Coteau Chiron dans les basses gorges du Verdon


IMG_2979r.JPGIMG_0036.jpgPetite balade agréable et pas difficile bien qu’il s’agisse des gorges du Verdon. Départ du chateau de Saint-Laurent du Verdon datant sans doute de la fin du XVIIème siècle avec ses 4 fortes tours d’angle et son ancien pigeonnier. Sa porte en plein cintre est encadrée de deux pilastres surélevés. un document d’archives l’attribue à Claude Castellane. Au moyen-âge, ce petit village ne comptait pas moins de 7 seigneurs ou co-seigneurs. Comment donc se défendait-il contre les assauts alors qu’il n’avait même pas de murailles ?

IMG_3008r.JPG

Nous passons devant l’oratoire à la croisée de deux balades. Pour nous, c’est tout droit. Le chemin de droite rejoint Notre Dame sur Verdon. Vous retrouverez la description des deux balades dans Gorges, lacs et plateaux du Verdon… à pied – 20 promenades et randonnées, F.F.R., F.F.R., coll. Topoguides, 2007

Saint Laurent du Verdon, wikipedia

Au lieu-dit Plan Pélissier à Saint-Laurent du Verdon ont été trouvées des tombes composées de tegulae1 ; « en 1961, devant le portail du chateau, il a été dégagé un sarcophage en plomb, mesurant 2m de long, avec une toiture de tegulae1 en bâtière ; des tombes sous tuiles ont été bouleversées près de l’église. tout cela peut remonter au IVème siècle ». La Haute Provence monumentale et artistique, Raymond Collier, Digne, 1986

IMG_2984-300x242.jpgDescente douce vers le lac articificiel Saint Laurent ; il a plu de la veille et l’argile colle aux chaussures ; ce sera bientôt si lourd que j’aurai du mal à marcher et chercherai à m’en débarrasser, en vain. Balade à ne pas faire par temps humide !
IMG_0015.jpgIMG_2986r.JPGAu bord du coteau Chiron, au loin le pont sur le Verdon qui rejoint Artignosc dans le Var, de l’autre côté du Verdon ; le lac a des allures d’étang où l’eau stagne en bordure et où rien ne bouge. Seul un héron y fera son envol.

IMG_2997r.JPGIMG_3003r.JPGNous longeons les rives du lac en nous élevant progressivement ; les falaises de calcaire si caractéristiques du Verdon ne sont pas encore très hautes, le Verdon est calme et accessible : un bon compromis pour qui veut le découvrir sans trop de fatigue ou de risque. Depuis la presqu’île à la fin du coteau, nous voyons Montpezat sur sa butte pointue dominée par son château. En tournant à gauche, le camping la farigoulette nous en met plein les yeux avec avec ses jeux d’extérieur aux couleurs vives.

IMG_3005r.JPGLa boucle grimpe dans un sous-bois puis passe le long d’un vaste champ hors balisage avant de rejoindre le sentier qui passe près de la ruine des Angles. Sur la place où nous sommes garés, des toilettes sont ouvertes au public (rares dans un village ; je soupçonne qu’elles servent essentiellement aux chasseurs) ; pour être présentable à Quinson, je me décrotte au point d’eau.

IMG_0040.jpgIMG_0042.jpgLoin des grands axes de communication, cette randonnée peut être utilement couplée avec la visite du musée de la préhistoire à Quinson ou celle, guidée, de la célèbre grotte de la Baume Bonne dans les gorges du Verdon (visite virtuelle sur le site du musée). Prochaine visite les 21 et 22 novembre 2009, sur réservation auprès du musée de la préhistoire de Quinson.

Saint-Laurent du Verdon, dans le parc naturel régional du Verdon

Saint_Laurent_sur_Verdon, boucle du coteau Chiron, 6km200, 2h dépl., 81m dénivelée

bullet1.gif

1tegula : tuile plate à couvrir les toits, faite ordinairement d’argile cuite au four -voir dictionnaire des antiquités grecques et romaines, A. Rich, 1983

©copyright randomania.fr

Au pays de la lavande : balade nature adaptable à souhait


IMG_2826.JPGA partir de Valensole  voilà une balade familiale tranquille, une balade nature adaptable à souhait  en durée : il y a suffisamment de chemins sur le plateau pour prendre un raccourci et s’adapter au temps dont on dispose ; on peut y circuler en poussette sur une grande partie du parcours. Selon le guide Balades en Provence, CEEP – en partenariat avec parc national de Port Cros, Fondation Nicolas Hulot, IGN, Dakota Editions, 2005, mai et juin, début ou fin de journée seraient les périodes d’observation idéale. Je l’ai choisie pour me remettre doucement à la marche suite à une déchirure musculaire après 4 semaines d’immobilité : elle est facile, pratiquement tout le temps sur terrain plat (à part une montée et une descente dans les galets qui roulent !). Très exposé au vent, le plateau est assez désagrable les jours de mistral : aujourd’hui 19 octobre, le coupe-vent est indispensable et j’aurais apprécié une paire de gants.

Selon ce livre, les oiseaux sont nombreux pour qui vient à la bonne période : mésanges, pinsons, rossignol en mai, pic vert, loriot ; au delà de la Blache la fauvette, le tarier pâtre, le bruant zizi ; dans les étendues agricoles, l’outarde canepetière (=cane qui pète), le lièvre et la caille ; en allant vers la ferme des Sivans, le bruant proyer et ortolan ; en allant vers la ferme St-Andrieux, la huppe qui installe son nid dans les amandiers creux, les alouettes des champs. « Tout au long du parcours, il vous faudra lever les yeux pour chercher les espèces de rapaces : milan noir, faucon crécerelle, circaète Jean-le-Blanc, aigle royal, busard cendré ». Tous ces oiseaux sont décrits à la fin du livre.

IMG_2822.JPGIMG_2820.JPGNotre première rencontre sera celle d’un troupeau de moutons côté ubac de Notre-Dame. Les chiens, longtemps avant, ont averti les bergers de notre présence. De jeunes brebis d’un mois sautillent autour des adultes comme de jeunes enfants. La remontée sur le plateau par le sentier de galets me surprend toujours à l’intérieur des terres : la Durance les a amenés des Alpes il y a 10 millions d’années et les a déposés en une couche épaisse de plusieurs centaines de mètres.

IMG_2828.JPGIMG_2823.JPGSur le plateau de Valensole, d’immenses champs ont été récemment labourés au pied des montagnes. C’est là que le lavandin en juillet nous offre son parfum et sa couleur caractéristique des cartes postales. Dans la ruine de la Colle de Lèves, serait-ce un oratoire construit dans le mur (mur construit avec des galets bien sûr !) ? Certains sommets des montagnes des Alpes  sont déjà enneigés.

IMG_2833.JPGNous passons devant un champ de lavandin aux rangées bien alignées mais d’une couleur un peu terne en cette saison. Car il n’y a pas de lavande sur le plateau mais cet hybride de deux types de lavandes, qui colore le pays en bleu à la belle saison. Quelques ruches ont été déposées au plus près pour permettre aux abeilles de fabriquer le miel local. Parc naturel régional du Verdon. Près du stade, nous goûtons une noix ; la trouvant bonne, nous en ramassons quelques unes de plus.

Itinéraire court 5.5km 97m dénivelée, 1h10. Itinéraire du livre 10.550km, 83m dénivelée, 2h10 (+ le temps des observations de la nature)
Autres balades depuis Valensole, site de la commune
IMG_2838.JPGEn route pour la fête de l’amande à « Oraison, une ville à la campagne ». Voilà un slogan justifié : tous les parkings sont pleins, le restaurant mettra 1h30 pour nous servir le premier plat… mais c’était du frais. Le cassoir du XIXème siècle est en fonctionnement depuis ce matin ; la machine ronronne avec le bruit d’une mécanique bien huilée, les amandes tombent dans le sac et l’écorce est rejetée de l’autre côté tandis que les rouleaux successifs font leur travail d’écrasement et de tri. Les produits vendus sur le marché ne sont pas que des produits à base d’amande tels calissons et nougats : on y trouve le safran, l’épeautre, l’huile d’olive, les fromages, la charcuterie corse, les apéritifs, les biscuits bio, le chocolat, etc. Vous ne me croirez pas mais j’ai réussi à résister à tous les bons produits de notre terroir.

