La chapelle Saint-André et le vieux village de Roquefort

Arrivée à la chapelle Saint-André (Bertagne dans le fond)
Publié le Catégories ----- * Marseille et environs 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , ,
 

Le parking du grand Caunet est plein, à cause d’une manifestation de VTT ; je me gare sur le parking de l’autre côté de la D3, départ pour le télégraphe.
Le double nom de la commune Roquefort – la Bédoule s’explique par le fait qu’elle est constituée par la réunion de plusieurs communautés ou fiefs parmi lesquels le territoire de Julhans (1789) et La Bédoule (1837) ; l’appellation Roquefort-La Bédoule est définitive en 1918. Carnoux-en-Provence est détachée de Roquefort-la-Bedoule en 1966.

La baie de la Ciotat depuis le GR 51Le pic de Bertagne, les antennes depuis le GR 51Ayant récupéré la partie de trace qui m’intéresse sur le site tracegps.com, entre la chapelle Saint-André et le vieux Roquefort, je pars confiante. La piste est large, monte doucement, offrant côté mer quelques belles échappées sur la baie de la Ciotat, côté terre sur le pic de Bertagne. Le premier carrefour de pistes porte une indication des plus tentantes : « GR51 – les Balcons de la Méditerranée ». buste comte H de Villeneuve Flayosc pèreMonument en l'honneur de Leonce de Villeneuve Flayosc filsJe passe devant le cabanon du Marquis fermé pour l’instant ; quelques  sièges invitent au repos ou au pique-nique. De quel marquis s’agit-il ? sans doute celui de Villeneuve-Trans ; le comte Hippolyte, polytechnicien ou le marquis Léonce, fils du premier ?

Le cabanon du marquis, baragatti

Léonce, qui fit la campagne de Crimée, est créateur en 1889 du syndicat agricole Union des Alpes et de Provence ; c’est Jules Cantini qui a réalisé le monument en bronze inaugurée en mai 1913.

[Benoît-Hippolyte comte] de VILLENEUVE (promotion de 1822 de Polytechnique), est né le 19 août 1803, mort le 11 mai 1874 ; il est l’auteur d’une Carte géologique du Var. […] En 1848, Villeneuve […] introduisit ainsi, dans la pratique des constructions, l’emploi de la chaux livrée en poudre par sacs plombés. […] La pratique nouvelle introduite par de Villeneuve a été réputée être un des progrès les plus considérables de l’industrie des chaux hydrauliques. Extrait du LIVRE DU CENTENAIRE DE L’ECOLE POLYTECHNIQUE, tome III

Le calcaire de la Bédoule qui sert à fabriquer la chaux et le ciment a donné son nom à un étage géologique du crétacé inférieur : le Bédoulien (1888), comme le calcaire d’Orgon avait donné son nom aux calcaires urgoniens. Cette strate [bédoulien] est composée de calcaires en plaquettes à Heteroceras, de calcaires beiges à silex, de calcaires marneux exploités et de marnes. La couche géologique renferme des fossiles marins, principalement des ammonites, qui témoignent en faveur d’un climat chaud avec des précipitations comparables à celles d’aujourd’hui. Extrait du site Roquefort-la-Bédoule, notre patrimoine géologique

La plaine de Roquefort et le piton du vieux RoquefortUne falaise sur le chemin d'accès à la chapelleLa piste est toujours bien large, sans difficulté mais sans indication de la chapelle Saint-André. Face à moi, le piton rocheux sur lequel on aperçoit un bout de mur du château du vieux Roquefort ; entre lui et moi, la plaine viticole de Roquefort. Je longe une barre rocheuse qui annonce l’environnement cahotique de la chapelle.

Arrivée à la chapelle Saint-André (Bertagne dans le fond)Cette chapelle romane Saint-André aux murs hauts, à la porte en pierres taillées, au chaînage d’angle soigné, est admirablement restaurée par l’association « Les Amis de la Chapelle Saint-André » à partir de septembre 1983 puis achevée par le Conseil Général qui en est propriétaire. Trônant sur son piton rocheux, cernée de remparts, elle se dévoile d’un coup au détour du dernier virage ; ses belles pierres blanches scintillent au soleil. Elle est fermée mais l’étroite fenêtre me permettra quand même d’y jeter un œil. Le surnom de Notre Dame de Sècheresse fait référence aux pèlerinages effectués pour lutter contre ce fléau. Non loin du château de Julhans, elle est mentionnée en 1143 sous l’appellation Notre Dame de Julhans (la chapelle Saint-André sur le site des chapelles et églises rurales de Provence). Elle était entourée au Moyen Age de quelques habitations abandonnées au XVIIè siècle. Et je comprends pourquoi : le chemin d’accès à partir des Bastides est étroit, raide et rocailleux, risqué, surtout en descente.

Intérieur de la chapelle (croix de Saint-André posée au sol à gauche)Porte d'entrée en pierre tailléeRempart Chapelle Saint-André et son clocheton

La chapelle Saint-André, baragatti

Je l’emprunte quelque temps pour trouver le sentier qui me mènera au vieux village de Roquefort mais ne le trouve pas. Manifestement il y a une erreur dans le tracé qui suit le relief, impraticable à pied. Je reprends le chemin de l’aller et décide de questionner quelques promeneurs pour trouver un autre chemin d’accès ; Ruine du vieux château avant depuis le sentieraucun panneau indicateur, juste parfois un cairn à un carrefour ; j’en trouve un qui mène au vieux village. De loin, au travers des arbres du sous-bois, j’aperçois le haut mur du château en équilibre sur le bord de la falaise.

vue aérienne du Vieux Roquefort copyright IGN 2014La ruelle de pierre qui permet d'accéder au vieux villageRuelle taillée dans le rocL’arrivée sur le vieux Roquefort est fort surprenante : une ruelle étroite en descente raide, se fraie un passage entre deux barres rocheuses, dont l’une est taillée ; des marches d’escalier naturelles parfois un peu hautes, aboutissent dans une dépression que l’on voit bien sur une vue aérienne. Je Mur d'enceinte et entrée du vieux Roquefortcircule au pied de barres rocheuses, Mur d'enceintelonge le mur d’enceinte jusqu’à l’entrée du vieux village. Les ruines ne sont pas encore visibles. Pour les trouver, il faut chercher, grimper, se risquer sur des pentes terreuses ou des murs écroulés. Je devine la chapelle à son mur arrondi puis découvre non sans mal les murs du château. Une porte (porte d’une tour de guêt ?) donne sur l’extérieur du village, en bordure de falaise.

habitation en ruineCurieuse porte donnant sur la falaiseMur de la chapelle du château ?le mur du château en surplombUn mur encore debout

Attention ! vous pourrez admirer la sainte-Victoire, la Sainte-Baume, Cuges et Gémenos, mais vous êtes au bord d’un précipice.

le village perché abandonnéOuistiteam et Tibouditeam

Panoramique depuis le piton rocheux du Vieux Roquefort

Les Romains avaient probablement établi une vigie au vieux Roquefort, pour surveiller les mouvements de rébellions des Gaulois, soutenue par Massalia. Le castrum de Rocaforti existait au début du 13è. Au Moyen-Âge, il se construit autour d’une chapelle romane retrouvée lors de fouilles récentes, à l’intérieur des fortifications posées sur la crête rocheuse. Le château a connu pas mal de vicissitudes : occupé par les marseillais, repris par les seigneurs des Baux, attaqué de nouveau à la bombarde par les marseillais, récupéré finalement par l’évêque de Marseille en 1474. Au XVIIè siècle, la population, ne craignant plus d’offensives hostiles, descend vers la plaine. Bouches-du-Rhône (Les) : 15 : encyclopédie départementale : Monographies communales, Masson, Paul, Bergounhoux, E, 1933 sur le site e-corpus. S’il y a deux châteaux datant à peu près de la même époque c’est que Julhans et Roquefort autrefois appartenaient à deux fiefs différents.

Je redescends vers le GR, passe devant le cabanon du marquis, occupé par un groupe de randonneurs bruyants prêts à manger ; la fumée odorante des saucisses grillées s’échappe de la cheminée du cabanon. Je rejoins tranquillement la voiture, par la même piste qu’à l’aller.

La partie la plus incertaine de cette randonnée se situe entre la chapelle et le vieux Roquefort : avec une carte IGN ou un GPS, et un bon sens de l’orientation, ce sera plus facile. Contrairement aux deux randonneurs que j’ai questionnés qui estimaient que le vieux village ne valait pas le déplacement, j’ai trouvé l’aventure plutôt intéressante ; il est vrai que j’aime particulièrement les villages abandonnés…

st andre vx roquefort carte IGN13km100, 3h35 déplacement seul, 4h35 au total, 134m dénivelée (+721m, -734m)

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 28 Mar 2014

Retour en haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *