Le sentier du littoral du port de Saint-Cyr sur mer au port d’Alon



Grand vent annoncé pour le 9 août 2007. Nous avons prévu de retrouver des amis geocacheurs mais nous hésitons sur le lieu. Partout le risque d’incendie étant sévère ou maximum dans le Var et les Bouches-du-Rhône, la circulation dans les massifs est déconseillée ou interdite (voir dans ce blog la réglementation 2007). Nous espérons que le sentier du littoral en bord de mer sera épargné par cette interdiction.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

 

img_4503r.JPGÀ ce jour, le littoral varois offre aux promeneurs un sentier de plus de 200 km sur 432 km de côtes que compte le Var. Le sentier du douanier, créé sous la Révolution par l’Administration des Douanes, était emprunté exclusivement par les douaniers afin de surveiller les côtes : ils y circuleront jusqu’au début du XXème siècle, sans doute à l’affût de quelque contrebandier. La loi du 31 décembre 1976 instituant une servitude de passage d’une largeur de 3m le long du littoral, et la loi littoral de janvier 1986 permettant la création d’une servitude transversale au rivage, redonnent véritablement vie au sentier rebaptisé sentier du littoral (Informations extraites du Petit Pierrot, journal illustré du site Camping Clair de Lune).

Rendez-vous à 10h sur le port de Saint-Cyr sur mer avec Christian et sa famille. Chacun a emporté son GPS de randonnée. Tout le monde est à l’heure. Un premier panneau d’information sur le port de la Madrague nous rassure tout de suite : pas d’interdiction par grand vent, seulement par temps de pluie (Arrêté Municipal n°2001-08-920). Allons à Alon !

img_4504r.JPGimg_0211r.JPGLe départ du sentier se fait à l’extrémité sud-ouest du port. La mer est déjà agitée. Petite montée par les escaliers, descente sur la plage de la Reinette et remontée par les rochers. Dans les marnes irisées le long du chemin, se trouvent du sel gemme, du cuivre, et du gypse avec lequel on fabriquait du plâtre. Les ruines de l’ancienne plâtrerie reposent sous la carrière. Des trois fours (photo 1) dans lesquels le gypse était chauffé à 150° pour enlever l’eau, il ne reste que l’entrée et les murs. Après plusieurs jours de séchage, le plâtre était trié sur un tamis puis broyé dans une auge circulaire en pierre dure (photos 2 et 3) ; les sacs de plâtre descendaient ensuite le long du toboggan sculpté dans le rocher (photo 4 profil : on le devine entre les deux avancées rectangulaires) puis chargés sur des tartanes (photo 5) amarrés devant le petit quai de chargement.

1 – un four       2 – une meule      3 – le broyage autrefois

 

img_4512r.miniature.JPGimg_4514r.miniature.JPGmeules-platre.jpg

4 – le quai entre les deux avancées   5 – la tartane

img_4516r.miniature.JPGtartane-1.jpg

img_4517r.JPGimg_4521r.JPGAprès la visite de la plâtrière, le rythme s’accélère : il s’agit de trouver la première cache Massif d’Alon #1 le Grenier du circuit encore inexploré de Seal13. Chacun cherche dans un endroit différent, le plus vite et le plus consciencieusement possible, les enfants vers le bas, les grands vers le haut. Soudain Christian brandit fièrement la boîte aux trésors ! Il est le premier à l’avoir trouvée.
img_4529r.JPGimg_4527r.JPGLa Pointe Grenier1 offre un point de vue sur la baie des Lecques. Elle bénéficie, depuis l’antiquité, d’une situation géographique stratégique permettant la surveillance et la défense de la baie. Simple tour de guet au moyen-âge, on y trouvait une véritable batterie durant la seconde guerre mondiale. La tour de vigie a été maintes fois reconstruite au cours des siècles. La poudrerie servait à stocker les munitions. Je ne reconnais ni l’ancienne chapelle (transformée en logement d’officier) ni le casernement dont il ne reste que des murs en ruine.

img_4533r.jpgimg_4535r.JPGLe sentier se fait ensuite beaucoup plus étroit et longe la falaise jusqu’à la Pointe Fauconnière en hommage aux faucons pèlerins et faucons crécerelles qui y nichent. faucon-pelerin.jpgLe faucon pèlerin (photo Serge Hansi du site Nature Photo), espèce protégée, est un grand faucon vivant souvent près des falaises côtières. Sa caractéristique est sa robe barrée de blanc et noir sur le ventre. Son envergure est comprise entre 95 et 115 cm ; son piqué est fulgurant sur ses proies : en vol, c’est le plus rapide au monde 180km/h. Assez rare chez les êtres vivants, voilà une espèce où le mâle (600-750g) est plus petit et plus léger que la femelle (925-1300g)… Il se fait plus rare aujourd’hui, d’ailleurs je n’en ai pas vu, mais soyez sûr qu’il vient nicher sur les falaises marines entre Saint-Cyr et Bandol.

Continuer la lecture de Le sentier du littoral du port de Saint-Cyr sur mer au port d’Alon

©copyright randomania.fr

La mine de cuivre de Saint-Véran



IMG_1996.jpgPremière randonnée dans le Queyras : une boucle de 14km entre 2000 et 2300m. La période d’accommodation à l’altitude a duré un peu plus d’une journée avec nausées, manque d’appétit, accélération de la respiration et du coeur lors des premières montées en montagne. J’en ai été surprise car je pensais que l’entrainement physique pouvait m’en prévenir. Mais cela n’a rien à voir.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

* Télécharger l’itinéraire

IMG_2033.jpgLe village de Saint-Véran, découvert grâce au jeu de geocaching, m’a charmée et agréablement dépaysée. En partant à la recherche des cadrans solaires de ce village, j’ai traversé des petites ruelles bordées de maisons typiques : rez-de-chaussée construit en murs de pierres très épais (50 à 70 cms), la fuste (partie supérieure) faite de troncs d’arbres empilés et croisés aux angles qui servait autrefois à faire sécher puis à abriter la récolte de fourrage pour nourrir les bêtes durant les longs mois d’hiver. L’autre partie, destinée aux hommes (le caset) et orientée au Nord-Ouest, est accolée perpendiculairement au bâtiment réservé aux animaux. J’ai croisé quelques villageois qui ont continué leurs activités avec un naturel déconcertant. Le tourisme ne semble pas avoir beaucoup changé leurs habitudes de montagnards.

Les plus célèbres des cadrans ont été réalisés par un artiste piémontais, de 1840 à 1845 : Giovanni Francesco Zarbula. Le décalage horaire entre le cadran solaire et la montre est lié, hormis le décalage horaire décidé par l’Etat, à la situation de Saint-Véran par rapport au méridien de Greenwich : les cadrans donnant l’heure locale ont entre 30 minutes (l’hiver) et 1 heure 30 (l’été) de décalage par rapport à l’heure légale.

Dans chacun des cinq quartiers on trouve une fontaine composée de deux parties : une partie ronde qui servait d’abreuvoir pour les bêtes et une partie rectangulaire où les femmes lavaient le linge. Une des croix de mission véhicule un message mystique « nécessaire », témoin de la ferveur religieuse de nos ancêtres ; je la relis deux fois tant je suis étonnée de sa teneur ; nous devons : « …ou souffrir comme un saint, ou comme un pénitent, ou comme un révolté qui n’est jamais content »… Avec l’église réformée, les nombreux artisans qui travaillent sous nos yeux, ce village est bien l’un des plus typiques de France.

IMG_2002.jpgIMG_2004.jpgPartie du parking payant à l’entrée du village que j’ai traversé dans sa longueur, j’ai suivi le sentier de la navette de Clausis qui monte doucement de 250m sur 3,6km. Là, j’ai pris la direction du pic de Chateaurenard. Presque plus rien ne pousse : pas d’arbre, pas de fleurs. C’est comme dans un désert. Je suis tentée de couper les virages en lacet mais la fatigue m’engage à la prudence. Après la cabane de Labounnais, isolée et déserte, je tourne à droite sur un étroit sentier qui traverse à gué plusieurs canaux. Le sentier, grossièrement parallèle à la route de la mine, évolue en altitude. Il devient de plus en plus caillouteux et difficile. Puis, soudain, les rochers changent de couleur. Ils prennent des teintes irisées, bleutées, parfois en veines obliques que, malheureusement, les photos ne restituent pas. Je traverse la mine de cuivre à ciel ouvert à 2300m d’altitude. Sur le territoire de cette plus haute commune d’Europe, elles n’étaient exploitées que de manière saisonnière, le manteau neigeux pouvant atteindre plusieurs mètres en hiver.IMG_2008.JPGIMG_2007.JPG