Le programme de la fête de l’amande sur le blog Arsnova

Amandiers, Amandes et cassoirs en Haute-Provence, Claude Martel, Alpes De Lumière, n°116. Site de l’association Alpes de Lumière

©copyright randomania.fr

*** Le sentier de la chaîne à Moustiers


IMG_9167r.JPGMoustiers (Sainte Marie depuis 1847 pour se différencier des autres Moustiers) est un des plus beaux villages de France, rassemblant plein de lieux charmants et différents :  un dédale de ruelles chevauchées de voûtes ou d’arcades, une rivière qui dégringole en cascade, une chapelle haut perchée à laquelle on accède comme autrefois par de nombreuses marches, une étoile dorée suspendue entre deux rochers bien au-dessus de nos têtes, des artisans qui travaillent la faïence comme autrefois, des placettes qui vous accueillent à l’ombre des arbres,… Et je ne vous parle pas des environs : le lac de Sainte-Croix et ses loisirs nautiques, le Verdon et ses randonnées sportives mais inoubliables, la colline de Costebelle devenue une île depuis la mise en eau du lac de Sainte-Croix.  Nous passons à l’office du tourisme pour nous informer sur le sentier de la chaîne qui permet d’aller toucher l’ancrage de celle-ci et faire un voeu. Celui qui parvient jusque là haut le mérite bien. Nous sommes prévenus : mieux vaut être en forme, « le parcours est sportif et aérien« , certains passages sont techniques et le final ressemble plutôt à de l’escalade.

La météo aujourd’hui à cet endroit
Avec la température ressentie

IMG_9171r.JPGIMG_9174r.JPGIMG_9181R.JPGIMG_9183r.JPGIMG_9186r.JPG

La balade commence par la calade de la montée des (7) oratoires, bien polie par le passage répéré des pèlerins et visiteurs : 262 marches à flanc de colline. Ces sept oratoires ont fait place en 1860 aux quatorze stations du chemin de croix, ornés bien plus tard de décors en faïence réalisés par Mlle Simone Garnier. L’oratoire de Blacas est le plus vieux que j’ai pu rencontrer depuis que je fais de la randonnée ; il date du XIVème siècle et l’étoile à 16 rais ornait les armes de la famille Blacas. Nous visitons la chapelle notre Dame de Beauvoir (autrefois appelée Notre Dame d’Entre-Roches) avec son clocher en tuf et son porche finement sculpté. fleur_moustier.jpgA l’intérieur, deux grands vases en faïence de Moustiers du XVIIIème, trônent de chaque côté de l’autel. En sortant de la chapelle, le contraste entre les toits du village sous le soleil et l’ombre fraîche, nous surprend : difficile de réusssir la même photo que celle des cartes postales.

Les Moustiérains se rendent chaque année depuis le XVIème siècle en procession le samedi près Pâques, en hommage à Notre-Dame-de-Miséricorde qui sauva la communauté de la peste. Ils ont pris plus tard une forme particulière puisqu’on y amenait les enfants morts-nés, pour les faire ressusciter le temps d’être baptisés. Après quoi, ils pouvaient être inhumés religieusement. Les chapelles reconnues pour ce genre de miracles sont appelées chapelles à répit. Notre Dame de Beauvoir est l’une des rares de ce genre en Provence.

IMG_9188R.JPGIMG_9190R.JPGNous franchissons la seconde porte fortifiée qui mène au ravin de Notre Dame ; la montée est parfois abrupte. De là haut, je mesure la hauteur de cette large crevasse reliée par la célèbre chaine. Hésitations à la croisée des chemins. Petite montée en escalade sur une paroi rocheuse puis dans une cheminée : aucune appréhension de la part des enfants qui descendent avec leurs parents. Sur le plateau, nous cherchons le sentier de la chaîne. Une jeune fille nous double d’un pas léger tandis que IMG_9199R.JPGnous hésitons dans les éboulis entrecoupés de passages rocheux. Après cette belle descente, il faut escalader maintenant la dernière paroi rocheuse : pas de crochet pour s’aider. Tout là haut, j’en oublie quelques instants que je suis venue chercher la  cache Blacas Star de patrick chirac 83. Je domine la plaine ; en observant la chaîne par dessus le ravin, j’en ai presque le vertige (mais comment au Moyen-Age ont-ils donc installé cette chaine entre les deux parois rocheuses ?…) ; une plaque commérative à peine visible nous rappelle la date de la pose de la chaîne, et sans doute le nom de celui qui l’a offert à la ville (1882, Baptistin Moussu ?) ; je n’hésite pas à toucher l’ancrage de taille impressionnante mais je ne vous dévoilerai pas mon voeu ! (photo ci-dessous Ti’Mars…)

Randomania Plus vous dit tout sur l’étoile de Moustiers

Continuer la lecture de *** Le sentier de la chaîne à Moustiers

©copyright randomania.fr