Le sentier du littoral du port de Saint-Cyr sur mer au port d’Alon

Publié le Catégories ----- * Côte varoise 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , , 3 commentaires sur Le sentier du littoral du port de Saint-Cyr sur mer au port d’Alon
 

Grand vent annoncé pour le 9 août 2007. Nous avons prévu de retrouver des amis geocacheurs mais nous hésitons sur le lieu. Partout le risque d’incendie étant sévère ou maximum dans le Var et les Bouches-du-Rhône, la circulation dans les massifs est déconseillée ou interdite (voir dans ce blog la réglementation 2007). Nous espérons que le sentier du littoral en bord de mer sera épargné par cette interdiction.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

 

img_4503r.JPGÀ ce jour, le littoral varois offre aux promeneurs un sentier de plus de 200 km sur 432 km de côtes que compte le Var. Le sentier du douanier, créé sous la Révolution par l’Administration des Douanes, était emprunté exclusivement par les douaniers afin de surveiller les côtes : ils y circuleront jusqu’au début du XXème siècle, sans doute à l’affût de quelque contrebandier. La loi du 31 décembre 1976 instituant une servitude de passage d’une largeur de 3m le long du littoral, et la loi littoral de janvier 1986 permettant la création d’une servitude transversale au rivage, redonnent véritablement vie au sentier rebaptisé sentier du littoral (Informations extraites du Petit Pierrot, journal illustré du site Camping Clair de Lune).

Rendez-vous à 10h sur le port de Saint-Cyr sur mer avec Christian et sa famille. Chacun a emporté son GPS de randonnée. Tout le monde est à l’heure. Un premier panneau d’information sur le port de la Madrague nous rassure tout de suite : pas d’interdiction par grand vent, seulement par temps de pluie (Arrêté Municipal n°2001-08-920). Allons à Alon !

img_4504r.JPGimg_0211r.JPGLe départ du sentier se fait à l’extrémité sud-ouest du port. La mer est déjà agitée. Petite montée par les escaliers, descente sur la plage de la Reinette et remontée par les rochers. Dans les marnes irisées le long du chemin, se trouvent du sel gemme, du cuivre, et du gypse avec lequel on fabriquait du plâtre. Les ruines de l’ancienne plâtrerie reposent sous la carrière. Des trois fours (photo 1) dans lesquels le gypse était chauffé à 150° pour enlever l’eau, il ne reste que l’entrée et les murs. Après plusieurs jours de séchage, le plâtre était trié sur un tamis puis broyé dans une auge circulaire en pierre dure (photos 2 et 3) ; les sacs de plâtre descendaient ensuite le long du toboggan sculpté dans le rocher (photo 4 profil : on le devine entre les deux avancées rectangulaires) puis chargés sur des tartanes (photo 5) amarrés devant le petit quai de chargement.

1 – un four       2 – une meule      3 – le broyage autrefois

 

img_4512r.miniature.JPGimg_4514r.miniature.JPGmeules-platre.jpg

4 – le quai entre les deux avancées   5 – la tartane

img_4516r.miniature.JPGtartane-1.jpg

img_4517r.JPGimg_4521r.JPGAprès la visite de la plâtrière, le rythme s’accélère : il s’agit de trouver la première cache Massif d’Alon #1 le Grenier du circuit encore inexploré de Seal13. Chacun cherche dans un endroit différent, le plus vite et le plus consciencieusement possible, les enfants vers le bas, les grands vers le haut. Soudain Christian brandit fièrement la boîte aux trésors ! Il est le premier à l’avoir trouvée.
img_4529r.JPGimg_4527r.JPGLa Pointe Grenier1 offre un point de vue sur la baie des Lecques. Elle bénéficie, depuis l’antiquité, d’une situation géographique stratégique permettant la surveillance et la défense de la baie. Simple tour de guet au moyen-âge, on y trouvait une véritable batterie durant la seconde guerre mondiale. La tour de vigie a été maintes fois reconstruite au cours des siècles. La poudrerie servait à stocker les munitions. Je ne reconnais ni l’ancienne chapelle (transformée en logement d’officier) ni le casernement dont il ne reste que des murs en ruine.

img_4533r.jpgimg_4535r.JPGLe sentier se fait ensuite beaucoup plus étroit et longe la falaise jusqu’à la Pointe Fauconnière en hommage aux faucons pèlerins et faucons crécerelles qui y nichent. faucon-pelerin.jpgLe faucon pèlerin (photo Serge Hansi du site Nature Photo), espèce protégée, est un grand faucon vivant souvent près des falaises côtières. Sa caractéristique est sa robe barrée de blanc et noir sur le ventre. Son envergure est comprise entre 95 et 115 cm ; son piqué est fulgurant sur ses proies : en vol, c’est le plus rapide au monde 180km/h. Assez rare chez les êtres vivants, voilà une espèce où le mâle (600-750g) est plus petit et plus léger que la femelle (925-1300g)… Il se fait plus rare aujourd’hui, d’ailleurs je n’en ai pas vu, mais soyez sûr qu’il vient nicher sur les falaises marines entre Saint-Cyr et Bandol.

Continuer la lecture de Le sentier du littoral du port de Saint-Cyr sur mer au port d’Alon

©copyright randomania.fr

Les gorges de la Nesque, évocation de Frédéric Mistral (2)

Publié le Catégories ----- * Ventoux 84, 84 Vaucluse, Rando sportiveUn commentaire sur Les gorges de la Nesque, évocation de Frédéric Mistral (2)
 

Première partie du parcours, voir Les gorges de la Nesque 1.

Au final, compte tenu de nos nombreuses difficultés à l’aller, nous avons autant marché que stationné sur place, foi de GPS !

Du Castelleras au plan d’eau de Monieux par le GR9 et le lit du torrent

(Rappel : pas d’interdiction de circuler l’été sauf risque exceptionnel)

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

St__le_au_belvedere_baladins_vauclusiens.jpgTi'Mars... et Bob13 devant le VentouxDepuis 1966 une stèle (photo empruntée aux Baladins Vauclusiens) en l’honneur de Frédéric Mistral (1830-1914) a été dressée au belvédère du Castelleras ; nous pouvons voir en face de nous le fameux Rocher du Cire1 empourpré par l’oxyde de fer, où Mistral situa une scène du Calendau, 1867 : « De là, venu dans la Nesque, il étouffe les ruches du Rocher du Cire, et pour trophée apporte à Estérelle un petit rayon de miel ».

Parti tard de Monieux avec deux amis félibréens, Mistral se rendit à Méthamis par les gorges ; ils se perdirent non loin du rocher du Cire et manquèrent plusieurs fois de tomber dans un gouffre. Obligés de faire demi-tour, ils furent hébergés par une famille de chevriers au lieu-dit les Bessons
rocher-cire-mistral-nesque.jpg Le lendemain, ils repassèrent au Rocher de Cire où ils découvrirent de nombreuses abeilles sauvages. Mistral, Frédéric Mes origines : mémoires et récits de Frédéric Mistral, 1915. IMG_4453r.JPGimg_4462r.JPG
En face de nous, de nombreuses et grandes baumes creusées dans le canyon mesurant parfois près de 200m. Avez-vous vu l’étroit sentier dans le fond des gorges  sur la photo de droite  ? nous y étions le matin.

pano-belv-r.jpg

Au sud, « la cathédrale » est un « rétrécissement extrême…, long de 50m, étroite entaille d’à peine 10m de largeur, entre deux murs à pics hauts de 40m,… ; il se pourrait que cet étroit fut une ancienne caverne. » Mistral s’y est promené ; pourquoi pas nous une prochaine fois ?