La première étape du traitement des minerais sulfurés en vue de l’obtention de concentrés consiste en des opérations successives de tamisage, concassage, broyage et triage, qui les transforment en poudre grossière, sur laquelle on projette de l’eau. Par un traitement de flottation dans l’eau puis de décantation, qui consistent à faire remonter à la surface la partie la plus riche du minerai pour le séparer des boues qui restent au fond du bain, on obtient un concentré contenant ici jusqu’à 40 % de cuivre. C’est un site particulièrement riche.

J’ai descendu le torrent de Pinilière, non loin de la vieille cabane de mineur du même nom, pour visiter les installations modernes en contre-bas, descente un peu difficile mais aucun chemin à cet endroit ne permet de rejoindre l’entrée de la mine. « Les travaux du 20ème siècle comprennent 6 niveaux de galeries : les trois supérieures recoupent les travaux anciens. Les chambres d’abattage s’étagent sur 130m de dénivelé, desservies par des galeries. » L’exploitation s’est arrêtée en 1956. Les premières traces d’une exploitation du cuivre dateraient du chalchotique (âge du bronze ancien).

schéma extraction cuivre.jpg

La loi de 1941 en matière de protection archéologique a été appliquée […] récemment pour le site minier de Saint Véran (Jugement du TGI de Gap du 18 février 1999 – délibéré du 6 mai 1999) : le 18 février 1999, plusieurs minéralogistes sont pris en flagrant délit de fouilles dans les haldes de la mine afin d’y récupérer des minéraux. Les prévenus sont également munis de détecteurs à métaux. Le responsable,…, a été condamné à une amende de 20000 F dont 10000 avec sursis. De plus, le tribunal… ordonne aux frais du condamné la publication par extraits de la présente décision dans quelques journaux.

* L’incontournable site Tourisme et randonnée en Queyras avec superbes photos prises sur la route de la mine

Une exposition permanente gratuite dans le four banal du quartier des Forannes, retrace son histoire.

Je rejoins le village par le classique chemin de la mine empruntée par la navette d’été qui dépose les touristes à une demie-heure de la chapelle. La fatigue commence à se faire sentir et c’est avec plaisir que je retrouve ma petite auberge de Pierre-Grosse à Molines-en-Queyras.

bullet1.gif

Merci à Playwell.be d’avoir placé cette cache, probablement la plus haute de toute la France, difficile d’accès. Elle n’a été visitée que 5 fois, trouvée 2 fois, depuis sa création.

Barge H., Ancel B., Exploitation d’une mine de cuivre préhistorique : Les Clausis à saint-Véran, in : L’énigmatique civilisation campaniforme, Dijon, Faton, p. 46-49 (Archéologia – hors-série, 9)

Andrée Lantier, Vivre dans la plus haute commune d’Europe : Saint Véran 2040m, ed. Serre, 1983

J. Tivollier et P. Isnel, Le Queyras, ed. Lafitte Reprints, 1985 (1ère ed. 1938)

Richard Wacongne, Randonnées sur les sentiers du Queyras, Glénat, 2004

©copyright randomania.fr

Le Sablon, sur la piste de l’ocre



Endroit moins connu que Rustrel ou Roussillon, le Sablon possède encore quelques vestiges du traitement de l’ocre dans la région. Situé entre Carpentras et Villes-sur-Auzon, dans le Vaucluse, le lieu-dit du Sablon est à peine visible depuis la départementale. plan sablon.jpgExploité par la société Malavard de 1887 à 1928 puis par la Compagnie des Ocres Françaises de 1928 à 1967, le gisement d’ocre l’était pour sa couleur jaune, à ciel ouvert ou en galeries souterraines selon l’affleurement et l’épaisseur des terrains qui recouvraient l’ocre.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

Par le chemin à droite du parking, on découvre une carrière à ciel ouvert, un bassin de rétention et le cabanon des ocriers. Par le chemin qui s’étale en longueur sur la gauche, celui que j’ai parcouru, on peut voir :IMG_1647.JPG

  • les canaux d’alimentation en eaux captées à la source « La France » pour le lavage du mélange sable inerte-ocre,
  • le puits alimenté par cette source (ce puits faisait l’objet d’une question lors de la chasse au trésor que j’avais entreprise ce jour là, voir la fiche le Sablon sur le site de geocaching…) et le réservoir d’eau,
  • le malaxeur qui émiette le mélange et le transforme en boue,
  • les canaux de décantation avec les batardeaux qui ralentissent le courant permettant au sable deIMG_1686.JPG se déposer,
  • le bassin de décantation dans lequel se dépose les couches d’ocre successives,
  • des amoncellements de sable résiduels.

