La chartreuse de la Verne cachée dans le massif des Maures depuis plus de 8 siècles

Publié le Catégories 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés ,
 

img_0001.JPGSitué au cœur du massif des Maures, le monastère de la Verne1 (photo Ti’Mars…) est relativement difficile d’approche. Après une longue, très longue et déserte, mais magnifique route D14 (puis D214), au détour d’un virage alors qu’on se croit perdu, on aperçoit le monastère, grandiose dans son écrin de verdure : 155m de long et 85 de large, à 425m d’altitude !  Comment est-ce possible qu’un tel monument soit aussi bien caché ?

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

img_3669.JPG

L’évêque de Toulon fit construire la chartreuse en 1170 à l’emplacement d’un ancien prieuré. Vue aérienne

  • En 1174, la première église romane y fut consacrée, la seule à ne pas être détruite par les incendies de forêt successifs (1214, 1271 et 1318) qui ravagèrent les bâtiments,
  • pillée en 1416 par les seigneurs de Bormes qui s’approprièrent une grande partie des terres,
  • saccagée par les guerres de religion,
  • occupée par les Huguenots en 1577. Le cadet de Baudiment  s’empara alors de tous les plus beaux objets du culte, fit battre les moines et les contraignit à s’enfuir, nus, dans la forêt.
  • Elle surmonta plusieurs raids barbaresques,
  • subit un autre incendie en 1721,
  • ne put terminer les importants travaux de construction entrepris à cause de la Révolution qui dispersa les moines, définitivement cette fois.
  • Jamais achevée, elle fut vendue comme bien national en 1792,
  • classée monument historique en 1921, elle est aujourd’hui propriété des Eaux et Forêts. Grâce à l’association des Amis de la chartreuse de la Verne et aux soeurs de Bethléem qui l’occupent depuis 1983, la restauration du monument se poursuit.

Page consacrée à la chartreuse, site du diocèse de Fréjus-Toulon

Site des Amis de la chartreuse de la Verne

img_3667.JPGimg_3663.JPGimg_0003.JPGBâtie sur des terrasses successives, la chartreuse ouvre son monumental portail de pierre de serpentine vert sombre sur la cour des Obédiences mais nous ne pourrons entrer. Tout comme dans l’abbaye de Saint-Félix, une prison y a été construite. Sur le portail, une statue de la Vierge à l’enfant (photo Ti’Mars…). Au premier niveau, des colonnes avec anneaux de style Renaissance. Un rempart présentant une tour aux deux angles sud, protégeait les bâtiments et leurs habitants. Aujourd’hui, la tour au sud-ouest a eté entièrement reconstruite : c’est par là qu’entrent les visiteurs désormais. Les chartreux ont fait d’importants travaux pour capter plusieurs sources et en acheminer l’eau par deux aqueducs en pierre sèche. Des citernes recueillaient les eaux de pluie. La ligne de division de deux diocèses passe par le milieu de l’église et du cloître. On peut peut-être imaginer que les seigneurs qui ont fait don de ces terrres à l’abbaye ont cédé des terrains en bordure du fief voisin, évitant ainsi des conflits avec leur propriétaire.

Pas de visite le mardi : je devrais me contenter de cette Visite en images de la chartreuse de la Verne ou de ces quatre vues panoramiques.

Photos (extérieur et intérieur) de la base des monuments historiques de la région PACA

Horaires des messes dans toutes les paroisses de France  (pas de messe publique dans le monastère de la Verne)
img_3684.JPGimg_3681.JPGDeux sentiers balisés vert et blanc  vers le Plateau Lambert commencent ici ; le point de départ est repéré par ses coordonnées géographiques : c’est la première fois que je vois ça. Loin des tumultes de la ville, nous entamons paisiblement une boucle qui devrait nous permettre de faire quelques photos d’ensemble. En chemin, au son de la cloche de la chapelle, nous cherchons la cache de Loki83 (la chartreuse de la Verne). Nous rejoignons bientôt l’ancienne route de la crête de la Verne qui grimpe et culmine à 510m ; au travers des arbres, la chartreuse joue à cache cache et nous apparait de temps en temps dans son intégralité.

Deux itinéraires courts autour de la chartreuse de la Verne (1.800km et 3.840km)

Description d’un autre itinéraire  par le site saute-collines (piste de Ragusse, vallon de Marescau, crête de la Verne, ruines du grand noyer, les Campaux, les silvadières)

Balades nature accompagnées dans le massif des Maures

Circuit VTT par le site Utagawa VTT

Circuit de 12km, 4h, décrit dans le topo-guide Le Var à pied…, fiche n°11, classée difficulté moyenne

img_3686.JPGimg_3691.JPGSur notre droite, une forêt de châtaigniers (il parait que les marrons de Collobrières sont réputés) ; j’imagine qu’elle ferait une scène idéale pour des films d’horreur la nuit, tant les arbres ont des formes curieuses et effrayantes : des branches qui vous attaquent, des bras qui vous enserrent, des yeux qui vous observent méchamment. « Les uns sont tombés, ne pouvant plus porter leur âge, d’autres, décapités, n’ont plus qu’un tronc formidable de géants, formant des creux où dix hommes se cacheraient. Et ils ont l’air d’une armée formidable foudroyée, qui monte encore à l’assaut du ciel » (Guy de Maupassant, nouveaux souvenirs, chapitre XV). Depuis quelque temps, je collectionne les photos d’arbres bizarres que je rassemblerai un jour dans une note. La dernière fois que j’en ai vu autant au même endroit, c’était dans une forêt de hêtres, dans l’Ain, à l’observatoire du Fenestrez.

Et pour terminer la balade, en retournant vers Collobrières2, le long de la D214, arrêtez-vous au bord de la rivière (la Verne) : assis sur les rochers, au soleil, le pique-nique sera encore meilleur ! A moins que vous ne préfériez chercher les menhirs de Lambert plantés dans une vaste prairie près de la ferme Lambert, les deux plus grands  de ce type connus en Provence.

Maupassant lui-même (Journal, Sur l’eau, 1888), de sa visite à la chartreuse, écrit : « J’ai fait, voici trois ans maintenant, au coeur de ce pays, une excursion aux ruines de la chartreuse de la Verne, dont j’ai gardé un inoubliable souvenir » et en parlant de la forêt des Maures : « … Je la connais, cette forêt aux mystères farouches. Ses maquis profonds sont presque impénétrables. Ses chênes, ses châtaigniers sont imposants, et partout une végétation luxuriante et parfumée vous fait croire que vous êtes dans quelque coin perdu de la Corse. Dans les profondeurs de ces sentiers de rêve, se trouve la Chartreuse de la Verne. »

blsqr05.gif

1verne : certains historiens pensent que la Chartreuse de La Verne a été construite sur les ruines d’un temple païen dédié à la déesse Laverna. Plus communément admis, le nom de La Verne viendrait de son environnemnent : du provençal verno qui désigne l’aulne. D’où la traduction que l’on rencontre parfois de Notre Dame des Aulnes ou de l’Aulnaie.
2 de colubra en latin, colobreira en provençal : présence de nombreuses couleuvres que l’on retrouve jusque dans les armoiries de la commune

©copyright randomania.fr

3 réflexions au sujet de « La chartreuse de la Verne cachée dans le massif des Maures depuis plus de 8 siècles »

  1. La 1ère fois que j’ai vu la Chartreuse, c’était du Nord, près du col du Périer… La sensation d’avoir soudain été transportée au Tibet. Impressionnant…

  2. Combien y a t-il de marche à pieds du parking pour arriver au monastère Avec mes remerciements M.COMTE
    [ndlr] il y a un parking devant le monastère mais pas toujours ouvert, un autre une centaine de mètres avant si mes souvenirs sont bons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *