Le sentier du littoral du port de Saint-Cyr sur mer au port d’Alon



Grand vent annoncé pour le 9 août 2007. Nous avons prévu de retrouver des amis geocacheurs mais nous hésitons sur le lieu. Partout le risque d’incendie étant sévère ou maximum dans le Var et les Bouches-du-Rhône, la circulation dans les massifs est déconseillée ou interdite (voir dans ce blog la réglementation 2007). Nous espérons que le sentier du littoral en bord de mer sera épargné par cette interdiction.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

 

img_4503r.JPGÀ ce jour, le littoral varois offre aux promeneurs un sentier de plus de 200 km sur 432 km de côtes que compte le Var. Le sentier du douanier, créé sous la Révolution par l’Administration des Douanes, était emprunté exclusivement par les douaniers afin de surveiller les côtes : ils y circuleront jusqu’au début du XXème siècle, sans doute à l’affût de quelque contrebandier. La loi du 31 décembre 1976 instituant une servitude de passage d’une largeur de 3m le long du littoral, et la loi littoral de janvier 1986 permettant la création d’une servitude transversale au rivage, redonnent véritablement vie au sentier rebaptisé sentier du littoral (Informations extraites du Petit Pierrot, journal illustré du site Camping Clair de Lune).

Rendez-vous à 10h sur le port de Saint-Cyr sur mer avec Christian et sa famille. Chacun a emporté son GPS de randonnée. Tout le monde est à l’heure. Un premier panneau d’information sur le port de la Madrague nous rassure tout de suite : pas d’interdiction par grand vent, seulement par temps de pluie (Arrêté Municipal n°2001-08-920). Allons à Alon !

img_4504r.JPGimg_0211r.JPGLe départ du sentier se fait à l’extrémité sud-ouest du port. La mer est déjà agitée. Petite montée par les escaliers, descente sur la plage de la Reinette et remontée par les rochers. Dans les marnes irisées le long du chemin, se trouvent du sel gemme, du cuivre, et du gypse avec lequel on fabriquait du plâtre. Les ruines de l’ancienne plâtrerie reposent sous la carrière. Des trois fours (photo 1) dans lesquels le gypse était chauffé à 150° pour enlever l’eau, il ne reste que l’entrée et les murs. Après plusieurs jours de séchage, le plâtre était trié sur un tamis puis broyé dans une auge circulaire en pierre dure (photos 2 et 3) ; les sacs de plâtre descendaient ensuite le long du toboggan sculpté dans le rocher (photo 4 profil : on le devine entre les deux avancées rectangulaires) puis chargés sur des tartanes (photo 5) amarrés devant le petit quai de chargement.

1 – un four       2 – une meule      3 – le broyage autrefois

 

img_4512r.miniature.JPGimg_4514r.miniature.JPGmeules-platre.jpg

4 – le quai entre les deux avancées   5 – la tartane

img_4516r.miniature.JPGtartane-1.jpg

img_4517r.JPGimg_4521r.JPGAprès la visite de la plâtrière, le rythme s’accélère : il s’agit de trouver la première cache Massif d’Alon #1 le Grenier du circuit encore inexploré de Seal13. Chacun cherche dans un endroit différent, le plus vite et le plus consciencieusement possible, les enfants vers le bas, les grands vers le haut. Soudain Christian brandit fièrement la boîte aux trésors ! Il est le premier à l’avoir trouvée.
img_4529r.JPGimg_4527r.JPGLa Pointe Grenier1 offre un point de vue sur la baie des Lecques. Elle bénéficie, depuis l’antiquité, d’une situation géographique stratégique permettant la surveillance et la défense de la baie. Simple tour de guet au moyen-âge, on y trouvait une véritable batterie durant la seconde guerre mondiale. La tour de vigie a été maintes fois reconstruite au cours des siècles. La poudrerie servait à stocker les munitions. Je ne reconnais ni l’ancienne chapelle (transformée en logement d’officier) ni le casernement dont il ne reste que des murs en ruine.

img_4533r.jpgimg_4535r.JPGLe sentier se fait ensuite beaucoup plus étroit et longe la falaise jusqu’à la Pointe Fauconnière en hommage aux faucons pèlerins et faucons crécerelles qui y nichent. faucon-pelerin.jpgLe faucon pèlerin (photo Serge Hansi du site Nature Photo), espèce protégée, est un grand faucon vivant souvent près des falaises côtières. Sa caractéristique est sa robe barrée de blanc et noir sur le ventre. Son envergure est comprise entre 95 et 115 cm ; son piqué est fulgurant sur ses proies : en vol, c’est le plus rapide au monde 180km/h. Assez rare chez les êtres vivants, voilà une espèce où le mâle (600-750g) est plus petit et plus léger que la femelle (925-1300g)… Il se fait plus rare aujourd’hui, d’ailleurs je n’en ai pas vu, mais soyez sûr qu’il vient nicher sur les falaises marines entre Saint-Cyr et Bandol.

Continuer la lecture de Le sentier du littoral du port de Saint-Cyr sur mer au port d’Alon

©copyright randomania.fr