pano_ventoux_nesque_r.jpg

Au Nord le mythique mont Ventoux dans toute sa splendeur avec la route des gorges comme suspendue au flanc de la montagne : il parait si près et pourtant il est à 15km à vol d’oiseau. img_4460r.JPGLe retour le plus direct à la chapelle Saint-Michel prend accès sur la D942 à gauche en venant de Monieux, à 700 m avant d’arriver au belvédère du Castelleras. La descente rapide et en lacets par le GR9 est bien balisée, on est souvent obligé de mettre les mains, ou se glisser dans une gouttière entre deux rochers. Malgré quelques pierriers glissants, je prends le temps de regarder les baumes aperçues depuis le belvédère. Prudence à ceux qui ont le vertige ! Nous retrouvons la chapelle Saint-Michel après 20mn et 124m de dénivelée. Un couple de randonneurs hésite devant la montée qui les attend. Il fait si frais et si calme à cet endroit qu’on n’a pas envie de quitter les lieux ! IMG_4422r.JPGLe temps de placer une nouvelle cache pour les geocacheurs « les gorges de la Nesque (GC14W4) » et nous voilà repartis.
Ti’Mars… suggère de remonter la Nesque le plus longtemps possible pour changer d’itinéraire et ne pas escalader les rochers. Le massif étant formé de calcaires souvent perméables, l’eau s’enfonce immédiatement dans la roche. Les pertes de la Nesque dans tout le secteur des gorges alimentent le système karstique de la Fontaine de Vaucluse. Extrait du Schéma de restauration, d’aménagement, de gestion et d’entretien de la Nesque

Pour le prouver, un traçage des eaux souterraines a été effectué. L’injection du traceur a eu lieu le 11 février 2004 à 14 heures en amont des pertes de la Nesque (commune de Monieux dans le département du Vaucluse)… Le traceur est arrivé en 11 jours et 18 heures à la Fontaine de Vaucluse. La vitesse maximale de 73 m/h est élevée… Ce traçage est le premier sur la Fontaine de Vaucluse avec une surveillance en continu du traceur (procédé breveté INPI)… Le traceur était de l’iode, un oligo-élément indispensable à la vie… Ce nouveau traçage pourrait remettre en cause la validité des premières colorations (fortement médiatisées) des années 60… Extrait des news du site Hydrogeologie.com

Nous marchons donc dans le lit à sec de l’ancienne rivière. A part en cas de forte crue, aucun risque d’avoir les pieds mouillés : vous pourrez donc suivre en toutes saisons le lit de la rivière de la chapelle rupestre Saint-Michel au plan d’eau de Monieux, si toutefois les galets et rochers ne vous font pas craindre une entorse.

A l’arrivée, nous buvons un verre entre amis au bord du plan d’eau en revivant la journée : une manière de prolonger le plaisir de la randonnée.

Circuit n°10 du Topo-guide, Le pays du Ventoux à pied, 9km, 3h

Itinéraire de Montagne Cool, 5h

Notre itinéraire dans les gorges de la Nesque, 8.400km, 2h45

*L’album photo des gorges par les Baladins Vauclusiens et un descriptif d’itinéraire avec ses variantes

Circuit 26 des Nouveaux Guides Franck, Luberon Mont de Vaucluse, niveau technique 3 sur4, 3h15

bullet1.gif

1 Rocher de Cire : nom probablement tiré de la présence d’abeilles sauvages fabriquant la cire

©copyright randomania.fr

Les gorges de la Nesque, en passant par la chapelle St-Michel et l’homme de Néandertal (1)

Publié le Catégories ----- * Ventoux 84, 84 Vaucluse, Geocaching et jeux, Rando sportiveMots-clés , 3 commentaires sur Les gorges de la Nesque, en passant par la chapelle St-Michel et l’homme de Néandertal (1)
 

Plan d’eau de Monieux – belvédère du Castellaras

Voir la suite du parcours dans les gorges de la Nesque (2).

Dans ce canyon interdit, expression que j’emprunte volontiers au numéro hors-série de Pays de Provence Côte d’Azur, balades & randos, édition 2007, on accède à un monde étrange où l’on s’attend à croiser quelque aventurier en recherche de sensations. Grand avantage l’été : pas d’interdiction de circuler dans la région du Ventoux, le village de Monieux étant situé en zone A (voir note sur l’interdiction de circuler dans les massifs forestiers en Provence 2007)
IMG_4416r.JPGimg_4414r.JPGBob a préparé l’itinéraire avec sérieux, emmenant à la fois carte et GPS. Ti’Mars… et moi lui faisons confiance. Nous traversons quelques champs remplis de chardons géants et cardères sauvages dont les feuilles recourbées servent d’abreuvoir aux oiseaux. Dès le départ du plan d’eau de Monieux – lac du Bourguet dans lequel seuls les canards aiment se baigner -, la Nesque, qui prend sa source à Aurel (84), sur le flanc est du Mont Ventoux, est à sec et cela nous surprend. Elle ne possède pas de gros affluents, et reçoit, dans la partie amont de son bassin versant, les eaux de nombreux talwegs généralement à secs. Les écoulements s’interrompent dans les gorges … Ils redeviennent pérennes dans la partie comtadine (voir les gorges de la Nesque 2 pour plus d’information sur les pertes de la Nesque).

img_4418r.JPGIMG_4419r.JPGNous empruntons un sentier très étroit qui surplombe les gorges et donne le vertige : je n’ose même pas prendre de photo. Le fond des gorges est invisible, caché par une abondante végétation ; nous passons sous les frondaisons de résineux et feuillus enchevêtrés ; à hauteur des yeux, de l’autre côté du ravin, ce ne sont que des grottes creusées par l’eau. Une heure plus tard, à 615m d’altitude, une autre difficulté : un passage avec crochets dans la roche (photo de gauche) pour descendre quelques mètres plus bas. Bob passe le premier. Je n’ai jamais désescalader de cette façon et j’avoue que je tremble un peu ; finalement, mes compagnons m’encouragent et ça n’est pas aussi difficile que cela. Quelques minutes plus tard, c’est la récompense ! près du lit du torrent, la chapelle Saint-Michel est là, avec ses trois rangs de génoise (habitude locale depuis le milieu du XVIIème siècle), blottie sous la grotte à étages,  restaurée plusieurs fois, dont une en 1643 comme en témoigne la date inscrite dans la pierre au-dessus de la porte.

ermitage_st_michel_nesque_1900_A_Martel.jpgIMG_4423r.JPG « ses remous [ndlr : les remous de la Nesque] ont pratiqué… des creux assez profonds pour devenir de véritables cavernes, parfois superposées en plusieurs étages comme, par exemple, les trois énormes affouillements qui surplombent l’antique ermitage Saint-Michel. » Extrait de Nature, la Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, E.A. Martel, Masson et Cie éditeurs, Paris, 1903 (photo de gauche prise au début du XXème siècle). Le rez-de-chaussée est occupé par la chapelle ; pour accéder au 1er étage, IMG_4425r.JPGIMG_4471r.JPGoccupé à l’époque néolithique, il faut monter à l’échelle étroite sur la droite de la chapelle, la sortie est lisse ; pour le 2ème étage, il suffirait de monter à une autre échelle très raide mais nous ne l’avons pas tenté. Quelques cordes pendent au plafond. L’espace de la grotte a été astucieusement utilisé puisque l’abside est coincée totalement sous le rocher. Une image de Saint-Michel est peinte sur la porte. Au XIXème siècle, c’était encore un lieu de pélerinage. Les nombreux écrits déposés par les randonneurs demandant lachapelle.JPG à Saint-Michel de protéger leur famille en sont encore une réminiscence (Ti’Mars… sur l’échelle, photo de Bob13). Je suppose que le cippe votif gallo-romain1 est la colonne sur laquelle repose la table autel aujourd’hui. A y regarder de plus près, je pense qu’une entrée d’origine a été comblée et devait autrefois communiquer avec l’ermitage : un crucifix a été offert et accroché de ce côté en 1888.

IMG_4438r.JPGPourquoi cette chapelle est-elle dédiée à Saint-Michel ? cette histoire est peut-être un début d’explication. En l’an 492, un homme, nommé Gargan, faisait paître dans la campagne ses nombreux troupeaux. Un jour, un taureau s’enfuit dans la montagne et se réfugia dans une caverne. On lui décocha une flèche qui revint blesser celui qui l’avait tirée. Après trois jours de jeûne et de prières, l’Archange saint-Michel apparut à l’évêque et lui déclara que cette caverne était sous sa protection, et que Dieu voulait qu’elle fût consacrée sous son nom et en l’honneur de tous les Anges. Une chapelle y fut édifiée.

