La marbrière de Saint-Antonin sur Bayon

Publié le Catégories ----- * Sainte-Victoire 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés ,
 

Petite randonnée dont l’intérêt est de découvrir la marbrière de Saint-Antonin laissée là comme si les ouvriers avaient prévu de revenir le lendemain. Je me gare au parking de la marbrière, là où a été recensé un arbre remarquable, un chêne blanc sans âge. Le Grand Site Sainte-Victoire a dû intervenir.

Cet arbre donne des signes d’un dépérissement […]. Pour sauver le grand chêne, un défens est aménagé sur 6 m de rayon du côté parking. Là, le sol dont la croûte a été préalablement cassée est recouvert d’une couche de mulsh1 composé du broyat de la ramure des mûriers de Beaurecueil. Extrait de Site internet Grand site Sainte-Victoire

Le brouillard est à peine levé. La croix de Provence émerge difficilement. La montée est progressive sans difficulté ; l’entrée de la carrière est annoncée par de gros blocs taillés régulièrement posés à l’entrée. Un peu plus loin, à l’entrée du sentier qui mène par l’ouest à la carrière, on peut voir le pierrier très pentu qui descend de la carrière et par lequel sans doute on descendait autrefois les blocs de marbre avec des cordes et des traîneaux sur les pentes abruptes. Un ancien guide de randonnée écrit même qu’on les jetait d’en haut. Pour preuve, une longue traînée de déblais – petits caillous colorés de brèche2 – descend du seuil de la carrière jusqu’en bas.

8 Sur la route de Cézanne # La Sainte Victoire par slorenzo

Pour aujourd’hui ce sera le sentier le plus facile, un sentier coloré, avec de gros blocs de brèche d’Alep (ou marbre du Tholonet) tout le long. Ce tracé marron suit peut-être un ancien chemin de halage de ces blocs de marbre. Il a fait l’objet de gros travaux de soutènement. Le long de ce chemin, d’un seul côté, de nombreux trous ronds sont percés dans le rocher : était-ce pour y enfoncer des pieux au travers desquels passaient des cordes retenant les blocs dans la descente ? Je n’ai trouvé aucune information pour l’instant sur ce sujet.

Arrivée sur la carrière. De gros murs bien lisses sont encore en place ; des coins placés sous le bloc sont fichés là depuis plus de 100 ans. Ils permettaient de le détacher de la paroi rocheuse.

Jusqu’au milieu du XIXè siècle les travaux d’extraction de la pierre dure se faisaient entièrement à la main. Les ouvriers carriers plaçaient dans des trous naturels des coins, puis toute l’équipe enfonçait simultanément tous les coins à coup de masse pour obtenir la rupture le long de la ligne ainsi préparée. Le bloc était finalement détaché à la pince à talon, de gros crics aidant à la manœuvre. C’est ce qu’on peut encore voir ici.

Puis le fil hélicoïdal inventé en 1854 par un ingénieur français, Eugène Chevalier, remplace les moyens manuels : une cordelette d’acier montée en boucle entraîne dans sa course un produit abrasif, mélange d’eau et de sable siliceux, dont le frottement use la roche. Selon Marbres et marbreries du Jura du site culture.gouv.fr

Actionnée par la poulie motrice dans l’angle supérieur droit, la cordelette attaque la roche lorsque les deux poulies inférieures descendent, le chariot à gauche maintenant la boucle sous tension. Variable suivant la dureté de la pierre et la nature de l’abrasif, la vitesse de sciage est de l’ordre de 5 à 30 cm à l’heure.

A la carrière, je croise un animateur de randonnée de La Ciotat ; il vient de Saint-Ser par le sentier marron ; nous échangeons l’adresse de nos sites, nous discutons de la possibilité de faire une boucle pour revenir au point de départ. Il m’invite à partager une rando avec Amitié et nature. Pourquoi pas ?

Autrefois ce marbre habillait les cheminées, pavements et mosaïques des s particuliers et châteaux de la région aixoise mais aussi quelques cheminées de petits appartements du château de Versailles. Conférence Dominique Ménard, les marbres de Provence

Image de l’itinéraire 3.5km A/R, 207m dénivelée, 2h au total

Avant d’arriver près des blocs taillés, sur la droite, une sente peu marquée et glissante vous permet de rejoindre la citerne et la plate-forme de chargement en haut de la pente.

1mulsh : couche de matériau protecteur posée sur le sol, principalement dans le but de modifier les effets du climat local

2brèche : catégorie de marbres qui présentent tous les mêmes caractéristiques de composition : au moment de la formation géologique de la pierre, la pression et les distorsions ont créé un marbre formé de gros éléments.

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 21 Déc 2013

Retour en haut de page

2 thoughts on “La marbrière de Saint-Antonin sur Bayon”

  1. [réponse mail perso] je n’ai pas d’information précise sur ces dates ; suggestions : contacter Dominique Ménard (membre de la Confédération Européenne des Experts d’Art) qui avait fait une conférence sur le sujet, ou la Maison Sainte-Victoire à Saint-Antonin sur Bayon qui a une petite vitrine d’exposition sur ce sujet, ou le BRGM, ou les archives départementales.

  2. bonjour je voudrais savoir depuis combien de temps que la carrière de brèche Alep n est plus exploite merci de me répondre car je fais une conférence sur les pierre ancienne et j ai besoin de dates précise pour développer mes argument je vous remercie a l avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *