La Quille


Jour de mistral. Il y en a beaucoup cet hiver mais il n’est pas assez fort pour me décourager. Je pars pour la colline de la Quille (Quilho en provençal), 19 hectares de verdure et de bois de chênes, sur la commune du Puy Ste Réparade, après la traversée du hameau de la Cride. Attention ! route bien étroite où on ne passe pas toujours à deux véhicules de front. Le parking se trouve à côté d’une grande maison en ruines, l’ancienne boulangerie probablement.

* Je vous propose un itinéraire de 2h environ, réalisé à partir de CartoExplorer
* Très belles photos de cette randonnée, sur le site Week end et tourisme en Provence
* Photos de la Quille, site Balades en Provence

* La météo de ce jour à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

medium_img_0174.jpgLa randonnée ne présente aucune difficulté mais plutôt quelques curiosités. D’abord, cette colline que l’on reconnait de loin : on dirait qu’elle a été taillée au sabre. Ensuite, les moutons. Une politique volontariste a permis le maintien d’un berger qui fait ici paître son troupeau qui participe ainsi à l’entretien du site en débroussaillant de façon naturelle…

Au moment où je longe l’enclos pour aller jusqu’à la chapelle, le chien du berger s’assure que je ne vais pas entrer dans l’enclos. Une mère vient juste de mettre au monde un agneau. Cliquer sur le lien pour voir la Naissance d’un mouton. Le placenta n’est pas totalement expulsé ; elle lèche le petit qui tente de se mettre sur ses pattes. Mais il est encore trop maladroit et se retrouve bientôt sur les genoux. Spectacle naturel toujours aussi merveilleux.
medium_img_0166.jpgLa chapelle Sainte-Réparade est malheureusement fermée ; fort bien restaurée, elle était autrefois une des trois églises paroissiales. Elle est le but d’un pèlerinage annuel : autrefois on y partageait les premiers pois chiches de l’année. Chapelles de Provence, E.Bousquet-Duquesne, Editions Ouest-France, 2009

Le nom de Réparade est celui d’une jeune fille qui a vécu au 5e siècle après J.C., à Césarée de Palestine, et a été martyrisée. « Tout d’abord, on aurait tenté de la brûler vive mais elle fut sauvée par une averse opportune. On lui fit ensuite boire de la poix bouillante, mais une fois de plus elle survécut. Finalement, elle fut décapitée et son corps placé dans une barque qu’on laissa dériver sur la Méditerranée. » Cette sainte est en grande vénération à Nice dont la cathédrale porte le nom, légèrement modifié, de Ste Réparate. »

Quand je reviens au point de départ pour entamer le tour de la colline, je croise quelques moutons qui se sont évadés de leur enclos. Durant la boucle, rapide, sur terrain herbeux, je passe devant une étable, jette un coup d’oeil au large paysage qui m’est offert, puis découvre les ruines de l’ancien village, ruines nombreuses et qui ont presque toutes en commun d’être adossées à des “bancaù”2 et d’avoir une cave voûtée qui pouvait servir de bergerie. Malheureusement, impossible de s’en approcher à cause d’une ligne électrifiée.
* L’histoire du Puy Ste Réparade, par le club de VTT de la Quille
medium_img_0195.jpgLa végétation a pris possession de certaines habitations. Je suis surprise de découvrir parmi les ruines, une maison en excellent état : une propriété privée parmi les ruines. Ce n’est pas la première fois que je constate ce phénomène : ce qui par le passé a été abandonné, est maintenant réhabilité par des amoureux de la campagne.
A la fin de la boucle, je monte jusqu’à l’angle du mur imposant resté debout durant des siècles, au sommet de la colline. Ce vestige a en effet la forme d’une quille1. Sans doute est-ce là l’origine de son nom. Difficile d’imaginer une forteresse à cet endroit. Il ne reste que ce pan de mur, et encore at-il été restauré en 1994 lorsqu’il s’est écroulé suite à la foudre en 1980.

Ce n’est qu’au VIIIè siècle que les populations, pour se protéger des invasions sarrasines, construisent le château. Les archevêques d’Aix deviennent seigneurs du Puy au XIIè siècle et le fortifient. Il éveille bien des convoitises ; en janvier 1579, deux chefs Carcistes (partisans du comté de Carcès qui désolèrent la Provence, de 1578 à 1589, dans les guerres civiles) s’en emparent. C’est de cette forteresse que partent des bandes de cavaliers qui pillent la région et rançonnent les voyageurs. medium_img_0193.jpgL’archevêque reprend possession de ses biens au mois de juin de la même année. Six ans plus tard, ce sont les troupes du baron de Vins qui l’assiégent. L’année suivante, les habitants de Saint-Canadet essaient en vain ! Le Duc de Guise3, au nom de Henri IV, ordonne la destruction des forteresses et des villages fortifiés qui ne sera effective qu’en 1612. Après sa démolition, le calme revenu, les habitants peu à peu désertent le village pour se rapprocher des terres cultivables et fertiles dans la vallée.

* Site complet sur la Quille par Yves Venturini
Sur la carte de Cassini, datant de fin du XVIIIè siècle, vous pouvez voir la colline à peu près au centre, le village des Vaux (je suppose qu’il s’agit du village de la Quille en ruines), la chapelle Sainte Réparade, le village du Puy actuel et les nouveaux hameaux construits par les villageois. medium_le_puy_cassini.png Le tremblement de terre du 11 juin 1909 achève le travail de démolition. Voir l’article sur * Tremblement de terre à Vernègues, 100 ans après…
De la table d’orientation, toute la campagne environnante : je reconnais distinctement la Sainte-Victoire, le canal de la Durance et les petits villages comme des touches claires au milieu de la verdure.
medium_img_0187.jpgLe village, situé sur le versant ouest, au pied de la forteresse, était alimenté par l’unique source des anciens habitants qui l’appelaient la nymphe Gacharelle. Pour la trouver, il faut chercher à descendre vers les ruines en longeant la grille électrifiée. Les anciennes cultures en terrasse ont été rénovées et rendues praticables pour le pique-nique. La fontaine d’eau non potable a été transformée récemment en fontaine d’agrément.
Sur la route qui traverse le massif de la Trévaresse entre Puyricard et le Puy-Sainte-Réparade, quand on vient d’Aix, le nom de quelques domaines viticoles d’appellation coteaux d’Aix me rappellent quelques souvenirs culinaires. Ils peuvent être surprenants, ces coteaux d’Aix : je me souviens en avoir goûté un, vieux, que les invités avaient pris pour un bordeaux. Il fait merveille avec les plats méditerranéens comme la tagine, les beignets d’aubergine, le risotto par exemple.

img_3398r.JPGDeuxième visite le 4 avril 2007 pour une partie de geocaching proposé par Audeclar qui avait préparé avec brio sa première cache. Beaucoup de jeunes sur le site pour une course d’orientation ; beaucoup de crottes de moutons aussi ! dur de trouver un endroit pour pique niquer…

bullet1.gif

1quilho = quille en provençal
2bancaù=banquette de pierre, mur de soutènement
3Duc de Guise : il mène la Ligue pour la défense de la religion catholique. Elle est constituée de catholiques indignés des concessions accordées aux protestants

*** Nager avec les poissons à Port-Cros


Le Parc national de Port-Cros, premier parc national marin en Europe, a été créé en décembre 1963. Y passer une journée au mois d’août, ne m’emballait guère : « trop de monde, trop chaud, île trop petite », c’est ce que je craignais. Nous avons pris la première navette partant à 8h15 du port d’Hyères. Après une heure de trajet, nous débarquons sur l’île. D’emblée, le charme opère. Le fort de l’Estissac nous protège (Le chemin des forts, jérôme antonioli, provence magazine, M03740, éd. 2007). Que des piétons ici !

medium_114_1420.jpg* Site du parc naturel de Port-Cros
* Diaporama de l’île de Port Cros : superbes photos à donner envie d’y aller

* La météo aujourd’hui à cet endroit : Direction du vent et température ressentie

 

Accompagnées de Luc qui connait les lieux, nous parcourons le sentier jusqu’à la plage de La Palud où nous arrivons les premiers, après 3/4 d’heure de marche ; cette petite plage est ombragée de tamaris et bordée d’une roselière 1. Des ganivelles 2 partagent l’espace entre les zones protégées et nous, les visiteurs. Un goéland s’invite.

medium_113_1399.jpgmedium_114_1402.jpgJ’observe ceux qui, équipés de masque, tuba et palmes, reviennent enchantés de leur voyage en mer. Ils ont emprunté le * sentier sous-marin (7 bouées équipées de panneaux explicatifs immergés jalonnent le parcours et une plaquette immergeable présente les principales espèces et les espèces à découvrir) ou ils ont choisi de découvrir ces fonds au hasard. Plus je les vois revenir conquis, plus je me dis que je vais louper quelque chose. Je n’ai jamais respiré avec un tuba, je ne me suis jamais déplacée avec des palmes. Les premiers essais ne sont pas très satisfaisants. Quand enfin je parviens à me déplacer, je ressens une telle émotion que je me redresse brusquement. Je m’attendais à devoir chercher quelques poissons sous les roches ou dans l’herbier. Je ne suis qu’à quelques mètres du bord et en eau peu profonde. Je me jette à l’eau de nouveau. C’est un véritable spectacle que cet aquarium naturel ! ce sont des centaines de poissons qui se meuvent à côté de moi, en tous sens, sans être effrayés. Ils me frôlent. Je vois des petits sars sortir de la posidonie qui couvrent 50% des fonds marins, des girelles mâles me montrent leur robe colorée. (Bizarrerie : elles naissent femelles et changent de sexe au cours de leur existence). Les fonds sont si clairs que je mesure combien cette vision a quelque chose d’exceptionnel. Et dire qu’autrefois je pouvais me contenter d’observer les poissons au travers de la vitre d’un aquarium ! En rejoignant le bord de la plage, j’aperçois un congre faisant des allers et retours dans un mètre d’eau !
Avec les nombreux visiteurs de l’après-midi, remuant les fonds sablonneux ou s’égayant avec bruit dans l’eau, les poissons seront moins présents : venir le matin tôt est donc une excellente idée.
* Diaporama de poissons visibles en plongée à Port-Cros

Après le pique-nique très provençal confectionné par ma fille, je pars en randonnée sur l’île. medium_114_1416.jpgmedium_114_1410.jpgIl faut avouer que rester sur la plage n’est pas idyllique : des taons redoutables s’attaquent aux jambes fraîches et nous n’avons pas emmené de répulsif spécial zones tropicales.
La pointe de la Galère me fait immédiatement penser à une baie dans laquelle les bateaux peuvent accoster discrètement… ou s’échouer. On compte d’ailleurs plusieurs épaves autour de l’île. On y aperçoit Héliopolis sur l’île du Levant. Fortement soumis au vent et aux embruns, les arbres ont ici des formes torturées spectaculaires et seuls quelques végétaux survivent entre les schistes.

* Multimédia sur la pointe de la Galère

De retour au village, nous buvons un excellent jus de fruits frais. La journée est terminée ; elle demeurera inoubliable. La prochaine fois, je me promets d’emmener un appareil photo sous-marin.
Cette île a séduit quelques célébrités.

C’est dans la période de l’entre-deux guerres, avec l’installation sur Port-Cros en 1921 de Marcel et Marcelline HENRY, que l’île devient un véritable foyer intellectuel. De 1925 à 1938, Jean Paulhan, […] loue le fort de la Vigie et Jules Supervielle s’installe au fort du Moulin. Ils y attirent … Malraux, Valéry, Gide et Arland, ainsi que Saint-John Perse, qui vient y jeter l’ancre régulièrement.

Horaires de la navette

bullet1.gif

1Lieu où poussent des roseaux
2Clôture formée de lattes (souvent en châtaignier) assemblées par 2 à 5 rangs de fil de fer galvanisé torsadé.
Conditionnées en rouleaux, les ganivelles servent de palissades