La chartreuse de la Verne cachée dans le massif des Maures depuis plus de 8 siècles

Publié le Catégories 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , 3 commentaires sur La chartreuse de la Verne cachée dans le massif des Maures depuis plus de 8 siècles
 

img_0001.JPGSitué au cœur du massif des Maures, le monastère de la Verne1 (photo Ti’Mars…) est relativement difficile d’approche. Après une longue, très longue et déserte, mais magnifique route D14 (puis D214), au détour d’un virage alors qu’on se croit perdu, on aperçoit le monastère, grandiose dans son écrin de verdure : 155m de long et 85 de large, à 425m d’altitude !  Comment est-ce possible qu’un tel monument soit aussi bien caché ?

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

img_3669.JPG

L’évêque de Toulon fit construire la chartreuse en 1170 à l’emplacement d’un ancien prieuré. Vue aérienne

  • En 1174, la première église romane y fut consacrée, la seule à ne pas être détruite par les incendies de forêt successifs (1214, 1271 et 1318) qui ravagèrent les bâtiments,
  • pillée en 1416 par les seigneurs de Bormes qui s’approprièrent une grande partie des terres,
  • saccagée par les guerres de religion,
  • occupée par les Huguenots en 1577. Le cadet de Baudiment  s’empara alors de tous les plus beaux objets du culte, fit battre les moines et les contraignit à s’enfuir, nus, dans la forêt.
  • Elle surmonta plusieurs raids barbaresques,
  • subit un autre incendie en 1721,
  • ne put terminer les importants travaux de construction entrepris à cause de la Révolution qui dispersa les moines, définitivement cette fois.
  • Jamais achevée, elle fut vendue comme bien national en 1792,
  • classée monument historique en 1921, elle est aujourd’hui propriété des Eaux et Forêts. Grâce à l’association des Amis de la chartreuse de la Verne et aux soeurs de Bethléem qui l’occupent depuis 1983, la restauration du monument se poursuit.

Page consacrée à la chartreuse, site du diocèse de Fréjus-Toulon

Site des Amis de la chartreuse de la Verne

img_3667.JPGimg_3663.JPGimg_0003.JPGBâtie sur des terrasses successives, la chartreuse ouvre son monumental portail de pierre de serpentine vert sombre sur la cour des Obédiences mais nous ne pourrons entrer. Tout comme dans l’abbaye de Saint-Félix, une prison y a été construite. Sur le portail, une statue de la Vierge à l’enfant (photo Ti’Mars…). Au premier niveau, des colonnes avec anneaux de style Renaissance. Un rempart présentant une tour aux deux angles sud, protégeait les bâtiments et leurs habitants. Aujourd’hui, la tour au sud-ouest a eté entièrement reconstruite : c’est par là qu’entrent les visiteurs désormais. Les chartreux ont fait d’importants travaux pour capter plusieurs sources et en acheminer l’eau par deux aqueducs en pierre sèche. Des citernes recueillaient les eaux de pluie. La ligne de division de deux diocèses passe par le milieu de l’église et du cloître. On peut peut-être imaginer que les seigneurs qui ont fait don de ces terrres à l’abbaye ont cédé des terrains en bordure du fief voisin, évitant ainsi des conflits avec leur propriétaire.

Pas de visite le mardi : je devrais me contenter de cette Visite en images de la chartreuse de la Verne ou de ces quatre vues panoramiques.

Photos (extérieur et intérieur) de la base des monuments historiques de la région PACA

Horaires des messes dans toutes les paroisses de France  (pas de messe publique dans le monastère de la Verne)
Continuer la lecture de La chartreuse de la Verne cachée dans le massif des Maures depuis plus de 8 siècles

©copyright randomania.fr

La cascade Saint-Christophe à Lafare

Publié le Catégories ----- * Dentelles 84, 84 Vaucluse, Geocaching et jeuxMots-clés Laisser un commentaire sur La cascade Saint-Christophe à Lafare
 

img_4052r.JPGLafare se situe entre Beaumes-de-Venise et Gigondas. Sa cascade ne devrait pas figurer dans la catégorie « Randonnées » : 200m seulement à vol d’oiseau depuis le parking près du pont de la Salette ! (Parking fréquenté par les voleurs, comme en témoigne les nombreux morceaux de pare-brise brisé) mais plutôt dans les petits coins de nature secrets que l’on ne partage qu’avec ses meilleurs amis. Ce lieu m’a rappelé les gorges de Pennafort parce que la marche devient très vite de la grimpe dans les rochers et qu’il faut parfois mettre les mains. On se sent petit dans cette gorge étroite, on est (presque) seul. Ce sont les amateurs d’escalade qui connaissent le mieux les rochers de Saint-Christophe et la cascade.

Pour y accéder, une corde a été installée le long de rochers glissants et pentus. Ensuite, une seule grande enjambée permet d’atteindre la vasque et d’être rafraîchi par l’eau de la cascade ; ça glisse fort ! gare à la descente !

img_4042r.JPGimg_4051r.JPGimg_4046r.JPGimg_4050r.JPG

Photos du site Descente canyon

Accès cascade St-Christophe

En continuant la petite route vers Cassan et les dentelles de Montmirail, on peut découvrir la modeste chapelle Saint-Christophe, édifice roman du début du XIIème siècle, restaurée en1981. De là, on peut voir la cascade d’en haut !

blsqr05.gif

Encore une découverte grâce au geocaching et au geocacheur Renard84 qui l’a rebaptisée cascade du renard

©copyright randomania.fr

Marseilleveyre et la grotte Saint-Michel d’eau douce

Publié le Catégories ----- * Calanques 13, ----- * Marseille et environs 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeux, Rando sportiveMots-clés , Un commentaire sur Marseilleveyre et la grotte Saint-Michel d’eau douce
 

img_3829.JPGEn route pour le massif de Marseilleveyre depuis le parking à la sortie des Goudes. En provençal, cela signifie voir Marseille. J’ai décidé de monter jusqu’à la grotte Saint-Michel (221m) ; j’ai lu quelques commentaires de geocacheurs enchantés d’avoir découvert le parcours de Ti’Mars… aux Goudes (7 chasses au trésor en un seul circuit de randonnée !) et j’ai vu quelques photos sur le site Week end et tourisme en Provence. La première montée est caillouteuse. Après le croisement avec le GR51-99, le sentier sinue ensuite en larges boucles. J’aperçois bientôt l’imposante barre rocheuse verticale du rocher Saint-Michel. Je croise alors une famille dont les enfants impatients ne cessent de poser LA question « Quand est-ce qu’on arrive ? ». Le père est un enfant du pays qui jouait autrefois dans la grotte et vient aujourd’hui pour la faire découvrir à ses enfants. Il me parle de la grotte de l’ours et celle de l’ermite. Même si sa femme ne m’a pas cru, la grotte de l’ermite a bien abrité autrefois un religieux napolitain.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

grotte-de-lermite.jpgA Saint-Michel d’Eau Douce, et dans la grotte de l’Ours, on a retrouvé des silex taillés, des haches polies qui prouvent qu’une peuplade y vivait au néolithique. La grotte de l’ermite (photo extrait du site Topo des calanques/Goudes/grotte de l’ermite), au nord-est de celle-ci, a abrité au moyen-âge, un ermitage et une petite chapelle troglodytique qui portait le nom de Saint-Michel d’eau douce. Elle fut donnée en 1395 au frère ermite François. Au XVIIème siècle, elle portait le nom de San Miquel de Ayga Dossa. Saint-Michel d'Aigue-DouceEn 1980, on pouvait encore voir les vestiges du mur de clôture, des traces d’aménagement dans le rocher mais il n’y a plus aucune trace de la chapelle. Dans un acte de propriété foncière des archives de Saint-Victor, il est fait mention d’une source vraisemblablement située dans la grotte Saint-Michel actuelle ; [ndlr : elle serait dans une crevasse à main droite, au fond de la baume ; si elle tarit, c’est signe de malheur. L’eau de ruissellement recueillie dans un ‘bénitier’, aurait de merveilleuses vertus]. L’ermitage a été abandonné après 1751. Extrait d’un article de Anne-Marie Durupt, Les portes des calanques, oct. 2005

img_3851.JPGimg_3848.JPGLe sentier se rétrécit et nécessite de plus en plus d’attention. Il grimpe de façon continue et je dois prévoir quelques arrêts pour souffler. Je ne vois toujours pas la grotte. Soudain la famille s’arrête et suit l’index du père désignant un trou dans le rocher ; des dégoulinades, qui ont laissé des traces noires sur le rocher, semblent s’y perdre : c’est la grotte Saint-Michel dont une des salles reçoit l’eau de pluie par infiltration et ruissellement. J’escalade le pas glissant de l’entrée puis me plante face à l’intérieur de la grotte, pour la surprise des yeux. img_3857.JPGElle est grande, humide, fraîche. Des stalactites ont sculpté le plafond. Une zone dangereuse est signalée sur la gauche, une autre face à moi est protégée par une corde. Derrière, une pente humide et glissante conduit à une des chambres dont on devine l’entrée étroite. Je vois dans les yeux du père de famille qu’il est heureux d’avoir retrouvé le terrain de jeu de son enfance. img_3855.JPGimg_3871.JPGimg_3867.JPGIl me propose d’aller explorer la grotte au delà de la corde. Malheureusement, je suis attendue et n’ai pas le temps de le suivre. Muni d’une lampe-torche, il s’aventure dans le noir avec ses plus grands enfants. De là haut, le cap Croisette et l’île Maire se dessinent avec netteté sur le ciel bleu.

Je continue la randonnée sous le rocher de Saint-Michel où des voies de 70m font le bonheur des amateurs d’escalade.  Sous le rocher des Goudes, je m’arrête pour voir l’ancienne vigie (devenue refuge des Excursionnistes marseillais) et la calanque de Callelongue, là où on ne va pas plus loin par la route. Au 15ème siècle, des postes de guet situés sur des points élevés, permettaient,  par des signaux visuels transmis de l’un à l’autre, de prévenir Marseille de l’approche de galères espagnoles, génoises ou autres. La vigie du sommet de Marseilleveyre (photo de droite), en liaison avec celle des hauts de Riou (XIIème siècle) prévenait d’éventuelles attaques de barbares. La descente vers la calanque parmi les pierres qui roulent sans arrêt, est un peu fatigante mais la perspective d’un poisson bien frais mangé au Cap Croisette1, est très motivante.

img_3891.JPGC’est un lieu bien particulier, dépaysant, sauvage. On n’y accède qu’à pied après avoir marché sur un sentier bétonné puis sur un sentier de terre qui se perd dans les rochers couverts de tapis d’asterolides maritimes, ces fleurs img_3894.JPGjaunes poussant entre les rochers, que vous ne trouverez qu’ici, caractéristiques d’un milieu marin sec et exposé au vent. Un ravissement de couleurs. C’est le secteur le plus sec de France : les précipitations annuelles n’y sont en moyenne que de 300 à 400 mm, contre par exemple 500-600 mm par an à Marseille. Le creux d’un rocher du côté de l’anse de la Maronaise2 ne ferait-il pas une bonne cache ? img_3878.JPGLa randonnée se terminera finalement à la pointe Croisette, avec vue sur l’île Maire, devant un loup dont le goût frais me fait encore saliver…

Merci au geocacheur Ti’Mars… pour le grand bol d’air marseillais ; il y a dans ce parcours tout ce que peut aimer un randonneur curieux. Pour le début du circuit au fortin des Goudes, voir dans ce blog le reportage de FR3 Méditerranée.

Itinéraire dans le massif de Marseilleveyre les Goudes – Callelongue

bullet1.gif

1Croisette : autrefois les petites croix qui se succédaient sur la pointe, en hommage aux nombreux naufragés de la marine à voile (passage étroit avec courant fort à cet endroit)
2Maronaise : d’après les gens du coin, il s’agirait plutôt de la mahonnaise depuis qu’une mahonne, chaland de port à forme très arrondie utilisé en Méditerranée, repose à l’entrée de la calanque. En 1989, l’anse portait le nom de Mongenet (extrait du journal n6, Association La Porte des calanques, mai 2006)

©copyright randomania.fr

L’île de Porquerolles, du Langoustier à l’Alycastre

Publié le Catégories ----- * Côte varoise 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés Laisser un commentaire sur L’île de Porquerolles, du Langoustier à l’Alycastre
 

toulon-et-places-adj-1756.jpgNous arrivons à la Tour Fondue, sur la presqu’île de Giens, quelques minutes seulement avant le départ de la navette. Le stationnement y est obligatoirement payant. Après une traversée tranquille d’une vingtaine de minutes, nous débarquons sur le port plein de monde qui s’égaille progressivement vers les plages.

L’ensemble des îles fut érigé en seigneurie par François 1er sous le titre de marquisat des îles d’or (à cause des reflets dorés des micaschistes ?), à charge pour le marquis de les mettre en labour et de les garder contre les corsaires.  Robida Albert (1848-1926), La vieille France.

Après avoir appartenu à des particuliers, la presque totalité des îles sont acquises par l’état pour en sauvegarder le patrimoine naturel.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

img_3718.JPGNous avons prévu de découvrir les forts, à chaque extrémité de l’île, près desquels deux caches sont placées. Si vous regardez la carte des îles d’Hyères, vous vous apercevrez que les systèmes de défense sont vraiment nombreux sur cette petite surface : près du débarcadère, avec le fort Sainte-Agathemyrte.miniature.jpgà l’ouest, sur l’île du petit Langoustier1 (construit sous l’autorité de Richelieu), un autre sur la pointe du grand langoustier1 ; à l’est, au lieu dit la Repentance, l’ancienne batterie Galéasson, et le fort de l’Alycastre2 (construit sous l’autorité de Richelieu). Le matin, nous longeons la côte festonnée de plages de sable bordées de pins, de img_3730.JPGbruyères et de myrte (Photo de droite : Parc national des îles d’Hyères) odoriférants. Je suis surprise que presque tout le parcours soit ombragé. Passage devant la plage d’argent. Soudain Ti’Mars… s’écrie :

« Un homme à la mer ! »

Etonnement. Il me montre l’écran de son GPS ; l’alerte est bien écrite en clair. Ah ! c’est beau le dernier cri de la technologie ; la trace de son parcours se dessine clairement dans l’eau de la mer. Je regarde mon écran : ma trace est bien sur terre. Réinitialisation de son GPS. Rien n’y fait. Finalement, nous découvrons que la cartographie livrée ne contient pas les îles de la Méditerranée. Près du fort du grand Langoustier1 qui surveillait la petite passe, nous observons de près les goélands maîtres des lieux qui couvent à même le sol. Derrière, une petite île héberge les vestiges du fort du petit Langoustier1. img_3728.jpgimg_3737.JPG

Leur occupation mettait le littoral méditerranéen à l’abri d’un débarquement entre Toulon et Saint-Tropez […] Les premières fortifications y furent édifiées entre 1634 et 1643. Ensuite on y implanta une poussière de batteries qui furent déclassées, pour la plupart vers 1884, au profit des 2 plus récentes disposant d’un armement moderne, à savoir la Fort du grand Langoustierimg_3743.jpgbatterie de Repentance sur Porquerolles et de l’Éminence sur Port-Cros. […] Les décisions de désarmement tombèrent les 21 novembre 1881, 13 octobre et 31 décembre 1882. »  (Extrait du site Index des fortications françaises 1874-1914 des Iles d’Hyères)

Au début du siècle, les habitants de l’île, pourtant peu nombreux, avaient  la réputation de croire aux esprits ! Voici ce que rapporte le mèdecin de la marine dans Revue maritime (Paris), France – Service historique de la marine, tome 153, Librairie militaire R. Chapelot et Cie, 1902) :

service-historique-de-la-marine-revue-maritime-1896.jpg

Retour par l’intérieur des terres où nous découvrons quelques hectares de vignes du domaine de l’Ile encore vendangées à la main : Porquerolles a même son AOC Côtes de Provence que nous ne manquerons pas de goûter !
img_3757.JPGFort de l’AlycastreL’après-midi, direction du fort de l’Alycastre2 le long de la grande plage. Entouré d’une enceinte en étoile, il a servi de prison d’état à partir de 1848. Non loin de la pointe rocheuse, quatre navires antiques ont sombré. Toute proche, la plage du Lequin est bien tentante en cette chaude fin d’après-midi  ; plus éloignée du port que les autres, elle n’est pas très fréquentée : un petit bain s’impose avant le retour.Le parc national de Port Cros.

Itinéraire des forts Porquerolles (14,500km – 3h20 env. – dénivelé 70m)

Les chemins de Porquerolles, site personnel

Indéniablement, cette île vaut le déplacement : pas de voiture rien que des vélos et des piétons, des sentiers de promenade bien balisés, des plages, faune et flore souvent uniques mais protégées.

img_3740.JPG

Un grand merci au geocacheur Jack83 pour le fort de l’Alycastre et l’île de Porquerolles 2 qui nous ont permis de re découvrir le bonheur d’une journée à Porquerolles. Une autre cache de Jack83 à ne pas manquer : la résurgence du Ragas.

bullet1.gif

1Langoustier : « la langouste a donné son nom à la presqu’île et à son environnement ; dans un écrit de 1712 on trouve Fort du Lingoustier encore plus proche de la lingusta provençale »
2Alycastre : « c’est sur la carte de Tassin en 1634 que l’on voit apparaître pour la première fois le nom de Licastre. Il s’agit probablement d’une déformation de « le castre » (le château) qui était alors en construction »
(selon la note du petit Pierrot)

©copyright randomania.fr