Siou Blanc : les aiguilles de Valbelle

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , ,
 

C‘est Gérard du blog Sentiers de pleine nature, La ferme de Siou Blancqui m’a donné envie d’aller découvrir les aiguilles de Valbelle. Le circuit est extrait de la brochure du CG83 Sentiers du plateau de Siou-Blanc1 mais que j’ai pris à l’envers de la description. Les sentiers sont bien entretenus, bien fléchés avec chacun sa couleur : Rocher indiquant les balisagescelui-ci est orange mais cotoiera parfois d’autre couleurs. Nous sommes sur un Espace Naturel Sensible protégé. Un point qui peut avoir son importance : les téléphones mobiles ne passent pas sur le plateau : si vous marchez seul, n’oubliez pas de prévenir quelqu’un avant de quitter votre domicile ; vous ne pourrez pas non plus vous servir de la cartographie de votre smartphone ; par contre un GPS de randonnée fonctionne.

Tour des Avens – 01 Abri Siou Blanc, Toutouille family

Sur les 10km de Signes jusqu’à l’abri, le chemin est en mauvais état, avec des bas-côtés instables et même un effondrement. Je me gare sur le parking face à l’abri, ancienne bergerie qui servit au ralliement des forces résistantes le 6 juin 1944 ; la plaine agricole qui s’étend devant, est encore déserte. Cela fait plusieurs années que je ne suis pas allée sur le plateau de Siou-Blanc ; je retrouve mes premières impressions, celles d’un paysage qui aurait été bouleversé par un cataclysme.

Vision cataclysmiqueLes jouncesAprès 1 km sur la piste de l’Eoure, par une variante à gauche un peu avant le carrefour des Jounces2, je rejoins la piste orange. Très vite l’ambiance est donnée : des blocs rocheux épars dans une garrigue de chênes verts et de genévriers dont les fruits nourrissent la faune tout l’hiver. La piste DFCI a été débroussaillée puis le sentier s’enfonce et descend, abondamment affouillé par les sangliers. Un bref instant, un coin de montagne apparaît au nord-est : le Grand Puy de la forêt de Morières. Aucune visibilité : des forêts partout. Un couple, carte IGN à la main, se demande où il pourrait se trouver : le balisage et la carte papier ne suffisent pas toujours. Comme je viens de passer la patte d’oie du GR9, je peux leur pointer l’endroit approximatif sur la carte. Le sentier est caillouteux, un peu désagréable.

Siou Blanc la dalle, Toutouille family

Siou Blanc, le tunnel aux sangliers (quitter le sentier), Toutouille family

Siou Blanc, sur un caillou perché, Sylberfil

Après un long passage en forêt qui ne laisse entrevoir que de hautes bornes rocheuses sur la colline opposée, je débouche au carrefour de 4 chemins et coupe la large piste qui fait le tour des Friginaires et du Grand Puy ; je suis à 439m d’altitude : tout ce que j’ai descendu, je vais devoir le remonter. Mais le GR9 se monte facilement.

Bientôt en contre-jour, la première aiguille émerge des fourrés sur la droite, puis deux autres sur la gauche que je pars explorer. En bas de ces pyramides de pierre, l’érosion a commencé son lent travail de sape, et même déjà formé une grotte. Non loin de là, les blocs de pierre constituent naturellement un banc sur lequel deux randonneurs s’installent pour déjeuner. Un peu plus loin, c’est un véritable monument qui pointe vers le ciel : son sommet a une bien drôle de forme hérissée ! Après la porte de Valbelle que l’on passe entre deux blocs rocheux, Les aiguilles de Valbelleje découvre un passage étroit sous les aiguilles. Le point de vue bien dégagé offre enfin une vision globale sur ces constructions de pierre que l’eau a façonnées.

Ces aiguilles sculptées par l’érosion – vent, pluie et gel – sont issues de la dolomie (roche sédimentaire composée de calcium et de magnésium). Leur nom provient du comte Guillaume de Valbelle qui était le seigneur des lieux.[…]. Au crépuscule, vous aurez peut-être la chance d’observer le départ en chasse d’une chauve-souris : le Molosse de Cestoni et entendre le chant du hibou grand-duc (plus grand rapace nocturne d’Europe).

Vache blanche sur le chemin du Grand JasC’est là que d’insolites visions prêtent à sourire ! quelques vaches blanches en liberté, au pays des chèvres, broutent placidement le peu d’herbe qu’elles trouvent. Au bassin d’eau, une file de vaches blanches suit la meneuse puis s’immobile à quelques mètres de moi ; un groupe de randonneurs en train de manger se pose la même question : « qu’attendent-elles ? » ; nous patientons. Un veau plus hardi que ses congénères, s’approche lentement de moi, je me recule pour le laisser passer ; et là, comme si elles n’attendaient que cela, toutes les vaches se mettent en route à la queue leu leu sur la piste ; bien involontairement, je leur barrais l’accès à l’abreuvoir se trouvant 50m plus loin, sur le GR.

Siou Blanc, le grand jas, Sylberfil

Siou Blanc, la stèle, Sylberfil

Anes et vaches en libertéLa montée continue jusque sur le plateau sur une piste partiellement macadamisée ; je croise maintenant quelques ânes en liberté qui se laissent caresser, et le reste du troupeau bovin qui n’hésite pas à gravir les rochers pour aller brouter. Il est vrai que le grand Jas n’est pas loin. A la sortie de l’enclos, un producteur de cabris opportuniste a collé une pancarte « Réservez votre cabri dès maintenant pour la Pentecôte ! ».