Après décantation et séchage, l’ocre était stocké sous forme de briquettes agencées en murets. Acheminé au moulin de Sainte-Croix ou à l’usine de Villes-sur-Auzon, il était alors broyé, stocké, transporté à l’usine d’Apt qui, après mélange et cuisson, fabriquait une gamme étendue de couleurs.Les moulins d’ocre de l’usine Lamy d’Apt ont été remontés dans leur configuration originale à l’usine Mathieu entre 1995 et 1998.
* Couleurs d’ocre (photographies de Rémy Quentin)
IMG_1688.JPGTout au long du sentier de découverte, des bornes explicatives vous guideront mais en acceptant de sortir du sentier tracé, en allant plus au nord, vous découvrirez des montagnes d’ocres aux couleurs qui rappellent celles du Colorado provençal (* voir la fiche Découverte du Colorado provençal dans ce blog). Certes les chemins sont plus étroits et plus risqués lorsqu’on escalade le sable mais se trouver au milieu de ces dunes colorées a quelque chose de dépaysant, coloré et joyeux, même si elles n’atteignent pas la hauteur de celles de Rustrel. Par contre, dès que vous atteindrez le champ, faites demi-tour sinon le propriétaire risque de vous signaler d’un air mécontent : « Il n’y a pas de chemin par là ». L’avantage de ce site est qu’il est beaucoup plus ombragé et moins connu des touristes, donc moins fréquenté. J’y ai rencontré un couple de grands-parents installés en bordure de chemin avec leur petit-fils qui s’affairait avec sa pelle et son seau à construire dans le sable. Comme quoi, pas besoin d’aller à la plage pour faire des chateaux !IMG_1636.JPG

Après l’abandon de l’exploitation, curieusement, le pin maritime – non, nous ne sommes pas en bord de mer – a pris possession du terrain. La forêt originelle consituée de chênes, commence à se reconstituer dans la partie Est du site. Dans la partie ouest, où sont déposés les résideux sableux, la forêt se reconstitue beaucoup plus lentement.

Les ocres sont connues depuis la plus haute antiquité et nos ancêtres s’en servaient pour l’ornementation de leurs cavernes. Toutefois, le début de l’exploitation de l’ocre se situe tardivement entre 1780-1785, lorsque Jean Etienne ASTIER, habitant à Roussillon, redécouvre les propriétés des terres jaunes et rouges de sa région et leurs pouvoirs inaltérables. Une nouvelle industrie est née qui fera, pendant des décennies la richesse de cette contrée du Vaucluse. Mais il faudra attendre la fin du XIXème siècle pour voir l’ocre exploitée industriellement.IMG_1691.JPG

Et si vous voulez rejoindre à pied le lac des Salettes depuis le Sablon (baignade, parcours dans les arbres, balades), ne faites-pas comme moi. Partie sans IMG_1695.JPGcarte au 25000ème, j’ai suivi globalement la direction nord et me suis trouvée piégée par le ravin des Sitos que l’on ne peut traverser : profond et impressionnant, envahi par la végétation (voyez-vous le fond de ce ravin sur la photo de droite ?…), il longe les champs cultivés mais n’offre aucun pont pour atteindre l’autre rive ! Le seul moyen est donc de le contourner par le nord ouest. Une fois au bord du plan d’eau, vous profiterez de la baignade et vous marcherez en forêt sur du sable blanc, étonnant non ?

bullet1.gif

Merci à Bobine84, geocacheur, d’avoir placé à cet endroit une cache qui m’a permis de découvrir dans le calme l’exploitation de l’ocre

