Flassans sur Issole dans les vignes en automne

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 VarMots-clés , , ,
 

11 novembre avec Marie-Françoise aujourd’hui ; nous allons à Flassans sur Issole, en Provence Verte ; j’ai conçu un parcours qui mélange des portions de trois circuits habituellement proposés par l’office du tourisme : le château des Pontevès, le bois de Defens, la voie romaine. Nous nous garons sur le parking d’où partent la plupart des randonnées, en passant sous le pont d’autoroute face au parking des Grands Prés.

L’album photo de Flassans dans les vignes

Le plus difficile c’est maintenant ; nous montons par la voie caladée jusqu’aux ruines du château des Pontevès ; c’est probablement l’ancien chemin qui menait à la chapelle ; le vieil oratoire dédié à Saint-Antoine a perdu la statue de sa niche ; dans le nord de la France, invoqué quand on a perdu quelque chose, combien de fois ai-je entendu Saint Antoine de Padoue, faites-moi retrouver ce que j’ai perdu !

L’idée d’invoquer saint Antoine pour retrouver les objets perdus vient du fait qu’un voleur (qui deviendra un pieux novice) lui aurait dérobé ses commentaires sur les Psaumes et se serait ensuite senti obligé de les lui rendre.  Selon Saint-Antoine de Padoue, wikipedia

Patron des marins, des naufragés et des prisonniers, protecteur des amoureux au Portugal, il est protecteur des trufficulteurs à Flassans !

Etagés sur plusieurs niveaux : les ruines du Vieux Flassans abandonné vers le XVe, les remparts puis le château fièrement restauré par l’association de Sauvegarde du château des Pontevès. La petite chapelle Saint-Antoine, construite à l’extérieur des remparts, est désormais consacrée à Saint-Joseph (?) et contient les outils nécessaires aux travaux d’entretien.

Nous visitons le château dont les parties principales sont désormais expliquées par des panneaux : le four à pain sans cheminée, l’entrée nord qui fut murée par les bergers à l’époque de l’abandon des lieux, la tour de guet devenue donjon et sa citerne semi-enterrée, l’autre tour de guet de l’enceinte Est qui porte fièrement depuis le début du XXe le drapeau occitan que l’on peut voir de loin. Le grand et moderne réservoir détonne un peu si près de ce château en cours de restauration mais j’ai  bien l’impression qu’il va être recouvert de pierres pour moins choquer.

Après presque le tour complet du château, nous passons devant la chapelle Notre Dame de Consolation, plusieurs fois restaurées (la première date de 1559) avant de descendre par le chemin de la chapelle, plutôt route que chemin. Nous montons l’avenue du général de Gaulle puis le chemin macadamisé du Defens qui se prolonge bientôt en véritable chemin.

Dès que nous sommes dans la nature, un arbuste au feuillage rouge anime les bois, sans que nous parvenions à l’identifier. La piste est large et légèrement caillouteuse ; un peu inquiètes après avoir entendu quelques coups de feu, nous interrogeons deux chasseurs pour savoir si nous courons des risques : aucun, affirment-ils en souriant, les chiens chassent le renard ; évidemment, ce n’est pas le but recherché ! Peu avant les lignes à haute tension, en pleine garrigue, des buis taillés : peut-être était-ce autrefois l’entrée principale du domaine viticole de Pique-Roque ? Un cairn pointu signale un virage en courbe et en pente : caillouteux donc un peu casse-cou.

A la limite des deux communes de Flassans et Cabasse, nous partons sur la gauche vers le grand Candumy ; bien que la route soit calme, il est probable que vous préférerez marcher le long du champ à gauche ; cette route suit le probable tracé d’une ancienne voie romaine, la via Aurelia.

Surprise : les premiers champs de vignes aux feuilles rouges puis ce bel arbre qui se cambre comme une danseuse. Après le club du setter anglais, la proximité de l’autoroute A8 apporte son lot de bruit de circulation automobile. Le pont sur l’Issole n’est pas romain, un peu comme à Céreste où le pont de la Baou est encore écrit ‘pont romain’ par l’IGN alors qu’il date du XVIIIe.
La 33e borne milliaire romaine a été trouvée en réemploi, non loin de là, au Grand Camdumy à Cabasse.

La borne milliaire datant de NERON (58 après J.C.) a été retrouvée sur le domaine et se situe actuellement dans notre caveau de dégustation. Une traduction du texte en latin est disponible. Situé sur la VIA AURELIA , le domaine de Campdumy («champs des vendanges» en vieux provençal), dispose d’un riche passé historique , dont témoignent certains vestiges romains : La borne milliaire datant de NERON (58 après J.C.) a été retrouvée sur le domaine et se situe actuellement dans notre caveau de dégustation. Une traduction du texte en latin est disponible. Domaine Gavoty

De nombreux vestiges d’occupation romaine s’alignent à proximité de ce très vieux chemin, il était tentant d’en déduire que le pont d’Italie était romain mais sa construction a été décidée en 1533 (Archives départementales BB1, folio 232) : son arrière-bec et son avant-bec, qui n’ont pas la même forme, ont pour but de protéger les piliers en atténuant l’impact des objets flottants et en les déviant ; ils plaident bien pour l’époque médiévale. Il est cependant probable qu’à l’époque romaine l’Issole était franchie par un gué car de longues pierres ont été retrouvées dans le lit de la rivière au moment de la construction du pont sous l’autoroute, selon le même principe qu’au gué du Reculon (lire Saint-Michel l’Observatoire par les Craux) dans les Alpes-de-Haute-Provence. Matavo (Cabasse, Var) et le Pagus Matavonicus, Georges Bérard, Yann Codou, Jean-Luc George, B. Rogers, Gilles Sintès, Revue archéologique de Narbonnaise Année 1993 26 pp. 301-337

Bientôt les feuilles rouges des vignes (pour les cépages rouges), jaunes (pour les cépages blancs) inévitablement, provoquent notre admiration ; tant de couleurs en automne lorsque les couleurs ternissent, ça met en joie. C’est le passage du cycle végétatif au cycle hivernal ! Nous longeons les vignes du Domaine de Terrebonne (Flassans sur Issole), vaste propriété dans laquelle les recherches archéologiques ont mis à jour des Habitat et enclos du Ve s. av. J.-C. groupés le long d’une voie au Petit Campdumy, Flassans-sur-Issole, Var, Jacques Bérato, Marc Borréani, Contributeur : Jean-Luc Demontes, Vincent Krol, Documents d’Archéologie Méridionale, Année 2000, 23 pp. 145-156

Au carrefour avec la D13, en quittant un peu le sentier nouvellement balisé, nous nous installons le long des vignes du Petit Candumy (Camp-du-milh : champ de millet ?) avec les vignes rouges en arrière-plan.

La traversée du hameau de Saint-André est moins sympathique ; les chiens sont nombreux, aboient sur notre passage et l’un d’eux nous suit jusqu’à la sortie, semblant vouloir nous agresser : bâton de randonnée pointé devant moi, je me tiens prête à nous défendre. Peut-être aurait-il fallu passer au nord du hameau ?

La suite du parcours sera enchanteur parmi les vignes que l’on observe à perte de vue ou à travers des trouées d’arbres. Le passage en forêt contourne une propriété privée ;  la conduite d’eau de Carcès à Carnoules sur notre droite ne sera pas visible qu’après le Plan de Maunier, du côté des ruines de la bastide de la Gariasse. De section rectangulaire, couverte de larges dalles de pierre, on pourrait marcher dessus comme alternative au sentier ; après 450 m, la quitter quand elle recoupe le sentier. Certains randonneurs en ont fait un but de balade entre Cabasse et le lac de Carcès (vidéo).

[…] le canal, alimenté par les eaux de Carcès et de son lac, dit de la Fontaine-d’Ajonc, [a été] construit entre  1934 et 1939.
Avec son stockage de huit millions de mètres cubes, ce dernier sécurise l’alimentation en eau de la ville de Toulon et son agglomération, via la station Veolia. Selon Carnoules : une visite pédagogique

Le sentier passe sous le pont-canal, longe les vignes et parvient à la Tine. Pour éviter de marcher sur la route, nous longeons le champ jusqu’au niveau du pont sur l’Issole par lequel on rejoint Flassans. Là nous avons le choix entre repasser dans le vieux village par la Grande Bastide (à gauche) ou suivre la rivière.

Nous choisissons le sentier botanique à droite puis, au lieu de prendre le sentier au plus près de l’eau, nous choisissons celui en surplomb dans les bois, en direction du quartier du Pigeonnier (pas trouvé de pigeonnier d’ailleurs…), ce qui nous vaudra encore quelques efforts en montée en fin de parcours…

Une bien belle randonnée pleine de couleurs d’automne, variée en paysages, mixage entre routes et sentiers, sans difficulté. C’est la quatrième fois que je viens à Flassans sans me lasser…

Image de l’itinéraire 14km620, 110 m dénivelée (+353, -353), 4h25 déplacement (5h30 au total).

Télécharger le tracé corrigé Flassans dans les vignes

©copyright randomania.fr

Une réflexion sur « Flassans sur Issole dans les vignes en automne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.