuris qui constituent le parc du Roc Fleuri. Le Baret est une rivière qui traverse le quartier au pied de la colline de Bibémus et se jette dans la Torse au niveau du pont de l’avenue des Ecoles Militaires. Sur les cartes du XVIIIe, la Torse est quelquefois appelée (Grand) Baret.
    Au XVIIIe, ce quartier a été l’objet d’âpres disputes entre les riverains et la mairie à cause de sa source abondante. Pour éviter que son propriétaire, par des travaux nocturnes, ne détourne l’eau à son profit, la ville a finalement construit une solide pyramide au dessus de la citerne, appelée pyramide de Baret (propriété privée).

    A l’endroit des poubelles et du panneau de stationnement interdit, tourner sur la gauche et longer les quelques arches du pont.

  3. C’est l’aqueduc d’irrigation du canal Zola, en fonctionnement jusqu’en 1960, qui passe sous la rivière par un siphon (ici la sortie) ; traverser à gué le Baret et monter la ruelle étroite en face. Quelques mètres plus loin à droite, au niveau de la première maison, le siphon d’entrée que l’on reconnait au sol à la dalle de couverture, la vanne de métal rouillé (devenue accès à une propriété privée) et derrière le mur la tête maçonnée du siphon ; continuer jusque dans le sous-bois.
  4. Le sentier coupe le canal Zola qui alimentait la ville en eau potable – 150 m séparent les deux canaux – complètement envahi par la végétation mais dont on peut reconnaitre les parois maçonnées à droite quand on est dans le bois ; au sortir du bois, redescendre dans la prairie en recoupant le canal Zola. Descendre dans la prairie fleurie : le sentier recoupe le canal d’irrigation sur un tout petit pont.
    Facultatif : avant le petit pont, longer le canal dans la prairie à gauche du sentier (fossé de plus en plus profond), en direction de la maison, jusqu’au puits d’entretien et revenir ; après le pont, longer le canal en direction des habitations. Le canal d’irrigation se trouvait derrière le mur composite.

    La maçonnerie de ce mur nécessite deux ou plusieurs matériaux de nature et formats différents. Le chaînage intermédiaire est composé de grosses pierres verticales. Les buts visés sont une meilleure solidité avec une meilleure résistance aux intempéries tout en faisant des économies. Il a aussi une fonction esthétique.

    Tourner à droite le long du grillage (panneau non officiel) pour sortir du parc et rejoindre l’avenue des Ecoles Militaires par les résidences.
    Continuer l’avenue en direction du Tholonet et monter le raide chemin du Marbre Noir jusqu’en haut.