Les églises rupestres : Saint-Pons de Valbelle, Saint-Michel de la Nesque, Saint-Eucher de Beaumont, Les Alpes de Lumière, n°46, 1969

Nous quittons la chapelle pour tenter de rejoindre le belvédère ; mais ça se complique ; le GPS ne capte plus au fond des gorges et nous faisons de nombreux allers et retours inutiles dont une montée et une descente le long d’un câble métallique. Près d’abandonner, nous entendons des voix quelques mètres au-dessus de nous ; une falaise nous en sépare. A droite, impossible de les rejoindre. A gauche, une montée raide nous permet de rejoindre le groupe de danois accompagné d’un guide local. Ouf ! il va pouvoir nous aider. Face à notre carte, il hésite à nous situer. Je ne retiens qu’une chose : ne pas continuer dans les gorges sous peine d’être complètement bloqué et ne plus pouvoir remonter. Nous tombons sur un site archéologique complètement fermé. La pancarte est illisible. Il existe de nombreuses grottes préhistoriques dans les gorges de la Nesque dont le célèbre abri sous roche du Bau2 de l’Aubesier. Serait-ce celui-là ?

Je remercie Francis Hervieux pour son aide à l’identification du site et les références bibliographiques ; clin_d_oeil15491.gifoui, je retournerai dans les gorges, un jour de pleine lune… * ARCHÉOLOGIE EN PROVENCE : BAU DE L’AUBÉSIER, 1998.
Continuer la lecture de Les gorges de la Nesque, en passant par la chapelle St-Michel et l’homme de Néandertal (1)

©copyright randomania.fr

Roubion, premier safari GPS de l’été

Publié le Catégories 06 Alpes-Maritimes, Geocaching et jeux, Rando familialeLaisser un commentaire sur Roubion, premier safari GPS de l’été
 

Premier Safari GPS à Roubion

Cliquer sur la photo pour visualiser avec GoogleMap (voir mode d’emploi en fin de note) une sélection de photos durant le parcours du premier safari GPS à Roubion le 8 juillet 2007. Que vous soyez chasseur de trésor ou simple randonneur, le parcours proposé vous intéressera.

Plein de paysages différents, beaucoup de fleurs et d’insectes, de la fraîcheur, des sentiers bien repérés, le safari GPS fut l’occasion de découvrir le charme montagnard de ce village des Alpes maritimes, situé en moyenne montagne.

8.875km, 3h de marche environ. La bonne idée c’était les deux boucles se croisant à la station des Buisses où il était donc possible de manger à midi avant de repartir pour la seconde boucle.

A chaque coin de rue, le village réserve des surprises : un lavoir public fleuri par des propriétaires privés, une vieille fontaine, une ruelle en escalier, des monuments éclairés la nuit. J’ai regretté simplement que les fils électriques et téléphoniques traversent les ruelles ou se montrent ostensiblement sans souci du respect de l’authenticité.

Les deux autres bonnes surprises :

  • la chambre d’hôtes, le rupicapra où nous avons été fort bien accueillis ; je retiens les discussions à bâtons rompus avec nos hôtes et un autre couple de randonneurs autour d’un repas copieux plein de surprises locales.
  • un week end dans un gîte communal gagné grâce au tirage au sort ayant suivi la manifestation. A bientôt Roubion !

La mauvaise surprise fut les piqûres d’insectes (tiques, moustiques, aoûtats) auxquelles j’ai réagi tellement fort que j’ai cru avoir attrapé la maladie de Lyme ; un petit conseil donc : protégez-vous avec des pantalons longs ou des répulsifs si vous êtes allergique .