©copyright randomania.fr

Découverte du Colorado provençal



medium_img_0525.jpgNous sommes dans le petit village de Rustrel, un des villages des Ocres1 du Lubéron, réplique du très célèbre canyon du Colorado aux Etats-Unis ; il est 10h mais le parking est déjà bien rempli. Plusieurs sentiers balisés permettent de découvrir l’originalité du site mais, parce qu’ils sont balisés et sécurisés, ils sont très fréquentés. Néanmoins, comme je ne les connais pas, je décide de faire deux boucles classiques « Les cheminées de fée » (circuit F du plan), « le Sahara » (circuit G du plan), puis le cirque de Barriès dont le parcours chemine en pleine forêt. Je conseille vivement de visiter ce site un jour de ciel bleu.
* Télécharger le plan des randonnées du Colorado Provençal

Vidéo de Carnets de rando, le colorado provençal, David Genestal

Le Colorado provençal, par le site Luberon.fr (avec quelques belles photos)

* La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

medium_img_0528.jpg

L’ocre est un mélange de sable et d’argile colorée par des oxydes de fer. Pigment naturel et inaltérable, l’ocre est principalement utilisée dans la fabrication des peintures et badigeons, remplacée aujourd’hui par des colorants artificiels. Le gisement a été exploité de 1780 au XXème siècle. L’exploitation se fait à ciel ouvert ou en galeries souterraines dont certaines, abandonnées, sont utilisées pour la culture des champignons de Paris.

Le traitement des ocres, site du parc du Lubéron

Bryce Canyon USABryce Canyon (photo ci-contre à gauche extraite du site Voyage Magazine USA) au sud ouest des Etats-Unis où les structures géologiques extraordinaires, formées par érosion et le soulèvement de couches de grès de couleurs différentes, donnent comme ici des couleurs exceptionnelles allant du rouge au blanc. A Rustrel, en plus de l’ocre, le minerai de fer était également exploité : il reste quelques vestiges de la dernière usine près de la rivière Doa. En me promenant en dehors des sentiers balisés, j’ai retrouvé entre Istrane et le camping, les ruines d’un mur en briques et une tour métallique dont je ne connais pas la fonction.
Pour marcher dans ce Colorado provençal, mieux vaut se munir de chaussures et de tenues ne craignant pas d’être teintées !

Les sentiers thématiques :

A : Sentier Morenas : départ du camping du Colorado. La croix de Muset, Istrane. 5,5 km (2 h), dénivellation 150 m.
B : Sentier des Blaces : départ du camping du Colorado. Les Blaces, La croix de Christol, Istrane, 11,5 km (3 h 30), dénivellation 350 M.
C : Sentier des Crêtes : départ d’Istrane. La croix de Christol, Barriès. 13 km (4 h), dénivellation 200 m.
D : Sentier de la Combe Étroite : départ du parking municipal de Bouvène. Anciennes carrières d’ocres. 3,4 km (I h 30), dénivellation 100 m.
E : Sentier des Maîtres de Forges : départ du camping du Colorado. Chapelle Notre-dame des anges. 2,2 km (1 h30), dénivellation 350 m.
F : Sentier des Cheminées de Fées : départ du parking municipal de Bouvène. Les cheminées de fées. 1 km (30 min), dénivellation 40 m. Balisé en bleu.
G : Sentier du Sahara : départ du parking municipal de Bouvène. 1,5 km (45 min), dénivellation 10 m. Balisé en rouge. Issu du site http://rustrel.free.fr/plancolorado.htm

* Photos de Rustrel et des 2 sentiers classiques
medium_img_0538.jpg* Télécharger un document word succinct sur le traitement des ocres
medium_img_0543.jpgPour aller jusqu’au cirque de Barriès (grossier balisage blanc), je me gare sur le parking entre la D30A et la D22. A peine garée, je suis accostée par un monsieur qui, manifestement, guette le client. Il se présente comme représentant des propriétaires des terrains du colorado et veut me vendre un plan des sentiers de randonnée à plus de 3€ pièce. Cette manière un peu agressive me déplait et je décline son offre. medium_img_0546.jpg

La Doa se passe à gué. Le parcours ici est presque totalement en forêt, à la fraîche, et se termine par une cascade à l’ombre d’un haut rocher. Après la traversée du désert blanc (sable blanc lavé lors de la première étape du traitement des ocres), je peux dire que j’en ai vu de toutes les couleurs !

bullet1.gif

1ocre : argile friable, de couleur jaune, rouge ou brune selon la nature des oxydes qu’elle contient

©copyright randomania.fr

L’aqueduc et la meunerie romaine de Barbegal



Voila une randonnée familiale par excellence. Pas de difficulté de dénivelée, un balisage régulier qui peut constituer un véritable jeu de pistes pour les enfants (le balisage se situe au sol, sur les arbres, sur les panneaux mais il est toujours présent) et la découverte d’un ancien aqueduc romain, tout cela parmi des paysages variés qui rompent la monotonie.

* La météo de ce jour à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

* Je vous propose un itinéraire de 3h environ, sur carte IGN réalisé à partir de CartoExplorer
Je débute depuis le parking aménagé tout près du moulin de Daudet que l’on peut visiter. Construit enmedium_maquette_meunerie.jpg 1814, il fut acquis en 1923 par Hyacinthe Bellon et transformé en musée Alphonse Daudet. Il a cessé de moudre en 1915. Je traverse une belle forêt aux arbres hauts puis je longe la route tout en reconnaissant un champ d’oliviers de l’autre côté, caractéristique des Alpilles. La promenade se poursuit en terrain plus sec, passe au-dessus d’un petit canal, longe quelques maisons et se poursuit dans un paysage plat typique de la Crau. Là on arrive au pied de la meunerie du grand Barbegal. Impossible de concevoir ce qu’elle était si on n’a pas vu une maquette auparavant au musée d’Arles (dessins et croquis de la maquette réalisés par Jean-Louis PAILLET, Architecte dplg – Docteur en Histoire et Archéologue Institut de Recherche sur l’Architecture Antique et Vice-Président du GAM).
le site aujourd'hui, vu d'en hautAu début du second siècle, l’aqueduc fait l’objet d’une modification pour compenser le transfert d’une partie de l’eau à l’usage industriel des moulins de Barbegal. Il déversait ses eaux sur une double batterie de moulins hydrauliques, seize en tout,medium_img_0292.jpg établis sur la pente, destinés à moudre le grain. Le travail fait, les eaux allaient se perdre dans la zone marécageuse, en contrebas. Chaque roue entraînait une paire de meules ; le blé était moulu à la demande pour les besoins des 12000 habitants de la cité d’Arles. Quand les murs d’un aqueduc dépassaient 2m, on allégeait la construction avec des arches comme à Barbegal.
Je remonte la pente de la meunerie, là où se situaient les chambres de mouture et l’escalier central. Celui-ci desservait les chambres de mouture ; un traîneau, glissant sur plan incliné, montait et descendait les charges grâce à un mécanisme hydraulique. Attention aux passages délicats pour les jeunes enfants. En haut, une plaque commémorative nous rappelle que c’est l’archéologue Fernand Benoit qui a découvert ce lieu. Je déambule dans le canal où circulait l’eau. Et là , quelle surprise ! sur plusieursmedium_img_0282.jpg dizaines de mètres, des vestiges du grand aqueduc, comme un légo, permettent d’imaginer ce qu’il était à l’époque romaine.
Ce monument, partielllement classé Monument historique, (1937) est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco (1981)
img_3434.JPGAprès une petite discussion avec un amateur de VTT et deux randonneurs tout aussi intrigués que moi par ce double aqueduc romain, j’entame le chemin du retour. Le vent a renversé deux arbres et je dois m’écarter quelque peu du tracé. Je repasse devant le musée qui est encore fermé mais déjà parents et enfants attendent pour pouvoir le visiter. Chaque dimanche, ce lieu attire beaucoup de monde ; sur le chemin du retour vers Aix, à quelques kilomètres de là , je passe devant l’abbaye de Montmajour qui m’impressionne toujours, et m’arrête quelques instants devant les taureaux que son propriétaire est en train de nourrir.
* Voir l’article sur Montmajour dans ce blog

medium_photo_292.jpg

J’ai tellement apprécié ce site que j’ai visité le musée de l’Arles Antique ; j’ai également placé une cache à énigmes l’aqueduc de Barbegal pour les amateurs de chasse aux trésors high tech, désactivée depuis, mais un autre geocacheur en a placé une. Voir l’article les moulins de Fontvieille

©copyright randomania.fr