Le plateau chênes et pinsFleurs de prunellierArrêt pique-nique sur le plateau ; quelques pins, les premiers, se mêlent à l’habituelle chênaie ; là haut, 603m d’altitude, le mistral souffle un peu. Quand je reprends le chemin, c’est pour traverser la forêt domaniale des Morières, secteur plus frais et humide ; je reconnais le sorbier à ces tiges rougeâtres et les fleurs du prunellier. Sitelle-torchepot (photo Aurélien Audevard)De nombreux oiseaux peuplent ces forêts mais c’est avec la sitelle torchepot que je joue : elle siffle un peu comme un homme qui témoignerait son admiration face à une belle femme, et je lui réponds en écho sur le même ton ; manifestement, je l’ai perturbée car elle interrompt son cri durant quelques secondes avant de le reprendre.

Stèle en hommage aux résistantsJe m’arrête à la stèle qui rend hommage au maquis du Siou Blanc. Le décret du 25 novembre 1939 stipulait que “…Sera puni de bagne ou, dans les cas particulièrement graves, de la peine de mort, qui entrave ou met en danger le fonctionnement normal d’une entreprise importante pour la défense nationale du Reich.” Il fallait donc un sacré courage pour entrer dans la résistance.

L’Armée Secrète était constituée par des groupes de dix dont la mission était de rejoindre le maquis le jour du débarquement des alliés en France.
Au lendemain du débarquement en Normandie qui eut lieu le 6 juin 1944, quelques quatre cents hommes rejoignirent le maquis du “Siou Blanc” […]. Ce maquis fut attaqué par l’ennemi le 16 Juin. […]. Seuls douze jeunes gens furent surpris par les Allemands et fusillés sur place. Extrait d’un texte de J. Bessone

AvenFleurs de prunellierSur ma gauche la barre des Bidoufles3, un bien drôle de toponyme pour lequel j’ai trouvé deux explications : l’une parle de vessie de porc, l’autre de bornes de pierre sèche, construits au moyen âge pour délimiter les domaines des moines de la Chartreuse de Montrieux. Sur la carte de Cassini, il est associé à un nom propre peu lisible ; bois royal meounessur le cadastre napoléonien figurent les limites séparant la forêt royale des bois communaux ou monastiques. Elles passent par les sommets des mamelons : de bouque ouache, de Bidoufle, des trois confronts. boudoufle (photo Frédéric Colin)Il y a donc bien eu une délimitation de domaine et peut-être même une borne armoriée comme dans le Vercors. Au vu de ces murets de pierre sèche larges et courts, je penserais plutôt à une variante de boudenfle, boudoufflo, boudenflo = enflé pour désigner ces murs plus épais que le traditionnel muret.

Une succession de rochers aux formes étranges me fait penser à des animaux ou des fantômes hideux ; plusieurs éboulements le long du sentier annoncent le début de la formation d’une grotte ou d’un aven. Un habitat pionnier s’insère dans les systèmes de pelouses, sur des sols squelettiques ; ici plus de chênaie : elle ne peut se développer que dans les zones où la dalle rocheuse présente des anfractuosités dans lesquelles peut croître son système racinaire.

Ruelle du karstParfois, on pourrait circuler dans d’étroites gorges entre deux rochers, tout cela sculpté par l’eau. Lors de mon dernier séjour dans les Bauges, en terrain karstique comme ici, l’office du tourisme avait balisé un parcours dans les ruelles du karst. Pas étonnant que les grottes et avens recensés par le Comité Départemental de Spéléologie avoisinent les 550, formant pour la plupart un vaste réseau souterrain de plateaux karstiques. Spéléo club du Beausset

Devant la bergerie du Siou Blanc, des enfants jouent au ballon tandis que leurs parents discutent bruyamment ; avant de repartir je cherche les trois avens se trouvant près du parking ; je ne m’arrêterai que devant l’aven provençal, le plus proche de la route.

Tour des avens – 08 Aven Claude, par Toutouille family

Descriptif du plateau par une personne qui connait bien le Siou-Blanc

Une randonnée variée qui pourrait plaire aux enfants habitués à la marche.

Image itinéraireImage de l’itinéraire 10km600, 198m dénivelée (+509, -509), 3h40 au total

1siou : viendrait de suy ou sueil qui veut dire ‘seuil’, plateau. Selon ma collègue et le répertoire toponymique de SignesToponymie de Signes, un Territoire et des Hommes Le trésor des noms de lieux d’un village provençal, Gérard TAUTIL, Préface de Alain Barthélémy-Vigouroux, Editions du C.R.E.O. Provence et de l’IEO Var
2Jounces : joncs en provençal
3bidoufles :bidoufle (photo frederic colin) la boudiflo était la vessie du porc gonflée servant de blague à tabac. Boudoufflo, boudenflo = enflé

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 22 Avr 2015

Retour en haut de page

5 réflexions au sujet de « Siou Blanc : les aiguilles de Valbelle »

  1. Comme d’habitude votre article est l’occasion d’apprendre des choses nouvelles. A le lire, on y est à Siou Blanc !
    Par ces temps de forte chaleur, quand on reste dans le pays d’aix sans pouvoir crapahuter, la seule consolation est de lire des blogs tel que le vôtre. 🙂 Je ne connais pas Siou Blanc. Je note que la longueur de votre balade est très raisonnable. Je la mets de côté pour la proposer éventuellement à des marcheurs à la pratique irrégulière. Bien à vous.

  2. j’aime beaucoup la nouvelle présentation plus claire, plus aérée et comme toujours fourmillante d’anecdotes, de liens et de renseignements; Chapeau! Nicoulina.

  3. Bonjour Nicole,
    Billet superbe, une description agréable à lire qui donnerait envie d’y retourner. Merci et à bientôt.
    Un plus, la nouvelle mise en page de randomania très claire est encore plus agréable à lire.
    Amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *