Les chemins de la pierre sèche de la Roque sur Pernes à Saint-Gens



Saint-Gens, j’y suis déjà allée au départ du Beaucet, circuit décrit dans la note ***Le Beaucet, Venasque, sur les chemins de la pierre sèche et dans le livre 25 balades sur les chemins de la pierre sèche, Florence Dominiquele bec en l’air, 2009. Une partie du parcours à Barbarenque et Saint-Gens est commune aux deux randonnées.

Mes photos

Aujourd’hui, ce sera un PR au départ du village haut perché de la Roque sur Pernes, balisé jaune sur la presque totalité. Majo et moi montons par la rue du Barri, une calade avec pavement central qui mène au château dont on ne connaît pas le premier propriétaire. Daté du XIe, annexé aux états pontificaux au XIIIè, il est reconstruit au XVIè, racheté par la famille de Centenier en 1741, finalement vendu aux habitants au XXè. Le clocher de l’église saint-Pierre saint-Paul joue à cache-cache avec nous. Nous sortons du village par le nord, quittons bientôt la route de Saumane pour un agréable chemin communal dallé de façon naturelle le chemin Jean de Rebous.

Le nom de la Roque apparut pour la première fois dans les écrits en 1113 ; lorsqu’en 1274 tout le Comtat fut cédé à la papauté, le territoire de la Roque fut inféodé à divers seigneurs, la plupart italiens : Spifame, (Boniface II) de Peruzzi, originaire de Florence, des Séguinsde Serres, des Galléan de Gadagne, des Centenier en 1741, issus d’une famille palatine, des Blanc-de-Brantes en 1772.

La commune a adopté les armoiries des Seguins ; Sébastien de Seguin qui surnomme La Roque sur Pernes, la Roque des Seguins, est un comte Palatin (1574), vice-recteur du Comtat (1590), qui reçoit du Pape la terre de La Roque pour laquelle il rend hommage devant François de Castellane, Charles de Pernes et François de Lopes, Seigneur de Montmirail, le 16/3/1576. Contesté pour cette donation, il est enfin pourvu de cet Office après la mort de Raimond Meillores, en 1590. D’après des Seguins, Jean Gallian

La légende raconte qu’une Dame Seguin, pour venger l’assassinat de son époux, attendit que ses 7 enfants soient devenus grands, les poussa à tuer toute la famille des assassins, puis se réfugia en Provence. Cette dame est représentée par la huppe et les 7 étoiles sont ses 7 enfants. Rapporté par Jean Gallian

Le chemin de la Roque à Saint-Gens passe sous les rochers de Fraischamps, appelés autrefois Barrièro. Le petit vallon de Frais Champ, circule au pied d’une colline dont les pentes raides sont abondamment couvertes de banquettes de pierres ou murs de soutènement encore en bon état, traces d’une lutte constante contre la pente. Nous sommes émerveillés par le travail laborieux que cela a dû représenter. Probablement dûs aux travaux de défrichement du XIXè bien avant que ne s’installent les banatais.
« Une main d’oeuvre inégalable, au service d’une volonté de fer » écrit Edouard Delebecque, ancien maire de la Roque sur Pernes, qui réussit à les [les banatais] faire venir dans son village menacé de désertification. Entre 1950 et 1999, 420000 déplacés ont quitté la Roumanie dont une communauté de lorrains partis coloniser le Banat au XVIIIè et rapatriés dans les années 1950 à la Roque sur Pernes.
Leur histoire est résumée par le collègue Alphonse Silve à Monteux.

Au XVIIIè siècle, des Alsaciens Lorrains partirent coloniser les terres fertiles du Banat empêchant ainsi les Turcs de prendre le contrôle de cette région. Au congrès de Versailles, le Banat fut divisé entre la Roumanie, la Hongrie et la Serbie. En 1939 la guerre éclata et le Banat fut envahi par les allemands. Les Alsaciens Lorrains, qui parlaient un dialecte germanique, furent considérés comme allemands et enrôlés dans la Wermacht (armée de terre allemande). A la fin de la guerre, les russes envahirent le Banat. Tito devint président de la Yougoslavie en tant que dictateur communiste et enferma les Alsaciens Lorrains, qu’il croyait allemands dans des camps d’extermination en Autriche […] Il y eut dès lors beaucoup d’exodes aux Etats-Unis mais aussi en France […]. Un groupe de Banatais reconstruisit le village en ruine de la Roque sur Pernes […]

Visibles mais peu nombreux… Les circulations migratoires roumaines, Coll., Les Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003

Continuer la lecture de Les chemins de la pierre sèche de la Roque sur Pernes à Saint-Gens

©copyright randomania.fr

De la chapelle Saint-Estève à la chapelle Saint-Pierre à Rians



J‘étais déjà allée à la chapelle Saint-Pierre située au sommet d’une colline (552 m), en partant du village de Rians à l’est ; cette fois, je pars de la chapelle Saint-Estève située à l’ouest, à la frontière avec Jouques.

chapelle saint-EstèveLe cadre de la chapelle Saint-Estève1 est désormais aménagé pour les pique-niques avec quelques places de parking ; bien avant la christianisation, a été retrouvé puis perdu un autel dédié aux déesses-mères Gerudiatae : Matribus Gerudatiabus, Julia Minia v(otum) s(olvit) l(ibens) m(eritis). D’après le corpus inscriptionum latinarum XII, 505 et Ralph Haeussler, Pouvoir et religion dans un paysage gallo-romain : les cités d’Apt et d’Aix-en Provence. Romanisation et épigraphie, Lattes, 2001. Traversant les frondaisons, les rayons du soleil mettent en valeur la pierre jaune. Intérieur chapelle st estèveEloignée du village, d’architecture romane, avec une nef et une abside semi-circulaire, elle daterait du XIIè siècle ; la porte est couverte d’un larmier mouluré. Il s’agit d’une ancienne possession templière dont on ne sait à qui elle a été attribuée quand les templiers ont été arrêtés. Le notaire Barthélémy de Vaurelhas y était passé en 1308 lorsqu’il faisait l’inventaire des biens de la commanderie d’Aix.

Entrée de la chapelle saint-EstèveC’est ainsi qu’on les [les membres chargés de faire l’inventaire des biens templiers] voit successivement à Saint-Estève du Val de Rians où l’ordre possède une petite exploitation rurale, puis à Rians où, à la suite d’une criée publique, quelques tenanciers font acte de présence.[…] Une fois la dévolution faite, les hospitaliers, […] ont procédé à une fusion des biens du Temple avec les leurs ; […] les granges de la Galinière et de Saint-Étienne du Val de Rians, [sont] absentes du procès-verbal. Dans le premier cas il s’agit sans doute d’un oubli ou de l’utilisation d’une autre désignation […]. Quant à l’autre, certes plus petite [saint-Estève], on ne sait ce qu’il en est advenu. La fin des Templiers en Provence : l’exemple de la viguerie d’Aix, Benoît Bocage, Provence historique, 1999

Les moutons ont trop chaud !Direction la ferme de la Grande Bastide ; les moutons qui ont déjà chaud, se sont regroupés sous les arbres au fond du pré. Je reconnais sur la gauche un pont typique du XIXè appartenant à l’ancien canal du Verdon. Cette route est classée ‘sentier d’exploitation’, voie privée rurale dont l’usage est commun à tous les riverains.

Oratoire saint-FiacreL’oratoire Saint-Fiacre est placé à l’entrée du chemin qui mène à cette ferme de la Grande Bastide ; gravées sous la statue, les dates probables de sa mort et de son décès : 610-670. Dans le premier temps de sa fondation, Fiacre accueille les pèlerins de passage ; durant la seconde étape, Faron accorde à Fiacre la quantité de terre et de bois qu’il sera capable de délimiter, tout autour de sa maison, par un fossé creusé de sa propre main en une journée de travail. Le saint se met en prière, puis marche en traînant derrière lui son bâton qui creuse le sol d’un sillon large et profond tandis que s’abattent de part et d’autre les arbres qu’il touche. C’est le patron des jardiniers, guérisseur des hémorroïdes, chancres et cancers. D’après Fiacre (saint) wikipedia

Continuer la lecture de De la chapelle Saint-Estève à la chapelle Saint-Pierre à Rians

©copyright randomania.fr

Promenade dans les champs de lavande, Valensole



Si les champs de lavande ne sentent pas grand chose en hiver, ils gardent leur couleur lavande légèrement grisâtre ; sur un fond bleu pur et des montagnes enneigées, le plateau de Valensole est un spectacle enchanteur avec ses bouquets bien taillés, ses allées rectilignes fuyant vers l’horizon : une oeuvre d’art. Valensole en images

Fontaine sur la place de l'office du tourismeLe parcours PR2 Chante-Bri est balisé de jaune ; j’ai commencé par la visite du village de Valensole, tout en montées et descentes, petites ruelles enroulées autour de l’imposante église Saint-Blaise ; le lavoir datant probablement de 1681 avec une toiture refaite en 1855, est en arrière de la fontaine de la place des HéLe lavoir communalros de la Résistance, dans le creux de la rue de la Grande Fontaine.

C’est un ensemble de cinq bassins ; en avant deux rectangulaires et en arrière contre le mur, trois plus petits. Un petit mur de refend1 établit une division et une rigole les fait communiquer. D’après La Haute Provence monumentale et artistique, R. Collier, Digne, 1986

Chapelle Saint-MayeulLes maisons les plus anciennes sont construites avec des galets, les fameux galets transportés par la Durance d’autrefois. Le premier monument rencontré est la chapelle Mayeul ; avec un clocher-tour, dédiée au 4è abbé de l’abbaye de Cluny, elle porte la date de 1743. C’est le propriétaire d’une boutique située à cet endroit qui en aurait fait cadeau à la ville pour le culte du saint ; les consuls de la ville y étaient reçus lors de leur prise de fonction.

Le circuit emprunte pendant un certain temps la D6 qui relie Chante-BriValensole à Manosque : peu intéressant mais nécessaire pour arriver jusqu’à l’ancienne départementale délaissée qui longe des champs d’amandiers vers Chante-Bri. Trotte-VachePuis il passe de l’autre côté de la route vers Trotte-Vache ; piste tranquille qui traverse les champs de lavandin au port buissonnant, compact et arrondi. Autour de moi, des montagnes pratiquement partout donc celles du nord bien blanches.

Descente dans le ravinSilhouette non identifiée dans le ravin du FerJe descends maintenant dans le ravin du Fer, boisé et humide là où les champs de lavande s’entrecroisent ; quel contraste avec les champs ! au bord du ravin, une immense bâtisse en ruine qui existait encore en 1826 ; je vais suivre la célèbre carraire des troupeaux d’Arles et progressivement remonter sur le plateau ; au loin, une silhouette blanche non identifiée. Je retrouve bientôt l’immensité des cultures de lavandin. Non, la balade ne se déroule pas sur terrain plat contrairement à ce que l’on pourrait penser.

Lignes de fuiteLavandes sur fond de montagnes enneigéesAux abords du Chateau Saint-Ange, je tourne à gauche pour longer l’Olivole sur une piste de terre. Au loin, le Chiran et le Mourre de Chanier enneigés forment une cassure que l’on reconnait facilement. Au Sud-Est le grand Margès et à l’ouest les montagnes moins hautes du côté de Digne.

Chiran et Mourre de Chanier en V

Continuer la lecture de Promenade dans les champs de lavande, Valensole

©copyright randomania.fr