Le site officiel de Roubion

Une note plus longue complètera cette première découverte. Pour l’heure, je pars en vacances…

blsqr05.gifblsqr05.gif

Comment fonctionne Google Map ?
Cliquer sur la photo : quand la carte satellite GoogleMap s’ouvre, cliquer sur chaque icône rouge Marker.pngen forme de larme ; la photo prise à cet endroit précis de la randonnée s’affiche. En cliquant sur l’image, la photo apparait en grand.
Sur la gauche, une échelle de zoom permet de se rapprocher ou s’éloigner.
Les icônes à droite permettent de visualiser les routes, la carte satellite ou les deux (mixte).
Chaque photo est également visible à partir du menu « select a photo ».
Avec la main qui apparait sur la carte, en maintenant le clic, vous pouvez déplacer la carte pour centrer le parcours au milieu de votre écran

©copyright randomania.fr

Rando mania a un an…

Publié le Catégories Contexte rando2 commentaires sur Rando mania a un an…
 

Un an déjà que ce blog est ouvert sans publicité, dans son propre domaine, grâce à ma fille Flora qui m’y a poussée. Je me suis délibérément positionnée « hors des sentiers battus » ; j’ai pris le parti de :

  • parler volontiers des itinéraires peu connus (les classiques, vous les trouvez dans les guides) : le jeu de geocaching est à cet effet un allié incontournable,
  • ne pas décrire les itinéraires classiques que vous trouvez sur d’autres sites,
  • essayer de comprendre l’environnement dans lequel je marche : pourquoi un oppidum à cet endroit, comment l’astérolide maritime peut-il pousser dans les rochers au cap Croisette (Marseilleveyre et la grotte Saint-Michel), comment construit-on une borie, pourquoi une prison dans l’abbaye Saint-Félix de Monceau à Gigean, etc.
  • toujours découvrir (« ne pas marcher idiot ») et informer. Je sélectionne mes sources : syndicat d’initiative, Bibliothèque Numérique Gallica, sites de généalogie, spécialistes du domaine, quelquefois sites personnels. J’essaie de faire valider le contenu par des spécialistes du domaine : par exemple la note sur le chateau de Forcalqueiret a été relu par Ada Hameau, responsable des fouilles ; pour le chateau de Ferreyrolles, j’ai posé des questions sur le forum des Camisards ; pour le fort de Niolon, Luc Malchair a apporté quelques corrections techniques relatives aux fortifications. Si j’emprunte une photo ou une citation, je cite mes sources. Une note représente toujours de plusieurs heures à plusieurs jours de travail !
  • y mettre ce que j’ai recherché moi-même sans le trouver facilement : la réglementation sur les restrictions de circulation dans les massifs forestiers en Provence par exemple,
  • échanger et communiquer avec ceux qui ont les mêmes centres d’intérêt : j’ai localisé l’oppidum survolé par Bernard, donné à Mélissa quelques références sur la ferme des Templiers qu’elle avait aperçue le long de l’autoroute à Brignolles, ou connu grâce à Max l’adresse d’un fabricant de fromages de brebis à Montjustin. Je fais régulièrement des visites sur le blog de Catherine randonneuse excellente photographe, Ti’Mars… alimente mon blog des photos prises lors de nos parties de geocaching ; Bob13 m’a fait découvrir les gorges sauvages de la Nesque ; Gilbert Bauer (site saute-colline) m’a communiqué un itinéraire de randonnée pour la chartreuse de la Verne ; Gilles Chinieu m’a invité à déguster son vin de Chusclan. De nombreux geocacheurs sont devenus des compagnons de route ou des amis. Chaque rencontre est une aventure humaine. Je les remercie tous.
  • aider ou collaborer :  j’ajoute des fiches descriptives de mes randonnées sur le site Week-ends et tourisme en Provence ; je suis parfois sollicitée pour une idée de randonnée ; j’ai intégré récemment le réseau des professionnels de la randonnée en Vaucluse.

Avec une telle optique, il est normal que 55 internautes sur 100 ne fassent que passer sur le site. Les autres y restent en moyenne entre 2 et 5mn. Continuer la lecture de Rando mania a un an…

©copyright randomania.fr