Boucle dans le Tallagard : trop de lignes à haute tension

Publié le Catégories 13 Bouches-du-RhôneMots-clés
 

Cette boucle dans le massif du Tallagard, massif pas très connu de ceux qui habitent ce département, a la particularité de se trouver près de l’usine de production d’énergie électrique de RoqueRousse où se concentrent des dizaines de lignes à haute tension. Je suis donc passée plus d’une dizaine de fois sous un pylône électrique, ce que personnellement, je n’apprécie pas trop. Ce circuit parce qu’il emprunte plusieurs sentiers balisés de couleur différente, offre des paysages variés. J’ai ajouté une variante vers le mur à abeilles (ou apié1) du Val de Cuech. Pour ceux qui ont un GPS, je peux fournir la trace, ce qui facilitera grandement la randonnée car de très nombreux sentiers sillonnent le massif.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Le parking du départ se trouve près de l’entrée de l’autoroute du soleil à Salon Nord.
Départ  sur le sentier des Caussiers balisé bleu en direction de la S.P.A. qui, ce jour là, est en fête. Après une montée caladée et un large virage, je tourne sur la droite hors balisage pour la variante vers l’apié.

Pas évident de le trouver même s’il est le long du sentier. Je dois descendre dans un champ dont le mur de soutènement en pierre sèche est équipé d’un escalier volant1 permettant d’optimiser le rendement des terres parce qu’il n’empiète pas sur les terres cultivables. J’y vois un autre intérêt : c’est la possibilité de remonter sur le chemin sans faire demi-tour par l’entrée. L’ayant trouvé fragile, j’ai préféré ne pas l’utiliser pour remonter sur le chemin.

Les marches sont constituées de larges et longues boutisses2 encastrées à plus des deux tiers dans son épaisseur et émergeant en porte à faux à la manière des corbeaux. Extrait du chapitre sur les aménagements du livre 25 balades sur les chemins de la pierre sèche, Florence Dominiquele bec en l’air, 2009

L’apié se trouve dans le prolongement en contre-bas du sentier mais ne voit pas : l’étroit sentier de terre sera l’unique indice. Deux rangées de cellules l’une au dessus de l’autre.

En savoir plus sur Les murs à abeilles de Provence dans le blog randomania plus


Après la cabane sur la gauche, je rejoins le sentier supérieur en montant entre les murs béants. Cette variante se termine bientôt au croisement avec le sentier balisé bleu les Caussiers que je poursuis jusqu’à croiser le sentier rouge de la Pastorale (lire les bories du Tallagard, dont je vous ai parlé dans un autre article) ; cent mètres plus loin, sur la droite, je repère la cabane de pierre sèche construite dans un grand mur. Joli endroit pour un pique-nique mais déjà occupé par plusieurs familles.

A la citerne, je fais un petit détour jusqu’à la table d’orientation sur le Rocher de l’Enclume à 255 m d’altitude ; elle explique le paysage et la vue panoramique : Alpilles, Lubéron, Plaine de la Crau, l’Etang de Berre et la Méditerranée… et les lignes à haute tension.

Je quitte le balisage à nouveau pour rejoindre le sentier violet des Agassons en descendant dans le vallon de Toupine sur un sentier rocheux étroit et désert qui passe sous 3 lignes à haute tension. Le chemin de Tallagard est une route étroite et revêtue qui mène à un oratoire.

ce petit monument religieux se dresse au coeur des collines et des pinèdes du Tallagard, au lieu-dit « Le Sauvage ». Édifié en pierres, surmonté d’une croix, sa niche abritait une statuette où vous pourrez faire une pause repas. Extrait du topo randonnée le massif de Tallagard, office du tourisme de Salon de Provence

 

Progressivement le sentier remonte longeant d’abord une falaise qui piaille de cris d’oiseaux. A la citerne, je monte jusqu’à la modeste vigie municipale.  Bel enchevêtrement de câbles à haute tension qui, en une seule ondulation, s’accrochent à la centrale en contre-bas. Je croise le sentier marron des Abeilles que je ne suivrai pas du tout. A nouveau une table de pique-nique puis la citerne des Agassons qui nous rappelle combien la forêt craint le feu.

Avec la dernière partie appartenant au circuit violet, le décor change complètement. Un bouquet de graminées (plumet ?), des plantations récentes cachent l’ancienne décharge communale de la ville. Le reboisement de ce site a permis la sauvegarde de la nature et des paysages.

Image de l’itinéraire 9km800, 2h40 déplacement, 149m dénivelée

1apié : mur construit pour contenir des ruches
2boutisse : longue pierre disposée perpendiculairement au parement d’un mur et dont la plus grosse partie est dans l’épaisseur du mur. Elle a pour rôle de lier le mur et de renforcer sa cohésion

©copyright randomania.fr

2 réflexions au sujet de « Boucle dans le Tallagard : trop de lignes à haute tension »

  1. Bonjour,
    je trouve votre description de ce sentier très intéressante et ne la découvre seulement qu’aujourd’hui !
    Avez-vous toujours la trace GPX de cette rando ? Ce serait plus facile pour moi surtout pour retrouver le fameux apié.
    Cordialement
    [ndlr] envoi trace par mail perso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *