Rognes, le sentier des vignerons sous la neige



Nous devions partir à quatre, nous ne fûmes que deux ; quand les premiers flocons sont tombés dès 7h du matin, deux se sont désistées ; les plus téméraires, Claude et moi, ne le regretterons car le silence et la blancheur ont transformé les paysages, renforçant le caractère insolite de la balade. Inspirée de l’Ecobalade de Rognes j’y ai ajouté une variante en altitude vers la crête de la chaîne des Côtes.
Inauguré le 12 juin 2010, ce sentier des vignerons (Rognes), après celui de Puyloubier, fait désormais partie du Réseau des sentiers des vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône. Par chance nous trouvons une place sur le petit parking près du lavoir ; de toutes façons, le grand parking à l’entrée de Rognes, avant la chapelle saint-Denis en venant d’Aix-en-Provence, a toujours des places disponibles (ajouter 1km A/R).

L’album photos le sentier des vignerons sous la neige

La première photo prouve bien qu’il neige : on voit les flocons devant le lavoir du XVIIe siècle, le lavoir de Fontvieille, restauré au XIXe siècle. Nous commençons sur route ; dès le premier écart sur un sentier, un paysage surprenant mais enchanteur s’offre à nous. Nous rejoignons la route ; les vignes sont couvertes de neige et taillées à la mode du cordon de Royat : les coursons verticaux leur donnent une allure d’épouvantail.

La taille en Cordon de Royat est une taille courte sur une charpente longue, caractérisée par 1 ou 2 bras horizontaux de 40 cm environ, portant 2 à 5 coursons ou porteurs, installés dans le sens du palissage sur le fil porteur, au minimum à 60 cm du sol.

De temps en temps, un panneau de bois marqué sentier des vignerons en écriture manuscrite appliquée, balise le chemin. Nous pénétrons dans le bois par un sentier très empierré : après la montée raide et courte vers la crête, à partir de la citerne de Menourque, nous marchons sur un chemin totalement vierge : personne n’est encore venu jusque là. Au loin côté nord le Luberon a changé d’allure, comme strié de gris et blanc. Les collines les plus proches portent une chevelure grisonnante. Au sud, côté village de Rognes, une mosaïque de champs blancs. Au zoom, le rocher de Castellas dresse sa façade de pierre dominée autrefois par une tour castrale : ce serait l’emplacement du Castrum de Tarron du Xe qui donnera le nom de La Roque d’Anthéron.

A l’emplacement du cairn sommital (ne pas continuer tout droit), nous devons redescendre avec prudence jusqu’à la piste en contre-bas que nous allons suivre tranquillement ; nous croisons quelques VTTistes aventureux ; il ne neige plus. Claude commence à avoir faim : Il me faudrait un banc maintenant pour le pique-nique ! ; un banc dans les bois, cela semble peu probable et pourtant à midi et quelques minutes, non loin de Caïre Val, un banc providentiel sous les arbres, nous accueille. Nous n’y restons que le temps de récupérer des forces car la température, même s’il ne neige plus, n’est pas favorable à un stationnement prolongé.

Nous contournons l’institut Bouquet, maison de retraite de Caïre Val situé à l’emplacement de l’ancienne bastide de Caireval détruit en 1909. Le domaine du Caïre a été cédé aux institutrices du département par le docteur Bouquet en 1903 pour servir de lieu d’asile aux retraités.

Dans la vallée, il y a moins de neige ; la piste traverse les champs de vignes ; de ce côté, les arbres sont aux couleurs d’automne. Au loin c’est bien le Mourre Nègre et ses antennes hertziennes et à quelques mètres devant l’ancien canal du Verdon. Sur le chemin de Traspigut, une sentinelle de neige veille…

Le sentier rejoint la route non loin de la chapelle romane saint-Marcellin, notée en ruines par l’IGN en 1950 et reconstruite par des chantiers de jeunes. Lieu habité depuis longtemps comme en témoignent l’autel paléochrétien du Vè après J.-C. et les monnaies romaines découverts à Saint Marcellin à l’occasion de fouilles archéologiques.

La chapelle de Saint-Marcellin, près des ruines des Cannes, est reconstruite en 1136 (f). … Après le saint sacrifice, des prières sont faites pour les victimes des Sarrasins, sur le lieu même où elles périrent en plus grand nombre. A l’occasion de l’avènement de la Maison de Barcelone au comté de Provence, au préjudice de la Maison des Baux, les habitants de Rognes ont dû se retrancher dans leur castrum. Revue de Marseille et de Provence, Volume 31, 1885

La statue de l’évêque est encastrée dans la façade ; la massive croix de pierre face à l’édifice porte la date de 1989 qui correspond sans doute à la date de restauration. L’enclos au pied de l’ermitage sera bien agréable aux beaux jours. Aujourd’hui les traditions, interrompues en 1909 après le tremblement de terre, sont reprises : la messe, la bénédiction des vendanges et un repas.

[…] il [Marcellin] reçut dit-on, à sa table, où se trouvaient beaucoup de gens nouvellement convertis, l’unique païen qui restât. […] Le païen […] dit qu’il avait bien entendu parler de diverses merveilles opérées par la vertu de Jésus-Christ, mais qu’il n’avait été témoin d’aucune ; quand cela serait, il n’en aurait pas moins bonne opinion d’Apollon, qui était sa divinité favorite. […] celui qui lui présentait à boire laissa tomber le verre par inadvertance, et le cassa en plusieurs morceaux. La païen […] dit au Saint en plaisantant : Voici l’occasion de me faire ce qu’on publie de vous ; rejoignez les morceaux du verre, et rétablissez-le en son entier ; alors je me fais disciple de Jésus-Christ. […] Au nom de Jésus-Christ le verre se rétablit sous les yeux du païen, qui […] renonça sur l’heure à son Apollon et à ses autres divinités, et demanda le baptême au saint évêque. Selon le site Nouvelle Evangélisation : Marcellin, évêque d’Embrun

Impossible d’éviter le retour au centre ville par une pente raide et longue, sur la route du Resquilladou. Nous passons devant l’église dont le fronton porte encore la mention République Française.

L’église paroissiale Notre Dame de l’Assomption (1607) intégrée au rempart est flanquée de deux fausses tours datant 1870. A l’intérieur, les autels ont été donnés par des familles nobles. On raconte qu’en tirant sur la robe de la statue la plus vieille, Notre Dame de Beauvezer, d’époque médiévale, on faisait venir la pluie.

Nombreuses photos du patrimoine de Rognes sur le site des Amis du Patrimoine de Rognes

La maison du patrimoine porte les armoiries de Rognes sculptées dans la pierre. Ses origines proviennent d’une querelle entre Julie d’Agoult et la communauté de Rognes. En effet, la seigneurie de Rognes appartenait au XVIè siècle à la famille d’Agoult qui avait comme armoiries un loup.

La dernière représentante de cette famille Julie épousa en 1597 Henri de Raphelis, seigneur de Saint Martin de Pallières (Var). La jeune châtelaine […] quelque peu hautaine et ambitieuse […] exigea que les habitants ne puissent mettre sur les portes des églises, sur celles du village, sur les tombeaux et les bannières d’autres armoiries que celles du seigneur […]
Les Consuls du village présentèrent la requête contradictoire suivante au lieutenant du sénéchal d’Aix en Provence : La Communauté soutient qu’elle et tous les particuliers ont toujours eu le droit d’apposer leurs armoiries et des créneaux sur les maisons du village et de la campagne, que les armes et créneaux y existaient depuis plus de cent ans […]
Julie d’Agoult fut déboutée de ses prétentions […]. Les consuls voulant faire malice à Mlle d’Agoult, firent peindre un verrou sur champ d’azur et déclarèrent que cet écusson significatif, serait désormais celui de la Communauté. Pour rappeler le souvenir de cette querelle, qui eut lieu en 1625, les consuls firent peindre en tête d’un livre de délibération, un loup, un verrou et les vers suivants : Sous ce simple verrou, La brebis enfermée, Ne craindra pas du loup, La dent envenimée. Selon le site vexillogie provençale

La colonne de la fontaine porte quelques guirlandes pour les fêtes ; ses quatre mascarons n’ont pas un visage très engageant ; construite en 1568, sous son aspect actuel elle date de 1735.

Nous trouvons de quoi boire un café en arrivant. La neige n’aura duré qu’une grosse demie-journée. Cette randonnée – mi sentier, mi-route – effectuée dans des circonstances particulières, mémorable sous la neige, sera très différente au printemps !

Si vous voulez en savoir plus sur Rognes, le dépliant touristique qui accompagne le sentier des vignerons, évoque la fameuse pierre de Rognes jaune dorée ; l’unique volcan et le basalte de Beaulieu ; les condenseurs qui récupèrent l’eau par condensation entre le jour et la nuit pour alimenter des aiguiers ; les cabanons où l’on stocke les outils agricoles, viticoles, ou le foin pour l’âne et le mulet ; le Titanosaure retrouvé en limite de Rognes.

Image de l’itinéraire 14km082, 3h45 déplacement (5h au total avec pique-nique), 239m dénelée (+674, -674)

Télécharger la trace du sentier des vignerons et sa variante au format gpx

©copyright randomania.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.