  5. Au bout de l’impasse, le pont-aqueduc du Marbre Noir du canal Zola est encore en place, avec probablement un repère géodésique incrusté sur un de ses piliers.
    Il y a bien eu au XIXe une carrière de marbre noir  de 600 ha ; en mai 1846, une société d’exploitation est créée ; les actionnaires peuvent se faire rembourser leurs actions en marbre, pierre, chaux. La Presse, 21 janvier 1851, rappelle la découverte de M. Michel et l’étude technique de M. Tournadre (l’homme du canal du Verdon) qui évoque la roche d’un beau noir et sans fissures, capable de concurrencer les marbres belges. La ville utilise ces marbres pour la fabrication de carrelage, tablettes et cheminées. Mais l’exploitation reste artisanale, sans doute à cause de la pente du chemin qui gêne le transport par camion.
    Demi-tour jusqu’au boulevard. Soit variante facultative décrite en fin de page vers le Tholonet (+3km), soit remonter vers le rond-point de la piscine, tourner à gauche, rejoindre le cimetière Saint-Pierre.
  6. Dans l’allée centrale, au niveau de deux boules de pierre, face à l’allée, la tombe de François et Emilie Zola.
    J.-P. Cassely rappelle qu’Emile Zola n’est pas dans cette tombe mais au cimetière de Montmartre sous un buste du sculpteur Solari. A l’origine, la tombe des parents d’Emile est une simple dalle horizontale marquée ‘François Zola (1797-1847) Emilie Françoise Zola (1819-1880) née Aubert‘. Emile Zola ajoute ultérieurement le retable sur lequel on lit « A mon père, à ma mère ». Il ajoute une croix grecque de pierre avec une armature destinée à recevoir les couronnes, et une croix latine en haut.  l’Autorité, 5 juin 1908
    Intermède nature ! Revenir jusqu’au rond-point, redescendre l’avenue des Ecoles Militaires jusqu’à l’entrée du bois de la Cortesine, peu après l’avenue Villemus et le pont sur la Torse ; agréable balade le long du Baret ; par un détour sur la gauche en passant au dessus d’un pont de bois : la source d’eau tiède Villemus.
    Grand Baret Cortesine, CIQ Cézanne Torse
    Passer à gué le ruisseau avec un peu d’eau tout de même. Quitter le sentier à la Traverse de la Cortesine : une propriété en état de péril et son portail laissent entrevoir ce qui fut une belle et grande propriété.
    Rejoindre le centre ville par la traverse de la Cortesine ; passer devant une maison avec cadran solaire au numéro 13, traverser la Torse sur le GR653 Compostelle balisé rouge/blanc.
    Immédiatement après le pont, suivre la berge à droite et par un aller-retour facultatif (+220m) découvrir le lavoir Saint-Thomas de Villeneuve (prudence : état d’abandon).
    Le lavoir saint-Thomas, site CIQ Pont-de-Béraud
    Le lavoir de Saint-Thomas : l’Institut Saint-Thomas est une institution de jeunes filles fondé en 1787 ; il existait probablement un couvent des Recollets, avant l’installation des sœurs. L’ancien étendoir est une prairie en pente douce. Le saint de la niche a disparu, les murs sont taggués. En octobre 2003, la mairie a fait établir un projet de restauration et d’aménagement de cet lavoir.

    Au pont, continuer le chemin du lavoir du Grand-Mère

    Si on tourne à droite après le pont, on passe entre la Torse et la nouvelle avenue Saint-Thomas de Villeneuve. Vue sur le lavoir Saint-Thomas en contre-bas : escalier à double révolution et splendide platane, portail fermé et oratoire disparu.

    Descendre l’avenue du docteur Aurientis, couper le Cours des Arts et Métiers, rue Nostradamus, rue Pétrarque, traverser le boulevard Emile et François Zola, emprunter la traverse Malakoff.

  7. Pont des premières eaux, 5, traverse Malakoff : aqueduc Zola et aqueduc(s) romain(s) accolé(s) venant de Saint-Antonin ou/et Vauvenargues.
    Fonctionnant par gravité en suivant les courbes de niveau, il est logique que le canal Zola dans Aix adopte le tracé le plus évident, celui de l’aqueduc romain de Saint-Antonin (Carte archéologique de la Gaule, 13/4, Aix-en-Provence) et sans doute aussi celui venant de Vauvenargues, masqué peut-être par une surépaisseur du pont Zola. L’or bleu duTholonet, P. Bernascolle, Les Presses du Midi, 2019

    Poursuivre jusqu’à l’avenue Jean Moulin, à gauche sur quelques mètres.

  8. Au niveau du petit bâtiment associatif La Boule de Saint-Eutrope, le pont-aqueduc des Pinchinats passe au dessus de la Torse et se devine depuis le trottoir. Une canalisation est posée dessus. Pour le voir mieux, soit vous connaissez un propriétaire sur le chemin du Four, soit vous demandez aux joueurs de boules la permission d’entrer !
    Une station de pompage remontait les eaux vers saint-Eutrope et une ‘caisse de partage’ (terme relevé sur les plans de Zola) envoyait les eaux vers la ville.
    Redescendre vers le centre ville par l’avenue Jean Moulin (qui se prolonge par l’avenue Zola) ; tourner à gauche dans la rue Pétrarque, puis Nostradamus.

     L’avenue François Zola ; pour le remercier de ses travaux, la commune donne ce nom (6/11/1868) au boulevard du Chemin Neuf puisqu’il aboutit au pont du canal, point où commence la distribution des eaux de la ville et en 1909 le nom du boulevard associe père et fils François et Emile Zola.

    Tourner à gauche direction lycée Cézanne avenue Fontenaille en passant devant l’ancien couvent Saint-Thomas de Villeneuve.

    L’église des Recollets ayant été abattue pendant la révolution, les Dames Hospitalières de Saint-Thomas de Villeneuve, en acquirent l’emplacement ainsi que l’ancien couvent de ces religieux ; elles en ont rebâti l’église et y ont établi leur noviciat en 1822. On connaît tout le bien que ces dames opèrent depuis 1802 dans l’hôpital Saint-Jacques, dont elles soignent les malades avec la plus admirable vertu. Les rues d’Aix ou, Recherches historiques sur l’ancienne capitale de la Provence, Volume 2, Roux-Alphéran François-Ambroise-Thomas, Aubin, 1848

    J’ai presque envie d’ajouter la fontaine de la Rotonde (non prévue dans l’itinéraire) alimentée en eau pour la première fois par le canal Zola en 1860 ; sur l’inscription du pilier central, son nom ne sera pas cité.

  9. Itinéraire de base 9km100, 3h environ, dénivelée 43m, 3h environ avec le temps de recherche et les photos. Ci-dessous, le canal (sur la droite, direction sud-nord) est bleu comme l’itinéraire : geoportail ne permet pas de modifier la couleur. Télécharger la trace

Variante en direction du Tholonet à partir du début de la montée du Marbre Noir au 59 avenue des Ecoles Militaires, variante dangereuse à pied surtout après le pont du vallon des Gardes Bas, au delà d’Aix-en-Provence. + 3km A/R
Continuer l’avenue en direction du Tholonet par l’avenue du général Preaud.
  • Route Cézanne : le canal endommagé est visible dans le talus qui longe la route côté gauche, peu après la maison de retraite Eléonore.
  • Puits d’entretien de construction similaire à celle du canal.
  • Vallon des Gardes Bas (Peut-être y avait-il autrefois un octroi gardé ?), frontière entre Aix et le Tholonet. Du haut du pont au niveau du délaissé (en droit renonciation à la possession d’un bien) avec le panneau d’information, le pont-siphon du vallon des Gardes-Bas enjambe le vallon à sec. Le pont à une arcade (?) permet de gagner un peu de hauteur et évite de passer sous la rivière par une conduite souterraine. Si la zone est débroussaillée, il est possible de descendre dans le vallon par une pente un peu raide. Merci de me faire parvenir une photo.
  • Le siphon du vallon des Gardes avec sa plate-forme et son réservoir de chasse, permet au canal de passer le vallon par un conduit en forme de U. Il a été restauré en 1904 comme l’indique la date gravée sur le mur.
  • ! Au delà, plus de trottoir. 300m plus loin, près de la borne routière 76, le pont-aqueduc de Bagatelle sous lequel six résistants ont été fusillés. Même si l’entrée de la propriété est un peu éloignée de la route, elle est bien située sur la route Cézanne : son propriétaire, pas peu fier, en 1959, a apposé une dalle sur son mur d’enceinte pour le signaler.
    Par une petite grimpette sur le talus, vous pouvez voir et entrer dans le conduit. La route Cézanne, route classée, Guy Ballossier, Les éditions Flâneries, 2009 (livre épuisé).

    Six jeunes résistants y ont été fusillés. revenant d’une mission périlleuse les frères Noat forcent les barrages et rentrent chez eux. Le lendemain, la Gestapo les arrête, ils se débattent et Marcel est atteint par trois balles. Le 17 août 1944, un russe travaillant pour les allemands désignent au hasard 6 détenus emmenés dans deux voitures jusqu’au pont du canal où ils sont fusillés.

Variante pédestre Le Tholonet +3km soit au total une randonnée urbaine de 12km100.

 

Une randonnée pour les curieux confinés autour de 10 km autour de leur domicile. Avec des enfants, ce peut être l’occasion d’une chasse aux trésors pour retrouver tous les vestiges en apprenant à suivre un plan.
Beaucoup de vestiges ont été détruits et ceux qui restent semblent peu entretenus… C’est pourtant un patrimoine récent…
Toute précision utile est bienvenue !

©copyright randomania.fr

Partager sur FacebookPartager par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.